Archives de catégorie : Thèses d’École des chartes

La thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe est un travail mené pendant deux à trois ans, soutenu en quatrième année. La scolarité chartiste ne s’inscrivant pas dans le système Licence-Master-Doctorat, cette travail de recherche est en général une version plus poussée d’un mémoire de master 2 mené à l’Université en parallèle de la formation.
Les thèses d’École des chartes ne font pas encore l’objet d’un dépôt électronique et sont consultables aux Archives nationales. On peut en revanche consulter les positions de thèses, résumés d’une dizaine de pages, sur le site de l’École.

Le musée historique de Louis-Philippe : genèse et transformation d’un musée du XIXe siècle

Entretien avec Marion Lavaux, archiviste paléographe (prom. 2019), qui a soutenu sa thèse d’école en juin dernier intitulée Une aventure artistique “à toutes les gloires de la France” : préfiguration, mise en place et postérité du musée historique de Louis-Philippe (1794-1892) sous la direction d’Alexandre Maral, conservateur général du patrimoine et directeur du Centre de recherche du Château de Versailles, et d’Alexandre Gady, professeur d’histoire de l’art moderne à Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy1.


Le château de Versailles a été l’objet de plusieurs thèses d’école (Alexandre Maral, Fabien Oppermann, Vivien Richard, Gabrielle Boreau de Roincé). Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Au cours d’une présentation du Centre de recherche du château de Versailles au cours de la première année d’École des chartes, Alexandre Maral nous a présenté la journée d’études qui aura lieu en octobre 20192. J’avais alors des intérêts très divers, sans idée très précise sur un sujet de thèse. J’ai trouvé ce projet passionnant et je l’ai contacté. Il m’a reçu à Versailles où il m’a fait visiter la galerie des Batailles et m’a ensuite proposé de me lancer dans ce sujet de recherche.

Continuer la lecture de Le musée historique de Louis-Philippe : genèse et transformation d’un musée du XIXe siècle

  1. Photo de couverture : De Paris à Versailles pour les grandes eaux (1842), Albert Feuillastre, vers 1920, lithographie, Château de Versailles et de Trianon, numéro d’inventaire V.2017.25.4 []
  2. Journée d’études « Les galeries historiques de Versailles au XIXe siècle : origine, organisation, réception », 9 octobre 2019, Versailles. []

La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne

Rencontre avec Lou Delaveau, élève de quatrième année, qui soutiendra le 13 juin sa thèse intitulée « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) », sous la direction de Christine Bénévent (École nationale des chartes) et de Michel Pastoureau (École pratiques des hautes études). Propos recueillis par Alice Laforêt.


Ta thèse s’intitule « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) » Sur quel corpus t’es-tu appuyée pour tenter de circonscrire une définition livresque de la sirène ?

Savoir ce qu’est une “sirène” dans la production textuelle de l’époque moderne est la grande problématique de mon travail. J’avais été frappée par le fait que certains travaux antérieurs plaquaient rétrospectivement sur des représentations de monstres féminins hybrides le nom de “sirènes” en suivant un processus de reconnaissance qui me paraissait discutable. Cet étonnement en tant que lectrice a sans doute joué un rôle déterminant dans la définition du périmètre de mes recherches, qui portent donc sur la réception des portraits de la sirène offerts aux lecteurs de la première modernité. Tenter de circonscrire une définition s’avère en effet particulièrement complexe, la sirène étant un monstre à la fois hybride et mouvant. C’est par cette approche critique de la terminologie et la prise en compte du livre comme une source à part entière que j’ai souhaité rendre ma thèse originale.
Pour constituer un corpus cohérent et le plus exhaustif possible, j’ai avant tout établi une liste d’ouvrages zoologiques et tératologiques, et retenu ceux qui évoquaient la sirène après avoir consulté leurs tables des matières et leurs index. Je me suis également appuyée sur des encyclopédies ou traités de référence qui accordent à l’époque une large place aux monstres marins en général. Pour le versant numérique de mes explorations, j’ai effectué une recherche d’images dans diverses bases de données afin de retrouver les livres qui les comportaient. Enfin, j’ai travaillé à partir de Google Livres : j’ai établi un formulaire de recherche à partir de vingt-deux orthographes différentes du terme « sirène », ce qui a fait remonter un certain nombre d’ouvrages que mes méthodes précédentes n’avaient pas permis de repérer – notamment des livres qui ne constituaient pas des traités zoologiques ou tératologiques en tant que tels, mais qui pouvaient comporter une définition de la sirène. L’un des enjeux de la constitution de ce corpus était de ne pas plaquer un regard anachronique sur cette créature complexe : le corollaire a été de constituer un corpus de textes documentaires traversant assez largement ce que l’on considérerait aujourd’hui comme des disciplines différentes.

Continuer la lecture de La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne

Le boudoir, une pièce bien connue ?

Entretien avec Joséphine Grimm, élève archiviste paléographe en quatrième année, qui soutiendra en juin 2019 sa thèse intitulée Entre pièce intime et espace fantasmé : formes, décor et usage du boudoir de 1726 à 1802, sous la direction de Dominique Massounie (Paris X Nanterre) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Propos recueillis par Hugo Forster.1


Comment et pourquoi as-tu choisi de travailler sur le boudoir ?

Le XVIIIe siècle était une période qui m’intéressait particulièrement et, souhaitant intégrer le corps des conservateurs de musée, je me suis rapidement tournée vers le champ de l’histoire de l’art. Mais j’ai voulu que mon sujet soit transversal, qu’il ne se limite pas à cette première discipline et qu’il ait aussi trait à l’histoire sociale ainsi qu’à l’histoire des idées.
S’est alors rapidement imposée l’idée de travailler sur une pièce en particulier, et de m’inscrire ainsi dans une branche relativement récente de l’histoire de l’architecture qui intègre à la fois une analyse purement formelle et l’étude des pratiques d’habitation. D’abord intéressée par des travaux sur les cabinets scientifiques, j’ai été découragée par la complexité des sources et par la bibliographie existante. Grâce à mon directeur de recherche, je me suis alors plutôt tournée vers le boudoir qui, malgré sa grande notoriété, n’avait jamais bénéficié d’une étude approfondie. Continuer la lecture de Le boudoir, une pièce bien connue ?

  1. Illustration d’en-tête : Boudoir d’argent de Marie-Antoinette au Château de Fontainebleau, 1786. []

Les papyrus mythologiques égyptiens

Entretien avec Emil Joubert, élève archiviste paléographe de quatrième année, qui va bientôt soutenir sa thèse portant sur l’édition de deux papyrus égyptiens de la XXIe dynastie, issus des manuscrits funéraires inspirés du Livre des morts de livres funéraires royaux du Bas Empire, sous la direction de Chloé Ragazzoli (Sorbonne Université) et François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes). Propos recueillis par Max Hello.


Comment définirais-tu un papyrus mythologique égyptiens ?

La majorité des études actuelles soutiennent que c’est une catégorie qui n’existe pas, mais globalement c’est une appellation sous laquelle on regroupe des manuscrits qui sont caractérisés par une très forte prédominance de l’image sur le texte et par leur mélange entre plusieurs composition différentes. Ils sont assez spécifiques à la XXIe dynastie, donc entre 1069 et 945 avant Jésus Christ.

Comment et pourquoi avoir choisi ce sujet ?

J’avais envie de changer de l’histoire de France que l’on a étudiée en classe prépa et j’aimais bien l’Antiquité. Par ailleurs la seule langue morte que je maîtrisais, à part le latin, c’était l’égyptien et comme j’étais en égyptologie à l’École du Louvre, j’ai essayé de m’en aider pour mon sujet.

Continuer la lecture de Les papyrus mythologiques égyptiens

Louis XV sur le front de la Guerre de Succession d’Autriche

Entretien avec Paul Bastier, élève de quatrième année qui soutiendra au mois de juin prochain sa thèse intitulée « Louis XV chef de guerre. Cérémonial de cour et commandement (1741-1748) » préparée sous la direction d’Olivier Chaline, professeur d’histoire moderne à Sorbonne Université, et d’Olivier Poncet, professeur des institutions et sources d’archives de l’époque moderne à l’École nationale des chartes. Propos recueillis par Léo Davy1.

Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ? Avait-il déjà fait l’objet d’études historiques ?

L’expression « chef de guerre » s’inspire du titre d’un ouvrage sur César de Yann Le Bohec mais aussi d’un numéro de la Revue Historique des Armées sur ce thème. De 1744 à 1747 en particulier, Louis XV est véritablement un « chef de guerre » puisqu’il dirige nominalement l’armée royale. Le sous-titre de la thèse tempère ce portrait surprenant de Louis XV en guerrier : il s’agit de montrer l’intrication signifiante entre cérémonial de cour et commandement. C’est drapé dans le cérémonial et l’étiquette que Louis XV tient la main à la direction de la Guerre.

Continuer la lecture de Louis XV sur le front de la Guerre de Succession d’Autriche

  1. Photo de couverture : Le siège et la prise de Fribourg-en-Brisgau, 1744, Pierre Lenfant, Château de Versailles []