L’avènement des hephtalites et la première diffusion des étriers en fer vers l’Asie centrale 嚈噠的興起鐵馬鐙初傳中亞

Le 4 octobre 2018, Maliya AIHAITI a, dans le cadre des conférences Arkhéo PSL, présenté ses recherches. Cet article est issu de sa conférence. Il a été rédigé par LIN Meicun (林梅村), Professeur à l’Institut d’archéologie et de muséologie de l’Université de Pékin, et Maliya AIHAITI (馬麗亞·艾海提), Doctorante en recherche à l’Institut d’archéologie et de muséologie de l’Université de Pékin, et traduit par Adrien DUPUIS (顔典)


Les Hephtalites (Yeda 嚈噠) et les Xianbei du Liaodong 遼東鮮卑 partagent des origines communes. Ils proviennent des peuples dits Donghu 東胡 et parlent une langue altaïque de branche mongole. Ils se firent connaître des sources occidentales sous le nom de « Hephthalitai »1. À la fin du premier siècle ap. JC, suite à leur défaite contre la coalition formée entre les Han de l’Est et les Xiongnu du Sud, les Xiongnu du Nord se déplacèrent vers l’ouest, en Asie centrale. Les tribus Hephtalites et Xianbei du Liaodong en profitèrent pour migrer vers l’ouest et s’installer dans les steppes du Saibei (actuellement au nord de la Grande Muraille en Mongolie Intérieure). En 126, les huit grandes tribus hephtalites migrèrent des steppes du Saibei au piedmont septentrional des Tianshan. Ils assistèrent les Han de l’Est dans leur contre-attaque contre la tribu Huyan 呼衍 des Xiongnu du Nord aux monts Altaï. Ils étaient alors connus sous le nom de « huit Hua » (Ba Hua 八滑). Au piedmont septentrional des Tianshan, les Hephtalites côtoyèrent longtemps leurs voisins les tribus arrières des Jushi 車師, ce qui amena les chroniques historiques à décrire les Hephtalites comme une « autre sorte de Jushi ». Alors que les forces principales des Hephtalites se soient déplacées à l’ouest, des tribus résiduelles étaient restées dans les steppes du Saibei. Ceux-là étaient devenus, avec les tribus Gaoche 高車 de la vallée Chilechuan 敕勒川 des monts Yangshan 陽山 (actuels monts Daqingshan 大青山 en Mongolie Intérieure), des voisins de longue date, pour cela ils furent désignés dans les chroniques historiques comme une « autre sorte de Gaoche »2 . En 235 les Hephtalites quittèrent le piedmont septentrional des Tianshan pour migrer au sud des Jinshan 金山 (piedmont méridional des Altaï). Vers 460 ils s’imposèrent, depuis les monts Altaï, sur la vallée de l’Oxus (Amu-Daria) en Asie centrale. Étant alors la garde rapprochée du khagan des Rouran, les Hephtalites firent de nombreuses expéditions armées en Asie centrale, ils y prirent le contrôle de la route de la soie. Ainsi, les verres centrasiatiques offerts par les émissaires rouran aux Yan du Nord (Beiyan 北燕) provenaient des Hephtalites. Dans le même temps, au travers du khaganat rouran ou des échanges commerciaux de la route de la soie, ces derniers mirent la main sur les étriers, une invention xianbei. Ceux-ci permirent ainsi de renforcer considérablement la force de frappe de leur cavalerie. Cet article s’appuie sur les découvertes archéologiques et les recherches déjà menées. Il discute des vestiges laissés par les Hephtalites dans les monts Altaï et de la première diffusion des étriers en fer dans les steppes d’Asie centrale.

Continuer la lecture de L’avènement des hephtalites et la première diffusion des étriers en fer vers l’Asie centrale 嚈噠的興起鐵馬鐙初傳中亞

  1. Yu Taishan, Yeda shi yanjiu, Ji’nan, Jilu shushe, 1986, p. 10. []
  2. Maliya Aihaiti et Lin Meicun, « Saibei Yedaren mudi kao. Jianlun Hua Mulan de minzu guishu », Zhongyuan wenwu, n°5, 2017. []

Quand les artistes dessinaient les cartes

« […] quand votre plaisir sera ou la nécessité le requerra, vous pourrez facilement, et l’un et l’autre, en peu de temps, en peu de lieu et sans grande dépense, voir à l’œil et toucher du doigt en particulier et en général toute l’étendue, grandeur, force et état de tout le royaume » Dédicace de Nicolas de Nicolay (1517-1583) à la reine Catherine de Médicis de sa Description générale du pays et duché de Berry.


Les Archives nationales présentent, depuis le 25 septembre 2019 et jusqu’au 7 janvier 2020, l’exposition Quand les artistes dessinaient les cartes. Vues et figures de l’espace français, Moyen-âge et Renaissance1. Il s’agit de la première exposition entièrement consacrée à cette typologie documentaire que sont les cartes datant de l’époque médiévale et renaissante. En 1987, les Archives nationales avaient organisé une exposition sur la vision et l’aménagement de l’espace français entre le XVIe et le XIXe siècle2. Ces cartes se révèlent être autant des documents d’archives que des œuvres d’art à part entière. L’exposition en présente 97 qui sont originales dont 89 manuscrites, 10 de très grand format (supérieur à 2 mètres), 46 jamais exposées et 28 inédites. Toutes ces cartes ont été réalisées entre le XIVe et le XVIe siècle, principalement sur parchemin. Elles prennent néanmoins des formes variées comme le registre de l’armorial d’Auvergne, de Bourbonnais et du Forest de Guillaume Revel. Tous ces documents proviennent pour un tiers des Archives nationales et de trente-neuf autres institutions culturelles, services d’archives, bibliothèques et musées.

Continuer la lecture de Quand les artistes dessinaient les cartes

  1. Photo de couverture : Figure accordée de Boisbelle et sa terre franche, 1515-1528/1598, parchemin, 80 x 63 cm, Archives départementales du Cher, 4 H 481 n°7 []
  2. Espace français : vision et aménagement, XVIe-XIXe siècle, exposition organisée par la Direction des Archives de France aux Archives nationales, septembre 1987 – janvier 1988, Paris, Archives nationales, 1987. []