Le parcours du Tour de France 2017 : mise en perspective historique

Adrien Barbé, élève en 4e année, prépare actuellement une thèse d’École des chartes intitulée « Regarder le Tour, voir la France : l’image de la société française dans le Tour de France des actualités filmées aux débuts de la télévision », sous la direction de M. Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains (XIXᵉ-XXIᵉ siècles) à l’ENC.


Le 18 octobre au Palais des Congrès à Paris fut présenté le parcours du Tour de France 2017, comprenant 21 étapes et deux journées de repos. Comme chaque année, ce parcours a été élaboré en tenant compte à la fois de critères sportifs, pour élaborer un terrain de jeu propice aux exploits des champions cyclistes, et extra-sportifs, dans un effort de valorisation d’éléments symboliques des régions, du patrimoine français. Il ne s’agit pas ici de décrypter les raisons qui poussent les organisateurs de la plus grande course cycliste au monde à choisir telle ou telle ville pour accueillir une étape du Tour ; on s’en doute, les critères économiques ont ici un rôle important à jouer. Mais il me semble intéressant de procéder à une mise en perspective de ce parcours qui, en filigrane, cherche à se positionner par rapport à l’Histoire de l’événement, dans la continuité ou l’innovation.

Le Tour à l’étranger

Il me semble nécessaire de débuter par l’analyse d’un point majeur qui a connu un certain écho médiatique cette année : le départ de l’étranger. Le Tour 2017 partira le 1er juillet de Düsseldorf, avant deux étapes traversant la Belgique et le Luxembourg. L’observateur avisé notera l’inadéquation entre d’une part les critiques relayées par les médias et les réseaux sociaux, et d’autre part l’histoire de la compétition. Ce départ fut pointé du doigt, jusque dans la sphère politique via un communiqué réprobateur du Front National, comme étant le symbole d’une course esclave des logiques économiques, d’un Tour qui ne serait plus le Tour de France. Ces discours, qui témoignent malheureusement d’un repli sur soi des plus actuels, font passer cette tendance pour un mal nouveau. C’est oublier que le passage à l’étranger est constitutif de l’identité du Tour dès la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Quelques exemples avec les Tour de France de l’époque dite de l’« âge d’or » : le Tour 1949, remporté par Fausto Coppi, est passé par la Belgique, la Suisse, l’Italie et l’Espagne ; le Tour 1954 qui sacra Louison Bobet s’est élancé d’Amsterdam, pour le premier départ à l’étranger de la Grande Boucle ; enfin, un grand départ d’Allemagne eut lieu dès 1965, à Cologne. Outre la logique de promotion de l’événement au-delà des frontières françaises, qui existe toujours et que l’on ne peut nier, il faut retenir que cela correspond à un moment politique. Au contraire du Tour de France du début du XXe siècle, le Tour d’après-guerre est d’abord symbole de réconciliation entre les peuples. Le passage des frontières est un moment-clé des résumés filmés du Tour de France : entre lever de barrière et union des drapeaux, toute une mise en scène permet d’insister sur le dépassement des antagonismes grâce à une course qui ignore les frontières. Bien sûr, c’est aussi l’époque de la construction européenne, qui trouve son écho dans la création Tour cycliste d’Europe occidentale en 1954. Si cet événement ne rencontre pas le succès et disparaît rapidement, c’est aussi car le Tour de France en a déjà adopté les caractéristiques, de par son ouverture aux pays limitrophes. C’est la naissance du « Tour de la plus Grande France » que le réalisateur Jacques Tati appelait de ses vœux dès 1949, dans le journal Libération.  L’historienne Sandrine Viollet mentionne un fait très peu connu : bien que jamais mentionnée, la raison sociale officielle du Tour est depuis cette époque « Tour de France et d’Europe »1 ! Le Tour de France 2017 ne fait donc que reprendre une longue tradition, d’un franchissement vu comme un acte positif, rompant avec des revendications nationalistes (déjà) désuètes. Les autres grandes courses ont d’ailleurs copié ce modèle, et les coureurs du Tour d’Espagne 2017 s’élanceront…de Nîmes.

La France plutôt que l’hexagone

Autre idée reçue, celle d’un Tour de France qui suivrait strictement les frontières de l’hexagone. Le Tour de France 2017 est à ce titre le contre-exemple parfait, suivant la tendance de ces dernières années. On a rarement vu une carte aussi biscornue : départ d’Allemagne, transfert immédiat du Jura à la Dordogne, Marseille la veille de l’arrivée à Paris… Le géographe Paul Boury a parfaitement mis en évidence cette évolution du parcours du Tour de France, après le parcours hexagonal des débuts (qui donne son nom au « Tour »), on passe dès 1952 à d’autres types de tracés : « diagonal », explorant d’autres régions et notamment le centre de la France, « débordant » à l’étranger, puis « discontinu » grâce à des longs transferts en train ou en avion, comme en 20172. Le Tour hexagonal est donc enterré depuis longtemps, en même temps que la volonté d’affirmation de frontières françaises contestées. Bien sûr, les parcours de type nouveau délaissent certaines régions, cette année un large quart Nord-Ouest de la France, mais l’organisation tente d’alterner d’année en année.

La vocation nationaliste du Tour de France a également fait de lui, dès sa création en 1903, une sorte d’application des manuels scolaires de la IIIe République, de l’Histoire de France d’Ernest Lavisse au Tour de la France par deux enfants d’Augustine Fouillée. Le Tour est un voyage au cœur des lieux communs qui unissent les Français, dans une sorte de synthèse des diversités régionales. Même si la vocation initiale a disparu, la recherche par le tracé d’une concentration des éléments d’Histoire et de patrimoine qui font la France n’a absolument pas varié. L’important n’est pas de suivre les frontières mais de relier ces « points de passages » de l’imaginaire collectif.

Les lieux symboliques de l’Histoire de France sont mis en valeur. En 2017, le symbole sera fort quand le Tour passera par Colombey-les-Deux-Églises, village de Charles de Gaulle ; le choix des organisateurs était tout aussi réfléchi en 1960, quand le peloton s’était arrêté quelques instants pour saluer le Général, venu en « simple spectateur » admirer les champions.

Le Tour de France remonte même plus loin que l’époque de « nos ancêtres les Gaulois » : après la caverne du Pont d’Arc (réplique de la grotte Chauvet) l’an passé, les coureurs se rendront à Neandertal en Allemagne, puis à proximité de la grotte de Lascaux en Dordogne. L’occasion de faire découvrir au public la nouvelle reproduction de la grotte, Lascaux IV, qui a récemment ouvert au public. Cet objectif didactique est assumé par les médias depuis de nombreuses années : lors du Tour de France 1962, le résumé du Journal Télévisé s’interrompt pour que la caméra pénètre dans la grotte préhistorique du Mas-d’Azil en Ariège, et filme « du tansad de la moto, comme si vous y étiez »3.

Les richesses des régions sont ainsi mises en valeur. Aux nombreux plans de coureurs progressant parmi les vignes, visibles dans les résumés d’actualités cinématographiques dès l’entre-deux-guerres, succéderont en 2017 les images de Nuits-Saint-Georges, connue pour le vin de Bourgogne du même nom… deux jours après que le peloton aura quitté Vittel, ville de l’eau. Les espaces de montagne enfin, à la marge du territoire français, sont au cœur de l’espace sportif du Tour de France. Les cinq grands massifs montagneux sont ainsi au programme de la prochaine Grande Boucle, offrant au spectateur un véritable cours de géographie physique tout en assurant la promotion de stations de sports d’hiver. La médiatisation du Tour, plus encore depuis l’avènement de la télévision dans les années 1960, à contribué à faire de la montagne un espace familier du public. Coïncidence ou non, l’arrivée à Peyragudes aura lieu 20 ans après la sortie de Demain ne meurt jamais, film dans lequel la station pyrénéenne servait de décor aux aventures d’un célèbre agent secret… Enfin, le Tour n’exclut pas la référence à d’autres sports, comme le prouve l’organisation d’un contre-la-montre s’achevant dans l’enceinte du stade vélodrome, temple de l’Olympique de Marseille. Cette addition hétéroclite de signes est pensée pour véhiculer une certaine image de la France, dans sa richesse et sa diversité.

Le Tour et son passé

Jusque dans le teasing du tracé, l’Histoire du Tour est omniprésente. Fut en effet organisée via Twitter une campagne semant des indices, sous la forme de photographies anciennes du Tour de France, accompagnées du slogan « Le Tour est déjà passé par là et y sera de retour en 2017 » : Salon-de-Provence, Pau, Col d’Izoard… Clin d’œil appuyé à l’Histoire de l’événement, la dernière étape du Tour de France 2017 partira même de Montgeron, petite ville de l’Essonne qui vit s’élancer les coureurs de la première édition en 1903 !

Les organisateurs souhaitent se placer en continuité avec le passé du Tour, les lieux de ses hauts faits, tout en apportant des innovations. Le col d’Izoard dans les Alpes est le théâtre des exploits de Fausto Coppi et Louison Bobet dans les années 1950 ; il était alors vu comme un lieu désertique et inquiétant, difficilement accessible et franchissable. L’innovation vient du fait que l’arrivée de la 18e étape du Tour 2017 aura lieu au sommet du géant de 2 361 m, désormais apprivoisé, prouesse que des contraintes logistiques rendaient impossible jusqu’à présent. Car le Tour de France ne peut se contenter de se reposer sur ses acquis, et cherche parallèlement à découvrir de nouveaux espaces. Le retour à l’ascension de la « Planche des Belles-Filles » dans le massif des Vosges est un exemple signifiant. Au programme pour la première fois en 2012, cette difficulté est depuis très régulièrement empruntée. Elle combine plusieurs atouts, comme la difficulté de la pente, une promotion par régional de l’étape en la personne du populaire Thibaut Pinot, et une légende qui lui est liée : durant la Guerre de Trente Ans, des jeunes filles s’y seraient suicidées en se jetant dans un lac pour échapper aux sévices de mercenaires suédois. Les organisateurs semblent décidés à en faire un nouveau lieu mythique du Tour de France.

Le tracé du Tour de France 2017 est donc plus que jamais inscrit dans une logique d’équilibre que l’on peut schématiser ainsi :

Bien sûr, ces différentes logiques sont intrinsèquement liées : une ascension par les coureurs de l’Alpe d’Huez offre une difficulté suffisante pour chambouler le classement général (dimension sportive), tout en  rappelant grandes heures de l’histoire de la Grande Boucle (symbolique) et en assurant une seconde période touristique, estivale, à la station de ski (économique). Et c’est bien la force du Tour de France, qui, avec la France pour terrain de jeu, réunit acteurs et publics les plus divers.

En reliant entre eux d’innombrables fragments de la mémoire collective, il devient lui-même un « lieu de mémoire »4, un objet patrimonial auquel les Français sont attachés. C’est peut-être pour cela que certains fustigent l’édition 2017 qui s’élance d’Allemagne : ils voudraient  garder jalousement le Tour pour eux. Mais si le Tour est si beau, pourquoi ne pas partager un peu ?

  1. Sandrine Viollet, Le Tour de France cycliste 1903-2005, Paris, L’Harmattan, 2007 []
  2. Paul Boury, La France du Tour. Le Tour de France, un espace sportif à géographie variable, Paris, l’Harmattan, 1997 []
  3. Journal Télévisé du 4 juillet 1962 []
  4. Georges Vigarello, « Le Tour de France », dans Pierre Nora (dir.),  Les Lieux de mémoire, T. III Les France, 2. Traditions, pp. 885-925 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.