De l’armoire au compactus : 
le patrimoine vestimentaire à l’épreuve du temps au Palais Galliera, par Joséphine Grimm

Joséphine Grimm est élève archiviste paléographe de troisième année. Elle a effectué au début de l’année 2017 un stage de quatre mois au Palais Galliera – musée de la mode de la ville de Paris. 


Pensez-vous que votre garde-robe pourrait être exposée ? Que votre jean favori ou que votre T-shirt mériterait d’être conservé aussi soigneusement qu’un bijou de famille  ? Il est probable que non aujourd’hui mais dans deux cents ans, ce sera peut-être le rôle du Palais Galliera que de prouver à vos descendants le contraire.

Au début de cette année, j’ai eu la chance de pouvoir effectuer un long stage au Musée de la Mode de la Ville de Paris, plus connu sous le nom de la duchesse qui céda jadis à la ville de Paris son hôtel particulier de la butte Chaillot. Sur bien des aspects, le Palais Galliera est un musée singulier. Contrairement à la quasi-totalité de ses semblables, il ne dispose pas d’une galerie d’exposition permanente, ses œuvres étant bien trop fragiles pour être exposées durablement. En conséquence, c’est par le biais de prêts à d’autres institutions et d’expositions temporaires organisées dans ses murs – ou dans ceux des autres, comme l’a montré l’exposition «  Balenciaga, L’Œuvre au Noir  » au Musée Bourdelle – qu’il peut faire connaître ses collections. Quant aux prêts, ils se font au profit d’établissements aussi bien parisiens que de France ou du Monde. Il peut s’agir d’une petite contribution, quelques éventails et porte-bouquets pour l’exposition «  Le pouvoir des fleurs, Pierre-Joseph Redouté  » au Musée de la Vie Romantique, mais il arrive que les œuvres qui quittent les réserves du Palais se comptent par dizaines. L’exposition «  Volez, Voguez, Voyagez – Louis Vuitton  », qui s’est tenue d’abord au Grand Palais, puis à Tokyo et à Séoul, a nécessité beaucoup de préparation et d’investissement de la part des équipes de Galliera qui ont dû envoyer soigneusement près d’une centaine de pièces.

Continuer la lecture de De l’armoire au compactus : 
le patrimoine vestimentaire à l’épreuve du temps au Palais Galliera, par Joséphine Grimm

Journée d’étude le 14 octobre 2017 « Humanités numériques et données patrimoniales : publics, réseaux, pratiques »

L’Association des Diplômés et des Étudiants du Master de l’École des Chartes (ADEMEC) organise le samedi 14 octobre 2017, avec l’appui de l’École nationale des chartes, une journée d’étude sur le thème « Humanités numériques et données patrimoniales : publics, réseaux, pratiques ».

La matinée de la journée d’étude sera consacrée à la présentation de projets qui associent les Humanités numériques et les données patrimoniales. L’après-midi laissera place à une table ronde qui traitera de l’interaction entre la recherche en humanités numériques et les institutions patrimoniales, et abordera les différents enjeux liés à leur collaboration.

Les inscriptions sont à réaliser à cette adresse.

 


Programme prévisionnel

                 Accueil à l’École des chartes (65 rue de Richelieu, 75002 Paris)                     à partir de 9 heures
9h30 Introduction : Histoire du master Technologies numériques appliquées à l’histoire, présentation du nouveau master « Humanités numériques » ouvert par PSL et la place de ces masters dans les humanités numériques par Michelle Bubenicek (directrice de l’Enc), Jean-Baptiste Camps (responsable du master Humanités numériques de PSL et ancien responsable du master TNAH), Florence Clavaud (conservateur en chef du patrimoine aux Archives nationales, ancienne responsable du master TNAH), Thibault Clérice (actuel responsable pédagogique du master TNAH).
10h-10h45 Les bibliothèques universitaires et les données de la recherche: l’exemple de l’Université Bordeaux Montaigne par Julien Baudry, conservateur des bibliothèques, responsable des services aux chercheurs et productions numériques chez Université Bordeaux Montaigne.
10h45-11h15 Quelles nouvelles approches pour la presse ancienne numérisée ? L’exemple d’Europeana NewsPapers par Jean-Philippe Moreux, expert en numérisation à la BnF et Pierre-Carl Langlais, docteur en sciences de l’information et de la communication au Celsa Paris-Sorbonne et post-doctorant pour le projet Giranium en humanités numériques.
11h15-11h30 Pause
11h30-12h15  Les données au service de la recherche en histoire de l’art et de l’architecture : le projet Les Caves de Paris, présenté par Grégory Chaumet, ingénieur d’études à Paris-Sorbonne et enseignant à l’EPSAA (École professionnelle supérieure d’arts graphiques et d’architecture).
 12h30-14h Pause déjeuner
 14h-15h30 Table ronde animée par Gautier Poupeau, data architect à l’INA

Participants:

  • Françoise Banat-Berger, conservatrice générale du patrimoine, directrice des Archives nationales,
  • Emmanuelle Bermès, conservatrice des bibliothèques, adjointe scientifique et technique au Directeur des Services et Réseaux à la BnF,
  • Antoine Courtin, responsable de la cellule d’ingénierie documentaire à l’INHA,
  • Jean-Luc Minel, Professeur des Universités, Directeur du laboratoire MoDyCo, Président du Conseil Scientifique de la TGIR HUMA-NUM,
  • Claude Mussou, Responsable de l’Inathèque à l’Ina.
 15h30-15h45  Pause
 15h45-17h15 Conférence conclusive par Paul Bertrand, professeur en histoire médiévale et en humanités numériques à l’Université Catholique de Louvain (UCL).
17h30 Clôture de la journée d’études.

Ajout du 7 novembre 2017 : 

Un storify a été réalisé par le site Patrimoine et numérique : il vous permettra de retrouver les propos discutés lors de la journée d’étude.

Publication des positions des thèses 2017

L’École nationale des chartes publie les Positions des thèses 2017 soutenues par les élèves de la promotion 2017 pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe. L’ouvrage sera disponible à partir du 28 août 2017.

Les Positions des thèses soutenues par les élèves pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe sont publiées annuellement par l’École nationale des chartes depuis 1849.

Elles regroupent des résumés longs des thèses soutenues lors de l’année en cours, dont vous pouvez consultez la liste ici.

Le loup en Corrèze : de la « male bête » à l’animal. Une exposition aux archives départementales de la Corrèze

Depuis le 19 juin et jusqu’au 13 octobre 2017, les Archives départementales de la Corrèze présentent une exposition inédite « Le loup en Corrèze », qui vient retracer de l’Ancien régime au milieu du XXe siècle le parcours de cet animal et des hommes qui y ont été confrontés.


« Para lo lop, petiòta, para lo lop ! Para lo lop, que n’empòrta l’anhelon ! »1. En Corrèze, le loup est partout : au rocher du loup, à Peyrelevade, mais aussi dans la maison du loup d’Espartignac, ou encore dans le nom des fleurs, puisque la digitale pourpre y est appelée la gola de lop (la gueule de loup) et la parisette à quatre feuilles, l’estrangla-lops (l’étrange-loup).

Fruit d’un partenariat entre le parc animalier des Monts de Guéret « Les loups de Chabrières », le musée archéologique et du patrimoine Marius Vazeille à Meymac, le musée du pays d’Ussel et les Archives départementales de Corrèze (AD19), l’exposition « Le Loup en Corrèze, de la ‘male bête’ à l’animal » retrace la présence de cet animal dont les déplacements ont rythmé la chronique locale jusqu’au milieu du XXe siècle2. Documents d’archives aux murs, objets divers, vidéo de présentation du loup par les Monts de Guéret, kakémonos richement illustrés ponctuent cette petite mais complète exposition, au sommet des collines de Tulle.

Continuer la lecture de Le loup en Corrèze : de la « male bête » à l’animal. Une exposition aux archives départementales de la Corrèze

  1. « Prend garde au loup, petite, prend garde au loup ! Prend garde au loup, qu’il n’emporte l’agnelet ! » []
  2. Le dernier loup de Corrèze a été tué à 1918 à Meilhards, et le dernier loup aperçu à Saint-Hilaire-Luc en 1947. []

« Une expérience du chaos : Destructions spoliations et sauvetage d’archives (1789-1945) » aux Archives nationales

Les Archives nationales présentent, sur le site de Paris Hôtel de Soubise, depuis le 17 mai et jusqu’au 18 septembre 2017, une exposition consacrée aux catastrophes matérielles connues par les archives au cours des différentes bouleversements politiques intervenus depuis plus de deux siècles dans l’histoire de France.


Le parcours de l’exposition s’organise chronologiquement, chacun des cinq espaces marquant les grandes césures de l’histoire de France de l’époque contemporaine : la Révolution et l’Empire, la Révolution de 1848 et la Commune de Paris de 1871, la Première Guerre mondiale et l’entre-deux-guerre, la Seconde Guerre mondiale, l’Occupation et l’après-guerre, qui ont chacun entraîné de lourdes conséquences pour le patrimoine écrit. Cette histoire chaotique est récente au sein de l’historiographie et l’exposition offre un état de la situation et ouvre des pistes de recherches.

Continuer la lecture de « Une expérience du chaos : Destructions spoliations et sauvetage d’archives (1789-1945) » aux Archives nationales

Carnet des élèves et étudiants de l'Ecole nationale des chartes