Archives de catégorie : Thèses d’École des chartes

La thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe est un travail mené pendant deux à trois ans, soutenu en quatrième année. La scolarité chartiste ne s’inscrivant pas dans le système Licence-Master-Doctorat, cette travail de recherche est en général une version plus poussée d’un mémoire de master 2 mené à l’Université en parallèle de la formation.
Les thèses d’École des chartes ne font pas encore l’objet d’un dépôt électronique et sont consultables aux Archives nationales. On peut en revanche consulter les positions de thèses, résumés d’une dizaine de pages, sur le site de l’École.

Mettre un point d’honneur à s’échapper : enquête dans les archives du Tribunal des maréchaux au XVIIIe siècle

Élève archiviste paléographe de 3e année, Romain Benoit prépare une thèse d’École intitulée : « L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon ». Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle, sous la direction de M. O. Poncet. 


En 1952, Georges Brassens chantait les faits d’armes de “mégères gendarmicides” au marché de Brive-la-Gaillarde et précisait : “il paraît que cette hécatombe fut la plus belle de tous les temps”. Dans cette Hécatombe, les gendarmes subissent en effet de terribles sévices et le maréchal des Logis n’est pas le moins bien traité, lui qui, attaché, doit proférer des propos anarchistes. Brassens dresse le tableau touchant d’une bagarre générale qui, partie de bottes d’oignons, finit en lutte joyeuse contre les représentants de l’ordre et de l’autorité.

“Or sous tous les cieux sans vergogne, c’est un usage bien établi, dès qu’il s’agit d’rosser les cognes, tout l’monde se réconcilie”

Plongé dans mes recherches sur le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle, cette chanson n’est pas sans me rappeler des faits réels qui se sont déroulés il y a un peu plus de deux cents ans. Les archives du Tribunal du Point d’Honneur conservent en effet la trace de nombreuses échauffourées et “voyes de fait” à l’encontre des gardes de la maréchaussée. J’ai choisi de vous en proposer une, sous forme de récit, avant de l’analyser dans la perspective plus large de mes recherches. Continuer la lecture de Mettre un point d’honneur à s’échapper : enquête dans les archives du Tribunal des maréchaux au XVIIIe siècle

Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIIIe – début XVIe s.)

Rencontre avec Ewen Thual, actuellement élève de 3e année, qui nous évoque sa thèse d’École intitulée : Fonder pour la gloire. Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIIIᵉ-début XVIᵉ s.). L’occasion de mieux comprendre le fonctionnement de ces établissements dans le contexte de la Haute-Bretagne. Propos recueillis par Claire Daniélou.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’on entend par collégiale ?

Une collégiale est une église desservie par une communauté de clercs différente de l’église cathédrale, qui vivent en chapitre mais qui, à la différence des moines, ne suivent pas de règle. Ces clercs sont appelés chanoines séculiers, qui récitent ensemble l’office divin, qui ont leurs propres revenus (prébende) et qui ont voix au chapitre.

Leur origine remonte à l’époque carolingienne, date à laquelle on a essayé de leur imposer une règle, après le concile d’Aix-la-Chapelle (816), reprenant une grande partie de la règle que Chrodegang de Metz a façonné pour les chanoines de sa cathédrale. À partir de cette époque, une distinction plus nette s’est faite entre les modes de vie monastique et canoniale, ce qui s’est accentué par la suite avec la sécularisation des chapitres cathédraux et l’essor des fondations de collégiales séculières, aux XIe et XIIe siècles en ce qui concerne la France. Continuer la lecture de Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIIIe – début XVIe s.)

Les minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle

Pour le début de ce carnet de recherche chartiste, Julie Duprat (élève en fin de deuxième année) a accepté de répondre à quelques questions et de nous présenter sa thèse sur les Minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle (1763-1792). Direction l’Aquitaine et les Antilles à la fin de l’époque moderne pour cette étude prosopographique. Propos recueillis par Claire Daniélou.

Pour commencer, Julie, peux-tu nous expliquer à quoi correspondent les dates qui bornent ton sujet ?

Mon étude commence en 1763, c’est-à-dire au moment de la signature du Traité de Paris à l’issue de la Guerre de Sept Ans. Les Antilles à l’époque avaient un statut assez flou : il s’agissait de colonies espagnoles mais depuis environ 150 ans il y avait une prédominance française sur la région. Le Traité de Paris vient confirmer que les Français règnent véritablement sur les îles à sucre. Cela concerne des îles comme l’actuel Haïti, La Martinique, Sainte-Lucie… Quant à 1792, c’est l’année où un décret du 28 mars 1792 de l’Assemblée nationale établit l’égalité entre les blancs et « les hommes de couleur & nègres libres », avant que l’esclavage soit aboli en pleine révolution1 et que Napoléon ne le remette en place.

Cette période correspond à un essor des plantations sucrières et de l’esclavage.

Continuer la lecture de Les minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle

  1. Par un décret de la Convention du 16 pluviôse an II (4 février 1794) []