Napoléon stratège

Les élèves et étudiants de l’École des chartes ont bénéficié, dans le cadre du Club Culture, d’une visite commentée de l’exposition « Napoléon stratège » par Grégory Spourdos, chargé d’études documentaires au département moderne et commissaire de l’exposition. Celle-ci est présentée au Musée de l’Armée depuis le 6 avril et jusqu’au 22 juillet 2018. Compte-rendu par Cécile Calliès, élève de première année.

D’une manière générale, notre guide a décortiqué la disposition et le contenu de chaque salle pour faire ressortir à la fois le concept directeur de l’exposition et le travail fourni par le comité scientifique, les architectes et les commissaires.

La première salle, inapte à accueillir des objets d’art, sert d’antichambre à l’exposition afin d’introduire et définir le sujet. On y apprend notamment que le mot « stratégie » n’existait dans les dictionnaires du XVIIIe siècle, mais que c’est après le règne de Napoléon qu’il prit son sens global d’un art qui se définit un objectif et les moyens d’y parvenir. Par une allée de bustes d’hommes illustres s’il en est – Alexandre le Grand, Hannibal, César, Turenne, le maréchal de Saxe, Frédéric de Prusse – que Napoléon considérait comme ses modèles, nous nous acheminons vers les salles qui présentent la stratégie glorieuse et victorieuse de l’Ogre corse.

Trois tableaux en pied de l’Empereur nous attendent au tournant. Ils incarnent la stratégie de Napoléon, sous trois états qu’il fut le premier à combiner : chef politique de l’État, chef des Armées, et général commandant sur le champ de bataille. Trois positions qui lui permirent de concevoir la stratégie de manière globale. Une parole de Bertrand de Jouvenel dans son traité Du Pouvoir peut expliquer cette appétence napoléonienne pour la globalité, moelle épinière de la stratégie qu’il met en place : « Le commandement est une altitude. On y respire un autre air que dans les vallées de l’obéissance. La passion de l’ordre, le génie architectural dont notre espèce a été dotée se déploient alors. Du haut de sa tour, l’homme agrandi aperçoit ce qu’il pourrait faire avec les masses fourmillantes qu’il domine (…). Aussi, le meneur se persuade aisément qu’il ne veut que servir l’ensemble, et oublie que son véritable mobile est la jouissance de l’action et de la dilatation ».
La tripartition de la stratégie napoléonienne est visible dans le tableau central à travers les trois papiers superposés : le traité de paix de Lunéville représentant la dimension politique, le plan de bataille de Marengo qui le montre en général d’armée, et la planification du franchissement du Grand Saint-Bernard pour sa fonction de chef des Armées. Ce tableau de Gros est comme diffracté dans la salle et les trois composantes de la stratégie napoléonienne se retrouvent explicitées avec la confrontation avec les autres œuvres : l’uniforme de Marengo, pour sa fonction de général d’armée, et le tableau de Robert Lefèvre pour sa fonction de chef de l’État.

Bonaparte, premier Consul, Antoine-Jean Gros, 1802, Musée de la légion d’honneur

Uniforme porté par Napoléon Bonaparte à la bataille de Marengo, le 14 juin 1800, Musée de l’Armée

Napoléon Ier en uniforme de chasseur à cheval de la garde, Robert Lefèvre, 1809, Musée Carnavalet

Une fois introduits dans la logique, l’exposition et les commentaires de Grégory Spourdos nous expliquent comment cette conception bien particulière de la stratégie a pu être développée. Et tout d’abord, on ne naît pas stratège, on le devient. Vous l’aurez compris, il fallait consacrer une salle à l’étude de tous les tacticiens et auteurs d’Art de la guerre, de Polybe à Jacques-Antoine-Hyppolyte de Guibert (1743-1790) que Napoléon a lus. La médiation à cet égard était assez remarquable. Les références sont précises et assez exhaustives : elles sont disposées sur le mur, sous la forme de fiches de révisions. Le nom de l’auteur, de son ouvrage, les dates et trois points indiquant quel en fût l’apport. En dessous de ces fiches se trouvent les ouvrages eux-mêmes qui appartenaient à Napoléon, alors qu’il était élève cadet-gentilhomme à l’école royale militaire de Brienne, puis à l’École militaire de Paris. Il était indispensable de faire un tel rappel, car l’Empereur eut comme particularité de réellement appliquer sur le terrain les principes militaires glanés au fil de ses lectures. Aussi ces fiches représentaient-elles tous les moyens que Napoléon avait en main pour mener la guerre.

Après avoir vu comment Napoléon était devenu général d’armée, il s’agissait de comprendre comment devenir un chef politique : c’est-à-dire comment se déroule le passage de la bataille du pont de Lodi (10 mai 1796), où il n’est encore que commandant en chef,  à la bataille du pont d’Arcole (15-17 novembre 1796), qui n’est pas un chef d’œuvre tactique mais qui marque l’affirmation d’un leader victorieux, par le biais d’une véritable propagande dont témoigne le célèbre tableau d’Antoine-Jean Gros.

Bonaparte au pont d’Arcole, Antoine-Jean Gros, 1796, Château de Versailles, MV 6314

La campagne d’Égypte paracheva cette progression. L’éloignement d’avec la France permit à Bonaparte de renforcer, sinon de créer, son commandement politique. Même si la campagne se solda comme un échec militaire, il n’en fut pas moins couvert de gloire à son retour en France et put se présenter comme étant prêt à remplir les plus hautes fonctions de gouvernement. Dans cette même salle, un pan de mur est consacré à la Grande Armée, qui avait déjà été modernisée avant l’arrivée de Napoléon au pouvoir. Napoléon stratège, c’est la fusion entre un homme qui a tout compris à l’art de la guerre et cette armée en mutation.

La stratégie de l’Empereur est ensuite finement épluchée. Les différentes phases sont illustrées avec une mise en scène aboutie d’objets : la reconstitution du bureau de Napoléon montre à quel point il préparait toutes ses campagnes minutieusement en lisant. Evidemment, un bataillon d’espions et d’émissaires l’informaient de leurs rapports ; puis pour figurer les campagnes à venir étaient disposés d’immenses cartes trouées par les épingles figurant les corps d’armée ainsi que les compas servant à estimer leur avancée jour après jour. Autour de ce bureau, les uniformes de maréchaux, Lannes et Davout, attendant les ordres de Napoléon. Une place centrale est laissée à Louis-Alexandre Berthier (1753-1815), ministre de la Guerre et Major général de l’Armée, « courroie de transmission » de tout le système stratégique.

Maquette de la bataille de Lodi, commandée par Napoléon premier consul en 1802, réalisé par Martin Boitard, Bois, carton, plomb, éléments végétaux, Musée de l’Armée, DEP 527
Carte d’État-major et épingles figurant les corps d’armée en mouvement, Musée de l’Armée

L’application de la stratégie sur le terrain est une autre histoire : les commissaires de l’exposition ont choisi de détailler les procédés d’approvisionnement, les manœuvres – elles font l’objet de jeux vidéo – les façons de surmonter les obstacles afin de surprendre l’adversaire là où il s’y attend le moins ; voilà qui est à mettre en rapport avec l’obstination napoléonienne pour l’offensive. Vous aurez alors l’occasion de voir un canon monté sur des skis, pour le franchissement du Grand Saint-Bernard, des barques chargées sur des charriots pour construire des ponts et des cantinières.

L’espace dédié aux expositions temporaires au Musée de l’Armée n’est pas des mieux conçus. Il oblige à revenir en arrière pour pénétrer dans la deuxième partie. Pourtant, le fil conducteur n’est pas du tout perdu par ce changement de lieu. Les architectes et commissaires de l’exposition se sont arrangés pour que le bicorne et les lunettes de l’Empereur exposés dans la deuxième salle de la première partie, tracent une perspective qui aboutit dans la première salle de la deuxième partie.

La deuxième partie explore l’échec final de la stratégie napoléonienne. On y voit comment les troupes ennemies se l’ont appropriée pour la retourner contre Napoléon : notamment le général August von Gneisenau (1760-1831), au service de la Prusse. Une série de grands tableaux illustrent ces différentes stratégies mises en place par les ennemis contre lesquelles Napoléon ne sut pas faire face : que ce soit celle du « T » de l’amiral Nelson lors de la bataille de Trafalgar, de la guérilla espagnole ou enfin de l’évitement et de la terre brûlée de la campagne de Russie. Face à cela, Napoléon n’a pas su faire évoluer sa manière de faire la guerre. Ce n’est pas la seule raison : il n’a pas su également faire la paix avec ses adversaires. La tripartition de la stratégie napoléonienne est remise en question. Si le stratège militaire est resté excellent, d’un point de vue politique, le bât blesse. Or, ces deux dimensions sont trop étroitement liées pour souffrir un déséquilibre, et la défaite militaire entraîne la chute politique.

Les dernières salles présentent des témoignages spectaculaires de la défaite napoléonienne : une aigle impériale trouée de mitraille, des appareils à amputer absolument atroce, un uniforme troué d’une vingtaine de coups de lames, l’impressionnante cuirasse du capitaine Fauveau. Des jeux vidéo là encore nous permettent de nous mettre dans la peau d’un aide de camp de l’Empereur au cours de ces épisodes dramatiques.

Napoléon à Fontainebleau, Paul Delaroche, 1840, Musée de l’Armée

Cuirasse du capitaine Fauveau, mort à Waterloo, 1815, Musée de l’Armée, 5077, Ca 206

L’exposition s’achève dans une petite pièce où trône le buste de Napoléon, avec en arrière-plan un arbre généalogique qui pose la question du legs de sa stratégie à la postérité. De manière surprenante, il n’y a pas eu de legs napoléonien à la doctrine militaire française. Ce furent les pays étrangers qui accueillirent le mieux ce legs : Carl von Clausewitz (1780-1831) pour les aires allemandes et russes, et Antoine de Jomini (1779-1869) d’autre part pour l’aire américaine. Tous les grands généraux des XIXe et XXe siècle ayant pris part aux conflits mondiaux s’en sont réclamés.

Au terme de la visite, nous avons pu interroger notre guide sur des questions en tous genres : il s’agissait surtout de savoir comment concrètement était organisée une telle exposition. Il s’est prêté de bonnes grâces à nos questions, nous expliquant comment était utilisé le budget, l’importance à donner à la médiation dans cette exposition qui est une œuvre de synthèse, plus qu’elle ne prépare un renouveau historiographique, comment se déroulent les prêts d’œuvres entre institutions étrangères, son parcours professionnel et ses missions actuelles. Nous n’avons cependant pas réussi à lui extorquer la programmation des années à venir…


2 réflexions sur « Napoléon stratège »

  1. Beaucoup d’objets appartenant à Napoléon, mais très/trop peu de documents sur les stratégies de l’Empereur durant ses batailles et campagnes.

  2. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.