Archives par mot-clé : Monuments historiques

La station radioastronomique de Nançay

Au cours de son stage de quatre mois à la Conservation Régionale des Monuments Historiques du Centre-Val-de-Loire, Julie Glodt, élève de 2e année, a découvert à Nançay un site exceptionnel, tant par son caractère scientifique que par le processus de patrimonialisation qu’il a connu. Un travail mené conjointement par le service départemental de l’Inventaire et par les Monuments Historiques a permis de protéger et de restaurer le site, afin d’en faire profiter le public.

Situé aux confins de la Sologne, le site de Nançay1 est un vaste terrain de recherche scientifique de l’Observatoire de Paris et de l’ENS, dédié à l’observation des ondes extra-terrestres. Dans la station de radioastronomie, s’épanouissent aussi bien les lichens que les antennes aux formes diverses : de la classique parabole, au réseau de spirales pointées vers le ciel, sans oublier le grand radiotélescope. Désert technologique et monumental, choisi paradoxalement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour devenir une des stations pionnières en France, le site pose aujourd’hui la difficile question de la patrimonialisation d’instruments désaffectés, dont la valeur première est pourtant celle de leur usage scientifique. Continuer la lecture de La station radioastronomique de Nançay

  1. Nançay, Cher, cant. Aubigny-sur-Nère. []

La Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine

Au terme de cette année scolaire, les élèves de deuxième année de l’école des Chartes ont eu, dans le cadre d’un stage de quatre mois, l’occasion de découvrir des institutions patrimoniales, parfois injustement méconnues.

L’un d’entre eux a eu l’occasion de séjourner à la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (MAP), située à Charenton-le-Pont et au fort de Saint-Cyr, près de Saint-Quentin en Yvelines.

Comme son nom ne l’indique pas, la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine n’est ni une médiathèque, ni un centre d’archives à proprement parler, et encore moins une institution entièrement consacrée à ce pour quoi elle a été créée à l’origine, et en faveur de quoi on l’a nommée.

Quel peut être le point commun entre les premiers rapports d’inspection des Monuments historiques par Mérimée, les plans de Carcassonne ou de Pierrefonds par Viollet-le-Duc, les relevés sur calque de la grotte de Lascaux, des autochromes de la première guerre mondiale, les portraits de Sarah Bernhard ou Brigitte Bardot, la maquette des Distorsions d’André Kertész et le négatif du Nu provençal ou du Petit parisien de Willy Ronis ? A priori, rien, si ce n’est leur valeur artistique et historique. Pourtant, tous sont conservés par l’institution. Continuer la lecture de La Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine

Le service de la Conservation des Œuvres d’Art Religieuses et Civiles de la Ville de Paris

Présentation du service de la Conservation des Œuvres d’Art Religieuses et Civiles de la Ville de Paris où Jean Bernard a effectué un stage de quatre mois, de janvier à mai, dans le cadre de sa deuxième année de scolarité à l’Ecole des chartes.

Un service récent pour une vaste collection

La Conservation des œuvres d’Art Religieuses et Civiles est un service de la Ville de Paris, dont la genèse progressive commence dans les années 1970, en prenant la suite du Service des Beaux-Arts. Les collections de la ville sont surtout connues à travers ses 14 musées, mais une grande partie est située dans l’espace public. On dénombre ainsi 40 000 œuvres d’art et objets mobiliers dans les édifices religieux (quelques 85 lieux de culte chrétiens, 9 temples et 2 synagogues), ainsi que 850 statues et monuments.

Ce vaste ensemble est d’une part l’héritage religieux de la longue histoire des édifices construits avant 1905, avec quelques églises reconstruites au début du XXe siècle sur un ancien emplacement (Saint-Christophe de Javel, Saint-Pierre de Chaillot). Tous ces lieux conservent donc des tableaux, des fresques, des sculptures, des vitraux et du mobilier. Les objets sont affectés au culte et proviennent du Moyen Âge pour les plus anciens, jusqu’au XXe siècle pour les plus récents. Outre la sculpture de la vierge du XIIIe siècle de Saint-Germain-des-Prés, les retables de Simon Vouet, les fresques de Delacroix ou les vitraux de Jacques Grüber, on peut encore citer le triptyque de Keith Haring, déposé à l’église Saint-Eustache. Continuer la lecture de Le service de la Conservation des Œuvres d’Art Religieuses et Civiles de la Ville de Paris

L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors de 1511 à 1629 – Marion Seure

Marion Seure, élève de 4e année et candidate au concours de l’Institut National du Patrimoine pour les monuments historiques, nous présente sa thèse intitulée  « L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors de 1511 à 1629 : enjeux de la commande et de la création artistiques à la Renaissance ». Entretien réalisé par Nola N’Diaye.

Comment t’es venue l’idée de travailler sur ce sujet ?

En réalité, l’idée ne m’est pas venue, puisqu’à l’origine, je souhaitais travailler sur le XVIe siècle à Rouen, dont je suis originaire. La commande artistique des armateurs m’intéressait tout particulièrement, mais j’ai dû y renoncer car des travaux de recherche étaient déjà en cours sur des problématiques très voisines. J’ai ensuite eu des difficultés à redéfinir un sujet plus précis sur Rouen. Finalement, au mois de juillet de ma première année d’archiviste paléographe, je n’avais toujours pas de sujet et mon directeur de recherches m’a alors proposé de poursuivre chronologiquement son travail sur l’église de Gisors, qui portait plus particulièrement sur la période flamboyante. Un de mes principaux objectifs était de mêler histoire et histoire de l’art et ce sujet se prêtait particulièrement à ce type d’exercice. En effet, j’ai eu le plaisir de découvrir que les archives concernant cet édifice étaient bien conservées et très variée. Les registres de confréries ainsi que les comptes de la fabrique permettent de connaître les personnes qui vivaient alors à Gisors. L’église paroissiale, du fait de la grande densité de ses institutions, fonctionne plus ou moins comme un miroir de la société. En lien avec cette étude historique, j’ai travaillé sur le mobilier et les vitraux conservés dans l’édifice. La problématique était double : saisir les enjeux que représentent la commande et la création artistiques autour de l’église et comprendre comment les formes de la Renaissance ont été introduites à Gisors. J’ai ainsi pu appréhender le milieu des artistes, à la fois mobile (certains ont travaillé sur d’autres chantiers prestigieux, comme à Fontainebleau) et pérenne (d’autres forment de véritables dynasties d’artistes au service de l’église). La famille d’architectes Grappin a par exemple cumulé les deux aspects : Jean Grappin est à la tête du chantier à partir de 1548, son père Robert l’a été avant lui et a également participé à d’autres chantiers flamboyants. De là, j’ai pu constater que le chantier de Gisors et les dynasties d’artistes qui y ont travaillé ont introduit de nouvelles formes artistiques dans le Vexin.

Continuer la lecture de L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors de 1511 à 1629 – Marion Seure