« Un érotisme de géant »

Ce sont les mots employés par le marchand d’art Daniel-Henri Kahnweiler pour parler de l’œuvre de Picasso, dans une lettre que l’on découvre au détour d’une salle de l’exposition 1932. Année érotique (10 octobre 2017 – 11 février 2018) au Musée Picasso. Le club culture de l’École nationale des chartes a eu le plaisir de proposer aux élèves qui étaient présents ce jeudi 7 décembre une visite commentée par François Dareau, chargé de recherches au musée.

Le parti-pris de l’exposition est audacieux, voire presque provocateur. Il s’agit de présenter la production artistique de Pablo Picasso de manière strictement chronologique pour l’année 1932, du 2 janvier au 22 décembre. Les commissaires s’amusent à présenter ce choix d’exposition comme « le plus stupide du monde ». À première vue en effet, le principe chronologique peut paraître déroutant, tant nous avons l’habitude d’expositions aux parcours assez thématiques. Toutefois, cet accrochage chronologique permet de mettre en lumière des aspects fondamentaux de l’œuvre de Picasso.

Le peintre a eu, comme on le sait, une production faramineuse. Tous les tableaux peints au cours de l’année 1932 ne sont naturellement pas tous convoqués dans l’Hôtel Salé mais la présence de cartels fantômes permet d’estimer cette production à plus de 300 œuvres en 366 jours.

Le visiteur prend en outre conscience du facteur temps ; en plus du jour et du lieu, Picasso a souvent indiqué l’heure de la fin de son travail sur le châssis ou sur la toile de ses œuvres. Ce sont des informations précieuses pour appréhender son processus de création.

Le choix d’un parcours chronologique permet surtout de mettre côte à côte, sur une même cimaise, des œuvres qui ne s’étaient jamais trouvées confrontées jusqu’ici ; on réalise alors à quel point Picasso travaille par série. Pendant plusieurs jours, il ressasse un même thème et le décline en jouant sur les matières, les techniques et les supports.

 

Trois œuvres peintes entre le 6 janvier et le 10 janvier 1932. De gauche à droite : La ceinture jaune, huile sur toile, Monaco, Nahmad Collection, La lecture interrompue, huile sur toile, collection particulière, Jeune fille à la mandoline, huile sur bois

Il faut ajouter que cette mise en lumière des méthodes de travail de l’artiste par le biais chronologique n’aurait pas pu être possible sans les conditions exceptionnelles de prêts dont a bénéficié le musée : si les œuvres provenant de la dation Picasso – raison d’être du musée – sont nombreuses, la plupart des œuvres sont prêtées par des collectionneurs privés. Pour certaines des œuvres présentées, il est rare de les voir sortir du salon de leurs propriétaires.

Dans quelques mois, l’exposition rejoindra la Tate Modern de Londres mais le parcours ne sera pas purement chronologique, audace toute française semble-t-il.

Pourquoi avoir fait le choix de l’année 1932 ? En quelques mots, il s’agit de l’année de la reconnaissance publique de Picasso qui a alors 51 ans. Une grande exposition lui est consacrée à la galerie Georges Petit puis au Kunsthaus de Zurich. L’historiographie picassienne parle alors de muséification de l’artiste.

Mais surtout, le choix de l’année 1932 permet de poser la question très intéressante que l’exposition tantôt confirme, tantôt infirme : Picasso est -il en train de préparer consciemment sa postérité ?

C’est ce que suggère la production de grandes toiles clairement destinées à être exposées et à être valorisées sur le marché de l’art comme Le Rêve ou Le Repos, chefs-d’œuvre majeurs de l’exposition. Peut-être que la conservation compulsive d’archives par le peintre, présentées dans l’exposition, va aussi dans le sens de l’hypothèse d’une muséification conscientisée, comme si Picasso savait déjà qu’il serait une icône.

Oui, mais. Toutes les œuvres présentées n’étayent pas cette thèse. A côté des grandes toiles ambitieuses, il y a aussi les tous petits formats intimistes comme ces paysages que Picasso réalise à Boisgeloup, lors de week-end familiaux. Il y a aussi quantité d’études et de tableaux inachevés en cette année 1932. Sur l’un d’eux, le peintre a inscrit, dans les espaces laissés vides, le nom des couleurs qu’il projette de placer. Là aussi, le visiteur a l’impression de pouvoir pénétrer dans l’atelier de l’artiste.

Étude pour une joueuse de mandoline, fusain et huile sur toile, collection particulière

Vous pourrez aussi lire une lettre incendiaire, peu reluisante pour l’image de l’artiste, et étrangement conservée soigneusement par Picasso. Elle est écrite par son ancienne maîtresse qui semble lui vouloir beaucoup de mal.

L’exposition montre donc bien ces deux aspects de la personnalité de Picasso : l’homme tout à fait conscient de son talent, architecte de sa propre mythologie et l’artiste prolifique, insatiable et toujours en quête d’innover, d’exploiter d’autres médiums. Vous pourrez ainsi voir une étonnante peinture sur petite boîte de carton, prêtée par la Centre Pompidou, ainsi que plusieurs gravures, puisque Picasso possédait sa propre presse.

Entre les toiles témoignant de l’artiste quinquagénaire en pleine « muséification », notamment grâce à la rédaction en 1932 par Christian Zervos de son catalogue raisonné (c’est chose rare pour un artiste encore vivant), l’exposition permet d’appréhender une partie plus originale de son travail de 1932, plus intimiste.

Peut-être nous faut-il dire quelques mots de l’érotisme, puisqu’il fait partie du titre de l’exposition. Si vous mettez vos lunettes de visiteurs à l’esprit mal tourné, vous pourrez constater à quel point les formes phalliques envahissent les toiles.

Mais l’érotisme annoncé du parcours repose surtout sur la présence d’un acteur central dans la vie de Picasso en 1932 : sa jeune maîtresse, Marie-Thérèse Walter. Picasso conçoit pour elle une réelle obsession. Elle irrigue effectivement une grande partie de sa production en 1932. Il est intéressant d’observer que la figure de Marie-Thérèse Walter est toujours soumise au même traitement pictural : une peau légèrement violette et un profil très reconnaissable.

Vue de l’exposition. La Sieste, huile sur toile, Fundacion Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el arte, en dépôt au musée Picasso de Malaga. On reconnait Marie-Thérèse Walter à son profil et à la couleur de sa peau. L’érotisme des nus de Picasso passe aussi par la représentation sur un même plan du devant et du derrière du corps féminin.

C’est ce profil que François Dareau et les commissaires ont voulu voir dans une sculpture de coq, ouvrant ainsi une interprétation inédite puisque celle-ci n’est mentionnée ni attestée nulle part. Peut-être serait-ce aller trop loin dans la lecture psychologique de l’œuvre de Picasso.

Les participants à la sortie du Club Culture en pleine discussion avec François Dareau pour savoir si la sculpture Coq (bronze, 1932, Tate, Londres) dessine, oui ou non, le profil de Marie-Thérèse Walter.

Enfin, 1932. Année érotique ravira les chartistes pour la place importante qui est attribuée aux archives et qui en fait un modèle de traitement du matériel archivistique dans une exposition d’art.

Il faut tout d’abord dire que si les archives sont si nombreuses, c’est que Picasso a frénétiquement conservé tous ses papiers : des plans de projets de piscine dans son jardin aux factures d’épicerie en passant par sa correspondance. Le musée se trouve à la tête d’une masse archivistique immense, classée au fur et à mesure, à la faveur d’expositions.

Dans l’exposition, les archives sont aussi nombreuses que les œuvres et alternent régulièrement avec celles-ci dans l’accrochage. Seulement, on aurait envie de passer plus de temps à lire les lettres, à s’amuser des tickets de caisse, des places de gala de boxe auxquels Picasso a assisté car ces documents semblent chargés du pouvoir presque magique de nous transporter dans son intimité. Mais l’exposition est déjà très copieuse et le temps manquerait.

D’un point de vue beaucoup plus matériel, c’est l’accrochage même des documents d’archives qui nous permet de dire qu’elles sont particulièrement valorisées. Ces derniers ne sont pas disposés dans des présentoirs, ce qui crée des phénomènes d’attroupements comme on le voit souvent, mais encapsulés dans des plaques de verre et présentés verticalement. Les documents sont ainsi plus agréables à lire et se trouvent surtout sur le même plan muséographique que les peintures. C’est là une des originalités de l’exposition.

Picasso était abonné à « Lit-Tout », service de dépêches, et ainsi il recevait les articles, provenant du monde entier et qu’il a bien entendu conservé, dans lesquels son nom apparaissait.

Ce n’est donc pas une énième exposition consacrée à Picasso. C’est le fait de cette valorisation très appréciable des archives (si elles ont beaucoup d’intérêt, on peut toutefois regretter qu’elles alourdissent un peu l’exposition) et du choix chronologique. Ce biais très fort ouvre des perspectives nouvelles sur le travail de Picasso mais aussi sur Picasso au travail. C’est un parti-pris assumé du début à la fin, même lorsqu’il n’apporte aucune perspective particulièrement neuve. L’exposition étant conçue comme un journal de bord, elle recoupe la tradition qui veut que l’œuvre de Picasso reflète sa vie. Mode interprétatif un peu trop souvent rabâché. Mais après tout, n’est-ce pas Picasso lui-même qui a dit « L’œuvre qu’on fait est une façon de tenir son journal »1 ?

  1. L’Intransigeant, 15 juin 1932 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.