Archives de catégorie : Chambre des images

Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (2) : quelles ressources ?

Ce billet complète l’article précédent intitulé “Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique” dans lequel je m’intéressais à l’histoire de ce média, à ses formes et à ses usages.

Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique

Il m’a paru opportun, dans un but de valorisation, de rendre également compte des ressources disponibles sur le sujet, à la fois des sources primaires et de la bibliographie existante. Ce billet résulte donc de trouvailles – sur les appareils et sur les films fixes en eux-mêmes -, découvertes et interrogations, principalement à partir de bibliothèques numériques et de publications en ligne.

Les appareils de projection

Il faut évidemment s’intéresser aux appareils de visionnement des films fixes pour en comprendre l’usage. Plusieurs collections d’appareils (Pathéorama, Camérafix…) sont identifiables en ligne. L’intérêt, c’est de découvrir, outre l’aspect des visionneuses, qui a fortement varié dans le temps, les caractéristiques techniques de l’objet : dimensions, poids, manière d’insérer la bobine ou encore malette de transport…

Continuer la lecture de Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (2) : quelles ressources ?

La restauration et l’étude de la Maestà de Simone Martini : une collaboration entre conservation et archéologie

Jean Bernard a effectué son stage de 4e année d’École des chartes, en octobre-novembre 2017, à la Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per le province di Siena grosseto e Arezzo (Italie).

La Maestà de Simone Martini, située dans la salle principale du Palazzo Pubblico de Sienne, a fait l’objet d’une restauration sous la surveillance de la Surintendance pour les biens culturels des provinces de Sienne, Grosseto et Arezzo, 25 ans après une restauration structurelle très importante qui a stabilisé les principaux facteurs de dégradations. La restauration de 2017 s’inscrit dans une continuité, avec le suivi d’Alessandro Bagnoli déjà présent lors de la précédente restauration, tout comme le restaurateur Massimo Gavazzi, qui avait alors travaillé avec son père Giuseppe Gavazzi. On retrouve également la même ambition de renouvellement des connaissances, à travers une collaboration entre services de la conservation et de la recherche1. La particularité de la restauration de 2017 est toutefois d’avoir ouvert davantage le chantier lui-même à des visiteurs (parfois illustres), mais surtout à des chercheurs, notamment dans le cadre d’une collaboration avec les départements d’archéologie et de sciences physiques de l’université de Sienne, dans le cadre de l’étude des poinçons utilisés pour la décoration de cette peinture murale.

Simone Martini, Maestà, 1312-1315, fresque, 7,63 × 9,70 m, Palazzo Pubblico de Sienne (détail)

Continuer la lecture de La restauration et l’étude de la Maestà de Simone Martini : une collaboration entre conservation et archéologie

  1. BAGNOLI A., La maestà di Simone Martini, Cinisello Balsamo (Milano), 1999 ; Simone Martini e « chompagni. », Pinacoteca Nazionale Di Siena, 1985 ; Simone Martini. Atti del convegno (1985), Firenze, 1988. []

Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique

C’était un drôle d’objet. Une petite boîte de métal aux coins irrégulièrement arrondis, avec une ouverture rectangulaire au milieu et en face d’elle une minuscule lentille, de la taille d’un euro. On devait glisser par le haut un morceau de film – du vrai film, avec perforations – que pressait une roulette de caoutchouc, et en tournant un bouton relié à la roulette le film se déroulait image par image. À vrai dire chaque image représentait une scène différente, de sorte que le spectacle s’apparentait plus à une lecture de diapositives qu’à du home cinema, mais ces scènes étaient des plans, magnifiquement reproduits, de films célèbres, Chaplin, Ben Hur, le Napoléon d’Abel Gance… Si on était riche on pouvait introduire la petite boîte dans une espèce de lanterne magique et projeter sur le mur (ou sur un écran, si on était très riche). Je devais me satisfaire de la version minimale : appuyer l’œil sur la lentille, et regarder. Ce bidule aujourd’hui oublié s’appelait Pathéorama.

Chris Marker, “C’était un drôle d’objet”.
Extrait de La Jetée (1962) de Chris Marker.

D’après la définition donnée de la Cinémathèque Robert-Lynen, les films fixes sont des “rouleaux de pellicule 35 mm (…) qui comportent majoritairement des photos, mais aussi des dessins ou encore des cartes de géographie et parfois accompagnés de textes. Ils étaient destinés à accompagner des cours, des conférences, etc. D’apparence, on pourrait les identifier à des pellicules de type Kodak, mais contrairement à ces dernières, les vues d’un film fixe sont positives et non en négatif”1.

Continuer la lecture de Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique

  1. Site de la Cinémathèque Robert-Lynen, consulté le 8 mars 2019. []

La Tenture de saint Étienne

À l’occasion de la réouverture du Musée de Cluny après plusieurs mois de travaux, une exposition est consacrée à la figure magique de la licorne1.  L’une des pièces qui y est exposée est issue du cycle de l’histoire de saint Étienne dont cet article fait découvrir l’histoire2

La Tenture de saint Étienne désigne un ensemble de douze tapisseries historiées. Ses 23 scènes successives racontent l’histoire du saint : son martyre par lapidation, la découverte miraculeuse de son corps en 417 par le prêtre Lucien, les miracles post mortem qui lui sont attribués et la translation de son corps de Jérusalem à Constantinople puis à Rome.

Elle a été commandée par l’évêque Jean III Baillet, évêque d’Auxerre entre 1477 et 1513, dont Étienne est le saint patron, pour orner le chœur de sa cathédrale. Elle y demeure jusqu’en 1777, date à laquelle le chapitre de la cathédrale décide de vendre la tenture à l’Hôtel Dieu d’Auxerre. En 1838, l’Hôtel Dieu vend deux pièces de la tenture qui sont achetés par le Louvre. En 1880, les 10 autres tapisseries sont mises en vente mais l’État s’oppose à ce que la tenture entre dans le domaine privé, c’est donc le Musée de Cluny qui l’achète. Enfin en 1897, le Musée du Louvre met en dépôt ses deux pièces au Musée de Cluny pour recréer le cycle complet3.

Continuer la lecture de La Tenture de saint Étienne

  1. Exposition “Magiques licornes” du 14 juillet 2018 au 25 février 2019 []
  2. Cet article fait suite à un dimanche des étudiants organisé par le musée le 6 mars 2016. Photographies utilisées avec l’aimable autorisation du musée de Cluny []
  3. JOUBERT (Fabienne), La tapisserie médiévale, p. 36-59, 2002, 3e édition, Réunion des Musées nationaux []

“Rendez-vous d’étoiles à Berlin” dans les actualités filmées, mars 1942

Les actualités cinématographiques sont connues pour être une source privilégiée pour l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, et ont été fréquemment utilisées dans des documentaires télévisés afin de rendre la propagande de guerre mieux connue du grand public1. L’émission télévisée Histoire parallèle, animée par Marc Ferro2, mettait ainsi en regard ces archives audiovisuelles des pays belligérants, en analysant leurs propagandes respectives.

Les journaux d’actualité ont en effet pour spécificité d’avoir été un des médias les plus diffusés pendant la guerre, à une époque où les spectateurs sont particulièrement nombreux à se rendre dans les salles de cinéma. Leur propos est très populaire et propagandiste. Ils sont également au cœur de la culture visuelle des Français pendant la guerre, qui y voient les avancées du conflit à l’international, mais aussi le quotidien de l’Occupation. Au sein de ces récits plus ordinaires et nationaux, la place des célébrités est importante aux yeux des autorités (de Vichy, d’occupation, et pour leurs soutiens) afin de montrer que la vie continue, en utilisant l’image de personnalités populaires. Dans ces conditions, le récit par les actualités filmées de l’unique voyage de propagande en Allemagne des vedettes de cinéma retient toute notre attention.

Continuer la lecture de “Rendez-vous d’étoiles à Berlin” dans les actualités filmées, mars 1942

  1. On peut également penser à Archives de guerre (DVD), édité par Nouveau monde éditions, 2004, avec Marc Ferro au commentaire. []
  2. Émission hebdomadaire programmée sur La Sept puis sur Arte, de mai 1989 à juin 2001. []