Archives par mot-clé : Histoire naturelle de Pline l’Ancien

La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne

Rencontre avec Lou Delaveau, élève de quatrième année, qui soutiendra le 13 juin sa thèse intitulée « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) », sous la direction de Christine Bénévent (École nationale des chartes) et de Michel Pastoureau (École pratiques des hautes études). Propos recueillis par Alice Laforêt.


Ta thèse s’intitule « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) » Sur quel corpus t’es-tu appuyée pour tenter de circonscrire une définition livresque de la sirène ?

Savoir ce qu’est une “sirène” dans la production textuelle de l’époque moderne est la grande problématique de mon travail. J’avais été frappée par le fait que certains travaux antérieurs plaquaient rétrospectivement sur des représentations de monstres féminins hybrides le nom de “sirènes” en suivant un processus de reconnaissance qui me paraissait discutable. Cet étonnement en tant que lectrice a sans doute joué un rôle déterminant dans la définition du périmètre de mes recherches, qui portent donc sur la réception des portraits de la sirène offerts aux lecteurs de la première modernité. Tenter de circonscrire une définition s’avère en effet particulièrement complexe, la sirène étant un monstre à la fois hybride et mouvant. C’est par cette approche critique de la terminologie et la prise en compte du livre comme une source à part entière que j’ai souhaité rendre ma thèse originale.
Pour constituer un corpus cohérent et le plus exhaustif possible, j’ai avant tout établi une liste d’ouvrages zoologiques et tératologiques, et retenu ceux qui évoquaient la sirène après avoir consulté leurs tables des matières et leurs index. Je me suis également appuyée sur des encyclopédies ou traités de référence qui accordent à l’époque une large place aux monstres marins en général. Pour le versant numérique de mes explorations, j’ai effectué une recherche d’images dans diverses bases de données afin de retrouver les livres qui les comportaient. Enfin, j’ai travaillé à partir de Google Livres : j’ai établi un formulaire de recherche à partir de vingt-deux orthographes différentes du terme « sirène », ce qui a fait remonter un certain nombre d’ouvrages que mes méthodes précédentes n’avaient pas permis de repérer – notamment des livres qui ne constituaient pas des traités zoologiques ou tératologiques en tant que tels, mais qui pouvaient comporter une définition de la sirène. L’un des enjeux de la constitution de ce corpus était de ne pas plaquer un regard anachronique sur cette créature complexe : le corollaire a été de constituer un corpus de textes documentaires traversant assez largement ce que l’on considérerait aujourd’hui comme des disciplines différentes.

Continuer la lecture de La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne