Quand les artistes dessinaient les cartes

« […] quand votre plaisir sera ou la nécessité le requerra, vous pourrez facilement, et l’un et l’autre, en peu de temps, en peu de lieu et sans grande dépense, voir à l’œil et toucher du doigt en particulier et en général toute l’étendue, grandeur, force et état de tout le royaume » Dédicace de Nicolas de Nicolay (1517-1583) à la reine Catherine de Médicis de sa Description générale du pays et duché de Berry.


Les Archives nationales présentent, depuis le 25 septembre 2019 et jusqu’au 7 janvier 2020, l’exposition Quand les artistes dessinaient les cartes. Vues et figures de l’espace français, Moyen-âge et Renaissance1. Il s’agit de la première exposition entièrement consacrée à cette typologie documentaire que sont les cartes datant de l’époque médiévale et renaissante. En 1987, les Archives nationales avaient organisé une exposition sur la vision et l’aménagement de l’espace français entre le XVIe et le XIXe siècle2. Ces cartes se révèlent être autant des documents d’archives que des œuvres d’art à part entière. L’exposition en présente 97 qui sont originales dont 89 manuscrites, 10 de très grand format (supérieur à 2 mètres), 46 jamais exposées et 28 inédites. Toutes ces cartes ont été réalisées entre le XIVe et le XVIe siècle, principalement sur parchemin. Elles prennent néanmoins des formes variées comme le registre de l’armorial d’Auvergne, de Bourbonnais et du Forest de Guillaume Revel. Tous ces documents proviennent pour un tiers des Archives nationales et de trente-neuf autres institutions culturelles, services d’archives, bibliothèques et musées.

Le monde de la cartographie est un univers aussi varié et coloré que les contrées qu’il fait découvrir. Un vocabulaire spécifique lui est propre : alors que le mot « carte » est communément employé de nos jours, il ne l’était pas au Moyen Âge. On parlait alors de « figure » et de « portrait » et à ces termes était souvent accolé l’adjectif « accordé » désignant l’accord des parties entre elles pour reconnaître la figure comme exacte, valable et recevable en justice. Ce lexique souligne ainsi la valeur attribuée à ces documents. En effet, ces cartes n’étaient pas destinées à indiquer le chemin ou à guider le voyageur. Leur finalité était de servir les intérêts de leurs commanditaires, qu’ils soient rois, princes, ecclésiastiques ou conseils de ville. Elles servaient aussi bien à délimiter une frontière, comme les cartes des enclaves françaises en Artois dressées à la suite du traité du Cateau-Cambresis en 1559, qu’à affirmer des droits sur un territoire, à trancher de l’issue d’un procès, à illustrer des travaux d’aménagement, à appuyer des opérations militaires, à décrire des événements historiques ou à célébrer l’identité d’un lieu ou d’un territoire. Ces usages expliquent à la fois le souci d’exactitude et de véracité du dessin que certaines déformations ou occultations de la réalité.

Ces cartes furent réalisées par des artistes dont les noms de certains d’entre eux sont connus : aux côtés des célèbres Jean Cousin et Bernard Palissy, se trouvent les inconnus Romain Buron, Audry Couille, et Nicolas Dipre. Elles ne sont pas des documents isolés, ce que souligne bien l’exposition en présentant les documents d’archives qui les accompagnent : il peut s’agir de procès-verbaux ou des aveux et dénombrements qui recensaient les biens matériels et immatériels constituant le fief, réalisés par le vassal à son seigneur au moment de l’hommage. Ces cartes étaient en effet des documents de travail pour leurs commanditaires, comme l’illustre la carte de la forêt royale de Longboël, située près de Rouen, arpentée en 1566. Les différentes parties de la forêt sont indiqués selon un système d’abréviations : « D. F. B. » pour demi-futaie bonne, « I. T. M. P. » pour jeune taillis mal planté, ou encore « P.V. » pour place vide. Les officiers de l’administration des forêts disposaient ainsi d’un outil très utile dans leur gestion.

« La deuxième garde de la forêt de Longbouel » (Seine-Maritime), Paris, Archives nationales, AE/II/676, fol. 23v.

Le plaisir pris à la visite est celui de la découverte de documents d’exception qui attirent particulièrement l’attention. Parmi eux figure la plus ancienne carte locale de France : une figure d’Albi et des environs jusqu’au village de Puygouzon, datée de 1314 et conservée aux Archives départementales du Tarn. Ella a sans doute été réalisée pour établir la limite de juridiction entre les deux lieux.

Figure d’Albi et de Puygouzon, après 1312, parchemin, 71 x 86 cm, Archives départementales du Tarn, 4 EDT 11 S

Est également présent le plus ancien plan parcellaire conservé en France : il s’agit de la figure d’Allemagne, village aujourd’hui dénommé Fleury-sur-Orne dans le Calvados, qui a été réalisé vers 1477 pour enregistrer les droits seigneuriaux de l’abbaye Saint-Étienne de Caen qui possédait cette propriété. Les parcelles ne sont pas réalisées à l’échelle mais chacune est indiquée avec la surface en acre, vergée et pied.

Figure du parcellaire d’Allemagne, vers 1477, encre brune et rouge sur papier, Archives départementales du Calvados, H2457.

La généalogie des rois de France appelée À tous noble présente la première carte connue représentant la France indépendamment de l’Europe dans un registre d’une généalogie des rois de France. La France est représentée en forme carrée, entourée des quatre fleuves de la Meuse, de la Seine, de la Loire et de la Gironde. Elle n’est pas orientée vers le nord, mais vers le sud et est bordée par la Manche, dénommée « mer d’Angleterre » et non pas Méditerranée dont aucune mention n’est faite. Cette figure a été réalisée dans un registre de parchemin conservé aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France3.

La très grande carte de la seigneurie de Fleurigny (Yonne) impressionne par ses presque cinq mètres de long. Elle a été réalisée à l’occasion d’un procès porté devant le Parlement de Paris4. Un dispositif d’écran tactile permet de naviguer et de zoomer sur la carte, ce qui rend sa consultation beaucoup plus facile en contournant l’obstacle que représente sa très grande taille. On peut ainsi mieux apercevoir les traits bleus et rouges qui parcourent toute la carte pour indiquer le chemin suivi par les acteurs du procès lors de la visite des lieux contentieux, la « montrée ».

Enfin, est présenté le plus grand plan imprimé du XVIe siècle, celui de Lyon dit « plan scénographique », daté vers 1550, conservé aux Archives municipales de la ville5. Un autre plan exceptionnel est présenté : il s’agit du fac-simile du plan dit de Bâle, le plus ancien plan gravé sur bois de la ville de Paris daté d’environ 15536. L’original a été découvert à la bibliothèque de l’Université de Bâle en 1874. Ce plan témoigne de la révolution cartographique qu’a constitué la redécouverte de la Géographie de Ptolémée et sa diffusion grâce à l’imprimerie aux XVe et XVIe siècles.

Six animations audiovisuelles ponctuent l’exposition dont un dessin animé original intitulé Et la Carte qui raconte le processus d’élaboration d’une figure accordée dans le cadre d’un conflit territorial entre deux seigneurs. Cette carte a réellement été produite et est exposée : il s’agit de la vue figurée de Castelferrus et Saint-Aignan, dans le Tarn-et-Garonne, première représentation d’un espace précis au Moyen Âge. Celle-ci fait partie du corpus des cartes judiciaires montrant les lieux litigieux « à vue d’oiseau ». Commanditée par la cour du parlement de Toulouse en 1525 pour faire « vehute figure et monthre dudit lieu contentieux », elle est réalisée par Jean Lemesque, peintre originaire de Moissac. Elle doit permettre de trancher un conflit entre le seigneur de Castelferrus et le jeune prieur de Saint-Aignan dont la rivalité pour le contrôle du territoire s’amplifie au point de nécessiter l’intervention de la justice royale. Le récit de cet affrontement est narré heure par heure dans le procès-verbal rédigé par la cour lors de la réalisation de la vue7. Une autre animation présente l’évolution territoriale du village de Castelferrus depuis sa première représentation à l’époque médiévale jusqu’à la cartographie en ligne de Google Earth.

L’exposition se conclut par un épilogue ouvrant sur les progrès scientifiques réalisés dans le domaine de la cartographie aux siècles suivants grâce au volontarisme de l’État. Il s’agit de la fondation de l’Académie royale des sciences en 1666, de la réalisation de la carte topographique à l’échelle du royaume par les différents membres de la famille Cassini, ou la réalisation, pendant un demi-siècle, du cadastre de toutes les communes françaises sous l’impulsion de Napoléon Ier. Ces épisodes, bien connus de l’historiographie, avaient occulté la genèse de cet art magnifique de la cartographie entre le XIVe et le XVIe siècles, désormais remis en lumière grâce à cette exposition.

Catalogue d’exposition rédigé sous la direction de Juliette Demassy-Rabineau, Nadine Gastaldi, Camille Serchuk : Quand les artistes dessinaient les cartes. Vues et figures de l’espace français, Moyen-âge et Renaissance, Paris : Archives nationales et Le Passage, 2019.

  1. Photo de couverture : Figure accordée de Boisbelle et sa terre franche, 1515-1528/1598, parchemin, 80 x 63 cm, Archives départementales du Cher, 4 H 481 n°7 []
  2. Espace français : vision et aménagement, XVIe-XIXe siècle, exposition organisée par la Direction des Archives de France aux Archives nationales, septembre 1987 – janvier 1988, Paris, Archives nationales, 1987. []
  3. Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 4991. []
  4. Archives nationales, CP/N/I/Yonne/11 []
  5. Archives municipales de Lyon, 2 S ATLAS 3. []
  6. Bibliothèque historique de la ville de Paris, GR A 70. []
  7. Archives départementales du Tarn-et-Garonne, H 230. []

2 réflexions sur « Quand les artistes dessinaient les cartes »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Répondre à Marion Wesely Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.