Archives de catégorie : Lieux

Les archives notariales de La Nouvelle-Orléans

Au cours de mon stage à la Historic New Orleans Collection, il m’a été donné l’occasion de visiter les archives notariales (Notarial Archives) de la Nouvelle-Orléans1. Ce service est absolument unique aux États-Unis, à la fois au vu de l’ancienneté des archives, du volume conservé et de l’organisation de leur conservation2.

Ces fonds d’archives représentent environ 45 000 volumes d’actes notariés. Les plus anciens documents remontent à 1733 mais deviennent réguliers à partir des années 1760. La principale partie est constituée d’actes de nature immobilière et financière : 800 volumes concernent des transports de ventes (conveyance) de 1827 à 1989 et 4 000 des hypothèques (mortgage) de 1788 à 1987. Mais les archives notariales représentent également des sources importantes pour la généalogie et l’histoire sociale, grâce évidemment aux contrats de mariage, d’adoptions, et aux inventaires après décès.

Continuer la lecture de Les archives notariales de La Nouvelle-Orléans

  1. Que soient remerciés Chelsey Richard Napoleon, Clerk of Civil District Court for the Parish of Orleans, Sally Sinor, archiviste des archives notariales, et Howard Margot, conservateur au Williams Research Center hébergé par l’Historic New Orleans Collection, qui nous ont permis cette visite. Les photographies ont été publiées avec l’autorisation des archives notariales de La Nouvelle-Orléans. []
  2. Pour en savoir plus : cf le site internet de l’institution :  http://www.orleanscivilclerk.com/research.htm []

De l’armoire au compactus : 
le patrimoine vestimentaire à l’épreuve du temps au Palais Galliera, par Joséphine Grimm

Joséphine Grimm est élève archiviste paléographe de troisième année. Elle a effectué au début de l’année 2017 un stage de quatre mois au Palais Galliera – musée de la mode de la ville de Paris. 


Pensez-vous que votre garde-robe pourrait être exposée ? Que votre jean favori ou que votre T-shirt mériterait d’être conservé aussi soigneusement qu’un bijou de famille  ? Il est probable que non aujourd’hui mais dans deux cents ans, ce sera peut-être le rôle du Palais Galliera que de prouver à vos descendants le contraire.

Au début de cette année, j’ai eu la chance de pouvoir effectuer un long stage au Musée de la Mode de la Ville de Paris, plus connu sous le nom de la duchesse qui céda jadis à la ville de Paris son hôtel particulier de la butte Chaillot. Sur bien des aspects, le Palais Galliera est un musée singulier. Contrairement à la quasi-totalité de ses semblables, il ne dispose pas d’une galerie d’exposition permanente, ses œuvres étant bien trop fragiles pour être exposées durablement. En conséquence, c’est par le biais de prêts à d’autres institutions et d’expositions temporaires organisées dans ses murs – ou dans ceux des autres, comme l’a montré l’exposition «  Balenciaga, L’Œuvre au Noir  » au Musée Bourdelle – qu’il peut faire connaître ses collections. Quant aux prêts, ils se font au profit d’établissements aussi bien parisiens que de France ou du Monde. Il peut s’agir d’une petite contribution, quelques éventails et porte-bouquets pour l’exposition «  Le pouvoir des fleurs, Pierre-Joseph Redouté  » au Musée de la Vie Romantique, mais il arrive que les œuvres qui quittent les réserves du Palais se comptent par dizaines. L’exposition «  Volez, Voguez, Voyagez – Louis Vuitton  », qui s’est tenue d’abord au Grand Palais, puis à Tokyo et à Séoul, a nécessité beaucoup de préparation et d’investissement de la part des équipes de Galliera qui ont dû envoyer soigneusement près d’une centaine de pièces.

Continuer la lecture de De l’armoire au compactus : 
le patrimoine vestimentaire à l’épreuve du temps au Palais Galliera, par Joséphine Grimm

La vie d’un service d’archives : immersion au sein des archives départementales de la Côte-d’Or

De retour d’un stage de quatre mois aux Archives départementales de la Côte d’Or, Léo Davy, élève de 2e année, présente le service qu’il a découvert, les missions variées qui lui ont été données, et quelques documents emblématiques.

Les archives départementales de la Côte-d’Or conservent près de 30 km linéaires de documents, couvrant une période ininterrompue de 836, date du document le plus ancien, un diplôme de Louis le Pieux1, à nos jours. Elles ont pour siège l’hôtel particulier construit par le chancelier du duc de Bourgogne Philippe le Bon, Nicolas Rolin, situé au cœur du centre ville historique, qui a été racheté par la ville de Dijon à ses héritiers en 1500 pour en faire l’hôtel de ville. En 1832, le conseil départemental le rachète pour y installer les archives qui ne l’ont plus quitté. La salle de lecture est décorée d’une cheminée et de boiseries réalisées dans les années 1680, et a servi de chambre du Conseil pour les édiles et de salle de concert pour Mozart , invité en 1766 par le prince de Condé sur le chemin du retour de sa tournée européenne. Les magasins d’archives occupent les ailes construites en 1707-1714, celle de 1758 conçue par l’architecte Gabriel, et une autre aile construite dans les années 19502. Une annexe pour les archives contemporaines a été aménagée dans des entrepôts à quelques kilomètres du centre-ville. Continuer la lecture de La vie d’un service d’archives : immersion au sein des archives départementales de la Côte-d’Or

  1. 1 H 11, n°1 []
  2. Joyaux d’archives, jalons d’histoire. Les Archives départementales de la Côte-d’Or à l’aube du troisième millénaire : onze siècles d’histoire, Éditions de l’Armançon, 2001, p 10-34. []

La station radioastronomique de Nançay

Au cours de son stage de quatre mois à la Conservation Régionale des Monuments Historiques du Centre-Val-de-Loire, Julie Glodt, élève de 2e année, a découvert à Nançay un site exceptionnel, tant par son caractère scientifique que par le processus de patrimonialisation qu’il a connu. Un travail mené conjointement par le service départemental de l’Inventaire et par les Monuments Historiques a permis de protéger et de restaurer le site, afin d’en faire profiter le public.

Situé aux confins de la Sologne, le site de Nançay1 est un vaste terrain de recherche scientifique de l’Observatoire de Paris et de l’ENS, dédié à l’observation des ondes extra-terrestres. Dans la station de radioastronomie, s’épanouissent aussi bien les lichens que les antennes aux formes diverses : de la classique parabole, au réseau de spirales pointées vers le ciel, sans oublier le grand radiotélescope. Désert technologique et monumental, choisi paradoxalement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour devenir une des stations pionnières en France, le site pose aujourd’hui la difficile question de la patrimonialisation d’instruments désaffectés, dont la valeur première est pourtant celle de leur usage scientifique. Continuer la lecture de La station radioastronomique de Nançay

  1. Nançay, Cher, cant. Aubigny-sur-Nère. []