Archives de catégorie : Thèses d’École des chartes

Thèses d’École des chartes

Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien

Rencontre avec Clara Germann (prom. 2018), qui a soutenu en juin sa thèse intitulée Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien. Parcours, réseaux et mémoire (début VIe-fin VIIIe siècle), sous la direction de Josiane Barbier (Université Paris Nanterre) et d’Olivier Guyotjeannin (École nationale des chartes). Propos recueillis par Alice Laforêt1.

Tes recherches ont porté sur Germain, évêque de Paris au VIe siècle. Avant toute chose, peux-tu nous en dire un peu plus sur Germain et son parcours ?

Né autour de l’an 500 à Autun, au cœur du royaume burgonde, Germain est issu d’une famille de l’aristocratie éduenne. Il gravit tous les échelons de la hiérarchie ecclésiastique : diacre puis prêtre de l’église d’Autun, il est ensuite nommé abbé de Saint-Symphorien d’Autun, l’une des plus importantes abbayes du royaume burgonde. C’est en 555 qu’il devient évêque de Paris, position majeure pour laquelle il est encore connu aujourd’hui : il laisse en effet son nom à Saint-Germain des Prés.

Pourquoi avoir choisi de travailler sur Germain ? Peut-on encore envisager un sujet biographique portant sur un personnage du haut Moyen Âge ?

Je souhaitais travailler sur Paris au haut Moyen Âge. Or la figure de Germain est mentionnée dans de nombreux travaux sur Paris au cours de la période : Jacques Dubois, un érudit bénédictin, pointe par exemple dans un article de 19852 les nombreux axes d’études potentiels sur Germain et s’étonne que si peu d’historiens se soient penchés sur le personnage.

Continuer la lecture de Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien

  1. Illustration de couverture : page d’incipit dans un encadrement orné d’une frise à la grecque contenant un médaillon avec saint Germain entouré de deux officiants à demi-dissimulé. Bnf Latin 12610, f.40v. []
  2. Dubois Jacques (Dom), « Saint Germain, évêque de Paris (552-576), pasteur itinérant pour la gloire des saints. Sa malle de voyage. », dans Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 112, 1985, p. 27-47. []

Gouverner au nom du roi entre Renaissance et Guerres de Religion : Guy Chabot de Jarnac, gouverneur de La Rochelle

Élisabeth Sosson, archiviste paléographe (prom. 2018), a soutenu en juin dernier, sous la direction de MM. Olivier Poncet (Énc) et Laurent Bourquin (Le Mans Université), une thèse d’École des chartes consacrée à l’édition et à l’étude de la correspondance de Guy Chabot de Jarnac, protestant et gouverneur de La Rochelle (1559-1572). Propos recueillis par Claire Daniélou. 

Pour commencer : Qui est Guy Chabot de Jarnac ? Quelle a été sa formation ? Quels sont ses réseaux (familiaux, politiques…) ?

Guy Chabot serait né en 1508 et mort en 1584. Pour l’anecdote, il est l’auteur du « coup de Jarnac », expression qui l’a fait passer à la postérité. Il est issu d’une vieille famille de l’Ouest de la France, qui a connu une ascension sociale au cours des derniers siècles du Moyen Âge au service des princes locaux et des rois de France. Il fait ainsi partie de ce qu’on appelle la noblesse seconde, groupe à part d’envergure provinciale mais à l’influence importante.

C’est Philippe Chabot, amiral de Brion (v. 1492-1543), son oncle, qui devient son mentor. Guy Chabot effectue auprès de lui son apprentissage politique et guerrier. Il le suit sur les champs de bataille comme dans les intrigues de la Cour et assiste même son oncle en Angleterre où ce dernier est brièvement ambassadeur. Cette formation lui permet donc de s’intégrer dans un réseau de compagnons de guerre, notamment à la faveur des guerres d’Italie de François Ier et d’Henri II.

Continuer la lecture de Gouverner au nom du roi entre Renaissance et Guerres de Religion : Guy Chabot de Jarnac, gouverneur de La Rochelle

La force du moulin : étude sur l’énergie dans le Paris médiéval

Entretien avec Pierre Marchandin, archiviste paléographe (prom. 2018), ayant reçu le prix Auguste Molinier pour sa thèse intitulée Des ailes et des roues. La place des moulins dans le système énergétique parisien médiéval (XIIIe-XVIe siècle), réalisée sous la direction de Mathieu Arnoux, directeur d’études à l’EHESS, et d’Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et archivistique médiévales à l’École des chartes. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Je souhaitais travailler sur la ville de Paris au Moyen Âge, mais pas forcément sur un sujet de topographie historique. Je voulais d’abord travailler sur les jardins parisiens et les dispositifs de production alimentaire domestiques, mais le manque trop important de sources rendait le sujet infaisable. Olivier Guyotjeannin m’a mis en contact avec Mathieu Arnoux, directeur du laboratoire interdisciplinaire des énergies de demain (LIED) qui regroupe des chercheurs de plusieurs disciplines travaillant sur la question de la transition énergétique. Ce dernier m’a proposé un sujet sur l’histoire énergétique dans le Paris d’avant la révolution industrielle que j’ai accepté. L’avantage des moulins est qu’ils appartenaient principalement à des seigneurs, ils se retrouvent donc en nombre dans les archives.

Continuer la lecture de La force du moulin : étude sur l’énergie dans le Paris médiéval

Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), par Charles-Yung Baud

Entretien avec Charles-Yung Baud, élève de quatrième année, diplômé de master, qui présente sa thèse d’école intitulée Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), préparée sous la direction de Patrick Arabeyre, professeur d’histoire du droit civil et du droit canonique à l’école, et d’Alain Tallon, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne Paris IV. Propos recueillis par Sarah Bakkali-Hassani.

Présente-nous en quelques mots ton sujet.

Le XVIe siècle correspond à une période d’accroissement de l’activité législative royale. Dotée d’une forte légitimité théorique forgée au cours des derniers siècles médiévaux, la royauté œuvre à une réforme en profondeur du royaume. Depuis la célèbre ordonnance de 1254, il s’agit de restaurer le royaume dans sa pureté originelle par la promulgation d’ordonnances de réformation, dont le nombre s’accroît au premier siècle de l’ère moderne. Parmi elles, celle de Villers-Cotterêts occupe une place à part dans l’imaginaire collectif. Son article 111 est en effet réputé avoir imposé l’usage de la langue française dans l’ensemble des actes de la pratique, de sorte que l’historiographie ne s’est jusqu’ici consacré qu’à l’étude de cette disposition dans une perspective purement linguistique. Il s’agit donc de prendre le contrepied de ce biais, considérant que l’ordonnance devait être étudiée dans la globalité de ses 192 articles. Ces derniers réglementent les procédures civile et criminelle suivies au sein des juridictions royales, et comprennent d’importantes mesures de police. Si la compréhension d’un texte législatif implique une détermination du rôle du fait dans son élaboration et de son degré de réalisation dans les pratiques sociales, l’historien est confronté à des sources relativement lacunaires. En l’absence de procès-verbaux, les conditions d’élaboration de l’ordonnance sont impossibles à déterminer avec certitude, et la paternité du texte, traditionnellement attribuée au chancelier Guillaume Poyet († 1548), reste sujette à débat. Ainsi, l’analyse des commentaires consacrés à l’ordonnance s’est imposée comme une évidence, la doctrine demeurant le seul corpus véritablement cohérent et maîtrisable pour une étude du droit de l’Ancien Régime. Les commentaires de l’ordonnance de Villers-Cotterêts rendent compte de la réception immédiate d’un texte législatif auprès de juristes qui, pour faire œuvre de doctrine, n’en demeuraient pas moins des justiciables directs du roi et de sa loi.

Continuer la lecture de Commenter l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1681), par Charles-Yung Baud

Archéologie d’un site castral : l’exemple poitevin du château de Talmont

Entretien avec Charles Viaut, élève de quatrième année, qui termine cette année sa thèse d’École des chartes portant sur Du lieu de pouvoir à l’espace vécu. Pouvoirs, société, espaces bâtis et vie quotidienne au château de Talmont (XIIIe-XVe siècles), réalisée sous la direction de Nicolas Prouteau, maître de conférences en archéologie médiévale à l’université de Poitiers, et de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’école1.  Propos recueillis par Léo Davy.

Sur le même sujet on peut consulter le premier article consacré à cette recherche, publié sur Chroniques chartistes en date du 9 février 2016, afin de comparer les deux états de la recherche.

Comment as-tu choisi ce sujet ?

Je « pratiquais » déjà l’archéologie longtemps avant d’intégrer l’École, surtout sur le terrain. Pour le choix du sujet de thèse, j’ai eu, en première année, plusieurs idées de sujets portant sur des périodes antérieures, mais je me suis ensuite décidé pour la période médiévale. En début de deuxième année j’ai contacté Nicolas Prouteau en lui expliquant que je voulais travailler sur le Moyen Âge selon une méthode interdisciplinaire. Il est lui-même archéologue et prône cette approche plurielle des méthodes. C’est lui qui m’a proposé de travailler sur le château de Talmont qui faisait l’objet d’une opération de fouilles programmées et d’un projet de recherche commun entre l’université de Poitiers et l’INRAP. Il y avait une grande lacune archéologique sur la connaissance du château entre le second tiers du XIIIe siècle et le début du XVIe siècle : les données archéologiques étaient bien là, mais les bâtiments en élévation et le corpus documentaire des sources archivistiques et iconographiques étaient peu étudiés.

Continuer la lecture de Archéologie d’un site castral : l’exemple poitevin du château de Talmont

  1. Crédit photo de couverture : Julien Boureau, Conseil départemental de la Vendée []