La correspondance d’Achille Murat, entre ambitions italiennes et citoyenneté américaine

Entretien avec Juliette Gaultier (élève de 4année, diplômée de master), qui  prépare pour sa thèse d’École des chartes sous la direction de Christine Nougaret et de Jacques-Olivier Boudon, l’édition scientifique d’une partie de la correspondance d’Achille Murat, fils de Joachim. Propos recueillis par Pierre Pocard.

Qui est Achille Murat, et pourquoi avoir choisi d’éditer sa correspondance ?

C’est d’abord la période du Premier Empire qui m’a intéressée, et j’ai, dans un premier temps, commencé à travailler sur les vagabonds à cette époque, mais le manque de sources m’a contrainte à envisager un autre sujet. J’ai alors appris, grâce à Charles-Éloi Vial (conservateur au département des Manuscrits de la BnF), l’existence, à la Bibliothèque nationale de France, d’un volume inédit renfermant la correspondance d’Achille Murat, un personnage qui, malgré l’existence de gisements documentaires repérés, était l’un des rares membres de la famille Bonaparte à n’avoir été que peu voire pas étudié. Sa correspondance permet pourtant de mettre en avant l’échec de la première génération de la noblesse d’Empire, et documente les liens entre les Bonaparte après 1815,  ainsi que leurs tentatives pour retrouver un rôle politique, avec un éclairage singulier puisqu’Achille est l’un des rares membres de l’ancienne famille impériale à ne pas demeurer dans la nostalgie de l’Empire.

Continuer la lecture de La correspondance d’Achille Murat, entre ambitions italiennes et citoyenneté américaine

SOUTENANCES MASTER 2 — 2016-2017

Les soutenances du Master Histoire, Patrimoine et Technologies numériques mention « Technologies numériques appliquées à l’histoire » pour l’année universitaire 2016-2017 ont lieu du 18 septembre au 3 octobre 2017 à l’École nationale des chartes, 65, rue de Richelieu, Paris 2e, en salles informatique, Coyecque, Molinier et Pernoud.

Les soutenances sont ouvertes au public.

Retrouvez ici le calendrier des soutenances avec la liste des étudiant-e-s et de leurs sujets.

De l’armoire au compactus : 
le patrimoine vestimentaire à l’épreuve du temps au Palais Galliera, par Joséphine Grimm

Joséphine Grimm est élève archiviste paléographe de troisième année. Elle a effectué au début de l’année 2017 un stage de quatre mois au Palais Galliera – musée de la mode de la ville de Paris. 


Pensez-vous que votre garde-robe pourrait être exposée ? Que votre jean favori ou que votre T-shirt mériterait d’être conservé aussi soigneusement qu’un bijou de famille  ? Il est probable que non aujourd’hui mais dans deux cents ans, ce sera peut-être le rôle du Palais Galliera que de prouver à vos descendants le contraire.

Au début de cette année, j’ai eu la chance de pouvoir effectuer un long stage au Musée de la Mode de la Ville de Paris, plus connu sous le nom de la duchesse qui céda jadis à la ville de Paris son hôtel particulier de la butte Chaillot. Sur bien des aspects, le Palais Galliera est un musée singulier. Contrairement à la quasi-totalité de ses semblables, il ne dispose pas d’une galerie d’exposition permanente, ses œuvres étant bien trop fragiles pour être exposées durablement. En conséquence, c’est par le biais de prêts à d’autres institutions et d’expositions temporaires organisées dans ses murs – ou dans ceux des autres, comme l’a montré l’exposition «  Balenciaga, L’Œuvre au Noir  » au Musée Bourdelle – qu’il peut faire connaître ses collections. Quant aux prêts, ils se font au profit d’établissements aussi bien parisiens que de France ou du Monde. Il peut s’agir d’une petite contribution, quelques éventails et porte-bouquets pour l’exposition «  Le pouvoir des fleurs, Pierre-Joseph Redouté  » au Musée de la Vie Romantique, mais il arrive que les œuvres qui quittent les réserves du Palais se comptent par dizaines. L’exposition «  Volez, Voguez, Voyagez – Louis Vuitton  », qui s’est tenue d’abord au Grand Palais, puis à Tokyo et à Séoul, a nécessité beaucoup de préparation et d’investissement de la part des équipes de Galliera qui ont dû envoyer soigneusement près d’une centaine de pièces.

Continuer la lecture de De l’armoire au compactus : 
le patrimoine vestimentaire à l’épreuve du temps au Palais Galliera, par Joséphine Grimm

Journée d’étude le 14 octobre 2017 « Humanités numériques et données patrimoniales : publics, réseaux, pratiques »

L’Association des Diplômés et des Étudiants du Master de l’École des Chartes (ADEMEC) organise le samedi 14 octobre 2017, avec l’appui de l’École nationale des chartes, une journée d’étude sur le thème « Humanités numériques et données patrimoniales : publics, réseaux, pratiques ».

La matinée de la journée d’étude sera consacrée à la présentation de projets qui associent les Humanités numériques et les données patrimoniales. L’après-midi laissera place à une table ronde qui traitera de l’interaction entre la recherche en humanités numériques et les institutions patrimoniales, et abordera les différents enjeux liés à leur collaboration.

Les inscriptions sont à réaliser à cette adresse.

 


Programme prévisionnel

                 Accueil à l’École des chartes (65 rue de Richelieu, 75002 Paris)                     à partir de 9 heures
9h30 Introduction : Histoire du master Technologies numériques appliquées à l’histoire, présentation du nouveau master « Humanités numériques » ouvert par PSL et la place de ces masters dans les humanités numériques par Michelle Bubenicek (directrice de l’Enc), Jean-Baptiste Camps (responsable du master Humanités numériques de PSL et ancien responsable du master TNAH), Florence Clavaud (conservateur en chef du patrimoine aux Archives nationales, ancienne responsable du master TNAH), Thibault Clérice (actuel responsable pédagogique du master TNAH).
10h-10h45 Les bibliothèques universitaires et les données de la recherche: l’exemple de l’Université Bordeaux Montaigne par Julien Baudry, conservateur des bibliothèques, responsable des services aux chercheurs et productions numériques chez Université Bordeaux Montaigne.
10h45-11h15 Quelles nouvelles approches pour la presse ancienne numérisée ? L’exemple d’Europeana NewsPapers par Jean-Philippe Moreux, expert en numérisation à la BnF et Pierre-Carl Langlais, docteur en sciences de l’information et de la communication au Celsa Paris-Sorbonne et post-doctorant pour le projet Giranium en humanités numériques.
11h15-11h30 Pause
11h30-12h15  Les données au service de la recherche en histoire de l’art et de l’architecture : le projet Les Caves de Paris, présenté par Grégory Chaumet, ingénieur d’études à Paris-Sorbonne et enseignant à l’EPSAA (École professionnelle supérieure d’arts graphiques et d’architecture).
 12h30-14h Pause déjeuner
 14h-15h30 Table ronde animée par Gautier Poupeau, data architect à l’INA

Participants:

  • Françoise Banat-Berger, conservatrice générale du patrimoine, directrice des Archives nationales,
  • Emmanuelle Bermès, conservatrice des bibliothèques, adjointe scientifique et technique au Directeur des Services et Réseaux à la BnF,
  • Antoine Courtin, responsable de la cellule d’ingénierie documentaire à l’INHA,
  • Jean-Luc Minel, Professeur des Universités, Directeur du laboratoire MoDyCo, Président du Conseil Scientifique de la TGIR HUMA-NUM,
  • Claude Mussou, Responsable de l’Inathèque à l’Ina.
 15h30-15h45  Pause
 15h45-17h15 Conférence conclusive par Paul Bertrand, professeur en histoire médiévale et en humanités numériques à l’Université Catholique de Louvain (UCL).
17h30 Clôture de la journée d’études.

Ajout du 7 novembre 2017 : 

Un storify a été réalisé par le site Patrimoine et numérique : il vous permettra de retrouver les propos discutés lors de la journée d’étude.