Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIIIe – début XVIe s.)

Rencontre avec Ewen Thual, actuellement élève de 3e année, qui nous évoque sa thèse d’École intitulée : Fonder pour la gloire. Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIIIᵉ-début XVIᵉ s.). L’occasion de mieux comprendre le fonctionnement de ces établissements dans le contexte de la Haute-Bretagne. Propos recueillis par Claire Daniélou.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’on entend par collégiale ?

Une collégiale est une église desservie par une communauté de clercs différente de l’église cathédrale, qui vivent en chapitre mais qui, à la différence des moines, ne suivent pas de règle. Ces clercs sont appelés chanoines séculiers, qui récitent ensemble l’office divin, qui ont leurs propres revenus (prébende) et qui ont voix au chapitre.

Leur origine remonte à l’époque carolingienne, date à laquelle on a essayé de leur imposer une règle, après le concile d’Aix-la-Chapelle (816), reprenant une grande partie de la règle que Chrodegang de Metz a façonné pour les chanoines de sa cathédrale. À partir de cette époque, une distinction plus nette s’est faite entre les modes de vie monastique et canoniale, ce qui s’est accentué par la suite avec la sécularisation des chapitres cathédraux et l’essor des fondations de collégiales séculières, aux XIe et XIIe siècles en ce qui concerne la France. Continuer la lecture de Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIIIe – début XVIe s.)

La Wellcome Library (Londres)

Présentation de la Wellcome Library à Londres, où Alice Laforêt a effectué un stage d’un mois début 2015.


Un aperçu de l’institution

Située au 183 Euston Road, à quelques minutes à pied de la British Library, la Wellcome Library est beaucoup moins connue du public français que cette dernière. Il s’agit pourtant d’une institution de taille dans le paysage culturel britannique. Ses collections en font l’une des plus grandes bibliothèques au monde pour l’histoire des sciences et de la médecine, tout comme la National Library of Medicine américaine, et la Bibliothèque Interuniversitaire de Santé à Paris. Cette bibliothèque est l’héritière de la collection d’Henry Wellcome, fondateur d’une grande société pharmaceutique et collectionneur frénétique de la première moitié du xxe siècle : dans les années 20, ses dépenses annuelles destinées à l’acquisition de livres et d’artefacts dépassaient celles du British Museum1 . Son intérêt ne se limite pas à l’histoire de la médecine mais englobe le plus souvent l’histoire des sciences dans un sens très large.

Continuer la lecture de La Wellcome Library (Londres)

  1. Cures and Curiosities : inside the Wellcome Library, éd. Tony Gould, p. 9. []

Pierre Le Baud, La Compillation des cronicques et ystoires des Bretons (1480)

Pierre Le Baud est assis, en train d’écrire, sans doute dans une mise en abyme de sa tâche d’historiographe de Bretagne, en regard du texte. Son vêtement montre bien qu’il s’agit d’un clerc, mais il se fait plus représenter en tant que lettré qu’en tant que chanoine1, tenant à la double nature du chanoine séculier, chargé de l’office divin et engagé dans le siècle.

Il s’agit d’une des rares représentations de chanoine de collégiale de la Bretagne médiévale, si ce n’est la seule.

Continuer la lecture de Pierre Le Baud, La Compillation des cronicques et ystoires des Bretons (1480)

  1. Pour une représentation classique de chanoine, voir le célèbre tableau de Van Eyck, La Madone au chanoine Van der Paele, où le chanoine est paré des attributs de sa fonction, celui de magister de la collégiale Saint-Donatien de Bruges : il porte un bréviaire, des lunettes, une aumusse de fourrure. []

Marie-Guillemine Benoist, Portrait d’une négresse (1800)

C’est un tableau un peu postérieur à la période que j’étudie, d’une élève d’Élisabeth Vigée Le Brun, Marie-Guillemine Benoist (1768-1826). Il représente une “négresse” de face, qui n’est pas diminuée. Les nuances de sa peau sont très bien peintes, cela a beaucoup étonné les contemporains car personne n’avait cherché auparavant à capter aussi bien ces nuances. Elle porte les couleurs de la Révolution française, on y a donc vu un symbole de revendication de l’égalité et de l’abolition de l’esclavage. C’est un beau tableau, fort, qui joue aussi sur l’exotisme de son corps un peu dénudé, mais son regard n’est pas ambigu, elle nous regarde de face avec dignité. C’est une représentation qui illustre une évolution dans certaines mentalités de l’époque.

Bordeaux, en tant que port commerçant avec beaucoup de passage, était une ville où la familiarité avec les gens de couleur était grande : les créoles y étaient nombreux, les relations avec les personnes de couleur, y compris dans l’entourage familial, étaient fréquentes. En 1791, après un décret en faveur des gens de couleur, Bordeaux propose à la Constituante d’envoyer dans les colonies une partie de la garde nationale, afin de faire respecter le décret. Julien Raimond, un quarteron libre d’origine aquitaine et défenseur de l’indépendance de Saint-Domingue avec Toussaint Louverture, se souviendra de cette action.

Les minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle

Pour le début de ce carnet de recherche chartiste, Julie Duprat (élève en fin de deuxième année) a accepté de répondre à quelques questions et de nous présenter sa thèse sur les Minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle (1763-1792). Direction l’Aquitaine et les Antilles à la fin de l’époque moderne pour cette étude prosopographique. Propos recueillis par Claire Daniélou.

Pour commencer, Julie, peux-tu nous expliquer à quoi correspondent les dates qui bornent ton sujet ?

Mon étude commence en 1763, c’est-à-dire au moment de la signature du Traité de Paris à l’issue de la Guerre de Sept Ans. Les Antilles à l’époque avaient un statut assez flou : il s’agissait de colonies espagnoles mais depuis environ 150 ans il y avait une prédominance française sur la région. Le Traité de Paris vient confirmer que les Français règnent véritablement sur les îles à sucre. Cela concerne des îles comme l’actuel Haïti, La Martinique, Sainte-Lucie… Quant à 1792, c’est l’année où un décret du 28 mars 1792 de l’Assemblée nationale établit l’égalité entre les blancs et « les hommes de couleur & nègres libres », avant que l’esclavage soit aboli en pleine révolution1 et que Napoléon ne le remette en place.

Cette période correspond à un essor des plantations sucrières et de l’esclavage.

Continuer la lecture de Les minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle

  1. Par un décret de la Convention du 16 pluviôse an II (4 février 1794) []

Carnet des élèves et étudiants de l'Ecole nationale des chartes