Archives par mot-clé : Archives

L’arrestation de Louis Mandrin : Diplomatie, classement d’archives, et souvenirs de lecture à l’Archivio di Stato de Turin

Le classement de 12 mazzi (unités archivistiques) relatifs aux négociations diplomatiques entre la France et le duché de Savoie, puis le royaume de Sardaigne1, entre la fin du XVe siècle et l’unité italienne (1861)2 qui m’a été confié au cours de mon stage est l’occasion pour moi de côtoyer au quotidien des documents très intéressants qui évoquent les pages les plus célèbres de l’Histoire nationale et européenne, des guerres d’Italie à l’épopée napoléonienne, en passant par les nombreuses guerres menées par Louis XIV. Ce prisme particulier des relations entre les deux puissances met notamment en avant l’ambition qu’a la famille régnante de Savoie de préserver l’indépendance de ses États, pris en étau entre France et Empire tout au long de la période, et les difficultés de la réalisation de cette ambition, dans le jeu sans cesse rebattu de la géopolitique européenne. Si les négociations pour les traités de paix, ou les mariages entre familles régnantes occupent une bonne place dans la documentation, majoritairement constituée de correspondance diplomatique, c’est par l’aspect moins connu et moins immédiatement évocateur de la collaboration policière et judiciaire que je souhaite aborder ici la question des relations entre la France et la Savoie. Continuer la lecture de L’arrestation de Louis Mandrin : Diplomatie, classement d’archives, et souvenirs de lecture à l’Archivio di Stato de Turin

  1. à la suite du traité d’Utrecht, le duc de Savoie Victor-Amédée II accède à la dignité royale et devient roi de Sicile. Le royaume de Sicile est échangé avec l’empereur en 1718 contre celui de Sardaigne, dont Victor-Amédée II prend effectivement possession en 1720. []
  2. En 1861, le roi de Sardaigne Victor-Emmanuel II, prend le titre de roi d’Italie à l’issue de la seconde guerre d’indépendance italienne et après avoir rattaché à la Sardaigne tous les États de la péninsule italienne ; cela marque la fin du Risorgimento, le long processus d’unification de l’Italie amorcé au début du XIXe siècle. []

Une confrérie d’excommuniés ? L’église et hôpital Saint-Julien-des-ménétriers à Paris (1331-1520)

« Habent spem joculatores ? — Nulla ». Par cette formule lapidaire, Honorius d’Autun affirme l’impossibilité pour les saltimbanques de faire leur salut et témoigne de l’ampleur du rejet de ceux-ci par toute une frange de la société du XIIe siècle1. S’ils sont généralement bien acceptés dans les milieux laïcs, ceux qui divertissent le public par leur musique, leurs danses ou leurs acrobaties et qu’on nomme généralement jongleurs ou ménestrels, sont fermement condamnés par les clercs. Ils ne peuvent ni témoigner ni accuser en justice et sont privés de l’accès aux sacrements, notamment l’eucharistie ; enfin, des canons de conciles rappellent régulièrement l’interdiction pour le public de donner de l’argent à ces « ministres de Satan », ce qui indique par ailleurs que cette disposition n’est guère respectée et que le rejet est loin d’être généralisé.

Malgré la rigueur du discours clérical et le refus de l’Église d’accepter les jongleurs et les ménestrels dans la Societas Christiana, des confréries religieuses réunissant spécifiquement ces individus voient le jour à partir du XIVe siècle. Elles complètent des corporations, fondées à la même époque, et donnent ainsi une tournure religieuse à un phénomène professionnel qui constitue les jongleurs et les ménestrels en corps social. Cela n’est pas le moindre des paradoxes qu’un groupe social d’anciens excommuniés puisse se constituer en communauté religieuse autour de l’identité professionnelle-même qui justifiait leur rejet. C’est que la condamnation et l’exclusion ne sont pas monolithiques et surtout qu’elles ont été largement pondérées au cours des XIIe et XIIIe siècles, par des théologiens comme Rufin, Pierre le Chantre ou Thomas d’Aquin2. Avec le développement d’une casuistique du péché, le discours clérical s’assouplit, et cherche à distinguer de bons et de mauvais jongleurs. Ce sont notamment ceux qui se consacrent à dire des chansons de gestes, à chanter et à jouer de la musique qui sont reconnus et peuvent avoir une chance de sauver leur âme. À cela s’ajoute une légitimation des aumônes qui leur sont faites. Ce mouvement s’insère dans le cadre plus large d’un élargissement du panel des activités licites et d’un discours plus bienveillant à l’égard des métiers3. Continuer la lecture de Une confrérie d’excommuniés ? L’église et hôpital Saint-Julien-des-ménétriers à Paris (1331-1520)

  1. Honorius Augustodunensis, Elucidarium, II, 18, dans Patrologia Latina, t. 172, c. 1148. []
  2. Carla Casagrande et Silvana Vecchio, « Clercs et jongleurs dans la société médiévale (XIIe et XIIIe siècles) », Annnales. Economies, Sociétés, Civilisations, 1979, 34ème année, no 5, p. 913‑928. []
  3. Jacques Le Goff, « Métiers licites et illicites dans l’Occident médiéval » dans Pour un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1978, p. 89‑103. []

La vie d’un service d’archives : immersion au sein des archives départementales de la Côte-d’Or

De retour d’un stage de quatre mois aux Archives départementales de la Côte d’Or, Léo Davy, élève de 2e année, présente le service qu’il a découvert, les missions variées qui lui ont été données, et quelques documents emblématiques.

Les archives départementales de la Côte-d’Or conservent près de 30 km linéaires de documents, couvrant une période ininterrompue de 836, date du document le plus ancien, un diplôme de Louis le Pieux1, à nos jours. Elles ont pour siège l’hôtel particulier construit par le chancelier du duc de Bourgogne Philippe le Bon, Nicolas Rolin, situé au cœur du centre ville historique, qui a été racheté par la ville de Dijon à ses héritiers en 1500 pour en faire l’hôtel de ville. En 1832, le conseil départemental le rachète pour y installer les archives qui ne l’ont plus quitté. La salle de lecture est décorée d’une cheminée et de boiseries réalisées dans les années 1680, et a servi de chambre du Conseil pour les édiles et de salle de concert pour Mozart , invité en 1766 par le prince de Condé sur le chemin du retour de sa tournée européenne. Les magasins d’archives occupent les ailes construites en 1707-1714, celle de 1758 conçue par l’architecte Gabriel, et une autre aile construite dans les années 19502. Une annexe pour les archives contemporaines a été aménagée dans des entrepôts à quelques kilomètres du centre-ville. Continuer la lecture de La vie d’un service d’archives : immersion au sein des archives départementales de la Côte-d’Or

  1. 1 H 11, n°1 []
  2. Joyaux d’archives, jalons d’histoire. Les Archives départementales de la Côte-d’Or à l’aube du troisième millénaire : onze siècles d’histoire, Éditions de l’Armançon, 2001, p 10-34. []

Édouard Bouyé, « L’archiviste dans la cité. Un ver luisant ». Compte rendu de lecture

Édouard Bouyé, conservateur général du patrimoine et directeur des archives départementales de la Côte-d’Or, a publié en février 2017 un essai sur le métier d’archiviste.  Reposant sur de nombreux extraits d’archives et anecdotes, collectés au fil de plus de vingt années de pratique professionnelle au contact des professionnels, des producteurs, et des lecteurs des archives, Édouard Bouyé tire des considérations à l’attention de l’ensemble de ces acteurs.

Empruntant la métaphore du ver luisant qu’Honoré de Balzac a utilisé à l’endroit du personnage de l’archiviste dans son roman Ferragus (1833), Édouard Bouyé s’interroge sur la place et le rôle que tient et que doit s’efforcer de tenir l’archiviste dans la société. Tout comme ce coléoptère visible uniquement une partie de l’année et de plus en plus rare au milieu des campagnes, le travail de l’archiviste n’est remarqué et reconnu que de manière furtive dans la vie de la cité, alors que ses missions le portent à exercer une attention constante sur les trésors du patrimoine et la production contemporaine et future de celui-ci.

Continuer la lecture de Édouard Bouyé, « L’archiviste dans la cité. Un ver luisant ». Compte rendu de lecture

Neuf mois aux côtés d’un ménestrel: l’interrogatoire de Robert Wourdreton (1385)


Élève archiviste-paléographe de 3e année, Pierre Pocard prépare une thèse d’École intitulée : Faire corps et s’intégrer, les communautés professionnelles de ménestrels à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle), sous la direction de Martine Clouzot (Université de Bourgogne) et Olivier Guyotjeannin (Ecole des chartes).


Si elle a été étudiée pour son apport à l’histoire politique et à l’histoire du crime1, l’affaire Wourdreton n’a pour ainsi dire pas suscité de commentaire de la part de ceux qui se sont penchés sur l’histoire des jongleurs et des ménestrels. Cette sombre affaire politico-judiciaire qui sert a posteriori de justification à la confiscation des terres françaises de Charles le Mauvais auprès du public2 met pourtant au premier plan le valet d’un joueur de harpe, Robert Wourdreton, suspecté en 1385 d’avoir tenté d’empoisonner le roi et ses oncles à la demande du roi de Navarre. Les sources sont assez abondantes mais présentent de grandes divergences : le Religieux de Saint Denis raconte en effet l’affaire, avec le lot de déformations inhérent à une écriture de l’histoire au service du pouvoir, et l’on dispose également de l’interrogatoire de Robert Wourdreton3, selon une procédure extraordinaire. Ce dernier donne un récit circonstancié et une description unique de l’exercice du métier de ménestrel à la fin du XIVe siècle, moment clé dans le processus de professionnalisation des musiciens, qui se spécialisent dans la pratique instrumentale et se constituent en corporations.

Continuer la lecture de Neuf mois aux côtés d’un ménestrel: l’interrogatoire de Robert Wourdreton (1385)

  1. COLLARD (Franck), « le récit d’un crime et ses métamorphoses, l’affaire Wourdreton/Delstein, 1385 », in Un Moyen Âge pour aujourd’hui, mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris : PUF, 2010, p 415-423 []
  2. CHARON (Philippe), Princes et principautés au Moyen Âge, l’exemple de la principauté d’Evreux, Paris : École des chartes, 2014, p. 707-709. Je tiens à remercier l’auteur de  m’avoir indiqué que cette affaire pourrait m’intéresser dans mes recherches sur les jongleurs à la fin du Moyen Âge []
  3. Arch. Nat. J 619 n°11 []