Archives de catégorie : Rencontres

Entretiens et présentations de recherches

« Aux plumes d’or » : les maîtres écrivains au XVIIe siècle

Célia Cabane, archiviste paléographe (prom. 2017), présente sa thèse d’École des chartes, intitulée « Aux plumes d’or ». Les maîtres  écrivains à Paris, calligraphes au XVIIe siècle, réalisée sous la direction de MM. Marc Smith, professeur de paléographie à l’Enc et directeur d’études à l’EPHE, et Reynald Abad, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne.

Propos recueillis par Nola N’Diaye.


Comment es-tu arrivée à ce sujet de thèse ?

Je suis arrivée à l’École des chartes avec l’envie de faire une thèse d’histoire symbolique, autour d’un arbre éventuellement. Et en première année, au fil des cours, j’ai commencé à m’intéresser à tout et surtout à beaucoup trop de thématiques. J’avais dressé une liste de sujets de thèse potentiels qui en contenait plus d’une vingtaine. Les cours de paléographie en particulier ont trouvé écho avec ma fascination pour les formes de l’écriture et je suis simplement allée demander à M. Marc Smith, professeur de paléographie, s’il avait un sujet de thèse à me proposer. Il travaillait et travaille toujours sur les manuels de maîtres écrivains français, dont il prépare une bibliographie regroupant tous les exemplaires conservés. Il avait donc plusieurs sujets de recherche à me proposer sur les maîtres écrivains et j’ai choisi de me consacrer à une étude prosopographique sur le XVIIe siècle.

Continuer la lecture de « Aux plumes d’or » : les maîtres écrivains au XVIIe siècle

L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715), par Lenaïg Roumegou

Lenaïg Roumegou, élève en 4e année, présente sa thèse d’École des chartes, intitulée L’ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir, (1643-1715), réalisée sous la direction de M. Olivier Poncet, Professeur d’histoire des institutions et sources d’archives de l’époque moderne à l’Enc. Propos recueillis par Claire Daniélou. 


Qu’est-ce que l’ordre du Saint Esprit et quel est son rôle (militaire, social, politique…) ? Quels en sont les membres ?

L’ordre du Saint-Esprit est un ordre nobiliaire catholique qui a été créé par Henri III en 1578 dans le but de rassembler la noblesse autour du trône dans le contexte des guerres de Religion. Il est aussi créé parce que l’ordre de Saint-Michel, fondé par Louis XI, était galvaudé, ayant été trop largement accordé, notamment pendant la période de la Régence. Appartenir à l’ordre du Saint-Esprit flatte davantage la volonté de distinction des nobles, qui peuvent ajouter à leur titulature « chevalier des ordres du roi » (étant nécessairement membres des deux ordres — Saint-Esprit et Saint-Michel). On surnomme également les chevaliers « cordons bleus » en raison du ruban bleu soutenant la croix du Saint-Esprit qu’ils reçoivent lors de leur réception.  Sa particularité repose aussi sur le fait que le nombre de membres est limité à 100 contrairement à l’ordre de Saint-Michel qui pouvait compter quelques centaines de membres (en l’absence de suivi régulier, beaucoup en revendiquaient le titre sans l’avoir véritablement reçu).

Continuer la lecture de L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715), par Lenaïg Roumegou

Décrire l’art numérique, un enjeu pour sa postérité

Nola N’Diaye, diplômée du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » (promotion 2016), a réalisé son stage de fin d’études au département Audiovisuel de la BnF, au sein du labex Arts H2H. Elle revient ici sur les enjeux des missions qui lui ont été confiées et qui ont fait l’objet d’un mémoire intitulé Décrire pour préserver. Construction et déclinaison d’un modèle de données pour l’art numérique. Propos recueillis par Alice Laforêt.


Avant toute chose, peux-tu revenir sur la notion d’art numérique, et sur la place de l’art numérique dans les collections de la BnF ?

On commence à parler d’art numérique dès les années 1940-1950. Les expérimentations les plus anciennes dans ce domaine datent en effet de la création des premiers programmes informatiques. La définition même de cet art a rapidement constitué un sujet de débat, puisque de nombreux domaines lui ont été assimilés, comme l’art vidéo (certaines œuvres de Bill Viola par exemple). Plusieurs termes (art « numérique », art « médiatique ») se font concurrence, et l’identité de ce champ de la création artistique ne va pas de soi ! Une définition admise de l’art numérique est celle d’un art issu de la programmation, une forme de création à laquelle on aboutit par un traitement automatisé de l’information1. Cela exclut notamment l’art vidéo.

Figure 1 : Computer Composition with Lines, Michael Noll (1964)

Partant de cette définition, le projet au sein duquel s’inscrivait mon stage prenait en compte trois corpus différents d’œuvres d’art numérique :
– Tout d’abord, un corpus de CD-ROM, créé par le dépôt légal. Ce corpus avait déjà été analysé lors de la première année du projet. Son contenu était extrêmement divers, puisqu’on y trouve tant des CD-ROM récapitulant des expositions que des photos, des vidéos avec des artistes ou des programmes interactifs.
– Le deuxième corpus est un ensemble d’œuvres issues d’artistes du Living Arts ayant été produits par le Cube2. Il s’agit d’œuvres davantage interactives, qui datent des années 2000 et 2010.
– Enfin, le troisième corpus regroupe des œuvres issues du laboratoire INREV du département Art et technologies de l’image de Paris 8. Continuer la lecture de Décrire l’art numérique, un enjeu pour sa postérité

  1. Cette définition a notamment été théorisée par Edmond Couchot dans COUCHOT (Edmond), HILLAIRE (Norbert), L’art numérique : Comment la technologie vient au monde de l’art, Paris, Flammarion, 2003 (Champs Art) []
  2. Le Cube est un centre de création numérique, pionnier dans le domaine du « living art » []

L’uniformisation et la pérennité des données dans les bibliothèques numériques : le cas du logiciel libre Omeka à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne

Dans le cadre de son stage de fin d’études à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, au sein des Départements des Manuscrits et Livres Anciens de la bibliothèque et en collaboration étroite avec le Service Informatique et Systèmes d’Information, Mylène Ravereau, diplômée du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » (prom. 2016) a créé la future bibliothèque numérique de l’institution. Elle s’est notamment concentrée sur la mise à disposition des documents numériques pour les lecteurs et la mise en place un système de préservation pour les données numériques créées.

Elle revient pour Chroniques chartistes sur le projet qu’elle a mené et les difficultés qu’elle a pu rencontrer. Propos recueillis par Nola N’Diaye.


Peux-tu dans un premier temps nous présenter le projet de départ, le contexte dans lequel tu es arrivée?

La BIS a commencé la numérisation d’œuvres dès 2000. Cette pratique était principalement envisagée comme la suite logique du microfilmage. Le but était à la fois de moderniser le service de reproduction offert aux lecteurs et de poursuivre une politique de sauvegarde des collections, fondée sur la création de supports de substitution pour ne plus communiquer les œuvres trop fragiles ou rares.

La politique de numérisation a pris un tour nouveau à partir de 2007 avec l’acquisition d’une caméra couleur et la naissance d’un projet de valorisation relatif aux sources de l’histoire de l’Université de Paris. Cependant, il manquait à la bibliothèque un outil pour diffuser les données produites dans ce cadre et ce manque est devenu plus aigu après la réouverture de la BIS dans ses locaux historiques en 20131. Plusieurs solutions pour la mise en ligne des fichiers ont alors été envisagées, et c’est finalement le logiciel de gestion de bibliothèque numérique Omeka qui a été choisi au début de l’année 2016.
Continuer la lecture de L’uniformisation et la pérennité des données dans les bibliothèques numériques : le cas du logiciel libre Omeka à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne

  1. Des travaux de rénovations de la Bibliothèque de la Sorbonne ont eu lieu de septembre 2010 à novembre 2013. Sur ce sujet, voir l’article de Pascale ISSARTEL, « La bibliothèque de la Sorbonne ». Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2013, n° 3, p. 69-76. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2013-03-0069-011>. ISSN 1292-8399. []

Élaboration d’un modèle appuyé sur le RDF dans le cadre de la réalisation d’une Bibliothèque virtuelle Chris Marker à la Cinémathèque française

Dans le cadre de son stage de fin d’études à la Cinémathèque française, Camille Monnier, diplômée du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » a élaboré un modèle appuyé sur le RDF comme première pierre de la Bibliothèque virtuelle Chris Marker. Elle revient pour Chroniques chartistes sur le projet qu’elle a mené et les difficultés qu’elle a pu rencontrer. Propos recueillis par Nola N’Diaye.


Peux-tu dans un premier temps nous présenter le projet de départ, le contexte dans lequel tu es arrivée ?

En 2012, la Cinémathèque française a acquis les archives du cinéaste et vidéaste Chris Marker, décédé au cours de l’été. Né en 1921, ce dernier a été tour à tour écrivain, éditeur, photographe, cinéaste, vidéaste, développeur d’applications informatiques, créateur d’installations multimédias. Au total 550 cartons de déménagement comprenant des photographies, affiches, disques vinyles, archives papier, éléments audiovisuels, appareils, ouvrages, éléments informatiques, miniatures, VHS et DVD, etc. ont intégré les collections de la Cinémathèque française.

Continuer la lecture de Élaboration d’un modèle appuyé sur le RDF dans le cadre de la réalisation d’une Bibliothèque virtuelle Chris Marker à la Cinémathèque française