Tous les articles par Rédaction

Compte administrateur du carnet

À l’entrée du Soleil en Bélier. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle, par Alexandre Tur

Rencontre avec Alexandre Tur (prom. 2014), actuellement conservateur au département des manuscrits de la BnF et responsable de la base d’enluminures Mandragore, autour de sa thèse intitulée « À l’entrée du Soleil en Bélier. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle (1405-1484) » (sous la dir. de Jean-Patrice Boudet et Olivier Guyotjeannin). Propos recueillis par Ewen Thual.

« À l’entrée du soleil en Bélier ». Pourrais-tu nous en dire plus sur ce titre ?

Cette formule désigne en astrologie le moment de l’équinoxe de printemps. L’année est rythmée par la course (apparente) du soleil sur l’écliptique, divisée en douze signes astrologiques égaux, le soleil mettant à peu près un mois pour parcourir un signe. Le Bélier est le premier de ces signes : « l’entrée du soleil en Bélier », c’est le moment qu’on regarde pour voir comment va se dérouler l’année à venir, la base d’une prédiction astrologique annuelle.

Comment en es-tu venu à l’astrologie ? Ce thème est-il à la mode chez les médiévistes ?

L’astrologie m’intéressait et je souhaitais travailler sur la période médiévale. La combinaison des deux me permettait d’allier les compétences techniques acquises à l’École des chartes (paléographie, codicologie, édition de texte et latin médiéval en premier lieu) et les enseignements tirés du séminaire « Sciences et magie » de l’Université d’Orléans que j’ai suivi dans le cadre de mon master 2. Dans les pratiques scientifiques et magiques médiévales, l’astrologie tient une petite place, tout comme les prédictions annuelles, mais dans l’ensemble j’ai pu mettre à profit certaines réflexions développées dans ce contexte pour un travail de recherche.

La question est aujourd’hui d’actualité et intéresse beaucoup, mais les recherches qui étaient engagées autour des prédictions annuelles ont souvent du mal à prendre en compte les manuscrits.

Continuer la lecture de À l’entrée du Soleil en Bélier. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle, par Alexandre Tur

Soutenances des thèses d’École de la promotion 2016

La soutenance des thèses d’École a lieu du jeudi 18 au jeudi 25 février 2016, en grande salle de cours de la Sorbonne. Les soutenances sont publiques. Cette année, le jury est présidé par Mme Claude Gauvard, professeur émérite à l’Université de Paris I-Panthéon Sorbonne.

Le directeur proclamera les résultats le vendredi 26 février, à 12 h, en grande salle, en présence de la présidente et des membres du jury, des professeurs de l’École, des membres du conseil scientifique et des membres du conseil d’administration de la Société de l’École des chartes.
Le calendrier des soutenances est disponible à cette adresse.

À cette occasion, vous pouvez retrouver les articles consacrés aux thèses qui sont soutenues cette semaine :

Bière ou « vin de grain » ? La communauté des brasseurs parisiens au XVIIIe siècle, par Marion Humbert

Marion Humbert, archiviste-paléographe de quatrième année et conservatrice stagiaire à l’INP en section archives nous présente aujourd’hui sa thèse intitulée Bière ou « vin de grain » ? La communauté des brasseurs parisiens au XVIIIe siècle. Propos recueillis par Alice Laforêt.

Avant toute chose, une question très simple : comment en vient-on à travailler sur l’histoire de la bière et des brasseurs ?

Le choix de ce sujet de thèse s’est fait complètement par hasard ! Je souhaitais travailler sur le XVIIIe siècle, éventuellement sur le jansénisme. J’en ai donc parlé à Nicolas Lyon-Caen, l’un des spécialistes du jansénisme au XVIIIe siècle, qui m’a signalé que la communauté des brasseurs parisiens au XVIIIe siècle était encore un domaine inexploré… Par ailleurs, ce sujet s’inscrit dans une historiographie en plein renouveau. L’étude des communautés de métiers à l’époque moderne a fait peau neuve, depuis les travaux de Steven Kaplan. Les boulangers, les bijoutiers, les chapeliers ou les marchands de vin ont déjà fait l’objet de recherches.1 Multiplier les études monographiques sur diverses communautés permettra sans doute de faire un jour une grande synthèse sur le sujet !

Continuer la lecture de Bière ou « vin de grain » ? La communauté des brasseurs parisiens au XVIIIe siècle, par Marion Humbert

  1. Citons notamment Kaplan (Steven), Le meilleur pain du monde : les boulangers de Paris au XVIII e siècle, Paris, Fayard, 1996 ; Gaumy (Tiphaine), Le chapeau à Paris. Couvre-chefs, économie et société, des guerres de religion au Grand Siècle, Thèse de doctorat en histoire, sous la direction d’Olivier Poncet, Paris, École nationale des chartes, 2015 ; Surun (Michel), Marchands de vin en gros à Paris au xviiie siècle, Paris, l’Harmattan, 2007. []

Marie-Guillemine Benoist, Portrait d’une négresse (1800)

C’est un tableau un peu postérieur à la période que j’étudie, d’une élève d’Élisabeth Vigée Le Brun, Marie-Guillemine Benoist (1768-1826). Il représente une « négresse » de face, qui n’est pas diminuée. Les nuances de sa peau sont très bien peintes, cela a beaucoup étonné les contemporains car personne n’avait cherché auparavant à capter aussi bien ces nuances. Elle porte les couleurs de la Révolution française, on y a donc vu un symbole de revendication de l’égalité et de l’abolition de l’esclavage. C’est un beau tableau, fort, qui joue aussi sur l’exotisme de son corps un peu dénudé, mais son regard n’est pas ambigu, elle nous regarde de face avec dignité. C’est une représentation qui illustre une évolution dans certaines mentalités de l’époque.

Bordeaux, en tant que port commerçant avec beaucoup de passage, était une ville où la familiarité avec les gens de couleur était grande : les créoles y étaient nombreux, les relations avec les personnes de couleur, y compris dans l’entourage familial, étaient fréquentes. En 1791, après un décret en faveur des gens de couleur, Bordeaux propose à la Constituante d’envoyer dans les colonies une partie de la garde nationale, afin de faire respecter le décret. Julien Raimond, un quarteron libre d’origine aquitaine et défenseur de l’indépendance de Saint-Domingue avec Toussaint Louverture, se souviendra de cette action.

Les minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle

Pour le début de ce carnet de recherche chartiste, Julie Duprat (élève en fin de deuxième année) a accepté de répondre à quelques questions et de nous présenter sa thèse sur les Minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle (1763-1792). Direction l’Aquitaine et les Antilles à la fin de l’époque moderne pour cette étude prosopographique. Propos recueillis par Claire Daniélou.

Pour commencer, Julie, peux-tu nous expliquer à quoi correspondent les dates qui bornent ton sujet ?

Mon étude commence en 1763, c’est-à-dire au moment de la signature du Traité de Paris à l’issue de la Guerre de Sept Ans. Les Antilles à l’époque avaient un statut assez flou : il s’agissait de colonies espagnoles mais depuis environ 150 ans il y avait une prédominance française sur la région. Le Traité de Paris vient confirmer que les Français règnent véritablement sur les îles à sucre. Cela concerne des îles comme l’actuel Haïti, La Martinique, Sainte-Lucie… Quant à 1792, c’est l’année où un décret du 28 mars 1792 de l’Assemblée nationale établit l’égalité entre les blancs et « les hommes de couleur & nègres libres », avant que l’esclavage soit aboli en pleine révolution1 et que Napoléon ne le remette en place.

Cette période correspond à un essor des plantations sucrières et de l’esclavage.

Continuer la lecture de Les minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle

  1. Par un décret de la Convention du 16 pluviôse an II (4 février 1794) []