La rédaction du testament canonique au Moyen Âge

Entretien avec Sarah Rigaudeau, élève archiviste paléographe en quatrième année et doctorante en histoire du droit à l’Université Paris II Panthéon-Assas, qui achève sa thèse d’École intitulée La rédaction du testament en droit canonique (XIIe-XVe siècle), sous la direction de Franck Roumy (Université Paris II) et de Patrick Arabeyre (École nationale des chartes). Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Ma thèse d’École est une partie de la thèse de doctorat que j’achève à Paris II. Mon directeur, Franck Roumy, m’a proposé de travailler sur les testaments canoniques pour mettre de l’ordre dans ce champ d’étude. En parallèle de mes recherches sur le testament canonique, j’ai voulu proposer une édition de texte. En effet, il y a très peu de sources éditées en histoire du droit, ce qui pose problème : les mêmes auteurs sont toujours cités et des auteurs importants sont négligés. En outre, l’absence de traduction fait que le droit médiéval – ou pour le moins le droit romano-canonique – est négligé. Travailler sur le Moyen Âge en l’absence d’édition critique et de traduction demande des compétences en paléographie et en latin, ce qui rebute beaucoup de jeunes chercheurs en droit. A l’heure actuelle, une réflexion est en cours sur l’avenir de la réserve héréditaire et notamment son imbrication avec le droit. Il n’est donc pas inutile de rappeler les racines juridiques de cette technique. En fait, contrairement à ce que l’on pense, les règles actuelles en matière de testament nous viennent plus du jus commune médiéval que du droit révolutionnaire.

Ton travail est donc le reflet d’une certaine actualité historiographique ?

Pas vraiment. Mon sujet est d’actualité du point de vue juridique, mais il a été clairement délaissé par les historiens du droit. Il n’y a pas eu d’étude globale sur le testament médiéval depuis la thèse de Robert Caillemer en 1901 sur l’exécution testamentaire. Il y a eu des études plus précises comme celles de Michel Petitjean sur les substitutions ou de Giovanni Chiodi sur le testament dans la pensée des glossateurs. Des articles plus précis commencent à être publiés, mais j’essaie de combler un vide historiographique. Bien sûr, les historiens se sont intéressés aux testaments en étudiant la question du salut de l’âme, la représentation de la mort ou le contenu de l’acte.

Continuer la lecture de La rédaction du testament canonique au Moyen Âge

La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne : Itinéraire franco-africain d’une science des archives

Article rédigé par Yaboul Banwame, archiviste diplômé de l’École de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) de l’Université cheikh Anta Diop de Dakar et étudiant en Master Technologies numériques appliquées à l’histoire (TNAH) à l’École nationale des chartes.


Science de la critique interne et externe des actes sous le rapport de leur forme, de leur tradition et de leur genèse1, la diplomatique née en 1681 à l’issue de controverses entre Dom Jean Mabillon2 et Daniel Van Papenbroeck sur l’authenticité ou non de certaines chartes de l’abbaye de Saint-Denis, a été appliquée exclusivement à des sources d’archives médiévales à ses débuts. C’est dire en termes clairs que pendant au moins les deux premiers siècles suivant la naissance de la diplomatique, le discrimen veri ac falsi3 ne portait que sur des corpus médiévaux4. Cependant, la diplomatique sortira peu à peu de sa médiévalité exclusive et s’intéressera aussi à des sources d’archives issues de l’époque moderne avant de s’étendre lentement et progressivement aux archives contemporaines. Ainsi, pouvons-nous distinguer trois grandes branches de la science diplomatique si nous nous basons sur des considérations purement temporelles : il s’agit des diplomatiques médiévale, moderne et contemporaine.

Si de nos jours toutes ces branches de la diplomatique sont inclues dans les curricula de formation des archivistes-paléographes diplômés de l’École nationale des chartes, il n’en demeure pas moins que leur intégration auxdits curricula n’est pas faite au même moment. En effet, les diplomatiques médiévale et moderne ont su très vite se gagner une place à la Sorbonne ; ce n’est que plus tard, dans les années 1980, que la diplomatique contemporaine, bien que contestée par certains universitaires à cette époque, aura droit à une partie de la nouvelle chaire consacrée à l’histoire des institutions et à l’archivistique contemporaines confiée à un éminent chartiste connu de la majorité des archivistes africains. Qui est cet éminent chartiste en question ? Qu’est-ce qui pourrait bien expliquer son intérêt vis-à-vis de la diplomatique contemporaine ? Comment est née cette branche de la diplomatique et que dire de son extension à l’échelle mondiale ?

Dans le présent article consacré à l’histoire de la diplomatique contemporaine, il sera essentiellement question de retracer succinctement l’itinéraire franco-africain suivi par ladite science, de ses origines à nos jours.

Continuer la lecture de La diplomatique contemporaine de Dakar à la Sorbonne : Itinéraire franco-africain d’une science des archives

  1. Définition donnée par le Vocabulaire international de la diplomatique : https://www.cei.lmu.de/VID/ []
  2. Delumeau (Jean), « Dom Mabillon, le plus savant homme du royaume. » In: Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 151ᵉ année, N. 4, 2007. pp. 1597-1604, www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2007_num_151_4_91566 []
  3. Distinguer le vrai du faux, finalité première du diplomatiste. []
  4. Guyotjeannin (Olivier), « La diplomatique médiévale et l’élargissement de son champ. » In: La Gazette des archives, n°172, 1996. De la diplomatique médiévale à la diplomatique contemporaine (actes du colloque organisé par l’École nationale des chartes et la Bentley historical Library de l’université de Ann-Arbor [Michigan, États-Unis], Paris, 6-10 juillet 1992 et Ann-Arbor, 5-9 juillet 1993) pp. 12-18. www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1996_num_172_1_3386 []