Imaginer le Grand Nord depuis Strasbourg. Pratiques d’un philologue comparatiste

Entretien avec Hugo Forster, archiviste paléographe (promo. 2023), auteur d’une thèse d’École des chartes intitulée Frédéric-Guillaume Bergmann (1812 – 1887). Une pratique strasbourgeoise de la philologie comparée. Son travail a été dirigé par M. Thomas Mohnike, professeur d’études scandinaves à l’Université de Strasbourg et Mme Christine Bénévent, professeure d’histoire du livre et de bibliographie à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Colette Loutrel, élève archiviste paléographe de troisième année.


Comment en es-tu arrivé à étudier Frédéric-Guillaume Bergmann ?

J’ai construit mon objet de recherche très progressivement. Dès les prémisses de mon travail, j’ai souhaité aborder une thématique culturelle sous l’angle d’une certaine problématique, celle de l’histoire des représentations, ou autrement dit, de la réception culturelle. L’idée m’est venue de lectures faites à la fin de mes classes préparatoires, notamment La Culture au pluriel de Michel de Certeau, qui m’est resté comme boussole méthodologique. Dans ce recueil de textes publiés autour de Mai-68, le philosophe évoque en particulier la métamorphose que font subir le folkloriste ou l’anthropologue aux faits de cultures vivants qu’ils examinent et dissèquent, ce que de Certeau appelle « la beauté du mort ». Ce type de mutations d’objets intangibles, représentations variant selon la période ou le groupe social qui en est le réceptacle, me fascinent. C’est d’ailleurs du fait de cette curiosité que je me suis engagé, il y a désormais sept ans, sur la voie professionnelle de la conservation en bibliothèque. J’ai essayé de conjuguer cet intérêt conceptuel à ce qui était pour moi une forme de tropisme touchant à la Scandinavie. J’allais donc travailler sur les représentations du « grand Nord ». Il m’a fallu, au fil du temps, analyser mes motivations pour évacuer la part de fantasmes qui interférait avec mon travail de recherche. En m’établissant en examinateur critique des imaginaires, je devais évidemment prendre en compte ma propre subjectivité. Du reste, dans un premier temps, il me fallait au moins un référent attirant pour me donner le courage de me lancer.

Continuer la lecture de Imaginer le Grand Nord depuis Strasbourg. Pratiques d’un philologue comparatiste