Archives de catégorie : Articles

La Bibliothèque de l’Alliance Israélite Universelle, par Peter Nahon

Présentation de la Bibliothèque de l’Alliance Israélite Universelle (AIU) par Peter Nahon, qui y a effectué un stage de quatre mois au premier semestre 2015.

L’Alliance israélite universelle, sorte de mission laïque créée au milieu du XIXe siècle pour porter la lumière de la civilisation française auprès des Israélites d’Orient par le mérite d’un réseau d’écoles à l’occidentale, est aujourd’hui dépositaire d’une bibliothèque dont les collections lui assurent une renommée mondiale.

Constituée dans ses premières années comme une fonction annexe d’un réseau scolaire rayonnant du Maroc à l’Irak avec presque deux cents établissements, la bibliothèque, inséparable alors des destinées de l’École Normale Israélite Orientale où étaient formés les instituteurs de l’Alliance, prit un essor certain lorsque l’abandon des intérêts français dans les pays du Levant, au milieu du XXe siècle, causa la fermeture de nombre des écoles du réseau. En effet, la bibliothèque, sise au 45 rue La Bruyère, dans quelques pièces d’un hôtel particulier de la Nouvelle-Athènes, obtint alors une préséance sur les autres activités de l’Alliance Israélite Universelle, et connut un essor qui la porta à devenir ce qu’elle est aujourd’hui : la plus grande bibliothèque d’études juives et hébraïques d’Europe.

Continuer la lecture de La Bibliothèque de l’Alliance Israélite Universelle, par Peter Nahon

La collection Rondel (BnF-Arts du Spectacle) et un peu d’histoire du cinéma

La collection Rondel est emblématique et fondatrice du département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France. À son origine se trouve Auguste Rondel (1858-1934), homme d’affaires marseillais collectionneur d’ouvrages et de documents sur le théâtre et plus généralement les arts du spectacle à partir de 1890. Il cherche à établir une collection la plus vaste possible sur le domaine, organisée et classée avec méthode pour servir au mieux la recherche et l’acquisition de connaissances, avec une certaine intuition. Il donne sa collection à l’État en 1920 (plus de 300 000 documents) puis continue à la gérer et à l’enrichir jusqu’à sa mort en 1934.

L’ampleur et l’originalité constitutive de cette collection en font une source très intéressante pour qui s’intéresse aux arts vivants du spectacle à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, mais aussi, et c’est ce qui nous intéresse ici, à l’histoire du cinéma.

ASP-BnF : R Supp.505, détail : l'étiquette ronde caractéristique de la collection Rondel (source Gallica/BnF)
ASP-BnF : R Supp.505, Elle et Lui (1938), film de L. McCarey, détail : l’étiquette ronde (et un peu ogresque) caractéristique de la collection Rondel, qui rappelle les masques du théâtre antique (source Gallica/BnF)

Continuer la lecture de La collection Rondel (BnF-Arts du Spectacle) et un peu d’histoire du cinéma

Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIIIe – début XVIe s.)

Rencontre avec Ewen Thual, actuellement élève de 3e année, qui nous évoque sa thèse d’École intitulée : Fonder pour la gloire. Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIIIᵉ-début XVIᵉ s.). L’occasion de mieux comprendre le fonctionnement de ces établissements dans le contexte de la Haute-Bretagne. Propos recueillis par Claire Daniélou.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’on entend par collégiale ?

Une collégiale est une église desservie par une communauté de clercs différente de l’église cathédrale, qui vivent en chapitre mais qui, à la différence des moines, ne suivent pas de règle. Ces clercs sont appelés chanoines séculiers, qui récitent ensemble l’office divin, qui ont leurs propres revenus (prébende) et qui ont voix au chapitre.

Leur origine remonte à l’époque carolingienne, date à laquelle on a essayé de leur imposer une règle, après le concile d’Aix-la-Chapelle (816), reprenant une grande partie de la règle que Chrodegang de Metz a façonné pour les chanoines de sa cathédrale. À partir de cette époque, une distinction plus nette s’est faite entre les modes de vie monastique et canoniale, ce qui s’est accentué par la suite avec la sécularisation des chapitres cathédraux et l’essor des fondations de collégiales séculières, aux XIe et XIIe siècles en ce qui concerne la France. Continuer la lecture de Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIIIe – début XVIe s.)

La Wellcome Library (Londres)

Présentation de la Wellcome Library à Londres, où Alice Laforêt a effectué un stage d’un mois début 2015.


Un aperçu de l’institution

Située au 183 Euston Road, à quelques minutes à pied de la British Library, la Wellcome Library est beaucoup moins connue du public français que cette dernière. Il s’agit pourtant d’une institution de taille dans le paysage culturel britannique. Ses collections en font l’une des plus grandes bibliothèques au monde pour l’histoire des sciences et de la médecine, tout comme la National Library of Medicine américaine, et la Bibliothèque Interuniversitaire de Santé à Paris. Cette bibliothèque est l’héritière de la collection d’Henry Wellcome, fondateur d’une grande société pharmaceutique et collectionneur frénétique de la première moitié du xxe siècle : dans les années 20, ses dépenses annuelles destinées à l’acquisition de livres et d’artefacts dépassaient celles du British Museum1 . Son intérêt ne se limite pas à l’histoire de la médecine mais englobe le plus souvent l’histoire des sciences dans un sens très large.

Continuer la lecture de La Wellcome Library (Londres)

  1. Cures and Curiosities : inside the Wellcome Library, éd. Tony Gould, p. 9. []

Les minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle

Pour le début de ce carnet de recherche chartiste, Julie Duprat (élève en fin de deuxième année) a accepté de répondre à quelques questions et de nous présenter sa thèse sur les Minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle (1763-1792). Direction l’Aquitaine et les Antilles à la fin de l’époque moderne pour cette étude prosopographique. Propos recueillis par Claire Daniélou.

Pour commencer, Julie, peux-tu nous expliquer à quoi correspondent les dates qui bornent ton sujet ?

Mon étude commence en 1763, c’est-à-dire au moment de la signature du Traité de Paris à l’issue de la Guerre de Sept Ans. Les Antilles à l’époque avaient un statut assez flou : il s’agissait de colonies espagnoles mais depuis environ 150 ans il y avait une prédominance française sur la région. Le Traité de Paris vient confirmer que les Français règnent véritablement sur les îles à sucre. Cela concerne des îles comme l’actuel Haïti, La Martinique, Sainte-Lucie… Quant à 1792, c’est l’année où un décret du 28 mars 1792 de l’Assemblée nationale établit l’égalité entre les blancs et « les hommes de couleur & nègres libres », avant que l’esclavage soit aboli en pleine révolution1 et que Napoléon ne le remette en place.

Cette période correspond à un essor des plantations sucrières et de l’esclavage.

Continuer la lecture de Les minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle

  1. Par un décret de la Convention du 16 pluviôse an II (4 février 1794) []