Archives de catégorie : Chambre des images

Joaquin Gomez de la Cortina, bibliophile espagnol du XIXe siècle

Dans le cycle des « Pépites de la BEC », la bibliothèque de l’ École expose chaque mois quelques ouvrages remarquables issus de ses collections, choisis et présentés par un élève ou un étudiant de l’École nationale des chartes. En mars 2020, ce sont quelques exemplaires ayant appartenu à Joaquin Gomez de la Cortina, bibliophile espagnol du XIXe siècle, qui sont présentés au niveau 0 de la bibliothèque. Exposition organisée et article rédigé par Maxime Challon, étudiant en deuxième année du master Technologies numériques appliquées à l’histoire en spécialité Livres et médias à l’École des chartes.


Ouvrages présentés :
– Salutati COLUCCIO, Lini Colucii Pierii Salutati cancellarii florentini epistolae…, Florence, 1741 et 1742 8R217(1), 8R217(2)
– Gregorio MAYANS Y SISCAR, Gregorii Majansii […] tractatus de Hispana progenie vocis ur …, Madrid, 1779 8D72
– Giovanni Gioviano PONTANO, Ioannis Iovanni Pontani […] opera quae soluta oratione composuit…, Bâle, 1538 4R26(1)
– André SCHOTT, Hispaniae illustratae…, Francfort, 1603 FID4(1)

Continuer la lecture de Joaquin Gomez de la Cortina, bibliophile espagnol du XIXe siècle

Louis XIV et le masque de fer

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2019 consacrée au thème « Arts et divertissements », la Bibliothèque de l’École nationale des Chartes a ouvert ses portes en proposant six ouvrages au public. Le troisième article consacré aux collections de la BEC issu de cette série concerne Louis XIV et le Masque de fer, ou Les princes jumeaux de Jérôme Le Grand (1748-1817), publié en 17921. Article rédigé par Lou Delaveau, archiviste paléographe (prom. 2019) et élève conservatrice des bibliothèques.


Fig. 1. Page de titre (f. A1r). La tâche d’encre, indélébile, n’a pas pu être effacée lors de la restauration entreprise par la bibliothèque.

Continuer la lecture de Louis XIV et le masque de fer

  1. Bibliothèque de l’École des chartes, 8R248 []

La représentation des divertissements dans les gravures alsaciennes du XVIIIe siècle de l’Alsatia illustrata de Jean-Daniel Schoepflin

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2019 tournée vers les « Arts et divertissements », la Bibliothèque de l’École nationale des Chartes a ouvert ses portes en proposant six ouvrages au public. L’un d’entre eux, l’Alsatia Illustrata de Jean-Daniel Schoepflin (1694-1771), allie l’histoire alsacienne, l’histoire politique, des gravures et la représentation des divertissements. Article rédigé par Maxime Challon, étudiant de deuxième année du master Technologies numériques appliquées à l’histoire en spécialité Livres et medias.


Le XVIIIe siècle est riche d’histoires provinciales au service de l’historiographie royale : parmi elles, une histoire de Provence (BEnC, FR7) en 1723, une histoire du Languedoc (BEnC, FH16) entre 1730 et 1745, ou l’Alsace illustrée, Alsatia illustrata (BEnC, FH5), de J.-D. Schoepflin, entre 1751 et 1761. Bien que ces histoires ne soient pas destinées à l’évocation du divertissement, celui-ci est tout de même perceptible dans les gravures de l’œuvre de J.-D. Schoepflin. Jean-Daniel Schoepflin (1694-1771) est un Alsacien à l’époque des Lumières, professeur à l’université de Strasbourg dès 1720, contribuant à l’ « âge d’or » de cette université1. En 1740, il devient historiographe de France et du roi. Lorsqu’il publie l’Alsatia illustrata en 1751 et 17612, il attire l’admiration de ses contemporains par l’utilisation de la démonstration mathématique pour toutes ses analyses historiques, permettant ainsi de surpasser ses homologues européens écrivant eux aussi, sur le modèle de l’Italia illustrata de Biondo3 en 1438, l’histoire de leur pays ou de leur ville, d’un point de vue topographique, archéologique et historique.

Continuer la lecture de La représentation des divertissements dans les gravures alsaciennes du XVIIIe siècle de l’Alsatia illustrata de Jean-Daniel Schoepflin

  1. Voir : Voss, Jürgen, et Bernard Rolling. « Jean-Daniel Schoepflin (1694-1771) : un Alsacien de l’Europe des Lumières ». Société savante d’Alsace, 1999. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb370791963. []
  2. L’écart de dix ans entre la publication des deux volumes s’explique par les longues recherches requises par ce travail, et par l’action de la censure royale sur le deuxième volume qui évoque la période récente de 1648-1761. []
  3. Biondo, Flavio, (1392-1463), historien, humaniste et archéologue de la Renaissance italienne. Il publie l’Italia illustrata en 1438, reprenant ses voyages personnels et décrivant l’histoire des 18 provinces italiennes depuis la République romaine à travers l’archéologie, l’histoire, l’histoire de l’art, la géographie et la littérature, s’inscrivant dans la Renaissance humaniste et la redécouverte de la langue et de la littérature latines. []

La réglementation des jeux au XVIIIe siècle : le Traité de la police de Nicolas de La Mare

À l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2019, la Bibliothèque de l’École des chartes a mis en valeur quelques ouvrages issus de son fonds ancien entrant dans le thème “Art et divertissement”. La publication des présentations des ouvrages exposés à cette occasion permet de prolonger cette médiation. Premier article de cette nouvelle série : Le Traité de police de Nicolas de La Mare.


Le genre des traités de police connut, à la fin de l’époque moderne, un grand succès, parallèlement au développement de la police urbaine depuis la création de la lieutenance générale de police en 1667 par Louis XIV. Nicolas de La Mare (1639-1723), commissaire de police au Châtelet – la juridiction ordinaire de la ville de Paris intramuros, de ses faubourgs et de sa banlieue – rédigea le premier traité de police1. Son ouvrage fut édité à plusieurs reprises tout au long du XVIIIe siècle (en 1705, 1710, 1719, 1722, 1729, 1738, et 1749). Composé de trois volumes, couvrant près de 1 500 pages, il y explique les méthodes d’enquêtes, détaille le cadre législatif des lois et règlements et raconte une histoire de la ville de Paris. La densité du texte n’est que peu agrémenté d’illustrations, hormis huit cartes dépliables présentant la croissance urbaine de la capitale depuis l’époque romaine jusqu’en 1705.

Continuer la lecture de La réglementation des jeux au XVIIIe siècle : le Traité de la police de Nicolas de La Mare

  1. Cf : Bondois (Pierre), « Le commissaire Delamare et le Traité de la police », Revue d’histoire moderne, no 19,‎ 1935, p. 313-351 []

Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (2) : quelles ressources ?

Ce billet complète l’article précédent intitulé “Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique” dans lequel je m’intéressais à l’histoire de ce média, à ses formes et à ses usages.

Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique

Il m’a paru opportun, dans un but de valorisation, de rendre également compte des ressources disponibles sur le sujet, à la fois des sources primaires et de la bibliographie existante. Ce billet résulte donc de trouvailles – sur les appareils et sur les films fixes en eux-mêmes -, découvertes et interrogations, principalement à partir de bibliothèques numériques et de publications en ligne.

Les appareils de projection

Il faut évidemment s’intéresser aux appareils de visionnement des films fixes pour en comprendre l’usage. Plusieurs collections d’appareils (Pathéorama, Camérafix…) sont identifiables en ligne. L’intérêt, c’est de découvrir, outre l’aspect des visionneuses, qui a fortement varié dans le temps, les caractéristiques techniques de l’objet : dimensions, poids, manière d’insérer la bobine ou encore malette de transport…

Continuer la lecture de Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (2) : quelles ressources ?