Archives par mot-clé : Archives nationales

Dessiner pour bâtir

Les Archives nationales présentent sur leur site historique de l’hôtel de Soubise, depuis le 13 décembre et jusqu’au 12 mars 2018, une exposition consacrée au métier d’architecte au XVIIe siècle.

Au sein d’une muséographie claire et colorée, dotée d’une belle signalétique, près de 200 pièces d’archives, imprimés, tableaux, objets, issus aussi bien d’archives publiques, de musées français et étrangers que de collections privées, ont été réunis. Les archives proviennent de plusieurs institutions de conservation françaises : les fonds propres des Archives nationales, composés principalement par les fonds du Minutier central des notaires parisiens, les archives de l’Institut de France, de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, les manuscrits et imprimés de la Bibliothèque nationale de France, et quelques documents issus de services d’archives départementales. Ces archives sont d’une grande variété : plans, devis d’ouvrage, marchés, dessins de présentation, dessins de détails, relevés de toisés, lettres, quittances. Les documents figurés, parfois colorés, sont d’une grande beauté et pourraient faire figure d’œuvres d’art de par leur qualités graphiques et esthétiques. Un partenariat a été noué avec le Nationalmuseum de Stockholm qui a prêté de nombreuses pièces d’archives de grande qualité, notamment des plans colorés, vendus sous Louis XIV ou Louis XV, et qui n’avaient jamais été exposées en France.

Vue perspective du château d’Anet, projet non exécuté, Anonyme français, [vers 1623-1625], Papier, graphite, plume et encre brune, lavis rouge, noir, jaune et ocre, Nationalmuseum de Stockholm, THC 2271

L’exposition s’organise en trois sections qui traite chacune d’un aspect témoignant des évolutions majeures qu’a connu cette profession au cours d’un siècle de grands travaux architecturaux. Par effet de conjonction, les travaux de construction se multiplient grâce à une monarchie de plus en plus volontaire car souhaitant afficher sa puissance au moyen des arts, une Église impliquée dans la Contre-Réforme qui construit ou rénove de nombreux édifices, et une noblesse de robe enrichie qui aspire à jouir d’habiter dans des hôtels particuliers et des résidences de campagne dans un goût nouveau.

Portrait de Jules Hardouin-Mansart, comte de Sagonne, Gérard Édelinck d’après Hyacinthe Rigaud, 1704 ou 1706, Papier, eau-forte et burin, Bibliothèque nationale de France, cabinet des estampes, Na 64, fol. 111

La première partie, intitulée « Métier : être architecte », traite de la professionnalisation croissante à l’œuvre depuis la fin du XVIe siècle. En effet le métier d’architecte ne bénéficie pas d’une définition juridique règlementant et encadrant des praticiens dans une corporation, à la différence des maîtres artisans. Le port du titre d’architecte n’est pas limité par des conditions d’âge, de formation ou d’expérience. Philibert Delorme (vers 1514-1570) et Jean Bullant (vers 1515-1578) ont été les premiers en France à acquérir un statut inédit au sein de la profession, reconnaissant leurs qualités intellectuelles de concepteur et de maître d’œuvre. Au siècle suivant Jacques Lemercier (1585-1654), Louis Le Vau (1612-1670), François Mansart (1598-1666) et Jules Hardouin-Mansart (1646-1708) sont les architectes les plus connus, accédant au privilège du portrait et aux gratifications du roi comme Jules Hardouin-Mansart qui obtient d’être anobli. Ainsi pour former une identité professionnelle cohérente une formation commune est nécessaire, d’où le développement d’un enseignement académique. En 1666 est créée l’Académie de France à Rome qui reçoit les architectes en formation, effectuant leur voyage en Italie pour y parfaire leurs connaissances des monuments antiques, renaissants et en construction. En 1671 c’est l’Académie royale d’architecture qui est créée, chargée d’élaborer les principes théoriques de l’architecture, de débattre des questions relatives, et de former des futurs professionnels. François Blondel (1618-1686) y donne des cours, qui sont publiés en 1675, et une seconde fois en 1698, et qui ont durablement marqué la discipline et participé à la Querelle des Anciens et des Modernes. Ces textes participent au processus de diffusion des connaissances par la publication de traités pédagogiques, de plus en plus illustrés par la gravure, qui rompent avec la tradition de tenir secret les techniques professionnelles, et qui participent au renouvellement théorique de la matière.

Les édifices antiques de Rome dessinés et mesurés très exactement, Antoine Desgodetz, Paris, 1682, École nationale supérieure des Beaux-Arts, LES. 1582

La deuxième section, « Dessin : l’expression du projet » présente comment le dessin est devenu un instrument majeur de la conquête d’une reconnaissance professionnelle par les architectes. Peu d’exemplaires sont conservés pour le XVIe siècle mais leur nombre croît tout au long du XVIIe siècle. Le dessin connaît lui aussi une révolution dans sa nature : à la Renaissance il a intégré les nouveaux modes de représentation en perspective et en couleurs, et au XVIIe siècle sa réalisation est de plus en plus réglementée par l’enseignement académique. Des instruments de mathématique et de dessin, issus de collections privées, sont exposés pour en rendre compte. Le dessin devient dès lors autant un outil de travail, le fondement du projet architectural du maître, qu’une œuvre graphique réalisée avec grand soin, où s’affirme la personnalité artistique de l’architecte. Pourtant leur attribution à un maître architecte n’est pas si aisée, et ainsi la paternité d’un projet, même porté par l’administration royale, n’est pas certaine. Ce n’est qu’à partir du règne de Louis XIII que les dessins sont de plus en plus souvent attribuables et, sous la direction de Jules Hardouin-Mansart comme premier architecte du roi, une véritable bureaucratie organisée est mise en place pour la confection des dessins, ouvrant la voie à son uniformisation au XVIIIe siècle.

Relevé de l’église du Rédempteur à Venise, Robert de Cotte, [1689], Papier, graphite, plume et encre brune, lavis brun, Bibliothèque nationale de France, cabinet des estampes, VF-7 (2), fol. 52

Enfin la troisième section, « Chantier : l’architecte à pied d’œuvre », s’intéresse au rôle tenu par l’architecte dans la conduite de la concrétisation du projet dont chacune des étapes est décrite au moyen des archives qu’elles ont conduit à produire. L’architecte est en effet responsable, pour le maître d’ouvrage, du bon déroulement du chantier : il effectue ainsi des visites régulières, règle les problèmes techniques, et inspecte les travaux finis pour s’assurer de la qualité du travail des ouvriers. Il réalise les dessins qui peuvent être complétés de maquettes en bois ou en carton qui permettent de donner une meilleure idée du projet et des problèmes de sa réalisation. Un seul exemplaire original du XVIIe siècle est actuellement connu, celui de la façade de l’église Saint Gervais-Saint-Protais de Paris due à Salomon de Brosse (vers 1565-1626). Les relevés sont les archives les plus précises produites par les architectes car ils donnent l’état d’un bâtiment à une date donnée, avec son aménagement, ses dimensions toisées, et parfois des commentaires descriptifs, constituant des sources uniques et précieuses pour la connaissance de bâtiments altérés ou disparus.

Relevé général du Palais du Luxembourg, Antoine Desgodetz, 1696, Archives nationales, O/1/1687/B, pièce 724

L’exposition se conclut sur une présentation chronologique d’un chantier type du règne de Louis XIV, celui du collège Mazarin dit des Quatre-Nations, actuel siège de l’Institut de France. En effet les archives le concernant sont d’une richesse particulièrement grande, documentant toutes les phases de la réalisation du projet, mené par l’architecte Louis le Vau. Il est en effet commun de posséder les archives produites lors de la conception du projet, puis des contrôles effectués une fois la construction achevée, mais il est rare de posséder celles qui ont été produites pendant le chantier lui-même, ce qui en fait un exemple particulièrement intéressant pour saisir le rôle de l’architecte au XVIIe siècle.

Cojannot (Alexandre) et Gady (Alexandre), Dessiner pour bâtir. Le métier d’architecte au XVIIe siècle, Paris, co-édition Le Passage-Archives nationales, 352 pages, 286 illustrations.

« Une expérience du chaos : Destructions spoliations et sauvetage d’archives (1789-1945) » aux Archives nationales

Les Archives nationales présentent, sur le site de Paris Hôtel de Soubise, depuis le 17 mai et jusqu’au 18 septembre 2017, une exposition consacrée aux catastrophes matérielles connues par les archives au cours des différentes bouleversements politiques intervenus depuis plus de deux siècles dans l’histoire de France.


Le parcours de l’exposition s’organise chronologiquement, chacun des cinq espaces marquant les grandes césures de l’histoire de France de l’époque contemporaine : la Révolution et l’Empire, la Révolution de 1848 et la Commune de Paris de 1871, la Première Guerre mondiale et l’entre-deux-guerre, la Seconde Guerre mondiale, l’Occupation et l’après-guerre, qui ont chacun entraîné de lourdes conséquences pour le patrimoine écrit. Cette histoire chaotique est récente au sein de l’historiographie et l’exposition offre un état de la situation et ouvre des pistes de recherches.

Continuer la lecture de « Une expérience du chaos : Destructions spoliations et sauvetage d’archives (1789-1945) » aux Archives nationales

« Accompagnés à jouer ensemble », contrats d’association de ménestrels et histoire du travail à la fin du Moyen Âge

Dans un article de 1977, Jacques Le Goff1 soulignait que, malgré le vaste mouvement d’intégration et de légitimation des professions réprouvées qui a lieu aux XIIe et XIIIe siècles, deux activités demeuraient exclues de la société chrétienne : la prostitution et la jonglerie –que l’on entend ici, par commodité, comme pratique professionnelle de l’art du divertissement2 . Si les études menées depuis sur la prostitution3 ont permis de nuancer l’exclusion des prostituées, en insistant sur la pluralité des discours normatifs à leur égard, l’histoire sociale des jongleurs est encore marquée par les travaux d’Edmond Faral4 , teintés de jugements moraux et d’a priori qui le poussent à établir une distinction et une hiérarchie strictes entre jongleur et ménestrel, dont la pertinence a été largement remise en question, par exemple dans les textes littéraires étudiés par Silvère Ménégaldo5 . Or, les jongleurs sont bien mieux tolérés dans la société médiévale qu’un regard exclusivement porté sur les normes religieuses le donnerait à penser. La création d’une corporation à Paris en 1321, baptisée « communauté des jongleurs et ménétriers », en est l’attestation la plus frappante. Cela revient à reconnaître officiellement l’activité des jongleurs comme un métier, que les statuts qualifient de « science de ménestrandise ». Continuer la lecture de « Accompagnés à jouer ensemble », contrats d’association de ménestrels et histoire du travail à la fin du Moyen Âge

  1. LE GOFF (Jacques), « métiers licites et illicites dans l’Occident médiéval », in Pour un autre Moyen Âge, Paris : Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires, 1978. []
  2. La question de la professionnalisation pour les jongleurs pose problème et mériterait d’être discutée comme un sujet en soi. []
  3. Voir notamment la synthèse de ROSSIAUD (Jacques), Amours vénales, la prostitution en Occident, XIIe-XVIe siècle, Paris : Aubier, 2010. []
  4. FARAL (Edmond), Les jongleurs en France au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1910. []
  5. MENEGALDO (Silvère), Le jongleur dans la littérature narrative des XIIe et XIIIe siècles : du masque au personnage, Paris : Honoré Champion, coll. Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge, 2005. []

« Le secret de l’État. Surveiller, protéger, informer » aux Archives Nationales

Les Archives Nationales, en organisant l’exposition « Le secret de l’État. Surveiller, protéger, informer », présentent pour la première fois un aspect méconnu et souvent fantasmé du pouvoir, grâce à des documents rarement accessibles au public.

Illustration de l'affiche de l'exposition, superposition de portraits de Krzysztof Pruszkowski, Le Président de la République, Fotosynteza (2015)
Illustration de l’affiche de l’exposition, superposition de portraits de Krzysztof Pruszkowski, Le Président de la République, Fotosynteza (2015)

Continuer la lecture de « Le secret de l’État. Surveiller, protéger, informer » aux Archives Nationales

Mettre un point d’honneur à s’échapper : enquête dans les archives du Tribunal des maréchaux au XVIIIe siècle

Élève archiviste paléographe de 3e année, Romain Benoit prépare une thèse d’École intitulée : « L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon ». Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle, sous la direction de M. O. Poncet. 


En 1952, Georges Brassens chantait les faits d’armes de « mégères gendarmicides » au marché de Brive-la-Gaillarde et précisait : « il paraît que cette hécatombe fut la plus belle de tous les temps ». Dans cette Hécatombe, les gendarmes subissent en effet de terribles sévices et le maréchal des Logis n’est pas le moins bien traité, lui qui, attaché, doit proférer des propos anarchistes. Brassens dresse le tableau touchant d’une bagarre générale qui, partie de bottes d’oignons, finit en lutte joyeuse contre les représentants de l’ordre et de l’autorité.

« Or sous tous les cieux sans vergogne, c’est un usage bien établi, dès qu’il s’agit d’rosser les cognes, tout l’monde se réconcilie »

Plongé dans mes recherches sur le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle, cette chanson n’est pas sans me rappeler des faits réels qui se sont déroulés il y a un peu plus de deux cents ans. Les archives du Tribunal du Point d’Honneur conservent en effet la trace de nombreuses échauffourées et « voyes de fait » à l’encontre des gardes de la maréchaussée. J’ai choisi de vous en proposer une, sous forme de récit, avant de l’analyser dans la perspective plus large de mes recherches. Continuer la lecture de Mettre un point d’honneur à s’échapper : enquête dans les archives du Tribunal des maréchaux au XVIIIe siècle