Archives par mot-clé : Archives

Le sens du temps : un regard ethnographique sur les archives

Anne Both, ethnologue et anthropologue, vient de publier tout récemment aux éditions Anacharsis un livre immersion de ses deux mois d’enquête, menée de janvier à février 2010 à suivre le quotidien d’un service d’archives départementales. Elle y témoigne de son expérience et de ses observations des pratiques archivistiques en tant qu’observateur extérieur au milieu professionnel.


Cette enquête est une nouvelle étape dans la découverte d’un milieu que l’auteur dit ne pas avoir choisi1, mais dont elle a déjà fait la découverte auparavant. En effet elle connaissait déjà le monde des archives à travers une première mission, au sein des archives municipales de Bordeaux en avril 2009, qui avait donné lieu à un rapport2 et d’une autre immersion de deux mois aux Archives diplomatiques de La Courneuve. Par la suite elle obtient un nouveau soutien financier du Ministère de la Culture pour continuer ses recherches, mais dans un service différent : elle choisit d’effectuer deux mois d’étude dans un service d’archives départementales. Conformément aux principes de l’enquête ethnologique les noms de personnes et de lieux sont anonymisés : le cadre de l’enquête se tient donc dans une préfecture de département enneigé, rebaptisée « Montaville », siège d’un service d’archives d’une quinzaine de personnes.

Continuer la lecture de Le sens du temps : un regard ethnographique sur les archives

  1. Both (Anne), Le sens du temps, 2017, p. 39 : C’est en effet Christian Hottin, chef de la mission ethnologie au Ministère de la Culture et de la Communication, qui l’invite à mener une étude sur les services d’archives. []
  2. Both (Anne),  Ce qui est fait n’est plus à faire : ethnographie d’un centre d’archives municipales, Paris, Direction de l’Architecture et du Patrimoine, 2009. []

Dessiner pour bâtir

Les Archives nationales présentent sur leur site historique de l’hôtel de Soubise, depuis le 13 décembre et jusqu’au 12 mars 2018, une exposition consacrée au métier d’architecte au XVIIe siècle.

Au sein d’une muséographie claire et colorée, dotée d’une belle signalétique, près de 200 pièces d’archives, imprimés, tableaux, objets, issus aussi bien d’archives publiques, de musées français et étrangers que de collections privées, ont été réunis. Les archives proviennent de plusieurs institutions de conservation françaises : les fonds propres des Archives nationales, composés principalement par les fonds du Minutier central des notaires parisiens, les archives de l’Institut de France, de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, les manuscrits et imprimés de la Bibliothèque nationale de France, et quelques documents issus de services d’archives départementales. Ces archives sont d’une grande variété : plans, devis d’ouvrage, marchés, dessins de présentation, dessins de détails, relevés de toisés, lettres, quittances. Les documents figurés, parfois colorés, sont d’une grande beauté et pourraient faire figure d’œuvres d’art de par leur qualités graphiques et esthétiques. Un partenariat a été noué avec le Nationalmuseum de Stockholm qui a prêté de nombreuses pièces d’archives de grande qualité, notamment des plans colorés, vendus sous Louis XIV ou Louis XV, et qui n’avaient jamais été exposées en France.

Vue perspective du château d’Anet, projet non exécuté, Anonyme français, [vers 1623-1625], Papier, graphite, plume et encre brune, lavis rouge, noir, jaune et ocre, Nationalmuseum de Stockholm, THC 2271

L’exposition s’organise en trois sections qui traite chacune d’un aspect témoignant des évolutions majeures qu’a connu cette profession au cours d’un siècle de grands travaux architecturaux. Par effet de conjonction, les travaux de construction se multiplient grâce à une monarchie de plus en plus volontaire car souhaitant afficher sa puissance au moyen des arts, une Église impliquée dans la Contre-Réforme qui construit ou rénove de nombreux édifices, et une noblesse de robe enrichie qui aspire à jouir d’habiter dans des hôtels particuliers et des résidences de campagne dans un goût nouveau.

Portrait de Jules Hardouin-Mansart, comte de Sagonne, Gérard Édelinck d’après Hyacinthe Rigaud, 1704 ou 1706, Papier, eau-forte et burin, Bibliothèque nationale de France, cabinet des estampes, Na 64, fol. 111

La première partie, intitulée « Métier : être architecte », traite de la professionnalisation croissante à l’œuvre depuis la fin du XVIe siècle. En effet le métier d’architecte ne bénéficie pas d’une définition juridique règlementant et encadrant des praticiens dans une corporation, à la différence des maîtres artisans. Le port du titre d’architecte n’est pas limité par des conditions d’âge, de formation ou d’expérience. Philibert Delorme (vers 1514-1570) et Jean Bullant (vers 1515-1578) ont été les premiers en France à acquérir un statut inédit au sein de la profession, reconnaissant leurs qualités intellectuelles de concepteur et de maître d’œuvre. Au siècle suivant Jacques Lemercier (1585-1654), Louis Le Vau (1612-1670), François Mansart (1598-1666) et Jules Hardouin-Mansart (1646-1708) sont les architectes les plus connus, accédant au privilège du portrait et aux gratifications du roi comme Jules Hardouin-Mansart qui obtient d’être anobli. Ainsi pour former une identité professionnelle cohérente une formation commune est nécessaire, d’où le développement d’un enseignement académique. En 1666 est créée l’Académie de France à Rome qui reçoit les architectes en formation, effectuant leur voyage en Italie pour y parfaire leurs connaissances des monuments antiques, renaissants et en construction. En 1671 c’est l’Académie royale d’architecture qui est créée, chargée d’élaborer les principes théoriques de l’architecture, de débattre des questions relatives, et de former des futurs professionnels. François Blondel (1618-1686) y donne des cours, qui sont publiés en 1675, et une seconde fois en 1698, et qui ont durablement marqué la discipline et participé à la Querelle des Anciens et des Modernes. Ces textes participent au processus de diffusion des connaissances par la publication de traités pédagogiques, de plus en plus illustrés par la gravure, qui rompent avec la tradition de tenir secret les techniques professionnelles, et qui participent au renouvellement théorique de la matière.

Les édifices antiques de Rome dessinés et mesurés très exactement, Antoine Desgodetz, Paris, 1682, École nationale supérieure des Beaux-Arts, LES. 1582

La deuxième section, « Dessin : l’expression du projet » présente comment le dessin est devenu un instrument majeur de la conquête d’une reconnaissance professionnelle par les architectes. Peu d’exemplaires sont conservés pour le XVIe siècle mais leur nombre croît tout au long du XVIIe siècle. Le dessin connaît lui aussi une révolution dans sa nature : à la Renaissance il a intégré les nouveaux modes de représentation en perspective et en couleurs, et au XVIIe siècle sa réalisation est de plus en plus réglementée par l’enseignement académique. Des instruments de mathématique et de dessin, issus de collections privées, sont exposés pour en rendre compte. Le dessin devient dès lors autant un outil de travail, le fondement du projet architectural du maître, qu’une œuvre graphique réalisée avec grand soin, où s’affirme la personnalité artistique de l’architecte. Pourtant leur attribution à un maître architecte n’est pas si aisée, et ainsi la paternité d’un projet, même porté par l’administration royale, n’est pas certaine. Ce n’est qu’à partir du règne de Louis XIII que les dessins sont de plus en plus souvent attribuables et, sous la direction de Jules Hardouin-Mansart comme premier architecte du roi, une véritable bureaucratie organisée est mise en place pour la confection des dessins, ouvrant la voie à son uniformisation au XVIIIe siècle.

Relevé de l’église du Rédempteur à Venise, Robert de Cotte, [1689], Papier, graphite, plume et encre brune, lavis brun, Bibliothèque nationale de France, cabinet des estampes, VF-7 (2), fol. 52

Enfin la troisième section, « Chantier : l’architecte à pied d’œuvre », s’intéresse au rôle tenu par l’architecte dans la conduite de la concrétisation du projet dont chacune des étapes est décrite au moyen des archives qu’elles ont conduit à produire. L’architecte est en effet responsable, pour le maître d’ouvrage, du bon déroulement du chantier : il effectue ainsi des visites régulières, règle les problèmes techniques, et inspecte les travaux finis pour s’assurer de la qualité du travail des ouvriers. Il réalise les dessins qui peuvent être complétés de maquettes en bois ou en carton qui permettent de donner une meilleure idée du projet et des problèmes de sa réalisation. Un seul exemplaire original du XVIIe siècle est actuellement connu, celui de la façade de l’église Saint Gervais-Saint-Protais de Paris due à Salomon de Brosse (vers 1565-1626). Les relevés sont les archives les plus précises produites par les architectes car ils donnent l’état d’un bâtiment à une date donnée, avec son aménagement, ses dimensions toisées, et parfois des commentaires descriptifs, constituant des sources uniques et précieuses pour la connaissance de bâtiments altérés ou disparus.

Relevé général du Palais du Luxembourg, Antoine Desgodetz, 1696, Archives nationales, O/1/1687/B, pièce 724

L’exposition se conclut sur une présentation chronologique d’un chantier type du règne de Louis XIV, celui du collège Mazarin dit des Quatre-Nations, actuel siège de l’Institut de France. En effet les archives le concernant sont d’une richesse particulièrement grande, documentant toutes les phases de la réalisation du projet, mené par l’architecte Louis le Vau. Il est en effet commun de posséder les archives produites lors de la conception du projet, puis des contrôles effectués une fois la construction achevée, mais il est rare de posséder celles qui ont été produites pendant le chantier lui-même, ce qui en fait un exemple particulièrement intéressant pour saisir le rôle de l’architecte au XVIIe siècle.

Cojannot (Alexandre) et Gady (Alexandre), Dessiner pour bâtir. Le métier d’architecte au XVIIe siècle, Paris, co-édition Le Passage-Archives nationales, 352 pages, 286 illustrations.

L’arrestation de Louis Mandrin : Diplomatie, classement d’archives, et souvenirs de lecture à l’Archivio di Stato de Turin

Le classement de 12 mazzi (unités archivistiques) relatifs aux négociations diplomatiques entre la France et le duché de Savoie, puis le royaume de Sardaigne1, entre la fin du XVe siècle et l’unité italienne (1861)2 qui m’a été confié au cours de mon stage est l’occasion pour moi de côtoyer au quotidien des documents très intéressants qui évoquent les pages les plus célèbres de l’Histoire nationale et européenne, des guerres d’Italie à l’épopée napoléonienne, en passant par les nombreuses guerres menées par Louis XIV. Ce prisme particulier des relations entre les deux puissances met notamment en avant l’ambition qu’a la famille régnante de Savoie de préserver l’indépendance de ses États, pris en étau entre France et Empire tout au long de la période, et les difficultés de la réalisation de cette ambition, dans le jeu sans cesse rebattu de la géopolitique européenne. Si les négociations pour les traités de paix, ou les mariages entre familles régnantes occupent une bonne place dans la documentation, majoritairement constituée de correspondance diplomatique, c’est par l’aspect moins connu et moins immédiatement évocateur de la collaboration policière et judiciaire que je souhaite aborder ici la question des relations entre la France et la Savoie. Continuer la lecture de L’arrestation de Louis Mandrin : Diplomatie, classement d’archives, et souvenirs de lecture à l’Archivio di Stato de Turin

  1. à la suite du traité d’Utrecht, le duc de Savoie Victor-Amédée II accède à la dignité royale et devient roi de Sicile. Le royaume de Sicile est échangé avec l’empereur en 1718 contre celui de Sardaigne, dont Victor-Amédée II prend effectivement possession en 1720. []
  2. En 1861, le roi de Sardaigne Victor-Emmanuel II, prend le titre de roi d’Italie à l’issue de la seconde guerre d’indépendance italienne et après avoir rattaché à la Sardaigne tous les États de la péninsule italienne ; cela marque la fin du Risorgimento, le long processus d’unification de l’Italie amorcé au début du XIXe siècle. []

Une confrérie d’excommuniés ? L’église et hôpital Saint-Julien-des-ménétriers à Paris (1331-1520)

« Habent spem joculatores ? — Nulla ». Par cette formule lapidaire, Honorius d’Autun affirme l’impossibilité pour les saltimbanques de faire leur salut et témoigne de l’ampleur du rejet de ceux-ci par toute une frange de la société du XIIe siècle1. S’ils sont généralement bien acceptés dans les milieux laïcs, ceux qui divertissent le public par leur musique, leurs danses ou leurs acrobaties et qu’on nomme généralement jongleurs ou ménestrels, sont fermement condamnés par les clercs. Ils ne peuvent ni témoigner ni accuser en justice et sont privés de l’accès aux sacrements, notamment l’eucharistie ; enfin, des canons de conciles rappellent régulièrement l’interdiction pour le public de donner de l’argent à ces « ministres de Satan », ce qui indique par ailleurs que cette disposition n’est guère respectée et que le rejet est loin d’être généralisé.

Malgré la rigueur du discours clérical et le refus de l’Église d’accepter les jongleurs et les ménestrels dans la Societas Christiana, des confréries religieuses réunissant spécifiquement ces individus voient le jour à partir du XIVe siècle. Elles complètent des corporations, fondées à la même époque, et donnent ainsi une tournure religieuse à un phénomène professionnel qui constitue les jongleurs et les ménestrels en corps social. Cela n’est pas le moindre des paradoxes qu’un groupe social d’anciens excommuniés puisse se constituer en communauté religieuse autour de l’identité professionnelle-même qui justifiait leur rejet. C’est que la condamnation et l’exclusion ne sont pas monolithiques et surtout qu’elles ont été largement pondérées au cours des XIIe et XIIIe siècles, par des théologiens comme Rufin, Pierre le Chantre ou Thomas d’Aquin2. Avec le développement d’une casuistique du péché, le discours clérical s’assouplit, et cherche à distinguer de bons et de mauvais jongleurs. Ce sont notamment ceux qui se consacrent à dire des chansons de gestes, à chanter et à jouer de la musique qui sont reconnus et peuvent avoir une chance de sauver leur âme. À cela s’ajoute une légitimation des aumônes qui leur sont faites. Ce mouvement s’insère dans le cadre plus large d’un élargissement du panel des activités licites et d’un discours plus bienveillant à l’égard des métiers3. Continuer la lecture de Une confrérie d’excommuniés ? L’église et hôpital Saint-Julien-des-ménétriers à Paris (1331-1520)

  1. Honorius Augustodunensis, Elucidarium, II, 18, dans Patrologia Latina, t. 172, c. 1148. []
  2. Carla Casagrande et Silvana Vecchio, « Clercs et jongleurs dans la société médiévale (XIIe et XIIIe siècles) », Annnales. Economies, Sociétés, Civilisations, 1979, 34ème année, no 5, p. 913‑928. []
  3. Jacques Le Goff, « Métiers licites et illicites dans l’Occident médiéval » dans Pour un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1978, p. 89‑103. []

La vie d’un service d’archives : immersion au sein des archives départementales de la Côte-d’Or

De retour d’un stage de quatre mois aux Archives départementales de la Côte d’Or, Léo Davy, élève de 2e année, présente le service qu’il a découvert, les missions variées qui lui ont été données, et quelques documents emblématiques.

Les archives départementales de la Côte-d’Or conservent près de 30 km linéaires de documents, couvrant une période ininterrompue de 836, date du document le plus ancien, un diplôme de Louis le Pieux1, à nos jours. Elles ont pour siège l’hôtel particulier construit par le chancelier du duc de Bourgogne Philippe le Bon, Nicolas Rolin, situé au cœur du centre ville historique, qui a été racheté par la ville de Dijon à ses héritiers en 1500 pour en faire l’hôtel de ville. En 1832, le conseil départemental le rachète pour y installer les archives qui ne l’ont plus quitté. La salle de lecture est décorée d’une cheminée et de boiseries réalisées dans les années 1680, et a servi de chambre du Conseil pour les édiles et de salle de concert pour Mozart , invité en 1766 par le prince de Condé sur le chemin du retour de sa tournée européenne. Les magasins d’archives occupent les ailes construites en 1707-1714, celle de 1758 conçue par l’architecte Gabriel, et une autre aile construite dans les années 19502. Une annexe pour les archives contemporaines a été aménagée dans des entrepôts à quelques kilomètres du centre-ville. Continuer la lecture de La vie d’un service d’archives : immersion au sein des archives départementales de la Côte-d’Or

  1. 1 H 11, n°1 []
  2. Joyaux d’archives, jalons d’histoire. Les Archives départementales de la Côte-d’Or à l’aube du troisième millénaire : onze siècles d’histoire, Éditions de l’Armançon, 2001, p 10-34. []