Archives par mot-clé : Stage

De l’armoire au compactus : 
le patrimoine vestimentaire à l’épreuve du temps au Palais Galliera, par Joséphine Grimm

Joséphine Grimm est élève archiviste paléographe de troisième année. Elle a effectué au début de l’année 2017 un stage de quatre mois au Palais Galliera – musée de la mode de la ville de Paris. 


Pensez-vous que votre garde-robe pourrait être exposée ? Que votre jean favori ou que votre T-shirt mériterait d’être conservé aussi soigneusement qu’un bijou de famille  ? Il est probable que non aujourd’hui mais dans deux cents ans, ce sera peut-être le rôle du Palais Galliera que de prouver à vos descendants le contraire.

Au début de cette année, j’ai eu la chance de pouvoir effectuer un long stage au Musée de la Mode de la Ville de Paris, plus connu sous le nom de la duchesse qui céda jadis à la ville de Paris son hôtel particulier de la butte Chaillot. Sur bien des aspects, le Palais Galliera est un musée singulier. Contrairement à la quasi-totalité de ses semblables, il ne dispose pas d’une galerie d’exposition permanente, ses œuvres étant bien trop fragiles pour être exposées durablement. En conséquence, c’est par le biais de prêts à d’autres institutions et d’expositions temporaires organisées dans ses murs – ou dans ceux des autres, comme l’a montré l’exposition «  Balenciaga, L’Œuvre au Noir  » au Musée Bourdelle – qu’il peut faire connaître ses collections. Quant aux prêts, ils se font au profit d’établissements aussi bien parisiens que de France ou du Monde. Il peut s’agir d’une petite contribution, quelques éventails et porte-bouquets pour l’exposition «  Le pouvoir des fleurs, Pierre-Joseph Redouté  » au Musée de la Vie Romantique, mais il arrive que les œuvres qui quittent les réserves du Palais se comptent par dizaines. L’exposition «  Volez, Voguez, Voyagez – Louis Vuitton  », qui s’est tenue d’abord au Grand Palais, puis à Tokyo et à Séoul, a nécessité beaucoup de préparation et d’investissement de la part des équipes de Galliera qui ont dû envoyer soigneusement près d’une centaine de pièces.

Continuer la lecture de De l’armoire au compactus : 
le patrimoine vestimentaire à l’épreuve du temps au Palais Galliera, par Joséphine Grimm

La vie d’un service d’archives : immersion au sein des archives départementales de la Côte-d’Or

De retour d’un stage de quatre mois aux Archives départementales de la Côte d’Or, Léo Davy, élève de 2e année, présente le service qu’il a découvert, les missions variées qui lui ont été données, et quelques documents emblématiques.

Les archives départementales de la Côte-d’Or conservent près de 30 km linéaires de documents, couvrant une période ininterrompue de 836, date du document le plus ancien, un diplôme de Louis le Pieux1, à nos jours. Elles ont pour siège l’hôtel particulier construit par le chancelier du duc de Bourgogne Philippe le Bon, Nicolas Rolin, situé au cœur du centre ville historique, qui a été racheté par la ville de Dijon à ses héritiers en 1500 pour en faire l’hôtel de ville. En 1832, le conseil départemental le rachète pour y installer les archives qui ne l’ont plus quitté. La salle de lecture est décorée d’une cheminée et de boiseries réalisées dans les années 1680, et a servi de chambre du Conseil pour les édiles et de salle de concert pour Mozart , invité en 1766 par le prince de Condé sur le chemin du retour de sa tournée européenne. Les magasins d’archives occupent les ailes construites en 1707-1714, celle de 1758 conçue par l’architecte Gabriel, et une autre aile construite dans les années 19502. Une annexe pour les archives contemporaines a été aménagée dans des entrepôts à quelques kilomètres du centre-ville. Continuer la lecture de La vie d’un service d’archives : immersion au sein des archives départementales de la Côte-d’Or

  1. 1 H 11, n°1 []
  2. Joyaux d’archives, jalons d’histoire. Les Archives départementales de la Côte-d’Or à l’aube du troisième millénaire : onze siècles d’histoire, Éditions de l’Armançon, 2001, p 10-34. []

La station radioastronomique de Nançay

Au cours de son stage de quatre mois à la Conservation Régionale des Monuments Historiques du Centre-Val-de-Loire, Julie Glodt, élève de 2e année, a découvert à Nançay un site exceptionnel, tant par son caractère scientifique que par le processus de patrimonialisation qu’il a connu. Un travail mené conjointement par le service départemental de l’Inventaire et par les Monuments Historiques a permis de protéger et de restaurer le site, afin d’en faire profiter le public.

Situé aux confins de la Sologne, le site de Nançay1 est un vaste terrain de recherche scientifique de l’Observatoire de Paris et de l’ENS, dédié à l’observation des ondes extra-terrestres. Dans la station de radioastronomie, s’épanouissent aussi bien les lichens que les antennes aux formes diverses : de la classique parabole, au réseau de spirales pointées vers le ciel, sans oublier le grand radiotélescope. Désert technologique et monumental, choisi paradoxalement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour devenir une des stations pionnières en France, le site pose aujourd’hui la difficile question de la patrimonialisation d’instruments désaffectés, dont la valeur première est pourtant celle de leur usage scientifique. Continuer la lecture de La station radioastronomique de Nançay

  1. Nançay, Cher, cant. Aubigny-sur-Nère. []

Décrire l’art numérique, un enjeu pour sa postérité

Nola N’Diaye, diplômée du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » (promotion 2016), a réalisé son stage de fin d’études au département Audiovisuel de la BnF, au sein du labex Arts H2H. Elle revient ici sur les enjeux des missions qui lui ont été confiées et qui ont fait l’objet d’un mémoire intitulé Décrire pour préserver. Construction et déclinaison d’un modèle de données pour l’art numérique. Propos recueillis par Alice Laforêt.


Avant toute chose, peux-tu revenir sur la notion d’art numérique, et sur la place de l’art numérique dans les collections de la BnF ?

On commence à parler d’art numérique dès les années 1940-1950. Les expérimentations les plus anciennes dans ce domaine datent en effet de la création des premiers programmes informatiques. La définition même de cet art a rapidement constitué un sujet de débat, puisque de nombreux domaines lui ont été assimilés, comme l’art vidéo (certaines œuvres de Bill Viola par exemple). Plusieurs termes (art « numérique », art « médiatique ») se font concurrence, et l’identité de ce champ de la création artistique ne va pas de soi ! Une définition admise de l’art numérique est celle d’un art issu de la programmation, une forme de création à laquelle on aboutit par un traitement automatisé de l’information1. Cela exclut notamment l’art vidéo.

Figure 1 : Computer Composition with Lines, Michael Noll (1964)

Partant de cette définition, le projet au sein duquel s’inscrivait mon stage prenait en compte trois corpus différents d’œuvres d’art numérique :
– Tout d’abord, un corpus de CD-ROM, créé par le dépôt légal. Ce corpus avait déjà été analysé lors de la première année du projet. Son contenu était extrêmement divers, puisqu’on y trouve tant des CD-ROM récapitulant des expositions que des photos, des vidéos avec des artistes ou des programmes interactifs.
– Le deuxième corpus est un ensemble d’œuvres issues d’artistes du Living Arts ayant été produits par le Cube2. Il s’agit d’œuvres davantage interactives, qui datent des années 2000 et 2010.
– Enfin, le troisième corpus regroupe des œuvres issues du laboratoire INREV du département Art et technologies de l’image de Paris 8. Continuer la lecture de Décrire l’art numérique, un enjeu pour sa postérité

  1. Cette définition a notamment été théorisée par Edmond Couchot dans COUCHOT (Edmond), HILLAIRE (Norbert), L’art numérique : Comment la technologie vient au monde de l’art, Paris, Flammarion, 2003 (Champs Art) []
  2. Le Cube est un centre de création numérique, pionnier dans le domaine du « living art » []

L’uniformisation et la pérennité des données dans les bibliothèques numériques : le cas du logiciel libre Omeka à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne

Dans le cadre de son stage de fin d’études à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, au sein des Départements des Manuscrits et Livres Anciens de la bibliothèque et en collaboration étroite avec le Service Informatique et Systèmes d’Information, Mylène Ravereau, diplômée du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » (prom. 2016) a créé la future bibliothèque numérique de l’institution. Elle s’est notamment concentrée sur la mise à disposition des documents numériques pour les lecteurs et la mise en place un système de préservation pour les données numériques créées.

Elle revient pour Chroniques chartistes sur le projet qu’elle a mené et les difficultés qu’elle a pu rencontrer. Propos recueillis par Nola N’Diaye.


Peux-tu dans un premier temps nous présenter le projet de départ, le contexte dans lequel tu es arrivée?

La BIS a commencé la numérisation d’œuvres dès 2000. Cette pratique était principalement envisagée comme la suite logique du microfilmage. Le but était à la fois de moderniser le service de reproduction offert aux lecteurs et de poursuivre une politique de sauvegarde des collections, fondée sur la création de supports de substitution pour ne plus communiquer les œuvres trop fragiles ou rares.

La politique de numérisation a pris un tour nouveau à partir de 2007 avec l’acquisition d’une caméra couleur et la naissance d’un projet de valorisation relatif aux sources de l’histoire de l’Université de Paris. Cependant, il manquait à la bibliothèque un outil pour diffuser les données produites dans ce cadre et ce manque est devenu plus aigu après la réouverture de la BIS dans ses locaux historiques en 20131. Plusieurs solutions pour la mise en ligne des fichiers ont alors été envisagées, et c’est finalement le logiciel de gestion de bibliothèque numérique Omeka qui a été choisi au début de l’année 2016.
Continuer la lecture de L’uniformisation et la pérennité des données dans les bibliothèques numériques : le cas du logiciel libre Omeka à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne

  1. Des travaux de rénovations de la Bibliothèque de la Sorbonne ont eu lieu de septembre 2010 à novembre 2013. Sur ce sujet, voir l’article de Pascale ISSARTEL, « La bibliothèque de la Sorbonne ». Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2013, n° 3, p. 69-76. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2013-03-0069-011>. ISSN 1292-8399. []