Une confrérie d’excommuniés ? L’église et hôpital Saint-Julien-des-ménétriers à Paris (1331-1520)

« Habent spem joculatores ? — Nulla ». Par cette formule lapidaire, Honorius d’Autun affirme l’impossibilité pour les saltimbanques de faire leur salut et témoigne de l’ampleur du rejet de ceux-ci par toute une frange de la société du XIIe siècle1. S’ils sont généralement bien acceptés dans les milieux laïcs, ceux qui divertissent le public par leur musique, leurs danses ou leurs acrobaties et qu’on nomme généralement jongleurs ou ménestrels, sont fermement condamnés par les clercs. Ils ne peuvent ni témoigner ni accuser en justice et sont privés de l’accès aux sacrements, notamment l’eucharistie ; enfin, des canons de conciles rappellent régulièrement l’interdiction pour le public de donner de l’argent à ces « ministres de Satan », ce qui indique par ailleurs que cette disposition n’est guère respectée et que le rejet est loin d’être généralisé.

Malgré la rigueur du discours clérical et le refus de l’Église d’accepter les jongleurs et les ménestrels dans la Societas Christiana, des confréries religieuses réunissant spécifiquement ces individus voient le jour à partir du XIVe siècle. Elles complètent des corporations, fondées à la même époque, et donnent ainsi une tournure religieuse à un phénomène professionnel qui constitue les jongleurs et les ménestrels en corps social. Cela n’est pas le moindre des paradoxes qu’un groupe social d’anciens excommuniés puisse se constituer en communauté religieuse autour de l’identité professionnelle-même qui justifiait leur rejet. C’est que la condamnation et l’exclusion ne sont pas monolithiques et surtout qu’elles ont été largement pondérées au cours des XIIe et XIIIe siècles, par des théologiens comme Rufin, Pierre le Chantre ou Thomas d’Aquin2. Avec le développement d’une casuistique du péché, le discours clérical s’assouplit, et cherche à distinguer de bons et de mauvais jongleurs. Ce sont notamment ceux qui se consacrent à dire des chansons de gestes, à chanter et à jouer de la musique qui sont reconnus et peuvent avoir une chance de sauver leur âme. À cela s’ajoute une légitimation des aumônes qui leur sont faites. Ce mouvement s’insère dans le cadre plus large d’un élargissement du panel des activités licites et d’un discours plus bienveillant à l’égard des métiers3. Continuer la lecture de Une confrérie d’excommuniés ? L’église et hôpital Saint-Julien-des-ménétriers à Paris (1331-1520)

  1. Honorius Augustodunensis, Elucidarium, II, 18, dans Patrologia Latina, t. 172, c. 1148. []
  2. Carla Casagrande et Silvana Vecchio, « Clercs et jongleurs dans la société médiévale (XIIe et XIIIe siècles) », Annnales. Economies, Sociétés, Civilisations, 1979, 34ème année, no 5, p. 913‑928. []
  3. Jacques Le Goff, « Métiers licites et illicites dans l’Occident médiéval » dans Pour un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1978, p. 89‑103. []

L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715), par Lenaïg Roumegou

Lenaïg Roumegou, élève en 4e année, présente sa thèse d’École des chartes, intitulée L’ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir, (1643-1715), réalisée sous la direction de M. Olivier Poncet, Professeur d’histoire des institutions et sources d’archives de l’époque moderne à l’Enc. Propos recueillis par Claire Daniélou. 


Qu’est-ce que l’ordre du Saint Esprit et quel est son rôle (militaire, social, politique…) ? Quels en sont les membres ?

L’ordre du Saint-Esprit est un ordre nobiliaire catholique qui a été créé par Henri III en 1578 dans le but de rassembler la noblesse autour du trône dans le contexte des guerres de Religion. Il est aussi créé parce que l’ordre de Saint-Michel, fondé par Louis XI, était galvaudé, ayant été trop largement accordé, notamment pendant la période de la Régence. Appartenir à l’ordre du Saint-Esprit flatte davantage la volonté de distinction des nobles, qui peuvent ajouter à leur titulature « chevalier des ordres du roi » (étant nécessairement membres des deux ordres — Saint-Esprit et Saint-Michel). On surnomme également les chevaliers « cordons bleus » en raison du ruban bleu soutenant la croix du Saint-Esprit qu’ils reçoivent lors de leur réception.  Sa particularité repose aussi sur le fait que le nombre de membres est limité à 100 contrairement à l’ordre de Saint-Michel qui pouvait compter quelques centaines de membres (en l’absence de suivi régulier, beaucoup en revendiquaient le titre sans l’avoir véritablement reçu).

Continuer la lecture de L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715), par Lenaïg Roumegou

À propos du « Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne » (dir. Erick Noël)

Présentation par Julie Duprat, élève archiviste paléographe en quatrième année,  dont la thèse d’École est intitulée « Présences noires à Bordeaux : passage et intégration des gens de couleur à la fin du XVIIIe siècle », contributrice du volume.


Le dernier tome du Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne vient de paraître aux éditions Droz. Après un premier volume consacré à Paris et son bassin1 et un deuxième dédié à Nantes et à la Bretagne2, cet ultime volume s’attaque à un espace géographie souvent délaissé dans l’étude des populations noires en France, le Midi (cette dénomination rassemble une vaste zone géographique, allant de Bordeaux à Marseille). Ce dictionnaire, édité sous la direction d’Erick Noël3, enseignant-chercheur à l’Université des Antilles-Guyane, a nécessité le concours de plusieurs chercheurs : ce dernier volume bénéficie ainsi de l’apport de 18 contributeurs.

Continuer la lecture de À propos du « Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne » (dir. Erick Noël)

  1. Noël, Erick (dir.), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne (fin XVe s. – 1792), vol. I — Paris et son bassin, Genève, Droz, 2011, 578 p. []
  2. Noël, Erick (dir.), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, vol. II — La Bretagne, Entrée par année, début XVIe siècle-1792, Genève, Droz, 2013, 964 p. []
  3. Et auteur, notamment, d’Être Noir en France au XVIIIe siècle, Paris, Tallandier, 2006, 320 p. []

Soutenances des thèses d’École de la promotion 2017

Les soutenances des thèses d’École auront lieu du jeudi 1er au jeudi 8 juin 2017, en salle Léopold-Delisle à l’École nationale des chartes, 65 rue de Richelieu, 75002 Paris, sous la présidence de M. Albert Rigaudière, professeur émérite de l’Université de droit Paris II Panthéon-Assas.

Le vendredi 9 juin se tiendront la réunion plénière du jury (9h) et la réunion du Conseil scientifique (10h) en Sorbonne (salle des Commissions, 47, rue des Écoles), ainsi que la proclamation des résultats à 12h, qui sera suivie par un cocktail.

Les soutenances et la proclamation des résultats sont publiques. En raison du plan Vigipirate alerte attentat, il sera demandé au public de présenter une pièce d’identité et une photocopie du programme pour accéder aux locaux.

Jeudi 1er juin
9h-10h30 Mme Marina NAVAS : Les chansons, les jeux-partis et la poésie didactique de Ramon de Cornet. Édition critique. MM. Fabio ZINELLI et Frédéric DUVAL.
10h30-12h M. Renaud SEYFRIED : Des « ouvriers infidèles » et un commerce « odieux ». Appropriations et contrebande des laines dans la draperie rémoise 1760-1870. M. Philippe MINARD et Mme Liliane HILAIRE-PÉREZ
14h-15h30 Mme Célia CABANE : « Aux plumes d’or » Les maîtres écrivains à Paris, calligraphes au XVIIe siècle. MM. Reynald ABAD et Marc SMITH

 

Vendredi 2 juin
10h30-12h Mme Anne-Sophie LIENHARD : Les bénédictins et la société féodale. L’exemple du monastère de Neuwiller-lès-Saverne VIIIe-XVe siècles. MM. Benoît TOCK et Olivier GUYOTJEANNIN
15h30-17h Mme Julie DUPRAT : Présences noires à Bordeaux : passage et intégration des gens de couleur à la fin du XVIIIe siècle. MM. Erick NOËL et François-Joseph RUGGIU
17h-18h30 M. Xavier de SAINT CHAMAS : Le prisme de l’écrit : vie et Indes de Jacques de Saint Pardoux (1753-1814). M. François-Joseph RUGGIU et Mme Christine NOUGARET

 

 

Mardi 6 juin
9h-10h30 Mme Chloé DEMONET : Le carnet de Sienne de Giuliano da Sangallo : les archives graphiques d’un architecte de la Renaissance. Mme Sabine FROMMEL, MM. Guillaume FONKENELL et Francesco BENELLI
10h30-12h M. Pierre MAULNY : Paul Hay du Chastelet ou la quotidienneté du pouvoir. MM. Yves-Marie BERCÉ et Benoist PIERRE
14h-15h30 Mme Laure MENDOUSSE : Regards vers le mur : les « graffiti » de Brassaï des années 1930 à 2016. MM. Thierry DUFRÊNE et Jean-Michel LENIAUD
15h30-17h M. Adrien BARBÉ : Fenêtre sur Tour : le Tour de France et l’image de la société française, des actualités cinématographiques aux débuts de la télévision (1947-1968). MM. Pascal ORY et Christophe GAUTHIER
17h-18h30 Mme Claire DANIÉLOU : Au générique des années noires. Les vedettes de cinéma en France pendant l’Occupation (1940-1944). MM. Pascal ORY et Christophe GAUTHIER
Mercredi 7 juin
10h30-12h Mme Blandine HUSSER : Beauté du paradoxe. Le cheval barbe dans son destin franco-algérien (1542-1914). M. Éric BARATAY et Mme Hélène BLAIS
15h30-17h Mme Marie TAUPIAC : Administrer la communauté villageoise en Lomagne à la fin du Moyen-Âge : étude des comptes consulaires d’Escazeaux (1359-1419). MM. Olivier MATTEONI et Olivier GUYOTJEANNIN
17h-18h30 M. Matias FERRERA : Fernán González : Comte de Castille devenu héros (Xème siècle – XVème siècle). MM. Denis MENJOT et Olivier GUYOTJEANNIN
Jeudi 8 juin
9h-10h30 M. Romain BENOIT : « L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon. » Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle. MM. Hervé DRÉVILLON et Olivier PONCET
10h30-12h Mme Lénaïg ROUMEGOU : L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir, 1643-1715. MM. Hervé DRĖVILLON et Laurent BOURQUIN
14h-15h30 Mme Marion SOUTET : Jean-François Leblond : un consul diplomate à Venise (1718-1759). MM. Lucien BÉLY et Olivier PONCET
15h30-17h M. Peter NAHON : Langues parlées et liturgie des Israélites d’Aquitaine. MM. Jean-Pierre CHAMBON et Herman Prins SALOMON
17h-18h30 Mme Mathilde HAUSHALTER : Édition de la correspondance du nonce en France Girolamo Grimaldi-Cavalleroni (1641-1644). MM. Alain TALLON et Olivier PONCET

Atelier Ademec, le 16 mai 2017 : le projet Doremus

L’ADEMEC proposait le 16 mai 2017 un atelier consacré au projet Doremus (DOing ReUseable MUSical data), qui consiste à articuler les technologies du Web sémantique et les données musicales.

Mieux relier les connaissances autour de la musique sur le Web permet d’enrichir ces dites connaissances, de développer de nouveaux outils de recherche ou pédagogiques de plus en plus intelligents et reposant sur des modèles et référentiels communs.

Pour nous parler de ce projet porté entre autres par la BnF, Radio France et la Philharmonie de Paris, nous avons eu le plaisir de recevoir Cécile Cecconi (prom. 2010) de la Philharmonie, qui a justement travaillé sur ces données.

Illustration du site http://www.doremus.org/

Pour tout savoir sur ce projet :

Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse suivante : ademec.association@gmail.com