Archives de catégorie : Articles

L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors de 1511 à 1629 – Marion Seure

Marion Seure, élève de 4e année et candidate au concours de l’Institut National du Patrimoine pour les monuments historiques, nous présente sa thèse intitulée  « L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors de 1511 à 1629 : enjeux de la commande et de la création artistiques à la Renaissance ». Entretien réalisé par Nola N’Diaye.

Comment t’es venue l’idée de travailler sur ce sujet ?

En réalité, l’idée ne m’est pas venue, puisqu’à l’origine, je souhaitais travailler sur le XVIe siècle à Rouen, dont je suis originaire. La commande artistique des armateurs m’intéressait tout particulièrement, mais j’ai dû y renoncer car des travaux de recherche étaient déjà en cours sur des problématiques très voisines. J’ai ensuite eu des difficultés à redéfinir un sujet plus précis sur Rouen. Finalement, au mois de juillet de ma première année d’archiviste paléographe, je n’avais toujours pas de sujet et mon directeur de recherches m’a alors proposé de poursuivre chronologiquement son travail sur l’église de Gisors, qui portait plus particulièrement sur la période flamboyante. Un de mes principaux objectifs était de mêler histoire et histoire de l’art et ce sujet se prêtait particulièrement à ce type d’exercice. En effet, j’ai eu le plaisir de découvrir que les archives concernant cet édifice étaient bien conservées et très variée. Les registres de confréries ainsi que les comptes de la fabrique permettent de connaître les personnes qui vivaient alors à Gisors. L’église paroissiale, du fait de la grande densité de ses institutions, fonctionne plus ou moins comme un miroir de la société. En lien avec cette étude historique, j’ai travaillé sur le mobilier et les vitraux conservés dans l’édifice. La problématique était double : saisir les enjeux que représentent la commande et la création artistiques autour de l’église et comprendre comment les formes de la Renaissance ont été introduites à Gisors. J’ai ainsi pu appréhender le milieu des artistes, à la fois mobile (certains ont travaillé sur d’autres chantiers prestigieux, comme à Fontainebleau) et pérenne (d’autres forment de véritables dynasties d’artistes au service de l’église). La famille d’architectes Grappin a par exemple cumulé les deux aspects : Jean Grappin est à la tête du chantier à partir de 1548, son père Robert l’a été avant lui et a également participé à d’autres chantiers flamboyants. De là, j’ai pu constater que le chantier de Gisors et les dynasties d’artistes qui y ont travaillé ont introduit de nouvelles formes artistiques dans le Vexin.

Continuer la lecture de L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors de 1511 à 1629 – Marion Seure

Tour de France et actualités filmées

Rencontre avec Adrien Barbé, élève de 3e année, pour parler de sa thèse : « Regarder le Tour, voir la France : l’image de la société française dans le Tour de France des actualités filmées aux débuts de la télévision ». Propos recueillis par Pierre Pocard.


Commençons par le titre de ton projet de thèse : peux-tu analyser les différents aspects qu’il recouvre ?

J’ai voulu montrer avec ce titre, encore provisoire, que la représentation du Tour, à travers l’image animée, délivre plusieurs messages au spectateur et dépasse la simple compétition sportive : on montre la France, à la fois comme paysage et comme société. Il s’agit donc d’abord d’histoire culturelle même si la dimension sportive reste présente. L’objectif est de comprendre en quoi l’image animée a modifié et permis d’asseoir définitivement le mythe du Tour de France. C’est ainsi que je rejoins l’histoire du sport, puisque je traite de l’image que renvoient les champions par leurs exploits. L’image animée permet de passer d’une mythologie, pour reprendre le terme de Roland Barthes1 de l’inconnu et du non-vu, basée sur les journaux et la radio, à une mythologie du visible qui va au-delà du compte-rendu sportif. L’attitude de certains spectateurs actuels, qui regardent le Tour de France pour le paysage et le patrimoine n’est pas récente et s’assoit définitivement dès les années 1950. J’aimerais vraiment montrer en quoi les actualités cinématographiques ont servi de modèle pour le traitement médiatique du Tour jusqu’à aujourd’hui.

Continuer la lecture de Tour de France et actualités filmées

  1. Les Mythologies de Roland Barthes (Seuil, 1957), dans lesquelles l’auteur liste et analyse ce qu’il définit comme les « mythes » de son époque, sont une référence incontournable pour la compréhension de la légende du Tour de France, dans le chapitre « Le Tour de France comme une épopée », suivi d’un lexique des coureurs. []

Des sépultures et des saints

Fabien Aguglia, élève archiviste paléographe de quatrième année, nous parle aujourd’hui de sa thèse, intitulée De la sépulture à la sainteté : des tombes privilégiées à l’émergence du culte de saints, à l’époque romane. Propos recueillis par Nola N’Diaye.

Comment t’es venue l’idée de travailler sur ce sujet ?

La question de la sainteté m’a toujours intéressée, le pourquoi et le comment de personnages qui se dotent de figures de saints. Les vies de saints m’intéressaient tout autant, notamment au haut Moyen Âge, mais ce sujet a déjà été beaucoup travaillé. Finalement, j’ai choisi d’étudier ce sujet par un autre pan, celui de l’histoire de l’art, et j’ai contacté M. Philippe Plagnieux. Ce dernier m’a très vite proposé un sujet sur les sépultures privilégiées à l’époque romane. « Privilégié » désigne ici le fait d’être situé dans un espace architectural, comme une église, une abbaye. On entend par tombeau privilégié celui qui n’est pas avec le commun des mortels dans le cimetière. Signalons par ailleurs qu’il ne s’agit pas forcément d’un tombeau ou d’une sépulture, cela peut aussi désigner une inscription. Jamais de synthèse n’avait été faite sur ce sujet auparavant. Je tenais à réaliser une partie de ma thèse finale sur la vie des saints, et M. Plagnieux n’y voyait pas d’objection. Cela m’a donc permis de travailler différents aspects autour du même thème.

Continuer la lecture de Des sépultures et des saints

Mettre un point d’honneur à s’échapper : enquête dans les archives du Tribunal des maréchaux au XVIIIe siècle

Élève archiviste paléographe de 3e année, Romain Benoit prépare une thèse d’École intitulée : « L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon ». Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle, sous la direction de M. O. Poncet. 


En 1952, Georges Brassens chantait les faits d’armes de « mégères gendarmicides » au marché de Brive-la-Gaillarde et précisait : « il paraît que cette hécatombe fut la plus belle de tous les temps ». Dans cette Hécatombe, les gendarmes subissent en effet de terribles sévices et le maréchal des Logis n’est pas le moins bien traité, lui qui, attaché, doit proférer des propos anarchistes. Brassens dresse le tableau touchant d’une bagarre générale qui, partie de bottes d’oignons, finit en lutte joyeuse contre les représentants de l’ordre et de l’autorité.

« Or sous tous les cieux sans vergogne, c’est un usage bien établi, dès qu’il s’agit d’rosser les cognes, tout l’monde se réconcilie »

Plongé dans mes recherches sur le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle, cette chanson n’est pas sans me rappeler des faits réels qui se sont déroulés il y a un peu plus de deux cents ans. Les archives du Tribunal du Point d’Honneur conservent en effet la trace de nombreuses échauffourées et « voyes de fait » à l’encontre des gardes de la maréchaussée. J’ai choisi de vous en proposer une, sous forme de récit, avant de l’analyser dans la perspective plus large de mes recherches. Continuer la lecture de Mettre un point d’honneur à s’échapper : enquête dans les archives du Tribunal des maréchaux au XVIIIe siècle

La Bibliothèque de l’Alliance Israélite Universelle, par Peter Nahon

Présentation de la Bibliothèque de l’Alliance Israélite Universelle (AIU) par Peter Nahon, qui y a effectué un stage de quatre mois au premier semestre 2015.

L’Alliance israélite universelle, sorte de mission laïque créée au milieu du XIXe siècle pour porter la lumière de la civilisation française auprès des Israélites d’Orient par le mérite d’un réseau d’écoles à l’occidentale, est aujourd’hui dépositaire d’une bibliothèque dont les collections lui assurent une renommée mondiale.

Constituée dans ses premières années comme une fonction annexe d’un réseau scolaire rayonnant du Maroc à l’Irak avec presque deux cents établissements, la bibliothèque, inséparable alors des destinées de l’École Normale Israélite Orientale où étaient formés les instituteurs de l’Alliance, prit un essor certain lorsque l’abandon des intérêts français dans les pays du Levant, au milieu du XXe siècle, causa la fermeture de nombre des écoles du réseau. En effet, la bibliothèque, sise au 45 rue La Bruyère, dans quelques pièces d’un hôtel particulier de la Nouvelle-Athènes, obtint alors une préséance sur les autres activités de l’Alliance Israélite Universelle, et connut un essor qui la porta à devenir ce qu’elle est aujourd’hui : la plus grande bibliothèque d’études juives et hébraïques d’Europe.

Continuer la lecture de La Bibliothèque de l’Alliance Israélite Universelle, par Peter Nahon