Archives de catégorie : Comptes-rendus de stage

Leonardo e Ponte Buriano : Un chantier de restauration avec la Joconde pour toile de fond

Jean Bernard a effectué son stage de 4e année d’École des chartes, en octobre-novembre 2017, à la Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per le province di Siena, Grosseto e Arezzo (Italie)1.

C’est dans un coin de Joconde qu’est né l’intérêt pour le Ponte Buriano, ravivé pour les 500 ans de la mort du maître, c’est au creux du paysage vaporeux en sfumato qu’il faut porter son regard, à la gauche de Mona Lisa. Les piles frémissantes d’un pont relient l’épaule du personnage à la montagne qui ferme le tableau, en poursuivant la courbe du drapé rejeté en arrière. D’âpres batailles eurent lieu pour identifier le paysage en général et le pont en particulier : français ? Italien ? Le Ponte Gobbo de Bobbio ? Aujourd’hui, à la suite des travaux de Carlo Starnazzi2, le Ponte Buriano revendique le titre de pont le plus regardé du monde, et un « Museum Leonardo e l’Aretino »3 dédié aux rapports entre Léonard de Vinci et la région d’Arezzo a même ouvert dans la localité le 16 juillet 20164.

Continuer la lecture de Leonardo e Ponte Buriano : Un chantier de restauration avec la Joconde pour toile de fond

  1. Photo de couverture : Le Ponte Buriano (Arezzo), 1240-1277, face ouest. Les becs qui montent presque au niveau du tablier ont été un élément d’identification, de préférence notamment à des ponts français. []
  2. Présentation de Carlo Starnazzi et de ses travaux, suivant des critères géomorphologiques notamment, sur le site dédié au Ponte Buriano http://www.ilpontedellagioconda.it/museo/carlo-starnazzi.html []
  3. Site officiel du Ponte Buriano, page présentant le musée http://www.ilpontedellagioconda.it/museo.html []
  4. Reportage du 12 juillet 2016 par Arezzo Notizie TV sur l’ouverture du « Museum Leonardo e l’Aretino », http://www.arezzotv.net/index.php/tempo-libero/cultura/7378-ponte-buriano-ar-nasce-il-museum-leonardo-e-l-aretino-sabato-16-luglio-l-inaugurazione.html []

Petit panorama des services d’archives de La Nouvelle-Orléans

Grâce à Howard Margot, conservateur au William Research Center, il m’a été donné l’occasion de visiter différents services d’archives implantés aux quatre coins de La Nouvelle-Orléans. Ces visites ont été permises par les conservateurs de ces différentes institutions1. Les magasins de conservation et les documents n’ont pu être photographiés pour des raisons de sécurité2.

La Historic New Orleans Collection

La HNOC est une fondation privée créée en 1966 par le Général L. Kemper Williams (1887-1971) et son épouse Leila (1901-1966) au service de la connaissance de l’histoire de la ville et des États américains du Golfe du Mexique. Elle est à la fois un musée, un centre de recherche et un éditeur d’ouvrages scientifiques. Le musée occupe un bâtiment situé sur Royal Street et présente une exposition permanente de documents et objets originaux développant l’histoire de la ville. Le centre de recherche en occupe un autre, sur Chartres Street, et possède plusieurs niveaux de magasins de conservation, où sont mélangés archives, peintures, documents figurés, cartes, objets.

Cette collection a d’abord été formée par les époux Williams, tous deux passionnés d’histoire de cette région aux cultures métissées par les différentes influences européennes, africaines et nord et sud-américaines. La fondation n’a cessé de l’enrichir par des acquisitions. La collection comprend aujourd’hui près d’un million d’items dont 35 000 ouvrages imprimés, plus de 3 km linéaires de documents manuscrits rédigés à la fois en français, en espagnols, en allemands, et en anglais, 350 000 photographies, imprimés, dessins, peintures, et artefacts. Elle constitue ainsi l’une des plus importantes collections de documents et objets historiques relatifs à La Nouvelle-Orléans et à l’État de Louisiane.

Continuer la lecture de Petit panorama des services d’archives de La Nouvelle-Orléans

  1. Que soient ainsi remerciés : Howard Margot, Christina Bryant, Sally Sinor, Sarah-Elizabeth Gundlach, Jennifer Waxman, et Emilie Gagnet-Leumas []
  2. Photo de couverture : Reconnaissance de dette du soldat Poulousat envers Delauze, capitaine de son régiment, 7 février 1714. Numéro 1714_01_07_01. Document en ligne sur le Louisiana Colonial Documents Digitization Project []

Au-dessous du Volcan : une promenade virtuelle dans les bibliothèques municipales du Havre

À l’occasion de mon stage de deuxième année, je tenais à intégrer et découvrir une bibliothèque municipale pour mieux saisir sur le terrain les nombreux défis que ces institutions doivent relever. C’est près de l’estuaire de la Seine que j’ai donc eu l’occasion d’être initié à la vie d’une telle institution, au sein du service patrimoine de la bibliothèque Armand Salacrou. Pour présenter le réseau des bibliothèques municipales du Havre et ses multiples facettes, je vous propose une visite virtuelle des lieux au cours de laquelle les espaces parcourus serviront de tremplin à une description de l’organisation et des enjeux de l’institution.

Continuer la lecture de Au-dessous du Volcan : une promenade virtuelle dans les bibliothèques municipales du Havre

Commerce, faillite et déconfiture : le fonds du Tribunal de la conservation des privilèges royaux des foires de Lyon

Pierre Fabry, élève archiviste paléographe de deuxième année, effectue actuellement un stage aux archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon. Il témoigne du travail qu’il réalise sur un fonds d’archives particulièrement intéressant à découvrir.

À l’occasion de mon stage aux Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon il m’a été confié une partie de l’inventaire d’un vrac d’archives, provenant du très riche fonds du Tribunal de la conservation des privilèges royaux des foires de Lyon. Avant de présenter ce fonds et d’en détailler le classement en cours, revenons tout d’abord rapidement sur l’histoire de cette institution.

Continuer la lecture de Commerce, faillite et déconfiture : le fonds du Tribunal de la conservation des privilèges royaux des foires de Lyon

L’arrestation de Louis Mandrin : Diplomatie, classement d’archives, et souvenirs de lecture à l’Archivio di Stato de Turin

Le classement de 12 mazzi (unités archivistiques) relatifs aux négociations diplomatiques entre la France et le duché de Savoie, puis le royaume de Sardaigne1, entre la fin du XVe siècle et l’unité italienne (1861)2 qui m’a été confié au cours de mon stage est l’occasion pour moi de côtoyer au quotidien des documents très intéressants qui évoquent les pages les plus célèbres de l’Histoire nationale et européenne, des guerres d’Italie à l’épopée napoléonienne, en passant par les nombreuses guerres menées par Louis XIV. Ce prisme particulier des relations entre les deux puissances met notamment en avant l’ambition qu’a la famille régnante de Savoie de préserver l’indépendance de ses États, pris en étau entre France et Empire tout au long de la période, et les difficultés de la réalisation de cette ambition, dans le jeu sans cesse rebattu de la géopolitique européenne. Si les négociations pour les traités de paix, ou les mariages entre familles régnantes occupent une bonne place dans la documentation, majoritairement constituée de correspondance diplomatique, c’est par l’aspect moins connu et moins immédiatement évocateur de la collaboration policière et judiciaire que je souhaite aborder ici la question des relations entre la France et la Savoie. Continuer la lecture de L’arrestation de Louis Mandrin : Diplomatie, classement d’archives, et souvenirs de lecture à l’Archivio di Stato de Turin

  1. à la suite du traité d’Utrecht, le duc de Savoie Victor-Amédée II accède à la dignité royale et devient roi de Sicile. Le royaume de Sicile est échangé avec l’empereur en 1718 contre celui de Sardaigne, dont Victor-Amédée II prend effectivement possession en 1720. []
  2. En 1861, le roi de Sardaigne Victor-Emmanuel II, prend le titre de roi d’Italie à l’issue de la seconde guerre d’indépendance italienne et après avoir rattaché à la Sardaigne tous les États de la péninsule italienne ; cela marque la fin du Risorgimento, le long processus d’unification de l’Italie amorcé au début du XIXe siècle. []