« Les sources inédites en histoire », journée de jeunes chercheur.se.s

L’association Chroniques chartistes et les doctorants du Centre Jean Mabillon organisent, avec le concours de l’École nationale des chartes et du Centre Jean-Mabillon, une journée d’étude qui se propose d’aborder la question des sources inédites en histoire et de permettre à de jeunes chercheur.se.s de réfléchir ensemble à un des enjeux méthodologiques de leur travail.

Elle se tiendra à l’École nationale des chartes le 25 mai 2018.

Le présent appel à communication s’adresse aux archivistes paléographes diplômé.e.s ou en formation, aux étudiant.e.s et diplômé.e.s des masters de l’École nationale des chartes et aux doctorant.e.s du Centre Jean-Mabillon. Les propositions de communication sont à adresser avant le 1er décembre 2017 aux adresses mentionnées dans le texte joint à cette annonce.

« Voyages et dialogue interculturel ». Programme du séminaire ENC/IESA

L’École nationale des chartes et l’Institut d’études supérieures des arts (Iesa) co-organisent le séminaire annuel « Voyages et dialogue interculturel ». Le séminaire se compose de 4 demi-journées, les vendredis matin 13 et 27 octobre, 8 et 15 décembre, de 9h30 à 13h à l’École nationale des chartes.
Les sessions associeront différents domaines d’études : histoire, histoire de l’art, économie, politique, création artistique.
Avec les interventions d’archivistes paléographes :
  • 13 oct. : Blandine Husser (prom. 2017), « Equi sine froenis. Les Chevaux Barbes entre France et Afrique du Nord (1542-1789) ».
  • 27 oct. : Christophe Gauthier (prom. 1997), professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’École, et Claire Daniélou (prom. 2017), « Berlin, une capitale du cinéma français ? Films et acteurs français en Allemagne, 1930-1942 ».
  • 27 oct. : Arnaud Ramière de Fortanier (prom. 1965), « L’inauguration du Canal de Suez : le jour où le terre est devenue ronde ».
  • 8 déc. : Louis Bergès (prom. 1980), conservateur général du patrimoine, membre du Cths, « La guerre d’indépendance grecque sur la scène littéraire française, vestiges du récit romantique (1820-1840) ».
  • 8 déc. : Jean-Pierre Bat (prom. 2006), « La politique française en Afrique » (à confirmer).
  • 15 déc. : Julie Duprat (prom. 2017), « Africains et afro-descendants à Bordeaux à la fin du XVIIIe : des passeurs culturels ».
  • 15 déc. : Juliette Gaultier (4ᵉ année), « Achille Murat, un citoyen américain en Europe (1830-1833) ».

Plus d’informations : http://www.enc-sorbonne.fr/fr/actualite/plusieurs-chartistes-interviennent-lors-journees-etude-iesa

Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle

Entretien avec Romain Benoit (archiviste paléographe, prom. 2017, agrégé d’histoire), qui a soutenu en juin dernier sa thèse d’École des chartes intitulée « “L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon”.  Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle ». Propos recueillis par Claire Daniélou.

Qu’est-ce que le Tribunal des maréchaux ? Quel est son ressort (géographique) et de quels types d’affaires judiciaires se charge-t-il ?
Le Tribunal des maréchaux de France a été créé par Henri IV au tout début du XVIIe siècle afin d’empêcher les duels entre nobles. Les duels faisaient alors de nombreuses victimes et les édits et ordonnances royaux n’arrivaient pas à juguler cette violence. L’idée d’une telle juridiction, qui s’est construite progressivement tout au long de la première moitié du XVIIe siècle, est très originale. Alors que la justice royale, sous la houlette des parlements, avait le devoir de condamner sévèrement les duels, le Tribunal des maréchaux devait les prévenir. Il était censé résoudre, avant qu’ils n’entraînent un affrontement armé, les querelles nées d’insultes ou d’affronts, les conflits de préséance, ceux de fiefs… bref, tous les litiges privés où l’honneur était enjeu.
Le ressort du tribunal s’étendait sur tout le royaume de France. La juridiction d’exception des maréchaux avait pour justiciables les nobles et les militaires, tous les sujets « faisant profession des armes » disent certains édits.

Continuer la lecture de Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle

La correspondance d’Achille Murat, entre ambitions italiennes et citoyenneté américaine

Entretien avec Juliette Gaultier (élève de 4année, diplômée de master), qui  prépare pour sa thèse d’École des chartes sous la direction de Christine Nougaret et de Jacques-Olivier Boudon, l’édition scientifique d’une partie de la correspondance d’Achille Murat, fils de Joachim. Propos recueillis par Pierre Pocard.

Qui est Achille Murat, et pourquoi avoir choisi d’éditer sa correspondance ?

C’est d’abord la période du Premier Empire qui m’a intéressée, et j’ai, dans un premier temps, commencé à travailler sur les vagabonds à cette époque, mais le manque de sources m’a contrainte à envisager un autre sujet. J’ai alors appris, grâce à Charles-Éloi Vial (conservateur au département des Manuscrits de la BnF), l’existence, à la Bibliothèque nationale de France, d’un volume inédit renfermant la correspondance d’Achille Murat, un personnage qui, malgré l’existence de gisements documentaires repérés, était l’un des rares membres de la famille Bonaparte à n’avoir été que peu voire pas étudié. Sa correspondance permet pourtant de mettre en avant l’échec de la première génération de la noblesse d’Empire, et documente les liens entre les Bonaparte après 1815,  ainsi que leurs tentatives pour retrouver un rôle politique, avec un éclairage singulier puisqu’Achille est l’un des rares membres de l’ancienne famille impériale à ne pas demeurer dans la nostalgie de l’Empire.

Continuer la lecture de La correspondance d’Achille Murat, entre ambitions italiennes et citoyenneté américaine

SOUTENANCES MASTER 2 — 2016-2017

Les soutenances du Master Histoire, Patrimoine et Technologies numériques mention « Technologies numériques appliquées à l’histoire » pour l’année universitaire 2016-2017 ont lieu du 18 septembre au 3 octobre 2017 à l’École nationale des chartes, 65, rue de Richelieu, Paris 2e, en salles informatique, Coyecque, Molinier et Pernoud.

Les soutenances sont ouvertes au public.

Retrouvez ici le calendrier des soutenances avec la liste des étudiant-e-s et de leurs sujets.

Carnet des élèves et étudiants de l'Ecole nationale des chartes