Archives de catégorie : Mémoires

Mémoires des masters de l’École nationale des chartes

Appliquer le ‘machine learning’ à la littérature de science-fiction pour écrire une histoire des représentations futuristes

Léo Dray, diplômé du master « Humanités Numériques » (HN) de l’École des Chartes (prom. 2021), a soutenu en septembre dernier un mémoire intitulé Représentations et projections dans la littérature d’anticipation : une approche textométrique pour explorer l’histoire des futurs envisagés. Son travail a été dirigé par Mme. Dinah Ribard (directrice d’études à lEHESS) et M. Jean-Baptiste Camps (maître de conférences en HN à lENC) . Léo Dray expose dans cet entretien les enjeux de son travail de recherche, liant histoire littéraire et outils numériques. Propos recueillis par Vincent Sarbach-Pulicani (M1 HN) et Hugo Forster (élève archiviste-paléographe en 3è année)1.


Quel rôle ont joué tes appétences personnelles dans la définition de ton sujet d’études ? Tes-tu fondé sur des lectures de textes littéraires, avant de temparer davantage de textes critiques et scientifiques sintéressant à leur analyse ?

J’ai intégré le master “Humanités Numériques” de l’ENC en m’intéressant avant tout aux problématiques techniques que soulèvent les outils numériques. Je n’avais encore jamais engagé de véritables recherches scientifiques, et encore moins sur le sujet particulier de la littérature de science-fiction (SF).

Continuer la lecture de Appliquer le ‘machine learning’ à la littérature de science-fiction pour écrire une histoire des représentations futuristes

  1. Image en bannière : James Rosenquist, U-turn into Tomorrow, 1974. © ADAGP – Paris 2017 / Bridgeman Images) []

Lire Bergson par l’œil de la textométrie ; une analyse des concepts de ‘possible’ et de ‘virtuel’

Michel Capot, diplômé du master « Humanités Numériques » (HN) de l’École des Chartes (prom. 2021), a soutenu en juin dernier un mémoire intitulé Possibilité et virtualité dans l’œuvre d’Henri Bergson : approche textométrique. Son travail a été dirigé par M. Dan Arbib (maître de conférences en philosophie à l’ENS) et M. Jean-Baptiste Camps (maître de conférences en HN à l’ENC) . Michel Capot revient dans cet entretien sur son travail, et sur les enjeux d’une approche interdisciplinaire recourant aussi bien aux méthodes de la philosophie qu’aux outils numériques. Propos recueillis par Émilien Arnaud (M2 HN) et Hugo Forster (élève archiviste-paléographe en 3è année (AP3)).


Dans quel parcours d’études ton intégration au master Humanités Numériques de l’École des chartes s’insère-t-elle ? Quelle réflexion as-tu suivie pour définir ton sujet de recherches ?

Mon analyse des concepts de virtuel et de possible dans l’œuvre de Bergson découle avant tout d’une volonté personnelle de combiner astucieusement la recherche entre sciences humaines et mathématiques. Le lien entre ces disciplines peut ne pas paraître évident ; pour le comprendre, il faut connaître les possibilités qu’offre la recherche en humanités numériques.

Continuer la lecture de Lire Bergson par l’œil de la textométrie ; une analyse des concepts de ‘possible’ et de ‘virtuel’

Mémoires de master 2 des élèves archivistes paléographes 2019

Les élèves archivistes paléographes de troisième année ont soutenu ou vont soutenir prochainement leur mémoire de master 2, propédeutique à la thèse d’école. Voici la liste des sujets d’une partie d’entre eux :

· Arnaud (Aurélien), « Du palais au château, l’évacuation des collections publiques françaises dans les musées du Nord pendant la Seconde Guerre mondiale : l’exemple du Palais des Beaux-Arts de Lille » sous la direction de Christine Nougaret (ENC) et d’Arnaud Bertinet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

· Bartoli (Pierre-Marie), « Les dieux du kiosque. L’apparition des vedettes sportives et les enjeux de leurs représentations dans la presse illustrée omnisports française de 1924 à 1939 », sous la direction de Christophe Gauthier (ENC) et de Bertrand Tillier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

· Bouquet (François), « Hercule dans la librairie des ducs de Bourgogne (1363-1477) : un héros retrouvé » sous la direction de Philippe Plagnieux (ENC) et de Chrystèle Blondeau (Université Paris-Nanterre)

· Bremond d’Ars (Alice de), « Eugène Renduel, parcours d’un éditeur (1798-1874) », sous la direction de Christophe Gauthier (ENC) et de Jean-Charles Geslot (Université de Saint-Quentin-en-Yvelines)

· Charron (Élisabeth), « Le Lion et la Couronne : la famille d’Estouteville, le roi et la guerre de Cent Ans (vers 1350 – vers 1460) » sous la direction d’Olivier Guyotjeannin (ENC) et d’Olivier Matteoni (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

· Fabry (Pierre), « Recherches d’histoire politique et religieuse sur la maison de Baux (mi XIIe – mi XIIIe siècles) » sous la direction d’Olivier Guyotjeannin (ENC) et de Jacques Chiffoleau (EHESS)

· Gousseau-Kotwica (Louise), « Le décor et ses fantômes. Lucien Aguettand-Blanc, architecte-décorateur de cinéma (1901-1948) » sous la direction de Christophe Gauthier (ENC) et de Pascale Goetschel (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

· Jaosidy (Florine), « Une mystique du cœur à l’âge baroque : les Exhortations du père Joseph de Tremblay » sous la direction d’Olivier Poncet (ENC) et de Benoist Pierre (Université François Rabelais de Tours)

· Luquet (Marguerite-Marie), « Séjours et occupations au château de Montceaux-lès-Meaux (1556-1643) : demeure royale ou maison de plaisance ? », sous la direction de Thierry Crépin-Leblond (ENC) et d’Alexandre Gady (Sorbonne Université)

· Peronneau-Saint-Jalmes (Enora), « Les archives du viol : représentations judiciaires et sociales d’un ‘crime’ au XVIIIe siècle », sous la direction d’Olivier Poncet (ENC) et de Reynald Abad (Sorbonne Université / Centre Roland Mousnier)

· Rigaldiès (Pia), « Le Design Radical Pop à Turin entre 1964 et 1974. Studio 65 et Gruppo Sturm » sous la direction de Pascal Rousseau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et d’Agnès Callu (EPHE)

· Schoumacher (Quentin), « Le Chablais savoyard au XVIe siècle : administrer un territoire sous la domination de trois gouvernements successifs (1504-1580) » sous la direction d’Olivier Poncet (ENC) et de Guido Castelnuovo (Université d’Avignon)

· Valdman (Nathanël), « Sur les chemins de l’Empire. Les voyages des princes-électeurs de Brandebourg dans le Saint-Empire (1535-1688) » sous la direction d’Olivier Poncet (ENC) et de Christophe Duhamelle (EHESS)

Mémoires de master 2 des élèves de troisième année

Les élèves de troisième année du cursus d’archiviste paléographe ont rédigé cette année un mémoire de master 2 sous la direction de professeurs d’université.

A découvrir dans la suite de l’article, la liste des sujets qui feront l’objet de thèses d’École des chartes, l’année prochaine.

Continuer la lecture de Mémoires de master 2 des élèves de troisième année

Décrire l’art numérique, un enjeu pour sa postérité

Nola N’Diaye, diplômée du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » (promotion 2016), a réalisé son stage de fin d’études au département Audiovisuel de la BnF, au sein du labex Arts H2H. Elle revient ici sur les enjeux des missions qui lui ont été confiées et qui ont fait l’objet d’un mémoire intitulé Décrire pour préserver. Construction et déclinaison d’un modèle de données pour l’art numérique. Propos recueillis par Alice Laforêt.


Avant toute chose, peux-tu revenir sur la notion d’art numérique, et sur la place de l’art numérique dans les collections de la BnF ?

On commence à parler d’art numérique dès les années 1940-1950. Les expérimentations les plus anciennes dans ce domaine datent en effet de la création des premiers programmes informatiques. La définition même de cet art a rapidement constitué un sujet de débat, puisque de nombreux domaines lui ont été assimilés, comme l’art vidéo (certaines œuvres de Bill Viola par exemple). Plusieurs termes (art « numérique », art « médiatique ») se font concurrence, et l’identité de ce champ de la création artistique ne va pas de soi ! Une définition admise de l’art numérique est celle d’un art issu de la programmation, une forme de création à laquelle on aboutit par un traitement automatisé de l’information1. Cela exclut notamment l’art vidéo.

Figure 1 : Computer Composition with Lines, Michael Noll (1964)

Partant de cette définition, le projet au sein duquel s’inscrivait mon stage prenait en compte trois corpus différents d’œuvres d’art numérique :
– Tout d’abord, un corpus de CD-ROM, créé par le dépôt légal. Ce corpus avait déjà été analysé lors de la première année du projet. Son contenu était extrêmement divers, puisqu’on y trouve tant des CD-ROM récapitulant des expositions que des photos, des vidéos avec des artistes ou des programmes interactifs.
– Le deuxième corpus est un ensemble d’œuvres issues d’artistes du Living Arts ayant été produits par le Cube2. Il s’agit d’œuvres davantage interactives, qui datent des années 2000 et 2010.
– Enfin, le troisième corpus regroupe des œuvres issues du laboratoire INREV du département Art et technologies de l’image de Paris 8. Continuer la lecture de Décrire l’art numérique, un enjeu pour sa postérité

  1. Cette définition a notamment été théorisée par Edmond Couchot dans COUCHOT (Edmond), HILLAIRE (Norbert), L’art numérique : Comment la technologie vient au monde de l’art, Paris, Flammarion, 2003 (Champs Art) []
  2. Le Cube est un centre de création numérique, pionnier dans le domaine du « living art » []