Le chartiste François Jacques Himly et sa contribution pour une législation archivistique au Togo

Article rédigé par Yaboul Banwame, archiviste et diplomatiste de formation, titulaire d’une licence en archivistique de l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) de Dakar, diplômé (prom. 2021) du master Technologies Numériques Appliquées à l’Histoire (TNAH) de l’École nationale des chartes (ENC), et diplômé du master Archives des XXe et XXIe siècles européens de l’Université de Bourgogne ; consultant en archivistique et gestion documentaire au Cabinet d’Expertise en Sciences du Livre et des Archives au Togo (CESLA-TOGO).1


Si des recherches historiques dont celles du savant sénégalais Cheikh Anta Diop2 ont permis de démontrer l’existence d’une culture de l’écrit en Afrique avant la période coloniale, il n’en demeure pas moins que les plus anciennes archives que nous retrouvons dans nos institutions archivistiques africaines contemporaines procèdent des activités menées par l’administration coloniale. Lors des indépendances, on assista, dans la majorité des cas, à un partage de ce patrimoine documentaire entre les anciennes métropoles qui se retiraient de leurs colonies avec des archives dites « de souveraineté » et les nouveaux territoires indépendants qui entraient en possession des archives dites « de gestion »3. C’est aussi le cas du Togo, pays de 56600 km2 situé en Afrique subsaharienne et limité au Nord par le Burkina-Faso, à l’Est par le Bénin, à l’Ouest par le Ghana et au Sud par l’océan Atlantique, qui a été protectorat allemand de 1884 à 1914 puis condominium franco-britannique à la suite de la défaite de l’Allemagne lors de la première Guerre mondiale avant d’accéder à sa souveraineté nationale et internationale le 27 avril 19604. Le Togo a en effet hérité d’un patrimoine archivistique remontant aussi bien à l’époque coloniale allemande que celle franco-britannique. À ces archives coloniales se sont ajoutées avec le temps les documents produits ou reçus dans le cadre de la gestion des affaires par les nouvelles administrations mises en place au lendemain des indépendances5. Dès lors se pose avec acuité la question de la préservation et de la gestion de ce patrimoine documentaire, d’où la prise de plusieurs initiatives, notamment dans les années 1960 – 1980, au nombre desquelles la création d’écoles de formation d’archivistes comme l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) à Dakar (Sénégal) en 1967 mais aussi le recours à des experts de l’UNESCO en vue de mener des réflexions visant au développement de politiques nationales d’archives dans divers pays d’Afrique voire d’Asie et d’Amérique latine6. Parmi ces experts figure François Jacques Himly, dont les apports, entre autres, à la réflexion pour une législation archivistique au Togo dans les années 1978-1979 seront au cœur de nos préoccupations dans le cadre de cet article.

Continuer la lecture de Le chartiste François Jacques Himly et sa contribution pour une législation archivistique au Togo

  1. Image de bannière : Montage. À gauche, HIMLY François Jacques, Réorganisation et développement des archives : République togolaise – (mission), UNESCO, Paris, 1979, page de garde ; consulté depuis la bibliothèque numérique de l’UNESCO. À droite, carte du Togo : EC/JRC-ECHO / CC-BY-4.0 / Wikimedia Commons []
  2. DIOP Cheikh Anta, “Nations nègres et culture”, Présence africaine, Paris, 1955. []
  3. JOLLIVET Charly, Archives, archivistique et logiques d’usage dans les territoires issus de la colonie de Madagascar de 1946 à nos jours, thèse de doctorat en archivistique, Université d’Angers, 2020, pp. 60-68. []
  4. GAYIBOR Nicoué Lodjou, Histoire des Togolais : des origines aux années 1960. Le refus de l’ordre colonial, vol. 4, Karthala Éditions, 2011, 759 p. []
  5. MBAN Albert, Les problèmes des archives en Afrique : à quand la solution ?, L’Harmattan : Paris, 2007, 167 p. []
  6. Quelques-uns de ces rapports sont accessibles depuis la bibliothèque numérique de l’UNESCO []