Archives par mot-clé : thèses 2017

Les comptes consulaires d’Escazeaux (1359-1419)

Marie Taupiac, archiviste paléographe (prom. 2017), présente sa thèse d’Ecole des chartes intitulée Administrer la communauté villageoise en Lomagne à la fin du Moyen Âge. Étude des comptes d’Escazeaux consulaires (1359-1419), réalisée sous la direction de M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’école, et Olivier Mattéoni, professeur d’histoire du Moyen-Âge à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Propos recueillis par Léo Davy.


Peux-tu nous présenter ton sujet de recherche ?
J’ai travaillé sur les comptes consulaires d’Escazeaux, un petit village situé en Lomagne (Tarn-et-Garonne), qui représentent une série continue de 1359 à 1419, ce qui m’a permis d’étudier l’évolution de la communauté rurale à travers la comptabilité. L’étude des comptabilités a pris de l’essor au sein de l’historiographie, mais les études se sont d’abord portées sur les villes qui ont mieux conservé leur archives. Les villages sont moins nombreux à avoir ce genre d’archives. La période est également particulièrement intéressante car elle est située pendant la guerre de Cent Ans. Au début de la période il y avait 129 feux et environ 60 feux à la fin, cela peut s’expliquer par les effets de la guerre qui pousse les habitants à fuir. Les villages alentours ont aussi été touchés par ce phénomène.
On voit tout d’abord les fortifications se construire : il y a eu beaucoup de dépenses engagées pour les construire, et c’est d’abord pour cette raison que des comptes ont été tenus à jour.

Continuer la lecture de Les comptes consulaires d’Escazeaux (1359-1419)

Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle

Entretien avec Romain Benoit (archiviste paléographe, prom. 2017, agrégé d’histoire), qui a soutenu en juin dernier sa thèse d’École des chartes intitulée « “L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon”.  Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle ». Propos recueillis par Claire Daniélou.

Qu’est-ce que le Tribunal des maréchaux ? Quel est son ressort (géographique) et de quels types d’affaires judiciaires se charge-t-il ?
Le Tribunal des maréchaux de France a été créé par Henri IV au tout début du XVIIe siècle afin d’empêcher les duels entre nobles. Les duels faisaient alors de nombreuses victimes et les édits et ordonnances royaux n’arrivaient pas à juguler cette violence. L’idée d’une telle juridiction, qui s’est construite progressivement tout au long de la première moitié du XVIIe siècle, est très originale. Alors que la justice royale, sous la houlette des parlements, avait le devoir de condamner sévèrement les duels, le Tribunal des maréchaux devait les prévenir. Il était censé résoudre, avant qu’ils n’entraînent un affrontement armé, les querelles nées d’insultes ou d’affronts, les conflits de préséance, ceux de fiefs… bref, tous les litiges privés où l’honneur était enjeu.
Le ressort du tribunal s’étendait sur tout le royaume de France. La juridiction d’exception des maréchaux avait pour justiciables les nobles et les militaires, tous les sujets « faisant profession des armes » disent certains édits.

Continuer la lecture de Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle

Publication des positions des thèses 2017

L’École nationale des chartes publie les Positions des thèses 2017 soutenues par les élèves de la promotion 2017 pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe. L’ouvrage sera disponible à partir du 28 août 2017.

Les Positions des thèses soutenues par les élèves pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe sont publiées annuellement par l’École nationale des chartes depuis 1849.

Elles regroupent des résumés longs des thèses soutenues lors de l’année en cours, dont vous pouvez consultez la liste ici.

« Aux plumes d’or » : les maîtres écrivains au XVIIe siècle

Célia Cabane, archiviste paléographe (prom. 2017), présente sa thèse d’École des chartes, intitulée « Aux plumes d’or ». Les maîtres  écrivains à Paris, calligraphes au XVIIe siècle, réalisée sous la direction de MM. Marc Smith, professeur de paléographie à l’Enc et directeur d’études à l’EPHE, et Reynald Abad, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne.

Propos recueillis par Nola N’Diaye.


Comment es-tu arrivée à ce sujet de thèse ?

Je suis arrivée à l’École des chartes avec l’envie de faire une thèse d’histoire symbolique, autour d’un arbre éventuellement. Et en première année, au fil des cours, j’ai commencé à m’intéresser à tout et surtout à beaucoup trop de thématiques. J’avais dressé une liste de sujets de thèse potentiels qui en contenait plus d’une vingtaine. Les cours de paléographie en particulier ont trouvé écho avec ma fascination pour les formes de l’écriture et je suis simplement allée demander à M. Marc Smith, professeur de paléographie, s’il avait un sujet de thèse à me proposer. Il travaillait et travaille toujours sur les manuels de maîtres écrivains français, dont il prépare une bibliographie regroupant tous les exemplaires conservés. Il avait donc plusieurs sujets de recherche à me proposer sur les maîtres écrivains et j’ai choisi de me consacrer à une étude prosopographique sur le XVIIe siècle.

Continuer la lecture de « Aux plumes d’or » : les maîtres écrivains au XVIIe siècle

L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715)

Lenaïg Roumegou, élève en 4e année, présente sa thèse d’École des chartes, intitulée L’ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir, (1643-1715), réalisée sous la direction de M. Olivier Poncet, Professeur d’histoire des institutions et sources d’archives de l’époque moderne à l’Énc. Propos recueillis par Claire Daniélou. 


Qu’est-ce que l’ordre du Saint Esprit et quel est son rôle (militaire, social, politique…) ? Quels en sont les membres ?

L’ordre du Saint-Esprit est un ordre nobiliaire catholique qui a été créé par Henri III en 1578 dans le but de rassembler la noblesse autour du trône dans le contexte des guerres de Religion. Il est aussi créé parce que l’ordre de Saint-Michel, fondé par Louis XI, était galvaudé, ayant été trop largement accordé, notamment pendant la période de la Régence. Appartenir à l’ordre du Saint-Esprit flatte davantage la volonté de distinction des nobles, qui peuvent ajouter à leur titulature « chevalier des ordres du roi » (étant nécessairement membres des deux ordres — Saint-Esprit et Saint-Michel). On surnomme également les chevaliers « cordons bleus » en raison du ruban bleu soutenant la croix du Saint-Esprit qu’ils reçoivent lors de leur réception.  Sa particularité repose aussi sur le fait que le nombre de membres est limité à 100 contrairement à l’ordre de Saint-Michel qui pouvait compter quelques centaines de membres (en l’absence de suivi régulier, beaucoup en revendiquaient le titre sans l’avoir véritablement reçu).

Continuer la lecture de L’Ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715)