L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715), par Lenaïg Roumegou

Lenaïg Roumegou, élève en 4e année, présente sa thèse d’École des chartes, intitulée L’ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir, (1643-1715), réalisée sous la direction de M. Olivier Poncet, Professeur d’histoire des institutions et sources d’archives de l’époque moderne à l’Enc. Propos recueillis par Claire Daniélou. 


Qu’est-ce que l’ordre du Saint Esprit et quel est son rôle (militaire, social, politique…) ? Quels en sont les membres ?

L’ordre du Saint-Esprit est un ordre nobiliaire catholique qui a été créé par Henri III en 1578 dans le but de rassembler la noblesse autour du trône dans le contexte des guerres de Religion. Il est aussi créé parce que l’ordre de Saint-Michel, fondé par Louis XI, était galvaudé, ayant été trop largement accordé, notamment pendant la période de la Régence. Appartenir à l’ordre du Saint-Esprit flatte davantage la volonté de distinction des nobles, qui peuvent ajouter à leur titulature « chevalier des ordres du roi » (étant nécessairement membres des deux ordres — Saint-Esprit et Saint-Michel). On surnomme également les chevaliers « cordons bleus » en raison du ruban bleu soutenant la croix du Saint-Esprit qu’ils reçoivent lors de leur réception.  Sa particularité repose aussi sur le fait que le nombre de membres est limité à 100 contrairement à l’ordre de Saint-Michel qui pouvait compter quelques centaines de membres (en l’absence de suivi régulier, beaucoup en revendiquaient le titre sans l’avoir véritablement reçu).

L’ordre compte donc des chevaliers, au nombre de 87, ainsi que des commandeurs ecclésiastiques : quatre cardinaux, quatre prélats et le grand aumônier de France. Enfin, quatre grands officiers, communs aux deux ordres, en font aussi partie : le chancelier garde des sceaux, le prévôt maître des cérémonies, le grand trésorier et le greffier secrétaire. On trouve également quatre petits officiers, au service de l’ordre : un généalogiste, un héraut roi d’armes, un intendant et un huissier. 

Pour en faire partie, les nobles doivent répondre à plusieurs critères. Par exemple, les étrangers sont d’abord exclus de l’ordre au moment de sa création, avant que cette disposition ne soit modifiée par Henri IV, pour rehausser l’éclat de l’institution. Les chevaliers doivent faire preuve de quatre degrés de noblesse. La majorité des officiers en est en revanche exemptée, seuls le chancelier et le prévôt maître des cérémonies devant faire leurs preuves. Par la suite, cette particularité a permis au Roi de récompenser des grands serviteurs de la Couronne qui n’auraient pas pu être membres de l’Ordre autrement, à l’image de Colbert nommé grand trésorier en 1665.

Si appartenir à l’ordre signifie percevoir une pension (d’environ 3 000 £ par an) — qui n’est pas systématiquement versée toutefois —, la fonction de celui-ci est avant tout honorifique : cela permet en effet de porter en permanence le cordon bleu et une croix cousue sur les vêtements, comme le montre le tableau ci-dessus. Il s’agit donc d’être assimilé à un groupe fermé et prestigieux, auquel appartiennent le roi et les ducs et pairs. Cela vaut aussi pour les grands officiers, visuellement rattachés de ce fait à la plus haute noblesse.

Comment s’organise l’Ordre ?

L’ordre est régi par ses statuts. Environ 90 articles règlent les modalités d’entrée, le protocole des cérémonies, les tâches des officiers.

L’ordre a peu d’existence en dehors des cérémonies ; les chevaliers ne constituent pas un groupe soudé et solidaire. Les liens de solidarité entre ses membres, comme les mariages, tiennent en effet plus de leur rang que de leur appartenance commune à l’ordre.

C’est donc lors des cérémonies que se manifeste concrètement l’organisation de l’ordre du Saint-Esprit.

Les chapitres de l’ordre se réunissent tous les ans ; leurs délibérations sont supposées rester secrètes. Tous les membres sont invités, mais les chapitres ne parviennent pas toujours au nombre minimal de dix-huit présents. Leur rôle est notamment de désigner les nouveaux membres avec le roi. Dès Louis XIII, le roi leur présente une liste qu’ils sont seulement chargés d’avaliser ; à partir de Louis XIV, c’est le roi seul qui choisit. Cela lui vaut des critiques de la part du mémorialiste Saint-Simon, mais peu de voix s’élèvent contre cette pratique au sein même de l’ordre.

Les cérémonies se tiennent à différents moments de l’année, fixés par les statuts : au 1er janvier, pour la Chandeleur et à la Pentecôte. Henri III décide que les cérémonies doivent avoir lieu au couvent des Grands Augustins à Paris ou en la plus grande église du lieu où se trouve le roi : sous Louis XIV les cérémonies se déroulent aux Grands-Augustins, dans des églises parisiennes ou encore au château de Saint-Germain-en-Laye, avant qu’elles n’aient lieu à la chapelle du château de Versailles à partir de 1682.

Ces cérémonies se composent d’une procession suivie d’une messe. Les chevaliers doivent alors revêtir le grand manteau de l’ordre. Sous Louis XIV, les chevaliers abandonnent progressivement ce lourd manteau, seuls les novices doivent encore le porter le jour de leur réception. Au cours de ces cérémonies ont lieu les promotions de nouveaux chevaliers : Louis XIV réalise ainsi trente promotions au cours de son règne. Les deux plus importantes sont celles de 1661 et de 1688, qui correspondent à des moments clefs de son règne.

Peux-tu justement revenir sur le titre que tu as choisi : « L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715) » ?

S’il est intéressant d’étudier l’ordre du Saint-Esprit pendant le règne de Louis XIV, c’est parce qu’il se sert de l’ordre comme un instrument parmi tous les autres à sa disposition : on pense notamment aux charges, gouvernements, pensions, etc. Mais il s’agit d’un instrument du pouvoir au prestige particulier, d’où le faible nombre de promotions auquel il a recours.

Louis XIV pousse cette utilisation politique à son paroxysme : c’est ce que montre l’examen des dates des promotions les plus importantes. En 1661, Louis XIV récompense les nobles qui l’ont soutenu pendant la Fronde et promeut environ 70 chevaliers. Comme il l’explique dans la citation qui suit, il n’y avait pas eu de promotion depuis 1633, en raison de l’impossibilité de nommer des membres tant que le roi n’était pas sacré1.

J’achevai cette année, et commençai la suivante, par la promotion de huit prélats et soixante-trois chevaliers de l’Ordre du Saint-Esprit : les places n’en avaient pas été remplies depuis l’année 1633, c’est ce qui en faisait le grand nombre ; mais j’aurais souhaité de pouvoir encore élever plus de gens à cet honneur, ne trouvant pas de joie plus pure pour un prince que celle d’obliger sensiblement plusieurs personnes de qualité dont il est satisfait, sans charger pas un de ses moindres sujets.
Nulle récompense ne coûte moins à nos peuples, et nulle ne touche plus les cœurs bien faits que ces distinctions de rang, qui sont presque le premier motif de toutes les actions humaines, mais surtout des plus nobles et des plus grandes ; c’est d’ailleurs un des plus visibles effets de notre puissance, que de donner quand il nous plaît un prix infini à ce qui de soi-même n’est rien2.

Récompenser la fidélité des nobles place cette décision de Louis XIV dans la continuité des promotions des règnes précédents, tandis que la date de 1661 marque l’entrée dans le règne personnel du roi.

La promotion de 1688, alors que commence la guerre de la Ligue d’Augsbourg (1688-1697) surprend toute la cour, qui l’aurait plutôt espérée avant. Elle vient récompenser le mérite plus que la fidélité, et surtout le mérite militaire : c’est d’ailleurs une des évolutions les plus remarquables du règne de Louis XIV. Des gouverneurs de places fortes de la « ceinture de fer » de Vauban font ainsi partie de la « nuée d’officiers généraux » nommés dans l’ordre. Environ 72 chevaliers sont promus : comme en 1661, l’ordre comptait alors peu de membres, en raison du peu de renouvellement entre ces deux dates. De 1661 à 1688, le Roi promeut en effet seulement des membres de sa famille ou fait un usage diplomatique de la distinction en l’attribuant au roi de Pologne Jean III Sobieski et à des ambassadeurs. Les promotions qu’effectue Louis XIV revêtent ainsi des enjeux politiques, diplomatiques et militaires.

Louis XIV crée également l’Ordre de Saint-Louis en 1693, premier ordre récompensant uniquement le mérite militaire, pour lequel la qualité noble n’est pas nécessaire. Des nobles militaires continuent cependant à être nommé chevaliers de l’ordre du Saint-Esprit : c’est notamment le cas de tous les maréchaux de France en 1705 ; c’est aussi le cas d’officiers ayant remporté des batailles au cours de la guerre de Succession d’Espagne.

À partir de quelles sources as-tu travaillé (archives, sources littéraires, iconographie…) ?

Aux Archives nationales, les archives « propres » de l’ordre sont rares : cela est dû au décret des 12-16 juin 1792 prévoyant le triage et le brûlement des papiers des ordres de chevalerie et de noblesse déposés aux Grands-Augustins. Une partie des archives en réchappe toutefois. Les Archives nationales conservent donc surtout des documents du XVIIIe siècle et de la Restauration — après son abolition en 1791, l’ordre renaît sous la Restauration et disparaît enfin en 1830.

Je me suis donc davantage appuyée sur le « cabinet Clairambault » de la BnF (Département des manuscrits). Clairambault, généalogiste des ordres de 1698 à 1740, a tenté d’écrire une histoire de l’ordre du Saint-Esprit en rassemblant des documents de différents types : armoriaux, preuves de noblesse, comptes de l’ordre, manuscrits du greffe, des listes de pièces envoyées, de chevaliers nommés et enfin des récits des cérémonies et des décisions. Les comptes sont ainsi presque tous conservés : ils  nous renseignent sur les recettes, les dépenses de l’ordre, et donc notamment sur les colliers et les croix donnés aux membres. Les comptes montrent d’ailleurs que certains héritiers de chevaliers rechignent à rendre à l’ordre le collier de leur parent décédé ainsi que le stipulent les statuts.

J’ai aussi réalisé quelques sondages au Minutier central des notaires dans des inventaires après décès de chevaliers. Cela permet d’estimer la valeur des biens liés à l’ordre, en particulier du manteau et de la croix déjà mentionnés.

Les sources littéraires sont aussi importantes : il s’agit avant tout de mémoires des contemporains. Saint-Simon3 est bien évidemment le plus connu d’entre eux ; il est d’ailleurs nommé chevalier de l’ordre, mais sous Louis XV, et reste un observateur très critique pendant la période étudiée dans ma thèse. Le Journal de Dangeau4, qui y relate quotidiennement les événements de la Cour, est très précieux pour suivre le déroulement des cérémonies et des nominations. J’ai aussi utilisé les mémoires de Sourches5 et de Bussy-Rabutin6, qui sont tous deux plus critiques, n’ayant jamais été nommés au sein de l’ordre ; Sourches donne cependant le récit des cérémonies et une analyse des chevaliers nommés. Citons également les correspondances de Madame de la Fayette7 et de Madame de Sévigné8 : elles évoquent peu l’ordre, en dehors des cérémonies. Madame de Sévigné l’aborde un peu plus, lorsque son gendre y est nommé.

Enfin, il y a également des objets d’art, provenant du trésor de l’ordre, qui donnent à voir les objets utilisés lors de la liturgie. Ce trésor fut constitué par Henri III à partir de pièces provenant du trésor de la Couronne et d’objets fabriqués spécialement pour l’ordre. Le Musée du Louvre conserve ainsi une vingtaine d’objets ayant appartenu à l’ordre, surtout des travaux d’orfèvrerie religieuse et des reliquaires.

Masse d’arme du prévôt maître des cérémonies de l’ordre du Saint-Esprit, François II Dujardin, 1584-1585 [Musée du Louvre] – Photo (C) RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Les frères Chuzeville

Des tableaux ainsi que quelques gravures témoignent aussi de l’apparat des cérémonies de l’ordre (voir supra). On peut aussi remarquer des portraits de chevaliers qui font le choix de se faire représenter vêtus des signes distinctifs de l’ordre (manteau, cordon bleu). C’est également parfois le cas de monuments funéraires, y compris pour des officiers, à l’image de Colbert, qui y apparaît portant le manteau de chevalier — et non d’officier —, s’attirant ainsi les foudres de Saint-Simon9.

Ces critiques de Saint-Simon, très attaché aux prérogatives des chevaliers, montrent l’importance que cet ordre centenaire a pu conserver sous Louis XIV aux yeux des contemporains. Loin d’être dépassé, l’ordre reste une distinction particulièrement prestigieuse et convoitée sur laquelle le roi s’appuie pour asseoir son pouvoir et sa politique.

  1. Cf. l’image de couverture, représentant Louis XIV, au lendemain de son sacre, qui reçoit le serment de son frère Monsieur, duc d’Anjou, comme chevalier de l’ordre du Saint-Esprit le 7 juin 1654. []
  2. Louis XIV, Mémoires suivis de Manière de visiter les jardins de Versailles, textes présentés par Joël Cornette, Paris, Tallandier, 2012, p. 137. []
  3. SAINT-SIMON (Louis de Rouvroy, duc de), Mémoires du duc de Saint-Simon, édités par Arthur Michel de Boislisle, avec la collaboration de Léon Lecestre et de Jean-Michel de Boislisle, Paris, Hachette, 1879-1930, 43 vol. []
  4. DANGEAU (Philippe de Courcillon, marquis de), Journal du marquis de Dangeau, publié par Eudore Soulié, Léon Dussieux, Philippe de Chennevières, Paul Mantz, Anatole de Montaiglon, avec les Additions inédites du duc de Saint-Simon, publiées par Félix-Sébastien Feuillet de Conches, Paris, Firmin Didot frères, 1854-1860, 19 vol. []
  5. SOURCHES (Louis-François du Bouchet, marquis de), Mémoires de Sourches, édités par Jules de Cosnac et Édouard Pontal, Paris, Hachette, 1882-1884, 13 vol. []
  6. BUSSY-RABUTIN, Les mémoires de messire Roger de Rabutin comte de Bussy, lieutenant général des armées du roi, et mestre de camp général de la cavalerie légère, Amsterdam, Zacharie Chatelain, 1731. []
  7. LA FAYETTE (Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de), Mémoires de la cour de France pour les années 1688 et 1689, Amsterdam, Jean Frédéric Bernard, 1731. []
  8. SÉVIGNÉ (Marie de Rabutin-Chantal, marquise de), Correspondances, éditées par Roger Duchêne, Paris, Gallimard, 1972-1978, 3 vol. []
  9. SAINT-SIMON, Mémoires du duc de Saint-Simon, édités par Arthur Michel de Boislisle, avec la collaboration de Léon Lecestre et de Jean-Michel de Boislisle, Paris, Hachette, 1879-1930, tome XI, p. 452 []

Une réflexion au sujet de « L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715), par Lenaïg Roumegou »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *