Archives de catégorie : Thèses d’École des chartes

Thèses d’École des chartes

Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), par Charles-Yung Baud

Entretien avec Charles-Yung Baud, élève de quatrième année, diplômé de master, qui présente sa thèse d’école intitulée Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), préparée sous la direction de Patrick Arabeyre, professeur d’histoire du droit civil et du droit canonique à l’école, et d’Alain Tallon, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne Paris IV. Propos recueillis par Sarah Bakkali-Hassani.

Présente-nous en quelques mots ton sujet.

Le XVIe siècle correspond à une période d’accroissement de l’activité législative royale. Dotée d’une forte légitimité théorique forgée au cours des derniers siècles médiévaux, la royauté œuvre à une réforme en profondeur du royaume. Depuis la célèbre ordonnance de 1254, il s’agit de restaurer le royaume dans sa pureté originelle par la promulgation d’ordonnances de réformation, dont le nombre s’accroît au premier siècle de l’ère moderne. Parmi elles, celle de Villers-Cotterêts occupe une place à part dans l’imaginaire collectif. Son article 111 est en effet réputé avoir imposé l’usage de la langue française dans l’ensemble des actes de la pratique, de sorte que l’historiographie ne s’est jusqu’ici consacré qu’à l’étude de cette disposition dans une perspective purement linguistique. Il s’agit donc de prendre le contrepied de ce biais, considérant que l’ordonnance devait être étudiée dans la globalité de ses 192 articles. Ces derniers réglementent les procédures civile et criminelle suivies au sein des juridictions royales, et comprennent d’importantes mesures de police. Si la compréhension d’un texte législatif implique une détermination du rôle du fait dans son élaboration et de son degré de réalisation dans les pratiques sociales, l’historien est confronté à des sources relativement lacunaires. En l’absence de procès-verbaux, les conditions d’élaboration de l’ordonnance sont impossibles à déterminer avec certitude, et la paternité du texte, traditionnellement attribuée au chancelier Guillaume Poyet († 1548), reste sujette à débat. Ainsi, l’analyse des commentaires consacrés à l’ordonnance s’est imposée comme une évidence, la doctrine demeurant le seul corpus véritablement cohérent et maîtrisable pour une étude du droit de l’Ancien Régime. Les commentaires de l’ordonnance de Villers-Cotterêts rendent compte de la réception immédiate d’un texte législatif auprès de juristes qui, pour faire œuvre de doctrine, n’en demeuraient pas moins des justiciables directs du roi et de sa loi.

Continuer la lecture de Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), par Charles-Yung Baud

Archéologie d’un site castral : l’exemple poitevin du château de Talmont

Entretien avec Charles Viaut, élève de quatrième année, qui termine cette année sa thèse d’École des chartes portant sur Du lieu de pouvoir à l’espace vécu. Pouvoirs, société, espaces bâtis et vie quotidienne au château de Talmont (XIIIe-XVe siècles), réalisée sous la direction de Nicolas Prouteau, maître de conférences en archéologie médiévale à l’université de Poitiers, et de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’école1.  Propos recueillis par Léo Davy.

Sur le même sujet on peut consulter le premier article consacré à cette recherche, publié sur Chroniques chartistes en date du 9 février 2016, afin de comparer les deux états de la recherche.

Comment as-tu choisi ce sujet ?

Je « pratiquais » déjà l’archéologie longtemps avant d’intégrer l’École, surtout sur le terrain. Pour le choix du sujet de thèse, j’ai eu, en première année, plusieurs idées de sujets portant sur des périodes antérieures, mais je me suis ensuite décidé pour la période médiévale. En début de deuxième année j’ai contacté Nicolas Prouteau en lui expliquant que je voulais travailler sur le Moyen Âge selon une méthode interdisciplinaire. Il est lui-même archéologue et prône cette approche plurielle des méthodes. C’est lui qui m’a proposé de travailler sur le château de Talmont qui faisait l’objet d’une opération de fouilles programmées et d’un projet de recherche commun entre l’université de Poitiers et l’INRAP. Il y avait une grande lacune archéologique sur la connaissance du château entre le second tiers du XIIIe siècle et le début du XVIe siècle : les données archéologiques étaient bien là, mais les bâtiments en élévation et le corpus documentaire des sources archivistiques et iconographiques étaient peu étudiés.

Continuer la lecture de Archéologie d’un site castral : l’exemple poitevin du château de Talmont

  1. Crédit photo de couverture : Julien Boureau, Conseil départemental de la Vendée []

Entre illégitimité et illégalité, mise à nu des premières revues de modèles photographiques à destination des artistes

Manon Lecaplain est élève archiviste paléographe de troisième année. Elle soutiendra en 2019 sa thèse d’École des chartes sur les premières revues de modèles photographiques à destination des artistes (1902-1914), sous la direction de Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’Ecole des chartes et de Bertrand Tillier, professeur d’histoire contemporaine à Paris 1 et historien des images. Elle est aussi régulièrement suivie par Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF. Elle partage, avec enthousiasme, ce qui fait le sel de ses recherches. Propos recueillis par Pia Rigaldiès. 

Peux-tu nous parler de la genèse de ce sujet ? 

Je voulais travailler sur un sujet pluridisciplinaire, qui touchait à la condition de la femme, ou à la marginalité au tournant des XIXe et XXe siècles. J’avais d’abord pensé à l’iconographie des bordels mais c’est quelque chose qui a déjà été fait. J’ai été voir des conservateurs au département des Estampes de la BnF, sur les conseils de M. Gauthier, qui m’ont sorti les boîtes de trois revues : Le Nu esthétique, Mes Modèles et Le Nu académique, qui font aujourd’hui partie de mon corpus. J’ai trouvé le format très intéressant : ce sont des catalogues de poses qui prennent la forme de magazines bon marché, vendus entre 25 centimes et 2,50 francs pour les plus chers. Les photographies m’ont semblé assez intéressantes : les boîtes contenaient des photographies très académiques, et j’avais en tête les mutations de l’art du début du XXe siècle, ce qui me paraissait à l’époque paradoxal. Mais je me suis rendue compte par la suite qu’il y avait beaucoup de mises en scène et de montages.

Continuer la lecture de Entre illégitimité et illégalité, mise à nu des premières revues de modèles photographiques à destination des artistes

Les comptes consulaires d’Escazeaux (1359-1419)

Marie Taupiac, archiviste paléographe (prom. 2017), présente sa thèse d’Ecole des chartes intitulée Administrer la communauté villageoise en Lomagne à la fin du Moyen Âge. Étude des comptes d’Escazeaux consulaires (1359-1419), réalisée sous la direction de M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’école, et Olivier Mattéoni, professeur d’histoire du Moyen-Âge à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Propos recueillis par Léo Davy.


Peux-tu nous présenter ton sujet de recherche ?
J’ai travaillé sur les comptes consulaires d’Escazeaux, un petit village situé en Lomagne (Tarn-et-Garonne), qui représentent une série continue de 1359 à 1419, ce qui m’a permis d’étudier l’évolution de la communauté rurale à travers la comptabilité. L’étude des comptabilités a pris de l’essor au sein de l’historiographie, mais les études se sont d’abord portées sur les villes qui ont mieux conservé leur archives. Les villages sont moins nombreux à avoir ce genre d’archives. La période est également particulièrement intéressante car elle est située pendant la guerre de Cent Ans. Au début de la période il y avait 129 feux et environ 60 feux à la fin, cela peut s’expliquer par les effets de la guerre qui pousse les habitants à fuir. Les villages alentours ont aussi été touchés par ce phénomène.
On voit tout d’abord les fortifications se construire : il y a eu beaucoup de dépenses engagées pour les construire, et c’est d’abord pour cette raison que des comptes ont été tenus à jour.

Continuer la lecture de Les comptes consulaires d’Escazeaux (1359-1419)

Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle

Entretien avec Romain Benoit (archiviste paléographe, prom. 2017, agrégé d’histoire), qui a soutenu en juin dernier sa thèse d’École des chartes intitulée « “L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon”.  Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle ». Propos recueillis par Claire Daniélou.

Qu’est-ce que le Tribunal des maréchaux ? Quel est son ressort (géographique) et de quels types d’affaires judiciaires se charge-t-il ?
Le Tribunal des maréchaux de France a été créé par Henri IV au tout début du XVIIe siècle afin d’empêcher les duels entre nobles. Les duels faisaient alors de nombreuses victimes et les édits et ordonnances royaux n’arrivaient pas à juguler cette violence. L’idée d’une telle juridiction, qui s’est construite progressivement tout au long de la première moitié du XVIIe siècle, est très originale. Alors que la justice royale, sous la houlette des parlements, avait le devoir de condamner sévèrement les duels, le Tribunal des maréchaux devait les prévenir. Il était censé résoudre, avant qu’ils n’entraînent un affrontement armé, les querelles nées d’insultes ou d’affronts, les conflits de préséance, ceux de fiefs… bref, tous les litiges privés où l’honneur était enjeu.
Le ressort du tribunal s’étendait sur tout le royaume de France. La juridiction d’exception des maréchaux avait pour justiciables les nobles et les militaires, tous les sujets « faisant profession des armes » disent certains édits.

Continuer la lecture de Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle