68 les archives du pouvoir

Parmi les nombreuses manifestations commémoratives des cinquante ans des événements de mai 68, les Archives nationales organisent simultanément deux expositions anniversaire. Ces deux expositions sont organisées de manière complémentaire sur les deux sites : « L’autorité en crise » du 3 mai au 17 septembre 2018 à l’hôtel de Soubise et « Les voix de la contestation » du 24 mai au 22 septembre 2018 à Pierrefitte-sur-Seine.

Tracts et affiches placardés à l’entrée des Archives nationales, rue des Francs-Bourgeois

Sur le site même de Paris, l’exposition présente également une grande originalité : elle s’articule en plusieurs endroits, à la fois en intérieur mais aussi en extérieur. En effet, afin de correspondre aux événements évoqués et d’interpeller les passants, l’exposition sors dans la rue et investi l’espace public : une palissade est dressée devant l’entrée de la rue des Francs-Bourgeois et reçoit chaque jour des reproductions des documents qui ont été affichés tout au long des événements. Dans la cour de l’hôtel de Soubise a été montée une salle de lecture éphémère pour permettre aux visiteurs de consulter des reproductions des archives de l’État, évoquant le contexte social et international des années 1960-1970. À l’intérieur de l’hôtel de Soubise, la salle d’exposition est conçue comme un parcours chronologique retraçant dix grandes dates du printemps et de l’été 1968 selon trois parties : « Figures de la répression », « L’année 1968 : l’autorité en crise » et « Images de l’autorité ». La salle d’exposition du site de Pierrefitte-sur-Seine présente, elle, le point de vue des militants et des organisations contestataires afin de faire entendre la polyphonie des événements.

Intérieur de l’exposition de de l’hôtel de Soubise
Intérieur de l’exposition du site de Pierrefitte-sur-Seine

Enfin l’exposition occupe l’espace numérique : un inventaire des dossiers de procédure et scellés de poursuite de mouvements d’extrême droite par la Cour de sûreté de l’État est publié dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales. Cet inventaire est accompagné d’une numérisation sélective de scellés.
Le grand intérêt de ces expositions est de présenter plus de 400 documents dont une partie est entièrement inédite, suite aux dépouillements des archives versées par les administrations. Ces archives papiers sont complétées par les archives vidéo et sonores prêtées par l’Institut national de l’audiovisuel afin de donner le point de vue des actualités filmées.

Les archives servent le propos de présenter les deux points de vue d’une période majeure de l’histoire de France contemporaine, afin de servir une polyphonie des acteurs. D’abord celles des pouvoirs publics : l’État en premier lieu avec la Présidence de la République, le Secrétariat général de l’Élysées, les ministères (Intérieur, Éducation nationale, Justice, Fonction publique, Affaires sociales), la Préfecture de police, la Cour de sûreté de l’État, les Renseignements généraux. Mais aussi celles de la contestation à travers les archives éphémères (écrits, tracts, affiches, transcriptions de graffiti, photographies), qui ont été collectées in medias res, par le ministère de l’Intérieur ou par la Cour de Sureté de l’État afin de constituer des dossiers  sur les événements ou sur les individus qui y ont participé. L’exposition de Pierrefitte-sur-Seine présente ainsi des fiches individuelles sous forme de tour à tiroirs métalliques, de même que certaines archives surprenantes : des éléments de charpente calcinée provenant de l’incendie ayant touché le service d’archives de la Sorbonne.

L’une des parties les plus intéressantes de cette exposition à découvrir est celle de montrer comment les documents produits et diffusés lors des événements ont été, en parallèle, collectés à des fins historiques, et ainsi transformés en archives. Les militants eux-mêmes ont constitué des collections de documents, surtout issus de la presse périodique militante, qu’ils ont conservés de manière dispersée à leurs domiciles. Mais ce sont également des universitaires et des professionnels du patrimoine – archivistes et bibliothécaires – qui ont collecté, au cours des événements, les documents qui leur étaient relatifs, en ayant conscience de leur valeur historique. On peut citer les noms des archivistes paléographes Marie-Renée Morin, Michel Quétin, Catherine Gégout, de l’historien Jean Maitron, du philosophe Jean-François Lyotard, qui ont grandement participé à cette collecte de sources. Les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France, l’École pratique des hautes études, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine en sont désormais les principaux lieux de conservation. Aujourd’hui encore cette collecte des matériaux de l’histoire n’est pas terminée : des services collectent des archives orales des acteurs ou témoins, ainsi que des documents et objets1.

Les aléas de la documentation sont aussi évoqués afin de prendre en compte les conditions archivistiques dans lesquelles peut s’écrire l’histoire de Mai 68. C’est ainsi le cas des documents que Jacques Foccart (1913-1997), secrétaire général de l’Élysées aux affaires africaines et malgaches, a caché pendant les événements de mai-juin afin de les soustraire sans pour autant les faire disparaître. C’est également le cas des archives du Ministère des Affaires culturelles d’André Malraux, qui sont pauvres en information sur les événements de Mai 68, sans doute en raison de l’absence de missions d’archivistes auprès de la jeune institution.

Documents cachés par Jacques Foccart pendant les événements de mai-juin 1968. Archives nationales, papiers Foccart, 113AJ/1-113AJ/20

La problématique de l’exposition repose sur ce questionnement des sources pour comprendre comment l’État a géré, dans l’urgence, cette crise inattendue et d’ampleur exceptionnelle, alors qu’il était en charge de la pérennité des institutions et des services publics. Concrètement, les services administratifs s’efforcent d’assurer l’approvisionnement en denrées et en essence, la poste et la circulation des informations à travers les médias, afin d’éviter la paralysie et les effets des blocages.

Cette exposition marque une étape décisive dans l’historiographie de Mai 68 : elle nuance la réaction de l’État en faisant apparaître les dissentions qui le traversent au sujet de la répression : ce sont notamment les hésitations sur les choix politiques à adopter qui ressortent. L’État se pose la question de quelle forme de réaction adopter, ferme ou conciliatrice, d’avoir ou non recours à l’article 16 de la Constitution qui accorde des pouvoirs exceptionnels au Président de la République, de dissoudre ou non l’Assemblée nationale. Les documents nous plongent directement dans ces hésitations comme les corrections du général de Gaulle sur l’exemplaire dactylographié de son discours du 30 mai. Les rumeurs ont également fait partie du déroulement des événements comme la dépêche AFP du 29 mai annonçant l’imminence d’une démission du Président de la République.

Mise au net dactylographiée annotée par le général de Gaulle de son allocution radiodiffusée du 30 mai 1968. AG(1)5/1447

L’exposition met en évidence en quoi Mai 68 a été décisif pour la modernisation des institutions et de la transformation de la société : la police se dote de nouveaux équipements (qui sont présentés dans des vitrines) et d’une revalorisation de ses salaires. Sur le plan économique, le SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti) est augmenté de 35%, le salaire minimum interprofessionnel est garanti, tous les salaires sont revalorisés de 10 %. La loi Faure refonde entièrement le système universitaire en intégrant certaines revendications. C’est toute la société française qui en a été marquée et qui s’y est intéressée, comme en témoignent des copies d’élèves de quatrième du collège de Ville d’Avray proposant des réformes de l’enseignement.

Copies d’élèves de quatrième du collège de Ville d’Avray (68), 78AJ/37

D’autres services d’archives présentent également une exposition à l’occasion de ce cinquantenaire. Depuis le 17 mai, il est possible de visiter, aux Archives nationales du Monde du travail à Roubaix, une exposition qui insiste moins sur les événements étudiants mais davantage sur la mobilisation ouvrière lors des grèves importantes, en lien avec la nature des fonds que le service conserve. La Bibliothèque nationale de France présente, elle, une exposition iconographique en présentant les étapes de la construction médiatique de la mémoire visuelle collective des événements. L’exposition « Images en lutte » présentée à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, close le 20 mai dernier, complétait l’analyse de ces images célèbres, devenues icônes, ayant grandement participé à l’élaboration des représentations de Mai 68. Le versant archivistique de cette histoire est, quant à lui, assurément très bien exposé par les Archives nationales.

Artières (Philippe) et Giry (Emmanuelle), 68. Les archives du pouvoir. Chroniques inédites d’un pouvoir en crise, Paris, co-édition Les Archives nationales et l’Iconoclaste, 304 pages.

  1. Les archives départementales de la Drôme, du Lot et du Calvados ont organisé une collecte afin de conserver la mémoire de départements qui, bien qu’éloignés des centres névralgiques de la contestation, ont connu des actions et des acteurs locaux. D’autres services départementaux organisent actuellement des expositions anniversaire : entre autres ceux du Maine-et-Loire et du Doubs. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.