Archives de catégorie : Études de cas

Les dettes des militaires du XVIIIe siècle au cœur de tensions entre marchands et régiments

Élève archiviste paléographe de 4e année, Romain Benoit prépare une thèse d’École intitulée : « L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon ». Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle, sous la direction de M. Olivier Poncet, professeur d’histoire des institutions et sources d’archives de l’époque moderne à l’ENC. 


Devant faire face à de nombreuses dépenses, les officiers militaires de l’Ancien Régime se trouvaient souvent obligés de payer leurs achats à crédit. Que ce soit pour le service ou pour leurs dépenses personnelles, ces officiers désargentés se trouvaient contraints de signer des reconnaissances de dettes. Des documents conservés aux Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon montrent comment les fournisseurs et particuliers cherchaient à se faire rembourser de ces créances dans les années 1770-1780. Nous y découvrons les tensions qui pouvaient exister entre fournisseurs (marchands) et régiments mais aussi celles qui parcouraient les troupes royales elles-mêmes. Se pose alors aussi la question du moyen de paiement à crédit utilisé par les militaires.
Continuer la lecture de Les dettes des militaires du XVIIIe siècle au cœur de tensions entre marchands et régiments

« Accompagnés à jouer ensemble », contrats d’association de ménestrels et histoire du travail à la fin du Moyen Âge

Dans un article de 1977, Jacques Le Goff1 soulignait que, malgré le vaste mouvement d’intégration et de légitimation des professions réprouvées qui a lieu aux XIIe et XIIIe siècles, deux activités demeuraient exclues de la société chrétienne : la prostitution et la jonglerie –que l’on entend ici, par commodité, comme pratique professionnelle de l’art du divertissement2 . Si les études menées depuis sur la prostitution3 ont permis de nuancer l’exclusion des prostituées, en insistant sur la pluralité des discours normatifs à leur égard, l’histoire sociale des jongleurs est encore marquée par les travaux d’Edmond Faral4 , teintés de jugements moraux et d’a priori qui le poussent à établir une distinction et une hiérarchie strictes entre jongleur et ménestrel, dont la pertinence a été largement remise en question, par exemple dans les textes littéraires étudiés par Silvère Ménégaldo5 . Or, les jongleurs sont bien mieux tolérés dans la société médiévale qu’un regard exclusivement porté sur les normes religieuses le donnerait à penser. La création d’une corporation à Paris en 1321, baptisée « communauté des jongleurs et ménétriers », en est l’attestation la plus frappante. Cela revient à reconnaître officiellement l’activité des jongleurs comme un métier, que les statuts qualifient de « science de ménestrandise ». Continuer la lecture de « Accompagnés à jouer ensemble », contrats d’association de ménestrels et histoire du travail à la fin du Moyen Âge

  1. LE GOFF (Jacques), « métiers licites et illicites dans l’Occident médiéval », in Pour un autre Moyen Âge, Paris : Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires, 1978. []
  2. La question de la professionnalisation pour les jongleurs pose problème et mériterait d’être discutée comme un sujet en soi. []
  3. Voir notamment la synthèse de ROSSIAUD (Jacques), Amours vénales, la prostitution en Occident, XIIe-XVIe siècle, Paris : Aubier, 2010. []
  4. FARAL (Edmond), Les jongleurs en France au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1910. []
  5. MENEGALDO (Silvère), Le jongleur dans la littérature narrative des XIIe et XIIIe siècles : du masque au personnage, Paris : Honoré Champion, coll. Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge, 2005. []

Mettre un point d’honneur à s’échapper : enquête dans les archives du Tribunal des maréchaux au XVIIIe siècle

Élève archiviste paléographe de 3e année, Romain Benoit prépare une thèse d’École intitulée : « L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon ». Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle, sous la direction de M. O. Poncet. 


En 1952, Georges Brassens chantait les faits d’armes de « mégères gendarmicides » au marché de Brive-la-Gaillarde et précisait : « il paraît que cette hécatombe fut la plus belle de tous les temps ». Dans cette Hécatombe, les gendarmes subissent en effet de terribles sévices et le maréchal des Logis n’est pas le moins bien traité, lui qui, attaché, doit proférer des propos anarchistes. Brassens dresse le tableau touchant d’une bagarre générale qui, partie de bottes d’oignons, finit en lutte joyeuse contre les représentants de l’ordre et de l’autorité.

« Or sous tous les cieux sans vergogne, c’est un usage bien établi, dès qu’il s’agit d’rosser les cognes, tout l’monde se réconcilie »

Plongé dans mes recherches sur le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle, cette chanson n’est pas sans me rappeler des faits réels qui se sont déroulés il y a un peu plus de deux cents ans. Les archives du Tribunal du Point d’Honneur conservent en effet la trace de nombreuses échauffourées et « voyes de fait » à l’encontre des gardes de la maréchaussée. J’ai choisi de vous en proposer une, sous forme de récit, avant de l’analyser dans la perspective plus large de mes recherches. Continuer la lecture de Mettre un point d’honneur à s’échapper : enquête dans les archives du Tribunal des maréchaux au XVIIIe siècle

La collection Rondel (BnF-Arts du Spectacle) et un peu d’histoire du cinéma

La collection Rondel est emblématique et fondatrice du département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France. À son origine se trouve Auguste Rondel (1858-1934), homme d’affaires marseillais collectionneur d’ouvrages et de documents sur le théâtre et plus généralement les arts du spectacle à partir de 1890. Il cherche à établir une collection la plus vaste possible sur le domaine, organisée et classée avec méthode pour servir au mieux la recherche et l’acquisition de connaissances, avec une certaine intuition. Il donne sa collection à l’État en 1920 (plus de 300 000 documents) puis continue à la gérer et à l’enrichir jusqu’à sa mort en 1934.

L’ampleur et l’originalité constitutive de cette collection en font une source très intéressante pour qui s’intéresse aux arts vivants du spectacle à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, mais aussi, et c’est ce qui nous intéresse ici, à l’histoire du cinéma.

ASP-BnF : R Supp.505, détail : l'étiquette ronde caractéristique de la collection Rondel (source Gallica/BnF)
ASP-BnF : R Supp.505, Elle et Lui (1938), film de L. McCarey, détail : l’étiquette ronde (et un peu ogresque) caractéristique de la collection Rondel, qui rappelle les masques du théâtre antique (source Gallica/BnF)

Continuer la lecture de La collection Rondel (BnF-Arts du Spectacle) et un peu d’histoire du cinéma