Le fonds Maxime Rodinson à la Bibliothèque nationale de France

Maxime Rodinson (1915-2004) est aujourd’hui au mieux « silencieux », au pire « oublié1». La publication de ses souvenirs d’enfance en 2005 est passée inaperçue2. Si un dossier a été réalisé par l’Institut du Monde Arabe à l’occasion de l’hommage rendu le 18 novembre 20043, si l’IMEC a accueilli une table ronde en 20074, si Sébastien Boussois a publié en 2008 un livre de témoignages, si une soirée à l’Institut du Monde Arabe a été consacrée à Islam et capitalisme en 2015 à l’occasion de la réédition de ce livre5, il faut avouer que la pensée de Rodinson trouve aujourd’hui assez peu d’écho dans les discours les plus répandus sur l’islam, sur le monde arabe, sur le conflit israélo-palestinien. Les interventions d’étudiants lors de la soirée à l’IMA suggèrent pourtant que l’œuvre de cette figure majeure de l’orientalisme français de la deuxième partie du xxe siècle, aujourd’hui originale au regard de notre environnement médiatique, peut susciter de la curiosité.

Dans ce contexte, on ne peut que saluer la décision prise par la Bibliothèque nationale de France de créer une cote spéciale « Z Rodinson » plusieurs années après l’entrée de la bibliothèque de Maxime Rodinson au département Littérature et arts entre 2005 et 2010. Destinée à rendre visible la cohérence du fonds dans les collections de la BnF, la création de cette cote permettra d’envisager, à moyen terme, quand les opérations de catalogage seront terminées, la mise en valeur de ce fonds exceptionnel. Exceptionnel, le fonds, tel qu’il est entré à la BnF, l’est par son volume : le tiers d’un magasin, 14364 livres, 2272 brochures et 20 cartons conteneurs d’archives. Mais le fonds se distingue surtout par sa cohérence. Correspondant à peu près à l’intégralité de la bibliothèque possédée par Maxime Rodinson dans son appartement de la rue Vanneau, il s’agit d’un très bel exemple de bibliothèque de travail d’un érudit presque contemporain. Il reflète non seulement le parcours, les engagements et les recherches du savant, mais rend aussi compte des procédures et des usages du travail universitaire et témoigne des réseaux et des dispositifs de savoir sur l’islam et le monde arabe en France entre 1945 et 2000. Continuer la lecture de Le fonds Maxime Rodinson à la Bibliothèque nationale de France

  1. Voir le compte-rendu d’un livre de S. Boussois par T. Corbucci, « Maxime Rodinson : orientaliste oublié ou simplement silencieux », 12 février 2009, consultable à l’adresse suivante : http://www.nonfiction.fr/article-2174-maxime_rodinson__orientaliste_oublie_ou_simplement_silencieux_.htm. []
  2. M. Rodinson, Souvenirs d’un marginal, préface de P. Vidal-Naquet, Paris : Fayard, 2005. []
  3. L. Mazeaud (éd.), Maxime Rodinson, 1915-2004, un orientaliste atypique. Dossier documentaire et bibliographie d’ouvrages et d’articles disponibles à la Bibliothèque de l’IMA, Paris : Institut du Monde Arabe, 2004. []
  4. « Courage scientifique et politique de Maxime Rodinson », table ronde du 14 mars 2007, à l’abbaye d’Ardennes (Saint-Germain-La-Blanche-Herbe). []
  5. Islam et capitalisme a paru en pour la première fois aux Éditions du Seuil en 1966. Les références de la réédition de 2014 sont : M. Rodinson, Islam et capitalisme, préface d’A. Gresh, Paris : Démopolis, 2014. L’enregistrement sonore de cette soirée est disponible à l’adresse suivante : http ://www.imarabe.org/colloque/maxime-rodinson-dix-ans-apres. []

Innover en bibliothèque : le congrès de l’Association des Bibliothécaires de France

Le 62e congrès de l’Association des Bibliothécaires de France s’est tenu cette année du 9 au 11 juin à Clermont-Ferrand (notons que le dernier congrès à s’être déroulé dans cette ville date de mai 68 – faut-il y voir un signe des temps ?) Le congrès de 2015 avait eu lieu à Strasbourg, et avait pour thème « Bibliothèques en tension. » Cette année, c’est sous le signe plus optimiste de l’innovation en bibliothèque que l’association avait souhaité placer cette rencontre.

Continuer la lecture de Innover en bibliothèque : le congrès de l’Association des Bibliothécaires de France

À l’entrée du Soleil en Bélier. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle, par Alexandre Tur

Rencontre avec Alexandre Tur (prom. 2014), actuellement conservateur au département des manuscrits de la BnF et responsable de la base d’enluminures Mandragore, autour de sa thèse intitulée « À l’entrée du Soleil en Bélier. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle (1405-1484) » (sous la dir. de Jean-Patrice Boudet et Olivier Guyotjeannin). Propos recueillis par Ewen Thual.

« À l’entrée du soleil en Bélier ». Pourrais-tu nous en dire plus sur ce titre ?

Cette formule désigne en astrologie le moment de l’équinoxe de printemps. L’année est rythmée par la course (apparente) du soleil sur l’écliptique, divisée en douze signes astrologiques égaux, le soleil mettant à peu près un mois pour parcourir un signe. Le Bélier est le premier de ces signes : « l’entrée du soleil en Bélier », c’est le moment qu’on regarde pour voir comment va se dérouler l’année à venir, la base d’une prédiction astrologique annuelle.

Comment en es-tu venu à l’astrologie ? Ce thème est-il à la mode chez les médiévistes ?

L’astrologie m’intéressait et je souhaitais travailler sur la période médiévale. La combinaison des deux me permettait d’allier les compétences techniques acquises à l’École des chartes (paléographie, codicologie, édition de texte et latin médiéval en premier lieu) et les enseignements tirés du séminaire « Sciences et magie » de l’Université d’Orléans que j’ai suivi dans le cadre de mon master 2. Dans les pratiques scientifiques et magiques médiévales, l’astrologie tient une petite place, tout comme les prédictions annuelles, mais dans l’ensemble j’ai pu mettre à profit certaines réflexions développées dans ce contexte pour un travail de recherche.

La question est aujourd’hui d’actualité et intéresse beaucoup, mais les recherches qui étaient engagées autour des prédictions annuelles ont souvent du mal à prendre en compte les manuscrits.

Continuer la lecture de À l’entrée du Soleil en Bélier. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle, par Alexandre Tur

[Forum des archivistes 2016 à Troyes] Session archives accessibles/archives ouvertes ? « Open Data et réutilisation : un droit enfin stabilisé ? »

Bruno Ricard, sous-directeur au Service Interministériel des Archives de France, a présenté lors du second forum des archivistes qui s’est tenu à Troyes du 30 mars au 1er avril 2016, le nouveau cadre juridique de la réutilisation des données publiques, ses contraintes, mais aussi les possibilités qu’il offre aux usagers des archives1.

La mise en place d’un nouveau cadre juridique

Le droit de la réutilisation des informations publiques connaît actuellement diverses modifications susceptibles d’influer sur les pratiques des archivistes, au titre, notamment, de la diffusion d’archives numérisées sur Internet. Ce droit se fonde sur la loi CADA du 17 juillet 19782, désormais codifiée en un Code des relations entre le public et l’administration (CRPA)3 entré en vigueur au 1er janvier 2016, au sein de laquelle un régime dérogatoire était réservé aux services culturels (article 11). Continuer la lecture de [Forum des archivistes 2016 à Troyes] Session archives accessibles/archives ouvertes ? « Open Data et réutilisation : un droit enfin stabilisé ? »

  1. Sur le même sujet, le Service Interministériel des Achives de France a mis en ligne la restitution sonore de la journée d’études qu’il a organisée le 23 septembre 2014 sur le thème « Réutilisation et open data : quels enjeux pour les archives ? », voir http://siafdroit.hypotheses.org/167#more-167 []
  2. Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public et diverses dispositions d’ordre administratif, social et fiscal, sur Legifrance []
  3. CRPA sur Legifrance []

[Forum des archivistes 2016 à Troyes] Conférence inaugurale de Bruno Bachimont : « L’archive et la massification des données : une nouvelle raison numérique ? »

À l’occasion du second forum des archivistes, organisé à Troyes par l’Association des Archivistes Français du 30 mars au 1er avril dernier, autour du thème « Les archives, bouillon de culture numérique », Bruno Bachimont, Directeur de Recherche à l’Université de Technologie de Compiègne, a prononcé une conférence  qui questionne l’impact du milieu numérique sur notre façon d’appréhender la culture.

Ce que fait le numérique aux contenus

Depuis environ un siècle, la trace documentaire de l’événement est scindée en une ressource codée — morse, ondes radio, et aujourd’hui codes numériques — et une vue publiée. La compréhension de la ressource codée nécessite un medium technologique, sans quoi elle est illisible. De là vient un risque d’obsolescence : la ressource codée est permanente, mais pas le medium qui assure la vue publiée. La ressource codée numériquement est encore plus problématique puisque le numérique est un support « anonyme et gyrovague », sans sémantique en soi. Continuer la lecture de [Forum des archivistes 2016 à Troyes] Conférence inaugurale de Bruno Bachimont : « L’archive et la massification des données : une nouvelle raison numérique ? »