Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle

Entretien avec Enora Peronneau Saint-Jalmes, archiviste paléographe (prom. 2020), qui a soutenu sa thèse intitulée « Crimes sexuels et société à la fin de l’ancien régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle », soutenue sous la direction d’Olivier Poncet, professeur d’archivistique et de diplomatique de l’époque moderne à l’École des chartes, et de Reynald Abad, professeur d’histoire moderne à Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

La question des crimes sexuels marie des disciplines qui m’intéressent tout particulièrement, en raison de leurs méthodes, de leurs objets respectifs et de la multitude de thèmes et de champs scientifiques qu’elles permettent de croiser : l’histoire du droit, l’histoire sociale et culturelle, l’histoire des femmes, voire du genre et, plus à la marge finalement dans ma thèse, ce qu’on appelle la civilisation matérielle. Faire du viol et des autres formes de violences sexuelles les principaux enjeux de ma thèse s’est donc fait assez naturellement. J’ai cependant eu quelques hésitations au moment de formuler mon titre. Non pas que l’aspect potentiellement polémique de mon sujet m’ait rebutée, bien au contraire. On ne peut nier en effet qu’il s’agit d’un thème délicat à aborder en histoire puisqu’il semble presque omniprésent dans le paysage médiatique contemporain. J’ai pris garde néanmoins à ce que mon travail ne verse ni dans le politique, ni dans le militantisme. Mon intérêt pour le sujet est d’ailleurs antérieur au mouvement #MeToo, qui a pris de l’ampleur à partir de 2016-2017, au moment même où j’ai dû officiellement arrêter mon sujet de thèse. Mon mémoire de master, rendu l’année dernière, tournait autour de ce que j’avais appelé « les archives du viol ». Mon principal objectif était alors de redessiner les représentations judiciaires et sociales de ce crime. Le terme de représentations, qui peut être considéré comme relativement passe-partout, a toutefois le mérite de lier, grâce aux archives judiciaires, des points très concrets et terre-à-terre et des éléments plus abstraits, relatifs aux mentalités individuelles et collectives. Ma thèse brasse aussi ces deux visions des crimes sexuels : d’une part un regard très institutionnel, fondé sur les enjeux juridiques et la place de ce type de crimes au sein du système judiciaire, et d’autre part une volonté de démontrer le rôle crucial de la communauté tout entière – je me risquerais même à employer la notion d’opinion publique – dans la considération et le traitement des affaires sexuelles. J’ai par conséquent décidé, dans le titre de ma thèse, de placer la société au centre de ma problématique, à égalité avec les crimes sexuels. Bien que je me tourne également vers d’autres formes de violences qui étaient poursuivies devant les tribunaux de l’époque, comme l’inceste spirituel, la sodomie, la séduction suivie de grossesse, etc., le viol, qu’il soit tenté ou consommé, occupe une place centrale au cœur de ma réflexion. La première partie de mon travail s’avère très institutionnelle et juridique. J’y inscris le viol et les autres crimes de nature sexuelle dans le paysage judiciaire d’Ancien Régime. Ma deuxième partie démontre le rôle crucial de la communauté dans le traitement des affaires sexuelles, tant au niveau local qu’à l’échelle plus abstraite des représentations collectives. Ma troisième et dernière partie dépasse les cadres temporel et archivistique du procès et s’enquiert du destin des justiciables.

Continuer la lecture de Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle

Programme de la journée d’étude ENC/EPHE 2020

Formuler l’hypothèse, établir la preuve :
du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire

Journées de jeunes chercheurs
28 et 29 octobre 2020

 

MERCREDI 28 OCTOBRE

Centre de colloques du Campus Condorcet
salle 100, place du Front Populaire, 93322 Aubervilliers cedex

9h : Accueil des participants

9h30 : Introduction par Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC ; Présentation générale par les organisateurs

10hConférence inaugurale par Xavier Prévost (Université de Bordeaux, Institut universitaire de France)

 

10h45 : L’historien face à la question de la preuve juridique

Modérateur : Xavier Prévost (Université de Bordeaux, Institut universitaire de France)

10h50 : Enora Peronneau Saint-Jalmes : Les archives du viol au XVIIIe siècle : de la preuve juridique à   l’hypothèse historique.

11h25 : Allan Deneuville : Forensic Architecture, constituer l’archive, établir la preuve.

11h50   : Discussion

12h20  : Pause déjeuner

 

14h30 : Les interprétations à l’épreuve de la recomposition et du silence des documents

Modérateur : Marc H. Smith (ENC/EPHE)

14h35 : Pierre Fabry : De l’usage des preuves juridiques comme sources historiques.   Écriture et réécriture de l’histoire en Provence médiévale.

15h00 : Nadège Corbière : La question in aula et le problème d’identification des questions   universitaires médiévales.

15h25 : Rémi Demoen : Consigner la parole municipale : les registres délibératifs   amboisiens face aux évènements de la Conjuration de 1560.

15h50  : Discussion

16h20 : Fin de la première journée

 

JEUDI 29 OCTOBRE

École nationale des chartes
salle Léopold-Delisle
65 rue de Richelieu, 75002 Paris

9h30 : Accueil

9h55 : Quelles hypothèses et preuves possibles en histoire de   l’art ?

Modérateur : Nathalie Montel (École des Ponts Paris Tech)

10h00  : Baptiste Roelly : La preuve par le style ? Histoire de l’art et probatio diabolica à l’exemple de Hans Leu le Jeune.

10h25  : Olimpia Ratto Vaquer : Les dessins de Giuliano Da Sangallo comme source d’investigation pour les antiquités : relecture et re-analyse des   reliefs et des représentations.

10h50 : Joséphine Grimm : Éclairer la réalité d’une pièce : démystifier et redéfinir le boudoir du XVIIIe siècle.

11h15 Camille Napolitano : Écrire une histoire de l’architecture à l’épreuve de l’éphémérité. Les pavillons d’expositions universelles et internationales.

11h40  Discussion

12h10  Pause déjeuner

 

14h30 : Réécriture de l’histoire et déconstruction des preuves

Modérateur : Jean-Marie Moeglin (EPHE)

14h35 : Julien Régibeau et Alexandre Goderniau : Méthode indiciaire et cas limite : deux approches des sources de la   première Modernité pour faire pièce à l’usage de la source comme exemple.

15h00 : José Simoes : Déconstruire la mémoire des espaces. Approche scientifique et méthodologique d’un travail autour de l’historiographie médiévale.

15h25  : Discussion                    

15h55  : Conclusion

 

Comité d’organisation sous le contrôle scientifique de d’Olivier Poncet, professeur à l’École nationale des chartes : Marie Bolot (ENC); Alice Crowther (EPHE) ; Léo Davy (INP) ; Elisa Lonati (EPHE) ; Camille Napolitano (EPHE) ; Loïc Pierrot (ENC) ; Andrea Pistoia (EPHE) ; Olimpia Ratto Vaquer (EPHE) ; Emmanuel Roumier (CJM).

Image d’illustration : Portrait d’un chercheur ou Archimède, Domenico Fetti, 1620, Dresde, Musée Alte Meister.