Espace et mémoire dans l’Ordre franciscain à la fin du Moyen Âge. Le “Provinciale ordinis fratrum Minorum” de Paolino da Venezia

Entretien avec Loïc Pierrot, archiviste-paléographe, qui a soutenu le 30 mai 2022 sa thèse d’École des chartes intitulée Espace et mémoire dans l’Ordre des frères mineurs à la fin du Moyen Âge. Étude et édition critique du Provinciale ordinis fratrum Minorum de Paolino da Venezia. Cette thèse a été dirigée par M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’ENC, et Mme. Isabelle Heullant-Donat, professeure d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardennes.1 Propos recueillis par Hugo Forster (AP4).


Le titre de ta thèse montre un objet d’études circonscrit à l’extrême, que l’on pourrait hâtivement résumer à une seule source. Peux-tu, en guise d’introduction, nous expliquer comment ton parcours de formation t’a amené à traiter ce document particulier dans le cadre de ta thèse d’École ?

En entrant à l’École des chartes (ENC) et à l’École normale supérieure (ENS) en 2018, je n’avais pas fait beaucoup de latin mais je savais que je voulais travailler sur l’histoire du Moyen Âge. J’étais prêt à me former rapidement, ce que me permettait mon parcours. Sur la suggestion de ma directrice de recherche, j’ai d’abord choisi de travailler sur les origines de la custodie franciscaine de Terre sainte. Après quelque temps, j’ai finalement voulu changer de sujet. Isabelle Heullant-Donat, ma directrice de recherches, m’a alors proposé d’éditer et d’étudier le Provinciale ordinis fratrum Minorum, un texte dont elle avait eu connaissance en préparant sa thèse de doctorat consacrée aux chroniqueurs franciscains Paolino da Venezia et Elemosina da Gualdo. Ce sujet m’a séduit parce qu’il touchait à l’histoire culturelle et religieuse du Moyen Âge et à l’histoire de la réception et de l’érudition moderne. C’était aussi l’occasion de mettre en application les savoirs critiques enseignés à l’École des chartes.

Continuer la lecture de Espace et mémoire dans l’Ordre franciscain à la fin du Moyen Âge. Le “Provinciale ordinis fratrum Minorum” de Paolino da Venezia

  1. Image de bannière : Staatsbibliothek Bamberg. Msc.Hist.4/2, fol. 13r. Détail. Photographie : Gerald Raab. []

Innovations pédagogiques et formation des élites à la fin de l’époque moderne : le collège bénédictin et l’école militaire de Sorèze (1759 – 1796)

Entretien avec Juliette Curien–Mangel (prom. 2022) qui a soutenu en juin sa thèse d’école intitulée « Le collège bénédictin et l’école militaire de Sorèze (1759-1796). Innovations pédagogiques et formation des élites », sous la direction de M. Olivier Poncet, professeur d’histoire d’histoire moderne à l’École nationale des chartes (ENC), et de M. Boris Noguès, maître de conférence à l’ENS Lyon.1 Propos recueillis par Arsène Donada–Vidal (élève archiviste-paléographe en 2e année).


Tu as changé de sujet en cours de route, passant d’une étude sur le collège de Juilly au collège de Sorèze. Pourquoi, et comment as-tu vécu ce changement ? Qu’est-ce qui t’a amenée à travailler sur ce sujet ?

Au moment de choisir un sujet de recherche au courant de la première année du cursus d’archiviste-paléographe (AP1) dès novembre 2018, je pensais travailler sur quelque chose de complètement différent : les voyages d’exploration en Afrique au XIXe siècle. J’avais rencontré une professeure et j’étais même allée aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence, au printemps, pour y consulter les carnets de voyage de l’explorateur Alfred Dyé (1874 – 1926). J’envisageais donc dans un premier temps de travailler sur le personnage, voire d’éditer ses carnets. En fin de compte, au terme de l’année d’AP1, j’ai un peu regretté d’avoir délaissé la période moderne, avec laquelle j’avais le plus d’affinités.

Continuer la lecture de Innovations pédagogiques et formation des élites à la fin de l’époque moderne : le collège bénédictin et l’école militaire de Sorèze (1759 – 1796)

  1. Image de converture : le clocher Saint Martin et la cour des Rouges de l’abbaye-école de Sorèze en 2008. Photo JYB Devot – Wikimedia Commons []