« Une expérience du chaos : Destructions spoliations et sauvetage d’archives (1789-1945) » aux Archives nationales

Les Archives nationales présentent, sur le site de Paris Hôtel de Soubise, depuis le 17 mai et jusqu’au 18 septembre 2017, une exposition consacrée aux catastrophes matérielles connues par les archives au cours des différentes bouleversements politiques intervenus depuis plus de deux siècles dans l’histoire de France.


Le parcours de l’exposition s’organise chronologiquement, chacun des cinq espaces marquant les grandes césures de l’histoire de France de l’époque contemporaine : la Révolution et l’Empire, la Révolution de 1848 et la Commune de Paris de 1871, la Première Guerre mondiale et l’entre-deux-guerre, la Seconde Guerre mondiale, l’Occupation et l’après-guerre, qui ont chacun entraîné de lourdes conséquences pour le patrimoine écrit. Cette histoire chaotique est récente au sein de l’historiographie et l’exposition offre un état de la situation et ouvre des pistes de recherches.

La Révolution marque un tournant dans cette histoire : les archives sont soumises à un changement de propriété et de lieu de conservation, suite à un tri organisé à l’échelle nationale par les révolutionnaires : cet acte porte une double connotation : il est à la fois l’occasion d’une destruction d’une importante part du patrimoine archivistique d’Ancien Régime jugé comme symbole de l’ordre déchu et parallèlement la création d’une première administration, dotée des premières mesures législatives et moyens pour la conservation des archives centralisées au niveau national pour les archives centrales et au niveau départemental pour les archives des anciennes provinces. L’empire napoléonien poursuit cette œuvre de centralisation en l’élargissant à l’échelle européenne, par la saisie et le rapatriement des archives les plus précieuses des pays conquis et occupés. Napoléon développait en effet le rêve d’un Palais des archives de l’Europe, qui n’est resté qu’à l’état d’architecture de papier, n’ayant pas été réalisé avant la chute du régime et rendu impossible avec la restitution des archives volées.

L’exposition souligne la progressive croissance des risques et des dangers encourus par les archives sur support papier, au fur et à mesure que les guerres et les révolutions populaires, creusets du chaos, deviennent de plus en plus violentes et destructrices dans leurs moyens de combats. Parallèlement le souci et les techniques de conservation s’améliorent et se perfectionnent, tirant les enseignements de chaque drames archivistiques. Après la tentative curative de reconstituer l’état civil parisien disparu dans l’incendie de l’hôtel de ville le 24 mai 1871, des mesures préventives sont mises en place dès le début de la Première Guerre mondiale visant à mettre en lieu sûr les archives conservées à Paris et dans les départements frontaliers loin du front. Ces mesures ont été efficaces et sont renouvelés en 1939-1940. Pourtant elles n’empêchent pas les destructions : l’exemple emblématique sont les archives départementales de la Manche, presque entièrement détruites le 6 juin 1944, dont un registre de notaire blessé par un éclat d’obus donne la mesure du choc des bombardements. Un hommage est rendu au directeur des archives départementales de la Manche d’après-guerre, artisan du renouveau du service, qui s’est efforcé durant toute sa carrière de reconstituer tout ce qu’il était possible de sauver de l’abîme, et à travers lui au dévouement de tous les conservateurs remplissant les missions fondamentales de conservation du patrimoine archivistique.

Les documents iconographiques, peintures, estampes, plans et photographies, exposés témoignent de l’ampleur des destructions d’archives : la force du témoignage met en évidence la fragilité des sources documentaires, quelque soit l’époque et la région du monde comme l’illustrent les panneaux accueillant les visiteurs en haut de l’escalier d’honneur : l’incendie spectaculaire des archives d’Irlande pendant la guerre civile, et très récemment la destruction par le feu des manuscrits de Tombouctou par les islamistes.

Les archives, associées aux secrets et aux grandes heures du pouvoir et de l’État, sont particulièrement exposées en temps de troubles politiques : elles symbolisent autant la domination exercé par une élite sociale, comme lors de la Révolution, que la réussite d’hégémonie politique imposée sur les autres pays, au moment de l’empire napoléonien. Les archives, parfois aussi précieuses que des reliques, sont des « trophées » recherchées selon Sophie Cœuré, historienne spécialiste de ces questions.

Les archives sont alors l’objet de vols et de spoliations : l’exemplaire original du traité de Versailles de 1919 par les autorités nazies aux premiers jours de l’Occupation est développé dans les coulisses des recherches pour démasquer le coupable au sein de l’administration française qui aurait livré le document. De même l’histoire mouvementée du fonds de Moscou est un autre exemple caractéristique : les archives policières et militaires françaises, des archives privées d’intellectuels et d’hommes politiques, dont Léon Blum, et des archives d’association, dont la Ligue des droits de l’homme, ont été saisis et emportés par les Allemands en 1940 a des fins de récupérer les informations sur ces milieux et ces personnes jugés suspects, suivis par les soviétiques en 1945 motivés par les mêmes raisons. Ces archives publiques françaises n’ont été rendues à la France qu’au cours des années 1990.

L’exposition bénéficie de pièces d’exposition tout à fait inédites et surprenantes : les restes de cartons d’archives soumis à l’épreuve du feu par les archivistes avec l’aide de sapeurs-pompiers témoignant de son caractère dévastateur, réduisant le passé en cendres ; quelques très rares documents rescapés de l’incendie de l’Hôtel de ville de Paris issus des archives de la ville ; le cycloventil installé en 1939 dans les sous-sol des Archives nationales permettant aux personnes réfugiées de recevoir de l’air purifié des gaz, exposé pour la première fois au public.


Chave (Isabelle), Potin (Yann), Cœuré (Sophie), Une expérience du chaos, Destructions, spoliations et sauvetage d’archives (1789-1945), catalogue de l’exposition, Archives nationales, Presses universitaires de Rennes, 2017, 162 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *