Archives par mot-clé : Prosopographie

Etude d’une population restreinte, à partir des biographies des membres qui la composent ; analyse sociologique et statistique des membres d’une institution, d’un corps, d’une communauté

« Aux plumes d’or » : les maîtres écrivains au XVIIe siècle

Célia Cabane, archiviste paléographe (prom. 2017), présente sa thèse d’École des chartes, intitulée « Aux plumes d’or ». Les maîtres  écrivains à Paris, calligraphes au XVIIe siècle, réalisée sous la direction de MM. Marc Smith, professeur de paléographie à l’Enc et directeur d’études à l’EPHE, et Reynald Abad, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne.

Propos recueillis par Nola N’Diaye.


Comment es-tu arrivée à ce sujet de thèse ?

Je suis arrivée à l’École des chartes avec l’envie de faire une thèse d’histoire symbolique, autour d’un arbre éventuellement. Et en première année, au fil des cours, j’ai commencé à m’intéresser à tout et surtout à beaucoup trop de thématiques. J’avais dressé une liste de sujets de thèse potentiels qui en contenait plus d’une vingtaine. Les cours de paléographie en particulier ont trouvé écho avec ma fascination pour les formes de l’écriture et je suis simplement allée demander à M. Marc Smith, professeur de paléographie, s’il avait un sujet de thèse à me proposer. Il travaillait et travaille toujours sur les manuels de maîtres écrivains français, dont il prépare une bibliographie regroupant tous les exemplaires conservés. Il avait donc plusieurs sujets de recherche à me proposer sur les maîtres écrivains et j’ai choisi de me consacrer à une étude prosopographique sur le XVIIe siècle.

Continuer la lecture de « Aux plumes d’or » : les maîtres écrivains au XVIIe siècle

À propos du « Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne » (dir. Erick Noël)

Présentation par Julie Duprat, élève archiviste paléographe en quatrième année,  dont la thèse d’École est intitulée « Présences noires à Bordeaux : passage et intégration des gens de couleur à la fin du XVIIIe siècle », contributrice du volume.


Le dernier tome du Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne vient de paraître aux éditions Droz. Après un premier volume consacré à Paris et son bassin1 et un deuxième dédié à Nantes et à la Bretagne2, cet ultime volume s’attaque à un espace géographie souvent délaissé dans l’étude des populations noires en France, le Midi (cette dénomination rassemble une vaste zone géographique, allant de Bordeaux à Marseille). Ce dictionnaire, édité sous la direction d’Erick Noël3, enseignant-chercheur à l’Université des Antilles-Guyane, a nécessité le concours de plusieurs chercheurs : ce dernier volume bénéficie ainsi de l’apport de 18 contributeurs.

Continuer la lecture de À propos du « Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne » (dir. Erick Noël)

  1. Noël, Erick (dir.), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne (fin XVe s. – 1792), vol. I — Paris et son bassin, Genève, Droz, 2011, 578 p. []
  2. Noël, Erick (dir.), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, vol. II — La Bretagne, Entrée par année, début XVIe siècle-1792, Genève, Droz, 2013, 964 p. []
  3. Et auteur, notamment, d’Être Noir en France au XVIIIe siècle, Paris, Tallandier, 2006, 320 p. []

Bière ou « vin de grain » ? La communauté des brasseurs parisiens au XVIIIe siècle, par Marion Humbert

Marion Humbert, archiviste-paléographe de quatrième année et conservatrice stagiaire à l’INP en section archives nous présente aujourd’hui sa thèse intitulée Bière ou « vin de grain » ? La communauté des brasseurs parisiens au XVIIIe siècle. Propos recueillis par Alice Laforêt.

Avant toute chose, une question très simple : comment en vient-on à travailler sur l’histoire de la bière et des brasseurs ?

Le choix de ce sujet de thèse s’est fait complètement par hasard ! Je souhaitais travailler sur le XVIIIe siècle, éventuellement sur le jansénisme. J’en ai donc parlé à Nicolas Lyon-Caen, l’un des spécialistes du jansénisme au XVIIIe siècle, qui m’a signalé que la communauté des brasseurs parisiens au XVIIIe siècle était encore un domaine inexploré… Par ailleurs, ce sujet s’inscrit dans une historiographie en plein renouveau. L’étude des communautés de métiers à l’époque moderne a fait peau neuve, depuis les travaux de Steven Kaplan. Les boulangers, les bijoutiers, les chapeliers ou les marchands de vin ont déjà fait l’objet de recherches.1 Multiplier les études monographiques sur diverses communautés permettra sans doute de faire un jour une grande synthèse sur le sujet !

Continuer la lecture de Bière ou « vin de grain » ? La communauté des brasseurs parisiens au XVIIIe siècle, par Marion Humbert

  1. Citons notamment Kaplan (Steven), Le meilleur pain du monde : les boulangers de Paris au XVIII e siècle, Paris, Fayard, 1996 ; Gaumy (Tiphaine), Le chapeau à Paris. Couvre-chefs, économie et société, des guerres de religion au Grand Siècle, Thèse de doctorat en histoire, sous la direction d’Olivier Poncet, Paris, École nationale des chartes, 2015 ; Surun (Michel), Marchands de vin en gros à Paris au xviiie siècle, Paris, l’Harmattan, 2007. []

Les minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle

Pour le début de ces Carnets de recherche chartistes, Julie Duprat (élève en fin de deuxième année) a accepté de répondre à quelques questions et de nous présenter sa thèse sur les Minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle (1763-1792). Direction l’Aquitaine et les Antilles à la fin de l’époque moderne pour cette étude prosopographique. Propos recueillis par Claire Daniélou.

Pour commencer, Julie, peux-tu nous expliquer à quoi correspondent les dates qui bornent ton sujet ?

Mon étude commence en 1763, c’est-à-dire au moment de la signature du Traité de Paris à l’issue de la Guerre de Sept Ans. Les Antilles à l’époque avaient un statut assez flou : il s’agissait de colonies espagnoles mais depuis environ 150 ans il y avait une prédominance française sur la région. Le Traité de Paris vient confirmer que les Français règnent véritablement sur les îles à sucre. Cela concerne des îles comme l’actuel Haïti, La Martinique, Sainte-Lucie… Quant à 1792, c’est l’année où un décret du 28 mars 1792 de l’Assemblée nationale établit l’égalité entre les blancs et « les hommes de couleur & nègres libres », avant que l’esclavage soit aboli en pleine révolution1 et que Napoléon ne le remette en place.

Cette période correspond à un essor des plantations sucrières et de l’esclavage.

Continuer la lecture de Les minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle

  1. Par un décret de la Convention du 16 pluviôse an II (4 février 1794) []