Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (2) : quelles ressources ?

Ce billet complète l’article précédent intitulé “Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique” dans lequel je m’intéressais à l’histoire de ce média, à ses formes et à ses usages.

Les films fixes, un média obsolète à redécouvrir (1) : historique

Il m’a paru opportun, dans un but de valorisation, de rendre également compte des ressources disponibles sur le sujet, à la fois des sources primaires et de la bibliographie existante. Ce billet résulte donc de trouvailles – sur les appareils et sur les films fixes en eux-mêmes -, découvertes et interrogations, principalement à partir de bibliothèques numériques et de publications en ligne.

Les appareils de projection

Il faut évidemment s’intéresser aux appareils de visionnement des films fixes pour en comprendre l’usage. Plusieurs collections d’appareils (Pathéorama, Camérafix…) sont identifiables en ligne. L’intérêt, c’est de découvrir, outre l’aspect des visionneuses, qui a fortement varié dans le temps, les caractéristiques techniques de l’objet : dimensions, poids, manière d’insérer la bobine ou encore malette de transport…

La plus large collection d’appareils de ce type est peut-être celle réunie par la Cinémathèque française et le CNC, dans leur catalogue des appareils cinématographiques. Si ce catalogue permet d’accéder à des informations techniques précises et à des photographies des instruments, le moteur de recherche semble malheureusement défaillant à ce jour : il faut donc savoir déjà ce que l’on cherche.

L’utilisation du film fixe comme matériel pédagogique fait qu’on trouve aussi les appareils dans les collections du Musée national de l’Éducation (Munaé). Le flickr de l’exposition Lumineuses projections ! de 2016 dévoile ainsi de nombreux appareils qui ont été utilisés à des fins didactiques.

Les films

Du fait de leur destination pédagogique, il n’est guère étonnant que les films en eux-mêmes se retrouvent aujourd’hui dans les collections des écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) mais aussi dans des structures ayant récupéré des fonds diocésains. Le but n’est pas ici de faire un inventaire exhaustif des structures conservant ce support — on en trouve sans doute dans d’innombrables bibliothèques — mais de mettre en avant quelques fonds remarquables. 

Si des films fixes sont évidemment présents en cinémathèque, on a préféré se concentrer ici sur des collections de films fixes en dehors de ce circuit traditionnel. Par ailleurs, bien que devenu un objet patrimonial depuis les 1980, le film fixe semble finalement moins bien signalé dans les collections de ces structures pourtant plus spécialisées sur des supports audiovisuels. Les difficultés de description de ces fonds de films fixes font aussi des chantiers d’inventaire et de signalement des opérations complexes à instruire. La Cinémathèque Robert Lynen conserve ainsi environ 6 000 films, mais sa base de données n’est pas en accès libre1.  

Les collections des anciennes écoles normales

Le fonds public le plus important de films fixes en France se trouve certainement à Saint-Étienne : il s’agit d’une collection d’environ 10 000 films fixes recueillis par le pôle de recherche en Sciences Humaines et Sociales de l’ex-IUFM de Lyon (initialement appelé IREHG, Institut de Recherche sur l’Enseignement de l’Histoire et de la Géographie). La collection couvre les années 1930 – 1960, et divers champs d’enseignement (sciences naturelles, éducation physique et sportive, histoire, géographie…). 
Le site internet offre accès à une banque d’images numérisées et à un inventaire de 9 695 documents. D’autres ne sont pas encore inventoriés. Toutefois, la banque d’images souffre visiblement d’une certaine obsolescence de ses formats, qui rend complexe la consultation des contenus… 

  • Le Centre d’Études, de Documentation et de Recherches en Histoire de l’Éducation (CEDRHE) de la Faculté d’Éducation de Montpellier

Il s’agirait de la plus importante collection publique de ce type en France avec environ 4 000 documents inventoriés2, allant des années 1930 aux années 1970. Le fonds a pour particularité d’être le résultats d’échanges avec la cinémathèque de Toulouse, du fait des relations de son fondateur Pierre Guibbert, enseignant-chercheur passionné de cinéma3. Les films relèvent alors à la fois de la pédagogie scolaire et des thématiques religieuses. Après recherche, les inventaires ne semblent toutefois pas disponibles en ligne4, pas plus que des images numérisées de films fixes. À consulter sur place donc. 

Les collections de patronage

Outre les collections publiques, qui conservent la mémoire du film fixe de l’enseignement scolaire, d’autres structures rendent aussi compte de son utilisation hors du cadre de l’école : c’est le cas des collections “de patronage”. Malgré une vocation principalement catéchétique, les collections comprennent également des collections dites “de divertissement” : des bandes dessinées, des récits, des albums mis en transparents s’y glissent ainsi et permettent d’apercevoir des usages moins stéréotypés qu’on ne le penserait au premier abord. 

L’Association pour la sauvegarde des films fixes en Anjou détient elle aussi un fonds important. Le site web date, tout comme la base de données (la dernière mise à jour date de 2010), qui ne comprend pas de vues numérisées. Il en reste un travail de dépouillement très intéressant, réalisé initialement par deux étudiantes en histoire : sont répertoriés 90 éditeurs de films fixes pour environ 6 500 bobineaux. L’intérêt du fonds d’Angers, issu du diocèse, est qu’il a été constitué par des collectes successives auprès de particuliers et de patronages : il se démarque en particulier par la présence de documents variés et par des thématiques religieuses, relativement absentes d’autres corpus.

Elle rassemble, selon son répertoire, 1 450 titres de films fixes, principalement religieux mais aussi “récréatifs”, d’”enseignement général” ou concernant l’actualité. Le fonds n’est pas numérisé mais a visiblement fait l’objet d’un inventaire plutôt minutieux par des bénévoles, ce qui permet une vue précise de catalogues d’éditeurs et de titres qui sont pour beaucoup apparemment absents des collections publiques.

Et ailleurs ? 

L’appellation « film fixe » ne se retrouve évidemment pas telle quelle dans les locutions étrangères pour nommer ce média. On parle en anglais de « filmstrips », en espagnol de « filminas », en allemand de « bildband », dans les langues slaves de « diafilms », autant de termes qui renvoient à la fois à la matérialité du support, à sa proximité avec les diapositives, mais aussi aux  noms commerciaux donnés par les différents fabricants dans les pays concernés.

Quelques exemples de collections de films fixes à l’étranger sont très signifiants : ils montrent notamment un usage très variable en fonction des pays de ces supports. On remarque alors que ce type de support a perduré plus longtemps dans l’Est de l’Europe. Des sites marchands existent toujours en Russie et en Hongrie par exemple, ce qui ne manque pas d’étonner ! Les initiatives patrimoniales pour préserver ce support sont toutefois peu nombreuses. On note par exemple l’existence des films fixes numérisés par les Archives des fondations Open Society en Hongrie, toutes indexées comme des collections de « propagande » sur la période communiste. Ces films fixes sont intéressants pour l’histoire de la guerre froide, bien que la présentation qui en est faite semble peu objectivée. 

(Lien 1 : Virtualis Diamuzeum et lien 2 : Vera and Donald Blinken Open Society Archives – Hungarian Propaganda Filmstrips

Cependant, les bibliothèques numériques de films fixes semblent rares, en dehors de cet exemple de catalogue assez fourni. En Europe, quelques institutions ont versé des films fixes dans Europeana, comme le Museon, musée éducatif consacré à la nature et à la culture, situé à La Haye aux Pays-Bas, ou encore le Musée juif de Grèce situé à Athènes. Cependant, peu de documents sont disponibles, et souvent ils restent inaccessibles (lien inopérant, image manquante…). En définitive, le caractère relativement infructueux de cette recherche montre que l’obsolescence du support, qui alimente certainement la difficulté à rechercher les détenteurs des droits sur les documents, nuit également à leur conservation (peu ou pas de traces dans les grands catalogues comme celui de la bibliothèque du Congrès ou de la British Library) et in fine, à leur valorisation.


Bibliographie5
  • Le film fixe, objet d’étude et de recherche de l’histoire matérielle de l’éducation, en ligne.
  • BIANCO-LEVRIN, Nicolas, Histoires en images: images fixes-images animées: réflexions sur les procédés de fabrication des livres illustrés et des films d’animation, Noville sur Mehaigne : Éditions Esperluète, 2014.
  • DAGNEAUX, Leslie, « Les techniques Freinet ou le cinéma scolaire autrement : l’émancipation comme maître-mot  : Retour sur quarante ans d’expérimentations (1927-1968) », Thèse de doctorat en études cinématographiques, Rennes  : Université Rennes 2, 2017, en ligne.
  • DAINAT, Anne-Lise, « Le film fixe comme support à l’enseignement de l’histoire à travers l’exemple de la biographie », Mémoire de maîtrise, Montpellier  : Université Paul-Valéry, 1995.
  • DUJONC, Isabelle, « Les films fixes et les missionnaires de l’Ouest de la France », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2005, tome 112, n° 2, « Missionnaires et humanitaires de l’Ouest dans le monde ».
  • GUIDO, Laurent (dir.), Fixe, animé : croisement de la photographie et du cinéma au XXe siècle, Lausanne : Éditions L’Âge d’Homme, 2010 (Collection Histoire et théorie du cinéma Série Travaux).
  • LEPAGE, Julien et GOUTANIER, Coralie, « Le film fixe : une source à découvrir », Histoire@Politique, 2008, vol. n° 4, n° 1, en ligne.
  • MICHEZ, Valentine, « Résistance temporelle du film fixe : Analyse de la représentation de l’Allemagne à travers des films fixes français de 1930 à 1950 et étude de leurs classements dans les catalogues de l’Office du cinéma éducateur des années 1960 », mémoire d’étude sous la direction de Martin Barnier, Lyon : Université Lumière Lyon 2, 2016, en ligne.
  • NOURRISSON, Didier, « Un fonds éducatif réinventé », Sociétés & Représentations, 2011, n° 31, p. 177-188, en ligne.
  • NOURRISSON, Didier, JEUNET, Paul (dir.), Cinéma et école : aller-retour : actes du colloque de Saint-Étienne, novembre 2000, Saint-Étienne : Publication de l’Université de Saint-Étienne, 2001.
  • QUILLIEN, Anne, Lumineuses projections ! : la projection fixe éducative, Futuroscope : Canopé, 2016.
  1. http://www.cinemathequerobertlynen.paris/collection/filmsfixes/, consulté le 12 avril 2019. []
  2. Sylvain Wagnon et Hélène André, « Le fonds des films fixes du Cedrhe : illustration de l’histoire d’un support pédagogique », Tréma, n° 41, 2014, p. 8-23. Disponible en ligne : https://journals.openedition.org/trema/3117. []
  3. Ibid. []
  4. Ni sur le site du CEDRHE, ni sur le catalogue des bibliothèques de l’université de Montpellier, hormis quelques tentatives visibles de catalogage. []
  5. Nous renvoyons également à la bibliographie indiquée par Coralie Goutanier et Julien Lepage dans leur article « Le film fixe : une source à découvrir », art.cit. Des exemples de mémoires de master consacrés aux films fixes par des étudiants de l’Université d’Angers (de 2001 à 2006) figurent également dans leurs indications. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.