Archives par mot-clé : Moyen Âge

À l’entrée du Soleil en Bélier. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle, par Alexandre Tur

Rencontre avec Alexandre Tur (prom. 2014), actuellement conservateur au département des manuscrits de la BnF et responsable de la base d’enluminures Mandragore, autour de sa thèse intitulée « À l’entrée du Soleil en Bélier. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle (1405-1484) » (sous la dir. de Jean-Patrice Boudet et Olivier Guyotjeannin). Propos recueillis par Ewen Thual.

« À l’entrée du soleil en Bélier ». Pourrais-tu nous en dire plus sur ce titre ?

Cette formule désigne en astrologie le moment de l’équinoxe de printemps. L’année est rythmée par la course (apparente) du soleil sur l’écliptique, divisée en douze signes astrologiques égaux, le soleil mettant à peu près un mois pour parcourir un signe. Le Bélier est le premier de ces signes : « l’entrée du soleil en Bélier », c’est le moment qu’on regarde pour voir comment va se dérouler l’année à venir, la base d’une prédiction astrologique annuelle.

Comment en es-tu venu à l’astrologie ? Ce thème est-il à la mode chez les médiévistes ?

L’astrologie m’intéressait et je souhaitais travailler sur la période médiévale. La combinaison des deux me permettait d’allier les compétences techniques acquises à l’École des chartes (paléographie, codicologie, édition de texte et latin médiéval en premier lieu) et les enseignements tirés du séminaire « Sciences et magie » de l’Université d’Orléans que j’ai suivi dans le cadre de mon master 2. Dans les pratiques scientifiques et magiques médiévales, l’astrologie tient une petite place, tout comme les prédictions annuelles, mais dans l’ensemble j’ai pu mettre à profit certaines réflexions développées dans ce contexte pour un travail de recherche.

La question est aujourd’hui d’actualité et intéresse beaucoup, mais les recherches qui étaient engagées autour des prédictions annuelles ont souvent du mal à prendre en compte les manuscrits.

Continuer la lecture de À l’entrée du Soleil en Bélier. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle, par Alexandre Tur

« Accompagnés à jouer ensemble », contrats d’association de ménestrels et histoire du travail à la fin du Moyen Âge

Dans un article de 1977, Jacques Le Goff1 soulignait que, malgré le vaste mouvement d’intégration et de légitimation des professions réprouvées qui a lieu aux XIIe et XIIIe siècles, deux activités demeuraient exclues de la société chrétienne : la prostitution et la jonglerie –que l’on entend ici, par commodité, comme pratique professionnelle de l’art du divertissement2 . Si les études menées depuis sur la prostitution3 ont permis de nuancer l’exclusion des prostituées, en insistant sur la pluralité des discours normatifs à leur égard, l’histoire sociale des jongleurs est encore marquée par les travaux d’Edmond Faral4 , teintés de jugements moraux et d’a priori qui le poussent à établir une distinction et une hiérarchie strictes entre jongleur et ménestrel, dont la pertinence a été largement remise en question, par exemple dans les textes littéraires étudiés par Silvère Ménégaldo5 . Or, les jongleurs sont bien mieux tolérés dans la société médiévale qu’un regard exclusivement porté sur les normes religieuses le donnerait à penser. La création d’une corporation à Paris en 1321, baptisée « communauté des jongleurs et ménétriers », en est l’attestation la plus frappante. Cela revient à reconnaître officiellement l’activité des jongleurs comme un métier, que les statuts qualifient de « science de ménestrandise ». Continuer la lecture de « Accompagnés à jouer ensemble », contrats d’association de ménestrels et histoire du travail à la fin du Moyen Âge

  1. LE GOFF (Jacques), « métiers licites et illicites dans l’Occident médiéval », in Pour un autre Moyen Âge, Paris : Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires, 1978. []
  2. La question de la professionnalisation pour les jongleurs pose problème et mériterait d’être discutée comme un sujet en soi. []
  3. Voir notamment la synthèse de ROSSIAUD (Jacques), Amours vénales, la prostitution en Occident, XIIe-XVIe siècle, Paris : Aubier, 2010. []
  4. FARAL (Edmond), Les jongleurs en France au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1910. []
  5. MENEGALDO (Silvère), Le jongleur dans la littérature narrative des XIIe et XIIIe siècles : du masque au personnage, Paris : Honoré Champion, coll. Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge, 2005. []

La vida de Savary de Mauléon dans le chansonnier provençal I (BnF ms.fr. 854, f° 152r)

Au sein de la littérature médiévale de langue d’oc, la vida est un texte en prose racontant la vie d’un troubadour. La majorité de ces œuvres fut rédigée au XIIIe siècle, après l’apogée de la littérature occitane. Nombre d’entre elles ont été copiées dans les manuscrits dits « chansonniers provençaux ». Ces compilations de lyrique occitane, dont une grande partie est conservée au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, furent pour la plupart composées en Italie du Nord au XIIIe siècle et au XIVe siècle. L’Italie fut en effet la principale terre d’élection des faidits ou « exilés », seigneurs méridionaux, parmi lesquels de nombreux troubadours, qui durent quitter leur terre après la croisade des albigeois. C’est pour cette raison qu’au bas Moyen Âge, l’Italie est devenue le centre de gravité de la littérature de langue d’oc, tant en ce qui concerne la composition que la compilation de textes antérieurs.

Parmi ces recueils, le chansonnier provençal I, probablement réalisé en Vénétie dans le dernier quart du XIIIe siècle1, de même que son « jumeau », le chansonnier provençal K, lui aussi conservé à la BnF.  Au sein des nombreuses vidas et œuvres de troubadours des XIIe et XIIIe siècles, on trouve notamment celle de Savary de Mauléon, seigneur poitevin du XIIIe siècle, sans doute composée par le troubadour Uc de Saint-Circq2.

Continuer la lecture de La vida de Savary de Mauléon dans le chansonnier provençal I (BnF ms.fr. 854, f° 152r)

  1. CAMPS (Jean-Baptiste), Les Manuscrits occitans à la Bibliothèque nationale de France, mémoire pour le diplôme de conservateur des bibliothèques, 2 t. , ENSSIB, 2010, t. 2, p. 8-9 []
  2. CAO CARMICHAËL DE BAGLIE (Martine), « Savary de Mauléon, chevalier troubadour poitevin, traîtrise et société aristocratique », in Le Moyen-Âge, revue d’histoire et de philologie, n°2, 1999, t. CV, p. 290 []

Représenter l’arbre dans les herbiers : l’exemple du gattilier

Le Moyen Âge nous a légué de nombreux herbiers enluminés, réalisés pour la plupart aux XIVe et XVe siècles. Ces manuscrits sont parsemés de centaines d’illustrations de plantes et sont une source privilégiée pour l’historien de la botanique.

Les savants médiévaux mènent une réflexion approfondie sur les catégories du monde végétal. L’agnus castus (Vitex Agnus Castus selon la nomenclature de Linné, gattilier en français moderne) en est un bon exemple. Il s’agit d’un arbuste pouvant atteindre des tailles très variables et qui pousse surtout à la faveur du climat méditerranéen. Ses fleurs, bien reconnaissables, forment des épis bleu violacé ou rose. L’identité de cette plante varie beaucoup d’un texte à l’autre : certains encyclopédistes la qualifient d’herbe, d’autres d’arbre, d’arbrisseau, de « petit arbret », ou de « plante qui est de la grandeur des arbres… ». Les autorités antiques elles-mêmes ne sont guère déterminées sur la nomenclature à associer à ce végétal, ce qui laisse une certaine liberté d’interprétation aux compilateurs médiévaux.

L’iconographie botanique relaie les hésitations terminologiques concernant cette plante. L’agnus castus est souvent représenté comme une plante herbacée (figure 1), de petite taille, ramifiée dès la base : c’est le modèle dominant. Cependant, d’autres manuscrits donnent à voir une image bien différente de cette plante (figure 2) : elle peut être représentée comme un arbre, au tronc bien apparent et planté en terre. L’iconographie scientifique n’est donc pas toujours tributaire de modèles antérieurs, mais s’attache à mettre en place des solutions qui lui sont propres pour ordonner le monde végétal.

L’arbre et le livre au Moyen Âge par Alice Laforêt

Rencontre avec Alice Laforêt, élève de 4e année, autour de sa thèse intitulée « L’arbre et le livre au Moyen Âge. Encyclopédies et herbiers : les arbres dans le savoir botanique occidental XIIIe-XVe siècle ». Propos recueillis par Pierre Pocard.

Pour commencer, qu’est-ce qu’un arbre au Moyen Âge ?

L’arbre du savoir livresque médiéval est bien sûr différent de celui d’aujourd’hui. Nombreuses sont les plantes qu’un lecteur contemporain trouverait étonnant de qualifier d’arbres ! L’un des enjeux de ma thèse était de s’interroger sur l’identité même de l’arbre, au sens des naturalistes médiévaux, et donc d’analyser l’organisation du monde végétal dans les textes savants. Tout d’abord, l’arbre s’oppose à l’herbe – il s’agit des deux grandes catégories que distingue le savoir botanique au Moyen Âge. L’archétype de l’arbre médiéval est plutôt proche de l’arbre contemporain : un végétal de haute taille, qui dispose d’un tronc solide, de racines et d’une large ramure.

Continuer la lecture de L’arbre et le livre au Moyen Âge par Alice Laforêt