Archives de catégorie : Thèses d’École des chartes

La thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe est un travail mené pendant deux à trois ans, soutenu en quatrième année. La scolarité chartiste ne s’inscrivant pas dans le système Licence-Master-Doctorat, cette travail de recherche est en général une version plus poussée d’un mémoire de master 2 mené à l’Université en parallèle de la formation.
Les thèses d’École des chartes ne font pas encore l’objet d’un dépôt électronique et sont consultables aux Archives nationales. On peut en revanche consulter les positions de thèses, résumés d’une dizaine de pages, sur le site de l’École.

À la recherche de Gabrielle Réjane (1856-1920) : retracer l’histoire d’une comédienne et directrice de théâtre de la Belle Époque

Aude Ginestet, archiviste paléographe (prom. 2019), est doctorante à Paris Sciences et Lettres (PSL). Elle a soutenu en 2019 une thèse d’École intitulée Gabrielle Réjane (1856-1920), comédienne et directrice de théâtre à la Belle Époque1 et poursuit actuellement ses recherches sur cette figure aujourd’hui méconnue. Entretien réalisé par Claire Daniélou.

Une question évidente pour commencer : qui est Réjane ?

Gabrielle Charlotte Réju, née en 1856 à Paris, est l’une des trois actrices françaises les plus célèbres de la Belle Époque ; connue et reconnue bien au-delà des frontières, elle est une véritable vedette internationale pour ses contemporains. Cent ans après sa disparition, on peut dire que c’est celle dont le souvenir s’est le plus estompé dans la mémoire collective, au profit de Sarah Bernhardt et Julia Bartet.

Réjane est une enfant de la balle : ses parents travaillent tous deux à l’Ambigu, son père y étant contrôleur (il décède dans l’enfance de la jeune Gabrielle) tandis que sa mère y tient le buffet. Elle grandit à l’ombre du théâtre et en nourrit une passion précoce.

Continuer la lecture de À la recherche de Gabrielle Réjane (1856-1920) : retracer l’histoire d’une comédienne et directrice de théâtre de la Belle Époque
  1. Position de thèse en ligne sur le site de l’Enc : http://www.chartes.psl.eu/fr/positions-these/gabrielle-rejane-1856-1920-comedienne-directrice-theatre-belle-epoque. []

La promotion 1900 : un chantier du projet ThENC@

La bibliothèque de l’École des Chartes, après la mise en ligne du portail HAL-ENC, poursuit son projet de valorisation des thèses des anciens élèves, appelé ThENC@.
Depuis 1849, plus de 3000 thèses ont été soutenues par les élèves de l’École nationale des Chartes en vue de l’obtention du diplôme d’archiviste-paléographe. Ces thèses sont versées de manière systématique aux Archives Nationales depuis 1961. Toutefois, les plus anciennes sont dispersées et ont parfois été conservées dans des institutions très différentes. Ce projet, qui a déjà porté à la création d’un site, a pour objectif de créer un accès unifié aux thèses, aux positions de thèse ainsi qu’à toutes les publications autour de celles-ci.

Dans ce cadre, Mme. Amandine Postec, responsable scientifique du projet et adjointe à la directrice de la bibliothèque de l’École des Chartes, a alors proposé aux élèves de participer et mettre en jeu leurs capacités pour contribuer activement à l’enrichissement d’une bibliographie Zotero réunissant toutes les références jusqu’ici trouvées pour la promotion 19001.

Continuer la lecture de La promotion 1900 : un chantier du projet ThENC@

  1. Pour retrouver tous les titres des thèses soutenues depuis 1849 : http://theses.enc.sorbonne.fr/ []

La Compagnie de Fives-Lille : heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958)

Entretien avec Clémence Becquet, archiviste paléographe (promotion 2020), qui a soutenu en juin dernier sa thèse portant sur « La Compagnie de Fives-Lille. Heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958) » sous la direction d’Édouard Vasseur, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique contemporaine à l’École des chartes, et Dominique Barjot, professeur d’histoire émérite de Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi un sujet de thèse en histoire économique ?

En entrant à l’École des chartes, je me suis installée dans un petit studio près des grands boulevards, en plein cœur du Paris haussmannien. Sur mon chemin, j’admirais tous les jours le Palais Brongniart, le siège du Comptoir national d’escompte de Paris dans la rue Bergère, et les superbes façades d’immeubles sur lesquelles sont encore parfois gravés les noms de sociétés aujourd’hui disparues. Je me souviens aussi avoir été particulièrement marquée plus jeune par la lecture de La Curée de Zola, qui dépeint le bouillonnement de la sphère financière parisienne dans les années 1870. En cherchant un sujet de recherche, je me souviens avoir exprimé mon intérêt pour l’histoire des transports, l’histoire des banques et du commerce international, ou encore celle de l’industrie dans la deuxième moitié du XIXe siècle. C’est ainsi que j’ai été amenée à rencontrer M. Dominique Barjot, professeur émérite d’histoire économique à Sorbonne Université, qui connaissait par ailleurs très bien l’école. Il y avait en effet été chargé de cours en histoire économique quelques années auparavant, et avait déjà dirigé de ce fait plusieurs thèses d’école.

Continuer la lecture de La Compagnie de Fives-Lille : heurs et malheurs d’un fleuron de l’industrie mécanique et métallique française (1861-1958)

Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle

Entretien avec Enora Peronneau Saint-Jalmes, archiviste paléographe (prom. 2020), qui a soutenu sa thèse intitulée « Crimes sexuels et société à la fin de l’ancien régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle », soutenue sous la direction d’Olivier Poncet, professeur d’archivistique et de diplomatique de l’époque moderne à l’École des chartes, et de Reynald Abad, professeur d’histoire moderne à Sorbonne Université. Propos recueillis par Léo Davy.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet de thèse ?

La question des crimes sexuels marie des disciplines qui m’intéressent tout particulièrement, en raison de leurs méthodes, de leurs objets respectifs et de la multitude de thèmes et de champs scientifiques qu’elles permettent de croiser : l’histoire du droit, l’histoire sociale et culturelle, l’histoire des femmes, voire du genre et, plus à la marge finalement dans ma thèse, ce qu’on appelle la civilisation matérielle. Faire du viol et des autres formes de violences sexuelles les principaux enjeux de ma thèse s’est donc fait assez naturellement. J’ai cependant eu quelques hésitations au moment de formuler mon titre. Non pas que l’aspect potentiellement polémique de mon sujet m’ait rebutée, bien au contraire. On ne peut nier en effet qu’il s’agit d’un thème délicat à aborder en histoire puisqu’il semble presque omniprésent dans le paysage médiatique contemporain. J’ai pris garde néanmoins à ce que mon travail ne verse ni dans le politique, ni dans le militantisme. Mon intérêt pour le sujet est d’ailleurs antérieur au mouvement #MeToo, qui a pris de l’ampleur à partir de 2016-2017, au moment même où j’ai dû officiellement arrêter mon sujet de thèse. Mon mémoire de master, rendu l’année dernière, tournait autour de ce que j’avais appelé « les archives du viol ». Mon principal objectif était alors de redessiner les représentations judiciaires et sociales de ce crime. Le terme de représentations, qui peut être considéré comme relativement passe-partout, a toutefois le mérite de lier, grâce aux archives judiciaires, des points très concrets et terre-à-terre et des éléments plus abstraits, relatifs aux mentalités individuelles et collectives. Ma thèse brasse aussi ces deux visions des crimes sexuels : d’une part un regard très institutionnel, fondé sur les enjeux juridiques et la place de ce type de crimes au sein du système judiciaire, et d’autre part une volonté de démontrer le rôle crucial de la communauté tout entière – je me risquerais même à employer la notion d’opinion publique – dans la considération et le traitement des affaires sexuelles. J’ai par conséquent décidé, dans le titre de ma thèse, de placer la société au centre de ma problématique, à égalité avec les crimes sexuels. Bien que je me tourne également vers d’autres formes de violences qui étaient poursuivies devant les tribunaux de l’époque, comme l’inceste spirituel, la sodomie, la séduction suivie de grossesse, etc., le viol, qu’il soit tenté ou consommé, occupe une place centrale au cœur de ma réflexion. La première partie de mon travail s’avère très institutionnelle et juridique. J’y inscris le viol et les autres crimes de nature sexuelle dans le paysage judiciaire d’Ancien Régime. Ma deuxième partie démontre le rôle crucial de la communauté dans le traitement des affaires sexuelles, tant au niveau local qu’à l’échelle plus abstraite des représentations collectives. Ma troisième et dernière partie dépasse les cadres temporel et archivistique du procès et s’enquiert du destin des justiciables.

Continuer la lecture de Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime. Le viol à Auxerre et à Sens au XVIIIe siècle

Sur les traces d’un lignage médiéval

Entretien avec Pierre Fabry, archiviste paléographe (prom. 2020), qui a soutenu le 9 juin 2020 sa thèse intitulée « La maison de Baux. Construction politique et culture lignagère (milieu XIIe – début XIVe siècle) », rédigée sous la direction d’Olivier Guyotjeannin, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique médiévales (ENC), et de Jacques Chiffoleau, directeur d’études émérite de l’EHESS et titulaire de la chaire d’histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales. Pierre est lauréat du prix Auguste-Molinier, qui récompense la meilleure thèse de la promotion. Propos recueillis par Hugo Forster[1].


Tes recherches portent sur l’histoire des Baux, une maison aristocratique provençale. Comment t’es-tu porté vers ce sujet d’études ?

Je savais que je voulais travailler sur l’histoire de la Provence au Moyen-Âge, du fait d’attaches personnelles. Ma première approche était celle d’une histoire religieuse et sociale. Quand M. Jacques Chiffoleau a accepté de suivre mes travaux, nous avons essayé de repérer des fonds documentaires, inédits et intéressants, qui pourraient être exploités dans ce domaine.
Je me suis ainsi porté, dans un premier temps, vers un corpus de testaments relativement nombreux de la maison de Baux. Un travail in situ, aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et dans les bibliothèques locales, m’a permis de prendre connaissance des difficultés auxquelles j’allais me confronter dans la recherche documentaire. De là, mon sujet a extrêmement évolué.
Mon premier travail a été une prospection : il s’agissait de pister les testaments des Baux, dispersés au cours de l’histoire entre de très nombreux fonds d’archives.
Très progressivement, au fil de mon enquête, l’idée de reprendre à fond l’histoire de la maison de Baux m’est venue, en exploitant des filons archivistiques prometteurs.

Continuer la lecture de Sur les traces d’un lignage médiéval