Archives par mot-clé : Moyen Âge

Représenter l’arbre dans les herbiers : l’exemple du gattilier

Le Moyen Âge nous a légué de nombreux herbiers enluminés, réalisés pour la plupart aux XIVe et XVe siècles. Ces manuscrits sont parsemés de centaines d’illustrations de plantes et sont une source privilégiée pour l’historien de la botanique.

Les savants médiévaux mènent une réflexion approfondie sur les catégories du monde végétal. L’agnus castus (Vitex Agnus Castus selon la nomenclature de Linné, gattilier en français moderne) en est un bon exemple. Il s’agit d’un arbuste pouvant atteindre des tailles très variables et qui pousse surtout à la faveur du climat méditerranéen. Ses fleurs, bien reconnaissables, forment des épis bleu violacé ou rose. L’identité de cette plante varie beaucoup d’un texte à l’autre : certains encyclopédistes la qualifient d’herbe, d’autres d’arbre, d’arbrisseau, de « petit arbret », ou de « plante qui est de la grandeur des arbres… ». Les autorités antiques elles-mêmes ne sont guère déterminées sur la nomenclature à associer à ce végétal, ce qui laisse une certaine liberté d’interprétation aux compilateurs médiévaux.

L’iconographie botanique relaie les hésitations terminologiques concernant cette plante. L’agnus castus est souvent représenté comme une plante herbacée (figure 1), de petite taille, ramifiée dès la base : c’est le modèle dominant. Cependant, d’autres manuscrits donnent à voir une image bien différente de cette plante (figure 2) : elle peut être représentée comme un arbre, au tronc bien apparent et planté en terre. L’iconographie scientifique n’est donc pas toujours tributaire de modèles antérieurs, mais s’attache à mettre en place des solutions qui lui sont propres pour ordonner le monde végétal.

L’arbre et le livre au Moyen Âge par Alice Laforêt

Rencontre avec Alice Laforêt, élève de 4e année, autour de sa thèse intitulée « L’arbre et le livre au Moyen Âge. Encyclopédies et herbiers : les arbres dans le savoir botanique occidental XIIIe-XVe siècle ». Propos recueillis par Pierre Pocard.

Pour commencer, qu’est-ce qu’un arbre au Moyen Âge ?

L’arbre du savoir livresque médiéval est bien sûr différent de celui d’aujourd’hui. Nombreuses sont les plantes qu’un lecteur contemporain trouverait étonnant de qualifier d’arbres ! L’un des enjeux de ma thèse était de s’interroger sur l’identité même de l’arbre, au sens des naturalistes médiévaux, et donc d’analyser l’organisation du monde végétal dans les textes savants. Tout d’abord, l’arbre s’oppose à l’herbe – il s’agit des deux grandes catégories que distingue le savoir botanique au Moyen Âge. L’archétype de l’arbre médiéval est plutôt proche de l’arbre contemporain : un végétal de haute taille, qui dispose d’un tronc solide, de racines et d’une large ramure.

Continuer la lecture de L’arbre et le livre au Moyen Âge par Alice Laforêt

Le château de Talmont (Talmont Saint-Hilaire, Vendée, 85). Histoire et perspectives de recherches

L’état actuel des recherches au sujet du château de Talmont, en Vendée, site qui fait actuellement l’objet d’un projet de recherches porté par l’Inrap et l’Université de Poitiers, autour de l’opération archéologique programmée réalisée chaque été sous la direction de Teddy Béthus (Inrap Grand Ouest) et Nicolas Prouteau (Maître de conférences, université de Poitiers – Cescm UMR 7302 CNRS), avec autorisation du SRA des Pays de la Loire. Mon travail de recherche s’inscrit dans ce projet de recherches interdisciplinaire, au sujet des programmes tardifs du château, et plus généralement de la période XIIIe-XVe siècle.

L’étude des périodes historiques anciennes, Antiquité et Moyen Âge, connaît des problèmes méthodologiques bien particuliers. Bien des problématiques doivent désormais faire appel au raffinement technique des spécialistes : spécialistes des textes, de l’iconographie, historiens d’art, archéologues… Le danger est désormais celui d’un trop grand cloisonnement disciplinaire qui cantonnerait chacun dans un champ restreint, ce qui serait évidemment néfaste à une approche globale de chaque période. En ce qui concerne le Moyen Âge, le château est objet fétiche1 tant dans l’imaginaire que dans les préoccupations des chercheurs, depuis le XIXe siècle. Aujourd’hui, les approches pluridisciplinaires renouvellent l’approche de ces édifices, dans le sens d’une étude des structures économiques et sociales des sociétés médiévales. Dans cet état d’esprit, les recherches actuelles sur Talmont incluent des approches  complémentaires qui s’enrichissent  mutuellement, archéologie et textes.

Continuer la lecture de Le château de Talmont (Talmont Saint-Hilaire, Vendée, 85). Histoire et perspectives de recherches

  1. LEROUX (Laure). « Du monument à son histoire : aperçu méthodologique des études castrales en France ». Annales de Janua, n°1. [En ligne] Publié le 15 avril 2013 []

Marseille et l’horizon territorial, par Pierre Vey

Aux origines du territoire de Marseille au Moyen Âge, ou comment Arlulf s’imposa au sein du comitatus Massiliensis à la fin du Xe siècle.

Pour donner un aperçu des questions territoriales dans le pays marseillais, le plus simple et le plus efficace reste de remonter aux origines de la famille vicomtale qui présida aux destinées du comitatus Massiliensis durant près de deux cent cinquante ans. Elle tenait à partir de la deuxième moitié du Xe siècle les trois honneurs constitutifs de l’autorité publique, c’est-à-dire l’episcopatus, l’abbatia de Saint-Victor, qui en dépendait, et la vicomté (comitatus).

Au commencement était Arlulf, obscur personnage de la fidélité du roi de Bourgogne Conrad III, dit le Pacifique. Il apparaît dans les sources en 950, lorsque Conrad lui concéda un important domaine fiscal, la curtis de Trets1. Elle s’étendait le long de la vallée de l’Arc, une rivière orientée est-ouest, courant entre le massif de la Sainte-Victoire et les monts Auréliens, entre Marseille et Aix. Très propice à l’agriculture, alimentant les deux cités en grains, cette curtis présentait également l’avantage d’avoir en son cœur, à Trets, une « turris », c’est-à-dire un ensemble fortifié qui fut probablement une résidence comtale à la fin du siècle précédent. Ce point est remarquable dans la mesure où il n’y en a pas d’autre dans le reste de la Provence orientale – les défenses se concentrant entre Arles et Avignon, là où les comtes avaient leur siège. Ainsi, le domaine concédé à Arlulf, avec tous les droits fiscaux afférents, est de nature à faire de cet homme un personnage incontournable de la politique provençale. Et, en ce milieu du Xe siècle, c’est bien la volonté de Conrad. Continuer la lecture de Marseille et l’horizon territorial, par Pierre Vey

  1. MGH, Diplomata, Burg., Konrad, Diplome (Placitum, Cartae), n°32, p. 141 []

Des sépultures et des saints

Fabien Aguglia, élève archiviste paléographe de quatrième année, nous parle aujourd’hui de sa thèse, intitulée De la sépulture à la sainteté : des tombes privilégiées à l’émergence du culte de saints, à l’époque romane. Propos recueillis par Nola N’Diaye.

Comment t’es venue l’idée de travailler sur ce sujet ?

La question de la sainteté m’a toujours intéressée, le pourquoi et le comment de personnages qui se dotent de figures de saints. Les vies de saints m’intéressaient tout autant, notamment au haut Moyen Âge, mais ce sujet a déjà été beaucoup travaillé. Finalement, j’ai choisi d’étudier ce sujet par un autre pan, celui de l’histoire de l’art, et j’ai contacté M. Philippe Plagnieux. Ce dernier m’a très vite proposé un sujet sur les sépultures privilégiées à l’époque romane. « Privilégié » désigne ici le fait d’être situé dans un espace architectural, comme une église, une abbaye. On entend par tombeau privilégié celui qui n’est pas avec le commun des mortels dans le cimetière. Signalons par ailleurs qu’il ne s’agit pas forcément d’un tombeau ou d’une sépulture, cela peut aussi désigner une inscription. Jamais de synthèse n’avait été faite sur ce sujet auparavant. Je tenais à réaliser une partie de ma thèse finale sur la vie des saints, et M. Plagnieux n’y voyait pas d’objection. Cela m’a donc permis de travailler différents aspects autour du même thème.

Continuer la lecture de Des sépultures et des saints