Faire l’histoire d’un genre : le documentaire historique de télévision

Entretien avec Adrien Julla-Marcy, archiviste-paléographe, qui a soutenu le 7 juin 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée L’histoire commence à vingt et une heure. Le documentaire historique à la télévision française (1949-1989). Cette thèse a été dirigée par M. Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains.1 Propos recueillis par Giulia Ceccarelli (AP3).


Comment as-tu abouti au choix de ce sujet ?

À la fin de ma troisième année de classe préparatoire au lycée Pierre de Fermat, à Toulouse, c’est l’expérience du festival L’histoire à venir qui m’a donné des idées pour la recherche. Cette année-là, le livre collectif Histoire mondiale de la France qui venait de sortir était présenté au festival et j’ai eu la possibilité d’assister à des conférences de Patrick Boucheron, et des historiens et historiennes qui y avaient participé à l’écriture collective du livre, ou à d’autres sommités comme Michèle Zancarini-Fournel. Il y avait comme thématique principale une réflexion sur les enjeux de l’écriture de l’histoire et ces rencontres m’ont permis de m’intéresser pleinement à l’historiographie pour la première fois ; on y discutait des différentes manières de raconter l’histoire, ce qui constitue une des bases du métier d’historien. Après la prépa, j’ai lu un certain nombre de travaux qui traitent des différentes manifestations du roman national et de son écriture, depuis le Dimanche de Bouvines de Duby au Mythe national de Suzanne Citron. L’enseignement de Laurent Avezou, qui est un spécialiste du sujet, a sans doute aussi pesé dans la balance. Une fois à l’école des chartes, lors de mes premiers échanges avec Christophe Gauthier, mon directeur de recherche, nous avons discuté, entre autres sujets toujours liés à cette notion d’écriture, de la possibilité de travailler sur les représentations audiovisuelles de l’histoire, en incluant le cinéma mais aussi les jeux vidéo. C’est finalement l’absence d’une étude exhaustive sur les documentaires historiques à la télévision qui m’a convaincu de choisir ce sujet. L’idée de départ était de travailler sur les représentations historiques, les discours et la mise en image, dans une perspective critique ; au fur et à mesure de mon travail, cet aspect s’est estompé pour s’inscrire plus pleinement dans une histoire institutionnelle et médiatique.

Continuer la lecture de Faire l’histoire d’un genre : le documentaire historique de télévision

  1. Image de bannière: Rue des Archives, “Une Année comme les autres : 1963”, FR3, 19 novembre 1978. Images de l’Institut national de l’Audiovisuel (INA) []

Le chartiste François Jacques Himly et sa contribution pour une législation archivistique au Togo

Article rédigé par Yaboul Banwame, archiviste et diplomatiste de formation, titulaire d’une licence en archivistique de l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) de Dakar, diplômé (prom. 2021) du master Technologies Numériques Appliquées à l’Histoire (TNAH) de l’École nationale des chartes (ENC), et diplômé du master Archives des XXe et XXIe siècles européens de l’Université de Bourgogne ; consultant en archivistique et gestion documentaire au Cabinet d’Expertise en Sciences du Livre et des Archives au Togo (CESLA-TOGO).1


Si des recherches historiques dont celles du savant sénégalais Cheikh Anta Diop2 ont permis de démontrer l’existence d’une culture de l’écrit en Afrique avant la période coloniale, il n’en demeure pas moins que les plus anciennes archives que nous retrouvons dans nos institutions archivistiques africaines contemporaines procèdent des activités menées par l’administration coloniale. Lors des indépendances, on assista, dans la majorité des cas, à un partage de ce patrimoine documentaire entre les anciennes métropoles qui se retiraient de leurs colonies avec des archives dites « de souveraineté » et les nouveaux territoires indépendants qui entraient en possession des archives dites « de gestion »3. C’est aussi le cas du Togo, pays de 56600 km2 situé en Afrique subsaharienne et limité au Nord par le Burkina-Faso, à l’Est par le Bénin, à l’Ouest par le Ghana et au Sud par l’océan Atlantique, qui a été protectorat allemand de 1884 à 1914 puis condominium franco-britannique à la suite de la défaite de l’Allemagne lors de la première Guerre mondiale avant d’accéder à sa souveraineté nationale et internationale le 27 avril 19604. Le Togo a en effet hérité d’un patrimoine archivistique remontant aussi bien à l’époque coloniale allemande que celle franco-britannique. À ces archives coloniales se sont ajoutées avec le temps les documents produits ou reçus dans le cadre de la gestion des affaires par les nouvelles administrations mises en place au lendemain des indépendances5. Dès lors se pose avec acuité la question de la préservation et de la gestion de ce patrimoine documentaire, d’où la prise de plusieurs initiatives, notamment dans les années 1960 – 1980, au nombre desquelles la création d’écoles de formation d’archivistes comme l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) à Dakar (Sénégal) en 1967 mais aussi le recours à des experts de l’UNESCO en vue de mener des réflexions visant au développement de politiques nationales d’archives dans divers pays d’Afrique voire d’Asie et d’Amérique latine6. Parmi ces experts figure François Jacques Himly, dont les apports, entre autres, à la réflexion pour une législation archivistique au Togo dans les années 1978-1979 seront au cœur de nos préoccupations dans le cadre de cet article.

Continuer la lecture de Le chartiste François Jacques Himly et sa contribution pour une législation archivistique au Togo

  1. Image de bannière : Montage. À gauche, HIMLY François Jacques, Réorganisation et développement des archives : République togolaise – (mission), UNESCO, Paris, 1979, page de garde ; consulté depuis la bibliothèque numérique de l’UNESCO. À droite, carte du Togo : EC/JRC-ECHO / CC-BY-4.0 / Wikimedia Commons []
  2. DIOP Cheikh Anta, “Nations nègres et culture”, Présence africaine, Paris, 1955. []
  3. JOLLIVET Charly, Archives, archivistique et logiques d’usage dans les territoires issus de la colonie de Madagascar de 1946 à nos jours, thèse de doctorat en archivistique, Université d’Angers, 2020, pp. 60-68. []
  4. GAYIBOR Nicoué Lodjou, Histoire des Togolais : des origines aux années 1960. Le refus de l’ordre colonial, vol. 4, Karthala Éditions, 2011, 759 p. []
  5. MBAN Albert, Les problèmes des archives en Afrique : à quand la solution ?, L’Harmattan : Paris, 2007, 167 p. []
  6. Quelques-uns de ces rapports sont accessibles depuis la bibliothèque numérique de l’UNESCO []

À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge

Entretien avec Geneviève Roumier (Alday), archiviste-paléographe, qui a soutenu le 30 mai 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée Défense et illustration de la Custodie de Terre sainte à la fin du XVe siècle. Les privilèges pontificaux au prisme d’un traité juridique. Cette thèse a été récompensée par le prix Molinier. Elle a été dirigée par M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’ENC, et Mme Catherine Vincent, professeure d’histoire médiévale à l’université Paris-Nanterre.1 Propos recueillis par Giulia Ceccarelli (AP3).


Comment as-tu choisi ce sujet ?

Lors de mon stage aux archives historiques de la Custodie de Terre sainte (ASCTS), à Jérusalem en février 2020, l’archiviste de l’institution m’avait demandé la transcription d’un manuscrit latin inédit2, dont il voulait avec sa communauté découvrir le contenu. En l’étudiant de plus près, je me suis rapidement rendu compte de son intérêt. J’ai ainsi pris la décision, à la fin de la deuxième année de ma scolarité, de changer de sujet de recherche pour me consacrer à l’édition de ce manuscrit. Ce stage au sein même des archives m’a également permis d’effectuer des rencontres personnelles enrichissantes, d’échanger avec les frères qui se trouvent encore aujourd’hui à Jérusalem et de pouvoir finalement mieux cerner le document sur lequel je comptais travailler. Du fait de l’intérêt croissant que je trouvais à ce document inédit, j’ai ensuite décidé d’enrichir l’édition critique que constituait mon mémoire de master 2 par une étude du manuscrit mis en relation avec le fonds de bulles pontificales et de bullaires conservés aux archives de la custodie.

Continuer la lecture de À la découverte d’un manuscrit inédit : une histoire retrouvée de la Custodie franciscaine de Terre sainte à la fin du Moyen-Âge

  1. Image de bannière: Première page du Codice A où commencent les copies des bulles pontificales, après les pages de garde du manuscrit faites de parchemins de remploi : sur cette page figure l’introït grégorien de la messe de la nativité de saint Jean-Baptiste, fêtée le 24 juin ; la partition musicale est décorée d’une belle initiale “d” onciale ornée de rouge et de bleu. Photographie : Geneviève Roumier []
  2. ASCTS, CC, Copiari pontifici, 1 []