Archives de catégorie : Thèses d’École des chartes

La thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe est un travail mené pendant deux à trois ans, soutenu en quatrième année. La scolarité chartiste ne s’inscrivant pas dans le système Licence-Master-Doctorat, cette travail de recherche est en général une version plus poussée d’un mémoire de master 2 mené à l’Université en parallèle de la formation.
Les thèses d’École des chartes ne font pas encore l’objet d’un dépôt électronique et sont consultables aux Archives nationales. On peut en revanche consulter les positions de thèses, résumés d’une dizaine de pages, sur le site de l’École.

Les papyrus mythologiques égyptiens

Entretien avec Emil Joubert, élève archiviste paléographe de quatrième année, qui va bientôt soutenir sa thèse portant sur l’édition de deux papyrus égyptiens de la XXIe dynastie, issus des manuscrits funéraires inspirés du Livre des morts de livres funéraires royaux du Bas Empire, sous la direction de Chloé Ragazzoli (Sorbonne Université) et François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes). Propos recueillis par Max Hello.

Comment définirais-tu un papyrus mythologique égyptiens ?

La majorité des études actuelles soutiennent que c’est une catégorie qui n’existe pas, mais globalement c’est une appellation sous laquelle on regroupe des manuscrits qui sont caractérisés par une très forte prédominance de l’image sur le texte et par leur mélange entre plusieurs composition différentes. Ils sont assez spécifiques à la XXIe dynastie, donc entre 1069 et 945 avant Jésus Christ.

Comment et pourquoi avoir choisi ce sujet ?

J’avais envie de changer de l’histoire de France que l’on a étudiée en classe prépa et j’aimais bien l’Antiquité. Par ailleurs la seule langue morte que je maîtrisais, à part le latin, c’était l’égyptien et comme j’étais en égyptologie à l’École du Louvre, j’ai essayé de m’en aider pour mon sujet.

Continuer la lecture de Les papyrus mythologiques égyptiens

Louis XV sur le front de la Guerre de Succession d’Autriche

Entretien avec Paul Bastier, élève de quatrième année qui soutiendra au mois de juin prochain sa thèse intitulée « Louis XV chef de guerre. Cérémonial de cour et commandement (1741-1748) » préparée sous la direction d’Olivier Chaline, professeur d’histoire moderne à Sorbonne Université, et d’Olivier Poncet, professeur des institutions et sources d’archives de l’époque moderne à l’École nationale des chartes. Propos recueillis par Léo Davy1.

Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ? Avait-il déjà fait l’objet d’études historiques ?

L’expression « chef de guerre » s’inspire du titre d’un ouvrage sur César de Yann Le Bohec mais aussi d’un numéro de la Revue Historique des Armées sur ce thème. De 1744 à 1747 en particulier, Louis XV est véritablement un « chef de guerre » puisqu’il dirige nominalement l’armée royale. Le sous-titre de la thèse tempère ce portrait surprenant de Louis XV en guerrier : il s’agit de montrer l’intrication signifiante entre cérémonial de cour et commandement. C’est drapé dans le cérémonial et l’étiquette que Louis XV tient la main à la direction de la Guerre.

Continuer la lecture de Louis XV sur le front de la Guerre de Succession d’Autriche

  1. Photo de couverture : Le siège et la prise de Fribourg-en-Brisgau, 1744, Pierre Lenfant, Château de Versailles []

Histoire et architecture des commanderies en Franche-Comté

Entretien avec Jean Bernard, élève archiviste paléographe de quatrième année, à propos de la thèse qu’il soutiendra au mois de juin prochain : « Pour servir et profiter au seigneur commandeur ». L’architecture des commanderies en Franche-Comté, réalisée sous la direction de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, et de Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes. Propos recueillis par Léo Davy.

Continuer la lecture de Histoire et architecture des commanderies en Franche-Comté

Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien

Rencontre avec Clara Germann (prom. 2018), qui a soutenu en juin sa thèse intitulée Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien. Parcours, réseaux et mémoire (début VIe-fin VIIIe siècle), sous la direction de Josiane Barbier (Université Paris Nanterre) et d’Olivier Guyotjeannin (École nationale des chartes). Propos recueillis par Alice Laforêt1.

Tes recherches ont porté sur Germain, évêque de Paris au VIe siècle. Avant toute chose, peux-tu nous en dire un peu plus sur Germain et son parcours ?

Né autour de l’an 500 à Autun, au cœur du royaume burgonde, Germain est issu d’une famille de l’aristocratie éduenne. Il gravit tous les échelons de la hiérarchie ecclésiastique : diacre puis prêtre de l’église d’Autun, il est ensuite nommé abbé de Saint-Symphorien d’Autun, l’une des plus importantes abbayes du royaume burgonde. C’est en 555 qu’il devient évêque de Paris, position majeure pour laquelle il est encore connu aujourd’hui : il laisse en effet son nom à Saint-Germain des Prés.

Pourquoi avoir choisi de travailler sur Germain ? Peut-on encore envisager un sujet biographique portant sur un personnage du haut Moyen Âge ?

Je souhaitais travailler sur Paris au haut Moyen Âge. Or la figure de Germain est mentionnée dans de nombreux travaux sur Paris au cours de la période : Jacques Dubois, un érudit bénédictin, pointe par exemple dans un article de 19852 les nombreux axes d’études potentiels sur Germain et s’étonne que si peu d’historiens se soient penchés sur le personnage.

Continuer la lecture de Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien

  1. Illustration de couverture : page d’incipit dans un encadrement orné d’une frise à la grecque contenant un médaillon avec saint Germain entouré de deux officiants à demi-dissimulé. Bnf Latin 12610, f.40v. []
  2. Dubois Jacques (Dom), « Saint Germain, évêque de Paris (552-576), pasteur itinérant pour la gloire des saints. Sa malle de voyage. », dans Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 112, 1985, p. 27-47. []

Gouverner au nom du roi entre Renaissance et Guerres de Religion : Guy Chabot de Jarnac, gouverneur de La Rochelle

Élisabeth Sosson, archiviste paléographe (prom. 2018), a soutenu en juin dernier, sous la direction de MM. Olivier Poncet (Énc) et Laurent Bourquin (Le Mans Université), une thèse d’École des chartes consacrée à l’édition et à l’étude de la correspondance de Guy Chabot de Jarnac, protestant et gouverneur de La Rochelle (1559-1572). Propos recueillis par Claire Daniélou. 

Pour commencer : Qui est Guy Chabot de Jarnac ? Quelle a été sa formation ? Quels sont ses réseaux (familiaux, politiques…) ?

Guy Chabot serait né en 1508 et mort en 1584. Pour l’anecdote, il est l’auteur du « coup de Jarnac », expression qui l’a fait passer à la postérité. Il est issu d’une vieille famille de l’Ouest de la France, qui a connu une ascension sociale au cours des derniers siècles du Moyen Âge au service des princes locaux et des rois de France. Il fait ainsi partie de ce qu’on appelle la noblesse seconde, groupe à part d’envergure provinciale mais à l’influence importante.

C’est Philippe Chabot, amiral de Brion (v. 1492-1543), son oncle, qui devient son mentor. Guy Chabot effectue auprès de lui son apprentissage politique et guerrier. Il le suit sur les champs de bataille comme dans les intrigues de la Cour et assiste même son oncle en Angleterre où ce dernier est brièvement ambassadeur. Cette formation lui permet donc de s’intégrer dans un réseau de compagnons de guerre, notamment à la faveur des guerres d’Italie de François Ier et d’Henri II.

Continuer la lecture de Gouverner au nom du roi entre Renaissance et Guerres de Religion : Guy Chabot de Jarnac, gouverneur de La Rochelle