Compte-rendu d’exposition sur « Sièges en société » au Mobilier national, par Clara Roca

Au Mobilier national1 est présentée, jusqu’au 24 septembre 2017, une exposition intitulée « Sièges en société, du Roi-Soleil à Marianne ». Organisée en deux parties correspondant spatialement aux deux galeries de l’ancienne Manufacture des Gobelins, elle aborde dans un premier temps la technique du siège et aspire dans un second temps à replacer le siège dans un certain contexte social. Elle présente ce faisant une partie de l’importante collection de sièges de l’institution.

Avant d’aborder le contenu de l’exposition elle-même, il faut dire un mot du Mobilier national : héritier du Garde-Meuble de la Couronne, il a encore aujourd’hui pour mission de meubler les palais officiels de la République et autres résidences du pouvoir français. Peut-être faut-il voir aux lointaines origines de cette exposition la volonté de Guillaume Janneau de créer, à partir des collections du Mobilier national, un « Musée du siège ». Si ce projet reste inachevé à la veille de la Seconde Guerre mondiale, il ouvre bel et bien en 1968, dans le bâtiment de la manufacture des Gobelins. On y trouve alors cinq cent pièces (uniquement des bois de sièges) fabriquées par des grands noms, regroupés depuis différents ministères où ils sont remplacés par des copies pour mettre définitivement les originaux en réserve, à l’abri. En 1971, le Musée du siège est fermé pour une durée illimitée pour cause de manque de personnel de surveillance. Une telle histoire ne pouvait que nourrir de hautes attentes.

De fait, les pièces présentées tout au long de l’exposition sont superbes et donnent un aperçu des très riches collections du Mobilier national en la matière, mêlant les époques et donc les vocabulaires formels. Le titre de l’exposition suggérait une approche du siège comme un objet social, inséré dans un contexte qu’il reflète et avec lequel il évolue, voire un questionnement sur la représentation de l’individu par et avec son siège en société, face à un « public ». Pourtant, au fil des salles, c’est une toute autre démarche qui est appliquée, décevant nécessairement le visiteur enthousiasmé par l’intitulé.

En effet, la première partie de l’exposition, dans la galerie du rez-de-chaussée, présente les « métiers du siège » (principalement ceux du menuisier en siège – à bien distinguer de l’ébéniste qui s’occupe du mobilier marqueté ou plaqué-, du sculpteur, du peintre-doreur-vernisseur et du tapissier). Chacun d’entre eux s’illustre dans un espace qui lui est réservé, en suivant leur ordre d’intervention dans la réalisation du siège. Celui qui montre l’art du tapissier présente judicieusement sur ses murs de très beaux cartons peints, modèles à échelle d’exécution pour les sièges en tapisserie chers au XVIIIe siècle. Parfois confiés aux talents d’artistes de renom comme Charles Coypel ou Jean-Baptiste Oudry, ces cartons qui sont, sauf erreur, très rarement montrés, permettent au visiteur de s’imaginer l’aspect qu’avaient alors les sièges.

Si les diverses doctrines ou techniques sont bien présentées, on regrette l’absence d’informations concernant la formation de ces différents artisans auprès d’un maître, leur rattachement à des corporations jusqu’à Turgot puis leur cohabitation dans des ateliers.

De plus, le discours technique délivré au fil des espaces laisse le visiteur curieux sur sa faim : il ne se traduit pas de manière plus pratique et concrète devant les objets exposés. Ainsi, les différentes techniques de dorure expliquées au visiteur (dorure à l’eau avec reparure et brunissage ou bien dorure à la mixtion ou à l’huile) ne sont pas restituées dans les cartels d’œuvres. Le spectateur ne peut donc pas constater par lui-même les différences entre ces techniques. C’est d’autant plus dommage que ces cartels sont du reste très complets, indiquent le type de siège (qui est défini dans un bref mais précieux lexique fourni dans le guide du visiteur, permettant de mieux s’approprier le vocabulaire du siège, tant de ses parties constitutives que de sa typologie), l’essence de bois travaillée et montrent notamment un énorme travail de transcription des inscriptions sur ces sièges.

Après ce panorama technique montrant l’intrication de ces divers métiers dans la création d’un même objet, intéressant bien que semblant éloigné du titre de l’exposition, la seconde partie de l’exposition n’est pas aussi claire quant au sujet qu’elle aborde. Elle semble tenter de replacer le siège dans un ensemble, un cadre, celui du contexte architectural et décoratif dans lequel il doit s’inscrire harmonieusement (c’est là le travail de l’ornemaniste, qui est présenté comme l’ancêtre du designer) mais aussi celui de la fonction à laquelle il répond (siège de salle à manger, de salon, siège confortable destiné à une pièce plus intime etc.). La scénographie choisie pour cet espace évoque les réserves d’un musée avec ses caisses, ses palettes, son mobilier en métal. L’idée est séduisante mais fait assez peu de sens par rapport au propos tenu et crée une impression de fouillis.

Les deuxième et troisième espaces abordent (enfin !) le siège comme signe d’un statut particulier et outil de représentation. L’approche est cependant resserrée sur le cas du trône, celui d’une majesté divine ou terrestre, puisqu’il a longtemps été le seul visible et a constitué un modèle formel durable pour les sièges du Garde-Meuble puis du Mobilier national. C’est justement ici qu’il faudrait ajouter que le siège est, bien au-delà du cas du trône, un objet de sociabilité avec lequel on se met en scène, on se montre à ses proches ou moins proches à l’occasion d’un repas ou d’une réception quelconque par exemple. Il évoque plus simplement un certain statut social et niveau de vie par sa richesse et le confort codifié qu’il suggère, une appartenance à un groupe, ou même une volonté du commanditaire de se démarquer. De plus, si le vocabulaire formel des commandes officielles reste bel et bien marqué par le modèle du trône tel qu’il a été mis en place au fil des siècles, de belles pièces du deuxième XXe siècle montrent que l’innovation et l’originalité dans ce domaine sont encore possibles, si le commanditaire s’en revendique de même, comme le montre le fameux fauteuil de Sylvain Dubuisson pour le bureau de Jack Lang.

 

  1. Galerie des Gobelins, 42, avenue des Gobelins, Paris XIIIe. []