« L’archiviste dans la cité. Un ver luisant » Compte rendu de lecture par Léo Davy

Édouard Bouyé, conservateur général du patrimoine et directeur des archives départementales de la Côte-d’Or, a publié en février 2017 un essai sur le métier d’archiviste.  Reposant sur de nombreux extraits d’archives et anecdotes, collectés au fil de plus de vingt années de pratique professionnelle au contact des professionnels, des producteurs, et des lecteurs des archives, Édouard Bouyé tire des considérations à l’attention de l’ensemble de ces acteurs.

Empruntant la métaphore du ver luisant qu’Honoré de Balzac a utilisé à l’endroit du personnage de l’archiviste dans son roman Ferragus (1833), Édouard Bouyé s’interroge sur la place et le rôle que tient et que doit s’efforcer de tenir l’archiviste dans la société. Tout comme ce coléoptère visible uniquement une partie de l’année et de plus en plus rare au milieu des campagnes, le travail de l’archiviste n’est remarqué et reconnu que de manière furtive dans la vie de la cité, alors que ses missions le portent à exercer une attention constante sur les trésors du patrimoine et la production contemporaine et future de celui-ci.

Continuer la lecture de « L’archiviste dans la cité. Un ver luisant » Compte rendu de lecture par Léo Davy

Atelier Ademec, le 21 mars 2017 : Veille et ressources électroniques

L’Ademec vous propose de vous initier et de vous perfectionner dans l’art de la veille documentaire et des ressources électroniques avec Romain Boistel (prom. 2012, documentaliste chargé des ressources électroniques à l’École des Ponts).

Avant l’atelier, nous vous conseillons la lecture de cet article d’Archimag écrit par Clémence Jost :

L’atelier aura lieu le mardi 21 mars de 18h30 à 20h et est ouvert aux adhérents de l’association, ainsi qu’aux non-adhérents pour un montant symbolique de 2 € par personne.

Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter via le site de l’association ou sur notre adresse mail.

« Les Temps Mérovingiens », au Musée du Moyen Âge de Cluny

Le 13 février 2017 prend fin l’exposition Les Temps Mérovingiens organisée au Musée du monde médiéval, à Cluny, avec le concours de la BnF. Ouverte le 26 octobre 2016, celle-ci prend la forme d’un parcours circulaire et chronologique, et a l’ambition de faire changer notre regard sur cette époque grâce aux cent-cinquante pièces exposées.

Loin d’une époque de chaos et de barbarie qui aurait pris place à la chute de l’Empire romain d’Occident, le visiteur découvre plutôt une continuité, une évolution, qui se déroule entre la lente fragmentation de l’Europe occidentale en divers royaumes encore imprégnés de la culture romaine et l’avènement de Pépin le Bref en 751. Le panneau d’accueil l’affirme d’ailleurs : il n’y a pas de césure nette entre l’Antiquité et le Moyen Âge, et les Temps Mérovingiens sont, dans l’espace de la Gaule, un moment de transition entre deux empires, romain et carolingien. Continuer la lecture de « Les Temps Mérovingiens », au Musée du Moyen Âge de Cluny

L’uniformisation et la pérennité des données dans les bibliothèques numériques : le cas du logiciel libre Omeka à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne

Dans le cadre de son stage de fin d’études à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, au sein des Départements des Manuscrits et Livres Anciens de la bibliothèque et en collaboration étroite avec le Service Informatique et Systèmes d’Information, Mylène Ravereau, ancienne étudiante du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » (promotion 2016) a créé la future bibliothèque numérique de l’institution. Elle s’est notamment concentrée sur la mise à disposition des documents numériques pour les lecteurs et la mise en place un système de préservation pour les données numériques créées.

Elle revient pour Chroniques chartistes sur le projet qu’elle a mené et les difficultés qu’elle a pu rencontrer. Propos recueillis par Nola N’Diaye.


Peux-tu dans un premier temps nous présenter le projet de départ, le contexte dans lequel tu es arrivée?

La BIS a commencé la numérisation d’œuvres dès 2000. Cette pratique était principalement envisagée comme la suite logique du microfilmage. Le but était à la fois de moderniser le service de reproduction offert aux lecteurs et de poursuivre une politique de sauvegarde des collections, fondée sur la création de supports de substitution pour ne plus communiquer les œuvres trop fragiles ou rares.

La politique de numérisation a pris un tour nouveau à partir de 2007 avec l’acquisition d’une caméra couleur et la naissance d’un projet de valorisation relatif aux sources de l’histoire de l’Université de Paris. Cependant, il manquait à la bibliothèque un outil pour diffuser les données produites dans ce cadre et ce manque est devenu plus aigu après la réouverture de la BIS dans ses locaux historiques en 20131. Plusieurs solutions pour la mise en ligne des fichiers ont alors été envisagées, et c’est finalement le logiciel de gestion de bibliothèque numérique Omeka qui a été choisi au début de l’année 2016.
Continuer la lecture de L’uniformisation et la pérennité des données dans les bibliothèques numériques : le cas du logiciel libre Omeka à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne

  1. Des travaux de rénovations de la Bibliothèque de la Sorbonne ont eu lieu de septembre 2010 à novembre 2013. Sur ce sujet, voir l’article de Pascale ISSARTEL, « La bibliothèque de la Sorbonne ». Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2013, n° 3, p. 69-76. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2013-03-0069-011>. ISSN 1292-8399. []

Élaboration d’un modèle appuyé sur le RDF dans le cadre de la réalisation d’une Bibliothèque virtuelle Chris Marker à la Cinémathèque française

Dans le cadre de son stage de fin d’études à la Cinémathèque française, Camille Monnier, ancienne étudiante du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » a élaboré un modèle appuyé sur le RDF comme première pierre de la Bibliothèque virtuelle Chris Marker. Elle revient pour Chroniques chartistes sur le projet qu’elle a mené et les difficultés qu’elle a pu rencontrer. Propos recueillis par Nola N’Diaye.


Peux-tu dans un premier temps nous présenter le projet de départ, le contexte dans lequel tu es arrivée ?

En 2012, la Cinémathèque française a acquis les archives du cinéaste et vidéaste Chris Marker, décédé au cours de l’été. Né en 1921, ce dernier a été tour à tour écrivain, éditeur, photographe, cinéaste, vidéaste, développeur d’applications informatiques, créateur d’installations multimédias. Au total 550 cartons de déménagement comprenant des photographies, affiches, disques vinyles, archives papier, éléments audiovisuels, appareils, ouvrages, éléments informatiques, miniatures, VHS et DVD, etc. ont intégré les collections de la Cinémathèque française.

Continuer la lecture de Élaboration d’un modèle appuyé sur le RDF dans le cadre de la réalisation d’une Bibliothèque virtuelle Chris Marker à la Cinémathèque française