Soutenances des mémoires de master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » 2020

Les soutenances des mémoires de master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » de la promotion 2019 se dérouleront du vendredi 16 octobre au vendredi 23 octobre 2020.  Les soutenances sont accessibles en ligne via le lien indiqué dans le planning.

Vendredi 16 octobre

10h-11h30 : Gwenaëlle Patat, sous la direction de Jean-Baptiste Camps et de Dominique Stutzmann, « L’étude des livres d’heures à la lumière du numérique. Le cycle de vie des données et des métadonnées – Analyser, Modéliser, Structurer, Visualiser ».

14h-15h30 : Maxime Challon, sous la direction de Thibault Clérice et de Gautier Poupeau, « Les référentiels en institutions patrimoniales : évolution des pratiques et repositionnement. L’exemple des référentiels de l’Institut national de l’Audiovisuel ».

16h-17h30 : Agathe Floderer, sous la direction de Thibault Clérice et de Bernadette Litzschgi,  » La valorisation numérique du fonds patrimonial d’une bibliothèque municipale – Le cas du Fonds patrimonial de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg ».

Lundi 19 octobre

9h30-11h : Jean-Damien Généro, sous la direction de Vincent Jolivet et d’Alix Chagué, « Valoriser le traitement automatique des données : le cas des Ouvriers des deux mondes« .

10h30-12h : Chloé Fize, sous la direction de Jean-Baptiste Camps et de Christopher Kermovant, « Archives et intelligence artificielle : pour un traitement inédit des données historiques, application à la recherche et au patrimoine privé ».

11h15-12h45 : Lucas Terriel, sous la direction de Thibault Clérice et d’Alix Chagué, « Représenter et évaluer les données issues du traitement automatique d’un corpus de documents historiques. L’exemple de la reconnaissance des écritures manuscrites dans les répertoires de notaires du projet LectAuRep ».

10h30-12h : Rebacca Britstow, sous la direction de Gautier Poupeau et d’Oliver Marlet, « Conserver et diffuser les données de la recherche archéologique : le cas de la base de données ICERAMM et
l’application des principes FAIR ».

 

Mardi 20 octobre

15h-16h30 : Caroline Corbières, sous la direction de Thibault Clérice et de Béatrice Joyeux-Prunel,  » Du catalogue au fichier TEI : Création d’un workflow pour encoder automatiquement en XML-TEI des catalogues d’exposition ».

 

Vendredi 23 octobre

10h-11h30 : Alexandre Bartz, sous la direction de Thibault Clérice et de Simon Gabay, « Un corpus de textes français classiques à l’épreuve de la philologie numérique ».

13h-14h30 : Paul Robert, sous la direction de Thibault Clérice et d’Ammar Ayoub, « Le traitement automatique du langage chez Google. Word2vec, un algorithme de machine learning ».

 

Soutenances privées

Morgane Rousselot sous la direction de Thibault Clérice et de Louisa Torres, « Décrire et étudier des collections de collectionneurs. Élaboration d’un modèle de données à partir des manuscrits du marquis de Paulmy. »

Lucie Slavik, sous la direction de Thibault Clérice, Arthur Provenier, Rémy Heme de Lacotte, « L’édition numérique de correspondance, à travers deux applications sur des corpus du XIXe siècle : la correspondance de Frédéric Le Play (CRHXIX) et ELICOM (Labex
OBVIL) ».

Auriane Quoix, sous la direction d’Ariane Pinche et de Béatrice Joyeux-Prunel, « Interopérabilité et diffusion de données en histoire de l’art : implémentation de IIIF au sein du projet VISUAL CONTAGIONS ».

Anne Brunet, sous la direction de Vincent Verdese et de Fabien Zepparelli, « La (ré)informatisation des services d’archives : enjeux et améliorations des reprises de données ».

Mathilde Daugas, sous la direction de Vincent Verdese et d’Isabelle Dion, « Le projet de base de données sur le personnel colonial français des archives nationales d’outre-mer : classement et harmonisation des données ».

Edward Gray, sous la direction de Julien Pilla et de Viviane Cattane, « La conservation et la valorisation du patrimoine audiovisuel dans les bibliothèques des écoles d’art : le cas des captations des ateliers de rencontres de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs ».

Jean-Luc Mirepoix, sous la direction de Thibault Clérice et de Padraic Moran, « Gloss Engine: Construire un projet d’étude collaborative des gloses. »

La Compagnie de Fives-Lille : heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958)

Entretien avec Clémence Becquet, archiviste paléographe (promotion 2020), qui a soutenu en juin dernier sa thèse portant sur « La Compagnie de Fives-Lille. Heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958) » sous la direction d’Édouard Vasseur, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique contemporaine à l’École des chartes, et Dominique Barjot, professeur d’histoire émérite de Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi un sujet de thèse en histoire économique ?

En entrant à l’École des chartes, je me suis installée dans un petit studio près des grands boulevards, en plein cœur du Paris haussmannien. Sur mon chemin, j’admirais tous les jours le Palais Brongniart, le siège du Comptoir national d’escompte de Paris dans la rue Bergère, et les superbes façades d’immeubles sur lesquelles sont encore parfois gravés les noms de sociétés aujourd’hui disparues. Je me souviens aussi avoir été particulièrement marquée plus jeune par la lecture de La Curée de Zola, qui dépeint le bouillonnement de la sphère financière parisienne dans les années 1870. En cherchant un sujet de recherche, je me souviens avoir exprimé mon intérêt pour l’histoire des transports, l’histoire des banques et du commerce international, ou encore celle de l’industrie dans la deuxième moitié du XIXe siècle. C’est ainsi que j’ai été amenée à rencontrer M. Dominique Barjot, professeur émérite d’histoire économique à Sorbonne Université, qui connaissait par ailleurs très bien l’école. Il y avait en effet été chargé de cours en histoire économique quelques années auparavant, et avait déjà dirigé de ce fait plusieurs thèses d’école.

Continuer la lecture de La Compagnie de Fives-Lille : heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958)