Archives de catégorie : Lieux

Museiarkeologi Sydost : le département d’archéologie du musée de Kalmar

Charles Viaut (prom. 2018) a effectué son stage de 4e année d’École des chartes, entre août et octobre 2017, au département d’archéologie du musée du comté de Kalmar, en Suède, Museiarkeologi Sydost. Il a notamment participé à la fouille du site exceptionnel de Sandby Borg, situé sur l’île d’Öland.

La ville de Kalmar, située dans la région historique du Småland au sud de la Suède, est une des plus anciennes villes du royaume. Port de la Baltique, elle possède notamment un château prestigieux où fut signée en 1397 l’union des royaumes de Suède, Norvège et Danemark, ainsi qu’un port industriel faisant face à l’île d’Öland, séparé par le détroit de Kalmar, (Kalmarsund). En tant que chef-lieu de comté (län), Kalmar possède également un institut dédié à l’étude, à la conservation et à la valorisation du patrimoine du comté tout entier : le Kalmar Länsmuseum1.

Le port de Kalmar et l’île d’Öland à l’horizon. Photo Charles Viaut

Installé dans un ancien moulin industriel bâti au XIXe siècle sur le port, le musée du comté de Kalmar abrite des expositions permanentes et temporaires dédiées à l’histoire et à l’archéologie de la région, notamment les vestiges du Kronan, navire de guerre suédois coulé au XVIIe siècle au large de la ville, qui fait encore aujourd’hui l’objet de la plus vaste fouille sous-marine au monde. Mais contrairement à ce que l’on peut observer en France, les missions du musée vont bien au-delà de la conservation et de la valorisation de collections : en effet, le musée gère également des missions de protection et de restauration des monuments historiques et d’archéologie préventive et programmée à l’échelle du comté de Kalmar. Contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser au lecteur francophone, Museiarkeologi Sydost, où j’ai effectué un stage entre août et octobre, est ainsi un service de recherche archéologique situé dans les locaux du musée de Kalmar.

Comptant une douzaine d’archéologues à temps plein, Museiarkeologi Sydost effectue des missions similaires à celles de ses homologues français. En tant que service d’archéologie rattaché à une institution publique, il a notamment la responsabilité des diagnostics chargés de déceler le potentiel archéologique d’un site avant certains chantiers de construction. Très récemment, le chantier d’une voie rapide en périphérie de Kalmar a ainsi permis la mise au jour d’une route et de vestiges d’habitat d’époque viking (Vikingatid, ca. 800-1100 en Suède). Lors de la prescription d’une fouille archéologique après un diagnostic positif, le service peut également s’occuper de la fouille préventive des sites, sous réserve de remporter l’appel d’offres lancé par l’aménageur du terrain à fouiller. Le service s’occupe également de la post-fouille, qui comprend l’étude du mobilier, la formalisation des données de terrain et la rédaction du rapport final d’opération. Là encore, les systèmes d’archéologie préventive suédois et le système français sont très similaires, à ceci près que la Suède ne possède pas d’établissement national comparable à l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives). Le Museiarkeologi Sydost peut en revanche être comparé à un service d’archéologie préventif de collectivité territoriale, comme il en existe plusieurs en France, notamment dans les départements et les métropoles.

Les activités du service s’étendent désormais non seulement au comté de Kalmar, mais également à d’autres régions de la Suède. Le service possède en effet des antennes à Växjö, dans le comté voisin du Kronoberg, ainsi qu’à Uppsala, dans le centre de la Suède, et travaille en étroite collaboration avec le musée du Småland à Växjö ; de plus des agents du service fouillent actuellement des vestiges médiévaux à Göteborg, deuxième ville du pays, sur la côte ouest de la Suède. La concurrence imposée sur le marché de l’archéologie préventive par des sociétés privées pousse en effet les services rattachés aux musées à diversifier leurs activités et leurs zones d’action.

Mais l’archéologie préventive n’est que la principale activité de Museiarkeologi Sydost. En effet, son rattachement à un musée et la présence d’une importante université dans la ville de Kalmar (Linnéuniversitetet-Université Linné) lui permettent une implication directe dans la valorisation des résultats de l’archéologie grâce à la présentation d’expositions temporaires et programmées, ainsi que dans la formation des étudiants. Helena Victor, directrice du service, et Ludvig Papmehl-Dufay, archéologue, animent un séminaire universitaire dédié à la fouille d’un site devenu la vitrine du service : Sandby Borg. Un pommeau d’épée découvert sur ce site est ainsi devenu le logo de Museiarkeologi Sydost.

Pommeau d’épée, site de Sandby Borg. Photo Daniel Linskog.

Museiarkeologi Sydost, logo.

Ce site de l’île toute proche d’Öland est daté du Ve siècle de notre ère, soit l’ère des Migrations (folkvandringstid) selon la chronologie de l’âge du fer scandinave. Il est déjà surnommé « le petit Pompéi suédois » par certains ; en effet, les circonstances peu communes de l’abandon de ce site vers l’an 480, mises au jour depuis le début de la fouille en 2010, en font un site exceptionnel à tout point de vue, tant en ce qui concerne les vestiges mis au jour que les méthodes d’études employées et les questionnements historiques, éthiques et méthodologiques qui en découlent. La campagne 2017 a été effectuée entre le 18 septembre et le 14 octobre.

Sandby Borg, état actuel (cliché Sebastian Jakobsson)
 

Pour en savoir plus :
-Site internet du musée : http://kalmarlansmuseum.se/
-Site internet de l’université Linné : https://lnu.se/
-Site internet de Museiarkeologi Sydost : http://kalmarlansmuseum.se/arkeologi/
-Site internet du projet Sandby Borg : http://www.sandbyborg.se/en/home/
-Article de la revue Archaeology Magazine, par Andrew Curry, consacré à Sandby Borg : « Öland, Sweden. Spring, A.D. 480 » : https://www.archaeology.org/issues/207-1603/features/4158-sweden-sandbyborg-massacre

 

  1. Illustration de couverture : Photo Charles Viaut []

Le Matenadaran, sanctuaire des manuscrits d’Arménie

Au nord de la capitale arménienne, Erevan, se trouve un lieu à mi-chemin entre musée et bibliothèque. Et pour cause, le Matenadaran (մատենադարան), c’est à dire le “dépôt de manuscrits” en arménien ancien, relève des deux catégories : il s’agit du sanctuaire où sont conservés et partiellement exposés les trésors manuscrits de l’Arménie. Si le lieu est singulier, il succède pourtant à des dépôts ainsi nommés qui avaient été créés dans les monastères depuis la création de l’écriture arménienne au début du Ve siècle de notre ère. Le bâtiment actuel est récent ; l’idée de rassembler les manuscrits en un même lieu date de l’ère soviétique. Le bâtiment de béton, dont l’allure trahit autant l’architecture fonctionnaliste soviétique que la référence aux églises médiévales arméniennes, est achevé en 1957 et inauguré en 1959. Au bout de la grande avenue portant son nom, la statue de Mesrop Machtots, (Մեսրոպ Մաշտոց ), inventeur révéré de l’alphabet arménien aux alentours de 405, accueille le visiteur.

Le bâtiment principal du Matenadaran. Crédits photo : Charles Viaut

Continuer la lecture de Le Matenadaran, sanctuaire des manuscrits d’Arménie

Petit panorama des services d’archives de La Nouvelle-Orléans

Grâce à Howard Margot, conservateur au William Research Center, il m’a été donné l’occasion de visiter différents services d’archives implantés aux quatre coins de La Nouvelle-Orléans. Ces visites ont été permises par les conservateurs de ces différentes institutions1. Les magasins de conservation et les documents n’ont pu être photographiés pour des raisons de sécurité2.

La Historic New Orleans Collection

La HNOC est une fondation privée créée en 1966 par le Général L. Kemper Williams (1887-1971) et son épouse Leila (1901-1966) au service de la connaissance de l’histoire de la ville et des États américains du Golfe du Mexique. Elle est à la fois un musée, un centre de recherche et un éditeur d’ouvrages scientifiques. Le musée occupe un bâtiment situé sur Royal Street et présente une exposition permanente de documents et objets originaux développant l’histoire de la ville. Le centre de recherche en occupe un autre, sur Chartres Street, et possède plusieurs niveaux de magasins de conservation, où sont mélangés archives, peintures, documents figurés, cartes, objets.

Cette collection a d’abord été formée par les époux Williams, tous deux passionnés d’histoire de cette région aux cultures métissées par les différentes influences européennes, africaines et nord et sud-américaines. La fondation n’a cessé de l’enrichir par des acquisitions. La collection comprend aujourd’hui près d’un million d’items dont 35 000 ouvrages imprimés, plus de 3 km linéaires de documents manuscrits rédigés à la fois en français, en espagnols, en allemands, et en anglais, 350 000 photographies, imprimés, dessins, peintures, et artefacts. Elle constitue ainsi l’une des plus importantes collections de documents et objets historiques relatifs à La Nouvelle-Orléans et à l’État de Louisiane.

Continuer la lecture de Petit panorama des services d’archives de La Nouvelle-Orléans

  1. Que soient ainsi remerciés : Howard Margot, Christina Bryant, Sally Sinor, Sarah-Elizabeth Gundlach, Jennifer Waxman, et Emilie Gagnet-Leumas []
  2. Photo de couverture : Reconnaissance de dette du soldat Poulousat envers Delauze, capitaine de son régiment, 7 février 1714. Numéro 1714_01_07_01. Document en ligne sur le Louisiana Colonial Documents Digitization Project []

Les archives notariales de La Nouvelle-Orléans

Au cours de mon stage à la Historic New Orleans Collection, il m’a été donné l’occasion de visiter les archives notariales (Notarial Archives) de la Nouvelle-Orléans1. Ce service est absolument unique aux États-Unis, à la fois au vu de l’ancienneté des archives, du volume conservé et de l’organisation de leur conservation2.

Ces fonds d’archives représentent environ 45 000 volumes d’actes notariés. Les plus anciens documents remontent à 1733 mais deviennent réguliers à partir des années 1760. La principale partie est constituée d’actes de nature immobilière et financière : 800 volumes concernent des transports de ventes (conveyance) de 1827 à 1989 et 4 000 des hypothèques (mortgage) de 1788 à 1987. Mais les archives notariales représentent également des sources importantes pour la généalogie et l’histoire sociale, grâce évidemment aux contrats de mariage, d’adoptions, et aux inventaires après décès.

Continuer la lecture de Les archives notariales de La Nouvelle-Orléans

  1. Que soient remerciés Chelsey Richard Napoleon, Clerk of Civil District Court for the Parish of Orleans, Sally Sinor, archiviste des archives notariales, et Howard Margot, conservateur au Williams Research Center hébergé par l’Historic New Orleans Collection, qui nous ont permis cette visite. Les photographies ont été publiées avec l’autorisation des archives notariales de La Nouvelle-Orléans. []
  2. Pour en savoir plus : cf le site internet de l’institution :  http://www.orleanscivilclerk.com/research.htm []

De l’armoire au compactus : 
le patrimoine vestimentaire à l’épreuve du temps au Palais Galliera, par Joséphine Grimm

Joséphine Grimm est élève archiviste paléographe de troisième année. Elle a effectué au début de l’année 2017 un stage de quatre mois au Palais Galliera – musée de la mode de la ville de Paris. 


Pensez-vous que votre garde-robe pourrait être exposée ? Que votre jean favori ou que votre T-shirt mériterait d’être conservé aussi soigneusement qu’un bijou de famille  ? Il est probable que non aujourd’hui mais dans deux cents ans, ce sera peut-être le rôle du Palais Galliera que de prouver à vos descendants le contraire.

Au début de cette année, j’ai eu la chance de pouvoir effectuer un long stage au Musée de la Mode de la Ville de Paris, plus connu sous le nom de la duchesse qui céda jadis à la ville de Paris son hôtel particulier de la butte Chaillot. Sur bien des aspects, le Palais Galliera est un musée singulier. Contrairement à la quasi-totalité de ses semblables, il ne dispose pas d’une galerie d’exposition permanente, ses œuvres étant bien trop fragiles pour être exposées durablement. En conséquence, c’est par le biais de prêts à d’autres institutions et d’expositions temporaires organisées dans ses murs – ou dans ceux des autres, comme l’a montré l’exposition «  Balenciaga, L’Œuvre au Noir  » au Musée Bourdelle – qu’il peut faire connaître ses collections. Quant aux prêts, ils se font au profit d’établissements aussi bien parisiens que de France ou du Monde. Il peut s’agir d’une petite contribution, quelques éventails et porte-bouquets pour l’exposition «  Le pouvoir des fleurs, Pierre-Joseph Redouté  » au Musée de la Vie Romantique, mais il arrive que les œuvres qui quittent les réserves du Palais se comptent par dizaines. L’exposition «  Volez, Voguez, Voyagez – Louis Vuitton  », qui s’est tenue d’abord au Grand Palais, puis à Tokyo et à Séoul, a nécessité beaucoup de préparation et d’investissement de la part des équipes de Galliera qui ont dû envoyer soigneusement près d’une centaine de pièces.

Continuer la lecture de De l’armoire au compactus : 
le patrimoine vestimentaire à l’épreuve du temps au Palais Galliera, par Joséphine Grimm