Archives de catégorie : Stages

Les Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon : retours de stages

Présentation des Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon par Romain Benoit et Sophie Gauthier qui y ont effectué un stage de 4 mois, au premier semestre 2015 et 2016 respectivement.


Les Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon (ADRML) sont situées au cœur de la capitale des Gaules. Au XXe siècle, elles étaient réparties entre deux bâtiments. En 1907, les archives s’installent chemin de Montauban, sur les flancs de la colline de Fourvière, dans l’ancien couvent des Carmes déchaussés. Pour pallier le manque de place, une ancienne usine de vêtements est acquise en 1984 rue Servient, à côté de la Préfecture, pour constituer une annexe qui ouvre en 1987. De plus, en 1996, une ancienne usine de charcuterie située à une heure de Lyon, à Saint-Symphorien-sur-Coise, complète le dispositif. Jusqu’en 2014, personnels et archives étaient ainsi répartis sur plusieurs sites. Au milieu des années 2000, décision est prise de construire un écrin doré aux quarante-deux kilomètres linéaires (kml) alors conservés. La réouverture au public en septembre 2014 précédait de peu un deuxième changement, institutionnel celui-là : la création en janvier 2015 de la métropole de Lyon.

Continuer la lecture de Les Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon : retours de stages

La Bibliothèque Nationale de Colombie

Présentation de la Bibliothèque Nationale de Colombie (Bogotá), où Adrien Barbé effectue un stage de trois mois (août—octobre 2016).


Un bref aperçu des collections

La Bibliothèque Nationale de Colombie fut fondée à Bogotá sur ordre du vice-roi de Nouvelle-Grenade Manuel de Guirior le 9 janvier 1777, ce qui fait d’elle l’une des plus anciennes bibliothèques publiques d’Amérique latine. Le but était alors de recueillir les précieux ouvrages issus de l’expropriation des Jésuites, expulsés des colonies de l’empire espagnol dix ans plus tôt. C’est des biens de cette communauté que proviennent de nombreux manuscrits, parfois uniques au monde, ainsi que 12 des 50 incunables que compte aujourd’hui la bibliothèque1. Celle-ci s’est vite enrichie de livres issus des grandes imprimeries hispano-américaines, situées à Bogotá mais aussi à La Havane, Mexico, Lima ou Quito2.

Continuer la lecture de La Bibliothèque Nationale de Colombie

  1. Robinson López Arévalo, “La colección de incunables de la Biblioteca Nacional de Colombia, tras las huellas y vacíos de su formación”, in Historia y memoria, no13, Tunja, 2016, p. 85-120. []
  2. Voir Adrien Barbé, “Étudier un manuscrit de la Bibliothèque nationale de Colombie“, article de blog, 16 sept. 2016, pour plus d’informations sur les fonds anciens. []

La Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine

Au terme de cette année scolaire, les élèves de deuxième année de l’école des Chartes ont eu, dans le cadre d’un stage de quatre mois, l’occasion de découvrir des institutions patrimoniales, parfois injustement méconnues.

L’un d’entre eux a eu l’occasion de séjourner à la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (MAP), située à Charenton-le-Pont et au fort de Saint-Cyr, près de Saint-Quentin en Yvelines.

Comme son nom ne l’indique pas, la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine n’est ni une médiathèque, ni un centre d’archives à proprement parler, et encore moins une institution entièrement consacrée à ce pour quoi elle a été créée à l’origine, et en faveur de quoi on l’a nommée.

Quel peut être le point commun entre les premiers rapports d’inspection des Monuments historiques par Mérimée, les plans de Carcassonne ou de Pierrefonds par Viollet-le-Duc, les relevés sur calque de la grotte de Lascaux, des autochromes de la première guerre mondiale, les portraits de Sarah Bernhard ou Brigitte Bardot, la maquette des Distorsions d’André Kertész et le négatif du Nu provençal ou du Petit parisien de Willy Ronis ? A priori, rien, si ce n’est leur valeur artistique et historique. Pourtant, tous sont conservés par l’institution. Continuer la lecture de La Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine

Le fonds Maxime Rodinson à la Bibliothèque nationale de France

 Maxime Rodinson (1915-2004) est aujourd’hui au mieux « silencieux », au pire « oublié1». La publication de ses souvenirs d’enfance en 2005 est passée inaperçue2. Si un dossier a été réalisé par l’ Institut du Monde Arabe à l’occasion de l’hommage rendu le 18 novembre 20043, si l’IMEC a accueilli une table ronde en 20074, si Sébastien Boussois a publié en 2008 un livre de témoignages, si une soirée à l’Institut du Monde Arabe a été consacrée à Islam et capitalisme en 2015 à l’occasion de la réédition de ce livre5, il faut avouer que la pensée de Rodinson trouve aujourd’hui assez peu d’écho dans les discours les plus répandus sur l’islam, sur le monde arabe, sur le conflit israélo-palestinien. Les interventions d’étudiants lors de la soirée à l’IMA suggèrent pourtant que l’œuvre de cette figure majeure de l’ orientalisme français de la deuxième partie du XXe siècle, aujourd’hui originale au regard de notre environnement médiatique, peut susciter de la curiosité.

Dans ce contexte, on ne peut que saluer la décision prise par la Bibliothèque nationale de France de créer une cote spéciale « Z Rodinson » plusieurs années après l’entrée de la bibliothèque de Maxime Rodinson au département Littérature et arts entre 2005 et 2010. Destinée à rendre visible la cohérence du fonds dans les collections de la BnF, la création de cette cote permettra d’envisager, à moyen terme, quand les opérations de catalogage seront terminées, la mise en valeur de ce fonds exceptionnel. Exceptionnel, le fonds, tel qu’il est entré à la BnF, l’est par son volume : le tiers d’un magasin, 14 364 livres, 2 272 brochures et 20 cartons conteneurs d’archives. Mais le fonds se distingue surtout par sa cohérence. Correspondant à peu près à l’intégralité de la bibliothèque possédée par Maxime Rodinson dans son appartement de la rue Vanneau, il s’agit d’un très bel exemple de bibliothèque de travail d’un érudit presque contemporain. Il reflète non seulement le parcours, les engagements et les recherches du savant, mais rend aussi compte des procédures et des usages du travail universitaire et témoigne des réseaux et des dispositifs de savoir sur l’islam et le monde arabe en France entre 1945 et 2000. Continuer la lecture de Le fonds Maxime Rodinson à la Bibliothèque nationale de France

  1. Voir le compte-rendu d’un livre de S. Boussois par T. Corbucci, « Maxime Rodinson : orientaliste oublié ou simplement silencieux », 12 février 2009, consultable à l’adresse suivante : http://www.nonfiction.fr/article-2174-maxime_rodinson__orientaliste_oublie_ou_simplement_silencieux_.htm. []
  2. M. Rodinson, Souvenirs d’un marginal, préface de P. Vidal-Naquet, Paris : Fayard, 2005. []
  3. L. Mazeaud (éd.), Maxime Rodinson, 1915-2004, un orientaliste atypique. Dossier documentaire et bibliographie d’ouvrages et d’articles disponibles à la Bibliothèque de l’IMA, Paris : Institut du Monde Arabe, 2004. []
  4. « Courage scientifique et politique de Maxime Rodinson », table ronde du 14 mars 2007, à l’abbaye d’Ardennes (Saint-Germain-La-Blanche-Herbe). []
  5. Islam et capitalisme a paru en pour la première fois aux Éditions du Seuil en 1966. Les références de la réédition de 2014 sont : M. Rodinson, Islam et capitalisme, préface d’A. Gresh, Paris : Démopolis, 2014. L’enregistrement sonore de cette soirée est disponible à l’adresse suivante : http ://www.imarabe.org/colloque/maxime-rodinson-dix-ans-apres. []

Le service de la Conservation des Œuvres d’Art Religieuses et Civiles de la Ville de Paris

Présentation du service de la Conservation des Œuvres d’Art Religieuses et Civiles de la Ville de Paris où Jean Bernard a effectué un stage de quatre mois, de janvier à mai, dans le cadre de sa deuxième année de scolarité à l’Ecole des chartes.

Un service récent pour une vaste collection

La Conservation des œuvres d’Art Religieuses et Civiles est un service de la Ville de Paris, dont la genèse progressive commence dans les années 1970, en prenant la suite du Service des Beaux-Arts. Les collections de la ville sont surtout connues à travers ses 14 musées, mais une grande partie est située dans l’espace public. On dénombre ainsi 40 000 œuvres d’art et objets mobiliers dans les édifices religieux (quelques 85 lieux de culte chrétiens, 9 temples et 2 synagogues), ainsi que 850 statues et monuments.

Ce vaste ensemble est d’une part l’héritage religieux de la longue histoire des édifices construits avant 1905, avec quelques églises reconstruites au début du XXe siècle sur un ancien emplacement (Saint-Christophe de Javel, Saint-Pierre de Chaillot). Tous ces lieux conservent donc des tableaux, des fresques, des sculptures, des vitraux et du mobilier. Les objets sont affectés au culte et proviennent du Moyen Âge pour les plus anciens, jusqu’au XXe siècle pour les plus récents. Outre la sculpture de la vierge du XIIIe siècle de Saint-Germain-des-Prés, les retables de Simon Vouet, les fresques de Delacroix ou les vitraux de Jacques Grüber, on peut encore citer le triptyque de Keith Haring, déposé à l’église Saint-Eustache. Continuer la lecture de Le service de la Conservation des Œuvres d’Art Religieuses et Civiles de la Ville de Paris