Archives par mot-clé : Moyen Âge

Une confrérie d’excommuniés ? L’église et hôpital Saint-Julien-des-ménétriers à Paris (1331-1520)

« Habent spem joculatores ? — Nulla ». Par cette formule lapidaire, Honorius d’Autun affirme l’impossibilité pour les saltimbanques de faire leur salut et témoigne de l’ampleur du rejet de ceux-ci par toute une frange de la société du XIIe siècle1. S’ils sont généralement bien acceptés dans les milieux laïcs, ceux qui divertissent le public par leur musique, leurs danses ou leurs acrobaties et qu’on nomme généralement jongleurs ou ménestrels, sont fermement condamnés par les clercs. Ils ne peuvent ni témoigner ni accuser en justice et sont privés de l’accès aux sacrements, notamment l’eucharistie ; enfin, des canons de conciles rappellent régulièrement l’interdiction pour le public de donner de l’argent à ces « ministres de Satan », ce qui indique par ailleurs que cette disposition n’est guère respectée et que le rejet est loin d’être généralisé.

Malgré la rigueur du discours clérical et le refus de l’Église d’accepter les jongleurs et les ménestrels dans la Societas Christiana, des confréries religieuses réunissant spécifiquement ces individus voient le jour à partir du XIVe siècle. Elles complètent des corporations, fondées à la même époque, et donnent ainsi une tournure religieuse à un phénomène professionnel qui constitue les jongleurs et les ménestrels en corps social. Cela n’est pas le moindre des paradoxes qu’un groupe social d’anciens excommuniés puisse se constituer en communauté religieuse autour de l’identité professionnelle-même qui justifiait leur rejet. C’est que la condamnation et l’exclusion ne sont pas monolithiques et surtout qu’elles ont été largement pondérées au cours des XIIe et XIIIe siècles, par des théologiens comme Rufin, Pierre le Chantre ou Thomas d’Aquin2. Avec le développement d’une casuistique du péché, le discours clérical s’assouplit, et cherche à distinguer de bons et de mauvais jongleurs. Ce sont notamment ceux qui se consacrent à dire des chansons de gestes, à chanter et à jouer de la musique qui sont reconnus et peuvent avoir une chance de sauver leur âme. À cela s’ajoute une légitimation des aumônes qui leur sont faites. Ce mouvement s’insère dans le cadre plus large d’un élargissement du panel des activités licites et d’un discours plus bienveillant à l’égard des métiers3. Continuer la lecture de Une confrérie d’excommuniés ? L’église et hôpital Saint-Julien-des-ménétriers à Paris (1331-1520)

  1. Honorius Augustodunensis, Elucidarium, II, 18, dans Patrologia Latina, t. 172, c. 1148. []
  2. Carla Casagrande et Silvana Vecchio, « Clercs et jongleurs dans la société médiévale (XIIe et XIIIe siècles) », Annnales. Economies, Sociétés, Civilisations, 1979, 34ème année, no 5, p. 913‑928. []
  3. Jacques Le Goff, « Métiers licites et illicites dans l’Occident médiéval » dans Pour un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1978, p. 89‑103. []

Neuf mois aux côtés d’un ménestrel: l’interrogatoire de Robert Wourdreton (1385)


Élève archiviste-paléographe de 3e année, Pierre Pocard prépare une thèse d’École intitulée : Faire corps et s’intégrer, les communautés professionnelles de ménestrels à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle), sous la direction de Martine Clouzot (Université de Bourgogne) et Olivier Guyotjeannin (Ecole des chartes).


Si elle a été étudiée pour son apport à l’histoire politique et à l’histoire du crime1, l’affaire Wourdreton n’a pour ainsi dire pas suscité de commentaire de la part de ceux qui se sont penchés sur l’histoire des jongleurs et des ménestrels. Cette sombre affaire politico-judiciaire qui sert a posteriori de justification à la confiscation des terres françaises de Charles le Mauvais auprès du public2 met pourtant au premier plan le valet d’un joueur de harpe, Robert Wourdreton, suspecté en 1385 d’avoir tenté d’empoisonner le roi et ses oncles à la demande du roi de Navarre. Les sources sont assez abondantes mais présentent de grandes divergences : le Religieux de Saint Denis raconte en effet l’affaire, avec le lot de déformations inhérent à une écriture de l’histoire au service du pouvoir, et l’on dispose également de l’interrogatoire de Robert Wourdreton3, selon une procédure extraordinaire. Ce dernier donne un récit circonstancié et une description unique de l’exercice du métier de ménestrel à la fin du XIVe siècle, moment clé dans le processus de professionnalisation des musiciens, qui se spécialisent dans la pratique instrumentale et se constituent en corporations.

Continuer la lecture de Neuf mois aux côtés d’un ménestrel: l’interrogatoire de Robert Wourdreton (1385)

  1. COLLARD (Franck), « le récit d’un crime et ses métamorphoses, l’affaire Wourdreton/Delstein, 1385 », in Un Moyen Âge pour aujourd’hui, mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris : PUF, 2010, p 415-423 []
  2. CHARON (Philippe), Princes et principautés au Moyen Âge, l’exemple de la principauté d’Evreux, Paris : École des chartes, 2014, p. 707-709. Je tiens à remercier l’auteur de  m’avoir indiqué que cette affaire pourrait m’intéresser dans mes recherches sur les jongleurs à la fin du Moyen Âge []
  3. Arch. Nat. J 619 n°11 []

« Les Temps Mérovingiens », au Musée du Moyen Âge de Cluny

Le 13 février 2017 prend fin l’exposition Les Temps Mérovingiens organisée au Musée du monde médiéval, à Cluny, avec le concours de la BnF. Ouverte le 26 octobre 2016, celle-ci prend la forme d’un parcours circulaire et chronologique, et a l’ambition de faire changer notre regard sur cette époque grâce aux cent-cinquante pièces exposées.

Loin d’une époque de chaos et de barbarie qui aurait pris place à la chute de l’Empire romain d’Occident, le visiteur découvre plutôt une continuité, une évolution, qui se déroule entre la lente fragmentation de l’Europe occidentale en divers royaumes encore imprégnés de la culture romaine et l’avènement de Pépin le Bref en 751. Le panneau d’accueil l’affirme d’ailleurs : il n’y a pas de césure nette entre l’Antiquité et le Moyen Âge, et les Temps Mérovingiens sont, dans l’espace de la Gaule, un moment de transition entre deux empires, romain et carolingien. Continuer la lecture de « Les Temps Mérovingiens », au Musée du Moyen Âge de Cluny

À l’entrée du Soleil en Bélier. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle, par Alexandre Tur

Rencontre avec Alexandre Tur (prom. 2014), actuellement conservateur au département des manuscrits de la BnF et responsable de la base d’enluminures Mandragore, autour de sa thèse intitulée « À l’entrée du Soleil en Bélier. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle (1405-1484) » (sous la dir. de Jean-Patrice Boudet et Olivier Guyotjeannin). Propos recueillis par Ewen Thual.

« À l’entrée du soleil en Bélier ». Pourrais-tu nous en dire plus sur ce titre ?

Cette formule désigne en astrologie le moment de l’équinoxe de printemps. L’année est rythmée par la course (apparente) du soleil sur l’écliptique, divisée en douze signes astrologiques égaux, le soleil mettant à peu près un mois pour parcourir un signe. Le Bélier est le premier de ces signes : « l’entrée du soleil en Bélier », c’est le moment qu’on regarde pour voir comment va se dérouler l’année à venir, la base d’une prédiction astrologique annuelle.

Comment en es-tu venu à l’astrologie ? Ce thème est-il à la mode chez les médiévistes ?

L’astrologie m’intéressait et je souhaitais travailler sur la période médiévale. La combinaison des deux me permettait d’allier les compétences techniques acquises à l’École des chartes (paléographie, codicologie, édition de texte et latin médiéval en premier lieu) et les enseignements tirés du séminaire « Sciences et magie » de l’Université d’Orléans que j’ai suivi dans le cadre de mon master 2. Dans les pratiques scientifiques et magiques médiévales, l’astrologie tient une petite place, tout comme les prédictions annuelles, mais dans l’ensemble j’ai pu mettre à profit certaines réflexions développées dans ce contexte pour un travail de recherche.

La question est aujourd’hui d’actualité et intéresse beaucoup, mais les recherches qui étaient engagées autour des prédictions annuelles ont souvent du mal à prendre en compte les manuscrits.

Continuer la lecture de À l’entrée du Soleil en Bélier. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle, par Alexandre Tur

« Accompagnés à jouer ensemble », contrats d’association de ménestrels et histoire du travail à la fin du Moyen Âge

Dans un article de 1977, Jacques Le Goff1 soulignait que, malgré le vaste mouvement d’intégration et de légitimation des professions réprouvées qui a lieu aux XIIe et XIIIe siècles, deux activités demeuraient exclues de la société chrétienne : la prostitution et la jonglerie –que l’on entend ici, par commodité, comme pratique professionnelle de l’art du divertissement2 . Si les études menées depuis sur la prostitution3 ont permis de nuancer l’exclusion des prostituées, en insistant sur la pluralité des discours normatifs à leur égard, l’histoire sociale des jongleurs est encore marquée par les travaux d’Edmond Faral4 , teintés de jugements moraux et d’a priori qui le poussent à établir une distinction et une hiérarchie strictes entre jongleur et ménestrel, dont la pertinence a été largement remise en question, par exemple dans les textes littéraires étudiés par Silvère Ménégaldo5 . Or, les jongleurs sont bien mieux tolérés dans la société médiévale qu’un regard exclusivement porté sur les normes religieuses le donnerait à penser. La création d’une corporation à Paris en 1321, baptisée « communauté des jongleurs et ménétriers », en est l’attestation la plus frappante. Cela revient à reconnaître officiellement l’activité des jongleurs comme un métier, que les statuts qualifient de « science de ménestrandise ». Continuer la lecture de « Accompagnés à jouer ensemble », contrats d’association de ménestrels et histoire du travail à la fin du Moyen Âge

  1. LE GOFF (Jacques), « métiers licites et illicites dans l’Occident médiéval », in Pour un autre Moyen Âge, Paris : Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires, 1978. []
  2. La question de la professionnalisation pour les jongleurs pose problème et mériterait d’être discutée comme un sujet en soi. []
  3. Voir notamment la synthèse de ROSSIAUD (Jacques), Amours vénales, la prostitution en Occident, XIIe-XVIe siècle, Paris : Aubier, 2010. []
  4. FARAL (Edmond), Les jongleurs en France au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1910. []
  5. MENEGALDO (Silvère), Le jongleur dans la littérature narrative des XIIe et XIIIe siècles : du masque au personnage, Paris : Honoré Champion, coll. Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge, 2005. []