Une photographie pour la presse : Gabrielle Réjane, directrice de théâtre au début du XXe siècle

« Réjane discutant avec M. A. Edwards un projet d’architecte », BnF, département des Arts du spectacle : 4-RT-10328

Sur cette photographie1, la future directrice apparaît sous les traits d’une maîtresse d’ouvrage attentive : dans ce qui semble être son bureau, élégamment habillée, elle consulte, avec son propriétaire Alfred Edwards (1856-1914), le plan en élévation qu’un architecte lui adresse pour la façade de son théâtre.

Sur la photographie, on distingue déjà le fronton triangulaire et une grande arche devant servir d’entrée monumentale, que l’on retrouve dans le projet définitif et dans les programmes du Théâtre Réjane, ce dont témoigne le livret de La Petite Reine des Roses.

Pour Réjane (1856-1920), le choix de se faire photographier en étudiant ce projet plutôt qu’un plan du sous-sol n’est pas anodin : la façade est sans doute l’élément architectural le plus évocateur pouvant être reproduit sur un cliché, de même que le plus identifiable et le plus efficace dans la construction de l’identité visuelle du nouveau théâtre. Cette photographie est pensée pour paraître dans les journaux.

La presse, et en particulier la presse quotidienne, connaît en effet un véritable âge d’or au début du XXe siècle. Média de masse, d’une très large audience, il ne faut pas la négliger. À l’heure de faire la publicité de sa future salle, Réjane a bien conscience de cela. Tandis qu’un habile discours médiatique s’élabore au fil des articles, interviews et illustrations publiés jusqu’à l’inauguration du 14 décembre 1906, ce cliché qui présente le Théâtre Réjane comme la dernière ambition en date d’une comédienne moderne et active se voulant directrice éclairée révèle aussi, en filigrane, par le fait même d’avoir été réalisé et diffusé, la femme d’affaire avisée qu’est l’actrice, maîtrisant l’art de la mise en scène jusque dans les mécanismes de communication contemporains.

La façade du Théâtre Réjane telle que représentée dans le programme de La Petite Reine des Roses (1912-1913). BHVP, 4-PRO-0049 (RES).
  1. Reproduction photographique issue d’un recueil factice de coupures de presse, provenant d’un journal non identifié, conservé à la BnF. []

Hercule à la cour des ducs de Bourgogne : fortune et représentations du chevalier à la massue

Entretien avec François Bouquet, élève archiviste paléographe en quatrième année, qui soutiendra le 9 juin 2020 sa thèse intitulée « L’Avènement du chevalier à la massue. Écriture, incarnations et appropriation de l’Hercule bourguignon de Philippe le Hardi à Philippe le Beau (1363-1506) », rédigée sous la direction de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’École nationale des chartes, et de Chrystèle Blondeau, maître de conférences en histoire de l’art médiéval à l’Université Paris-Nanterre. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

La place dans un Moyen Âge christianisé des œuvres antiques, littéraires comme artistiques, m’intriguait. Si l’art médiéval s’est imposé comme une évidence lors du choix de mon sujet de recherche, il me fallait toutefois déterminer quelle part de l’héritage antique je souhaitais étudier et l’aire géographique sur laquelle me pencher. J’avais été marqué par la lecture de l’Énéide en classe préparatoire et la permanence des écrits classiques au Moyen Âge ainsi que leur adaptation par les artistes m’intéressaient particulièrement. Philippe Plagnieux m’a proposé de mener une étude iconographique en m’attachant à un héros antique, ce qui me permettait de déterminer la fortune de ce personnage au Moyen Âge : en partant des manuscrits médiévaux et tout d’abord des textes, œuvres classiques ou médiévales, je pouvais y examiner les représentations figurées qui en forment une première adaptation, puis élargir à d’autres supports iconographiques. J’ai tout d’abord discuté avec Charlotte Denoël, conservatrice en chef au Département des manuscrits de la BnF, dont la thèse porte sur le culte et l’iconographie de saint André. Par son intermédiaire, j’ai rencontré Chrystèle Blondeau qui a travaillé sur le personnage d’Alexandre le Grand à la cour de Bourgogne et m’a indiqué qu’Hercule semblait également y occuper une place particulière. C’est autant la richesse et la subtilité du mythe d’Hercule que mon intérêt pour les commandes artistiques de ces ducs flamboyants qui m’ont attiré vers ce sujet de recherche.

Continuer la lecture de Hercule à la cour des ducs de Bourgogne : fortune et représentations du chevalier à la massue

Soutenances des thèses de la promotion 2020

Les soutenances des thèses de la promotion 2020 des archivistes paléographes auront lieu entre le 2 et le 10 juin 2020. Elles seront présidées par Pascal Ory, professeur émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Contrairement aux années précédentes, elles ne seront pas publiques en raison du contexte sanitaire actuel, mais elles se tiendront à distance, en visioconférence.

Mardi 2 juin

9h-10h30 Mme Sarah Rigaudeau : Rédiger son testament selon le droit canonique au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle) MM. Patrick Arabeyre et Franck Roumy
11h-12h30 Mme Louise Gousseau-Kotwica : Le Décor et le Métier. Lucien Aguettand-Blanc, architecte-décorateur de cinéma (1901-1969) M. Christophe Gauthier et Mme Pascale Goetschel
14h15-15h45 Mme Clémence Becquet : La Compagnie de Fives-Lille. Heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958) MM. Édouard Vasseur et Dominique Barjot
16h15-17h45 Mme Claire Colin-Bazin : Une épopée jésuite sur la Genèse. Traduction et commentaire des trois premiers livres de la Sarcotide de Jacob Masen parue en 1654 MM. François Ploton-Nicollet et Marc Smith

Jeudi 4 juin

9h-10h30 M. Julien Portal : Une paraphrase poétique des miracles du Christ à l’époque de la Réforme catholique : le Thevrgicon sive de miracvlis Christi (1644) de François Vavasseur M. François Ploton-Nicollet et Mme Émilie Seris
11h-12h30 M. Quentin Schoumacher : Le Duc, le Châtelain et le Territoire. La châtellenie d’Allinges-Thonon sous le règne du duc de Savoie Charles II (1504-1536) MM. Guido Castelnuovo et Laurent Perrillat
14h15-15h45 Mme Pia Ragaldiès : Italie, design et politique : fabrique d’un modèle et transferts culturels vers la France (1964-début des années 1990). Étude fondée sur les archives de Gruppo Strum et Studio 65 à Turin  Mmes Agnès Callu et Elena Dellapiana

Vendredi 5 juin

9h-10h30 Mme Alice de Brémond d’Ars : Eugène Renduel : parcours d’un éditeur au siècle des Romantiques MM. Christophe Gauthier et Jean-Charles Geslot 
11h-12h30 M. Pierre-Marie Bartoli : Les Dieux du kiosque. L’apparition des vedettes sportives et les enjeux de leurs représentations dans la presse illustrée française de 1924 à 1939 MM. Christophe Gauthier et Bertrand Tillier
14h15-15h45 Mme Alissar Lévy : Du quadrivium aux disciplinae mathematicae : histoire éditoriale d’un champ disciplinaire en mutation (1480-1550). Une recherche de bibliographie matérielle et d’histoire sociale du livre à Paris au XVIe siècle Mmes Christine Bénévent, Joëlle Ducos et Isabelle Pantin

Lundi 8 juin

9h-10h30 M. François Mottais : Haec qvaliacvmqve svnt […] pvblicvm accipiant : la réception des Silves de Stace chez les poètes de l’Antiquité tardive MM. François Ploton-Nicollet et Vincent Zarini

Mardi 9 juin

9h-10h30 M. François Bouquet : L’Avènement du chevalier à la massue. Écriture, incarnations et appropriation de l’Hercule bourguignon de Philippe le Hardi à Philippe le Beau (1363-1506)  M. Philippe Plagnieux et Mme Chrystèle Blondeau
11h-12h30 Mme Hortense de Reviers de Mauny : Le Maître du retable de Beaussant. Redécouverte d’un enlumineur angevin du XVe siècle M. Philippe Plagnieux et Inès Villela-Petit
14h15-15h45 M. Pierre Fabry : La Maison de Baux, construction politique et culture lignagère (milieu XIIe – début XIVe siècle) MM. Olivier Guyotjeannin, Florian Mazel et Jacques Chiffoleau
16h15-17h45 Mme Élisabeth Charron : Le Lion et la Couronne. Les Estouteville, le roi et le royaume de France, vers 1350 – vers 1480  MM. Olivier Guyotjeannin et Olivier Mattéoni

Mercredi 10 juin

9h-10h30 M. Aurélien Arnaud : Les Chemins de l’exode : l’évacuation des collections publiques françaises pendant la Seconde Guerre mondiale. L’exemple des musées des beaux-arts de Lille, Cambrai et Valenciennes Mme Laurence Bertrand-Dorléac et M. Arnaud Bertinet
11h-12h30 Mme Enora Peronneau-Saint-Jalmes : Crimes sexuels et société à la fin de l’ancien régime. Le viol à Auxerre et à sens au XVIIIe siècle MM. Olivier Poncet et Raynald Abad
14h15-15h45 Mme Florine Jaosidy : Une mystique du cœur à l’âge baroque. L’exercice des dix jours du père Joseph du Tremblay M. Olivier Poncet et Benoist Pierre
16h15-17h45 M. Nathanaël Valdman : Sur les chemins de l’Empire. Voyages princiers, politique et lien social dans le Saint-Empire (XVIe-XVIIe siècles)  M. Olivier Poncet et Christophe Duhamelle