Marseille et l’horizon territorial, par Pierre Vey

Aux origines du territoire de Marseille au Moyen Âge, ou comment Arlulf s’imposa au sein du comitatus Massiliensis à la fin du Xe siècle.

Pour donner un aperçu des questions territoriales dans le pays marseillais, le plus simple et le plus efficace reste de remonter aux origines de la famille vicomtale qui présida aux destinées du comitatus Massiliensis durant près de deux cent cinquante ans. Elle tenait à partir de la deuxième moitié du Xe siècle les trois honneurs constitutifs de l’autorité publique, c’est-à-dire l’episcopatus, l’abbatia de Saint-Victor, qui en dépendait, et la vicomté (comitatus).

Au commencement était Arlulf, obscur personnage de la fidélité du roi de Bourgogne Conrad III, dit le Pacifique. Il apparaît dans les sources en 950, lorsque Conrad lui concéda un important domaine fiscal, la curtis de Trets1. Elle s’étendait le long de la vallée de l’Arc, une rivière orientée est-ouest, courant entre le massif de la Sainte-Victoire et les monts Auréliens, entre Marseille et Aix. Très propice à l’agriculture, alimentant les deux cités en grains, cette curtis présentait également l’avantage d’avoir en son cœur, à Trets, une « turris », c’est-à-dire un ensemble fortifié qui fut probablement une résidence comtale à la fin du siècle précédent. Ce point est remarquable dans la mesure où il n’y en a pas d’autre dans le reste de la Provence orientale – les défenses se concentrant entre Arles et Avignon, là où les comtes avaient leur siège. Ainsi, le domaine concédé à Arlulf, avec tous les droits fiscaux afférents, est de nature à faire de cet homme un personnage incontournable de la politique provençale. Et, en ce milieu du Xe siècle, c’est bien la volonté de Conrad. Continuer la lecture de Marseille et l’horizon territorial, par Pierre Vey

  1. MGH, Diplomata, Burg., Konrad, Diplome (Placitum, Cartae), n°32, p. 141 []

Le savoir-s’asseoir Roche-Bobois, par Clara Roca

Entretien avec Clara Roca, élève de quatrième année qui a réalisé une thèse intitulée Le savoir-s’asseoir Roche-Bobois : de la conception à la réception (1960-fin des années 1980). Propos recueillis par Nola N’Diaye. 

Comment es-tu arrivée à ce sujet ?

Je suis partie de deux idées très vagues : l’étude de l’urbanisme au travers la bande dessinée d’une part, les objets du quotidien comme matériaux à la base d’œuvres d’art d’autre part. Dans le même temps, j’étais très intéressée par le design au sens large.

Diverses rencontres avec des professeurs et des professionnels m’ont permis de voir que le domaine du design était celui où j’aurais le plus de liberté, et il m’est peu à peu apparu que la chaise était un objet idéal à cibler, dans la mesure où il est particulièrement représentatif du travail des designers. Une rencontre avec Agnès Callu a été déterminante : elle m’a confortée dans l’idée de réaliser une étude de cas sur un objet particulier et m’a indiqué qu’il serait nécessaire de m’intéresser à un fonds d’entreprise assez conséquent et intact.

J’ai commencé un travail de prospection en contactant un nombre important d’entreprises de l’ameublement contemporain et j’ai pu faire deux constats : d’une part que la plupart des entreprises travaillant dans la période choisie (de la fin de la seconde guerre mondiale à la fin des années 1980) avait fait faillite et que d’autre part, leurs archives n’avaient jamais été conservées. Pour pallier l’absence d’archives, il m’a donc fallu entrer en contact avec une société encore active aujourd’hui, ce qui permettait aussi de conduire des entretiens avec des témoins à même de combler le manque d’informations. Roche-Bobois s’est montré tout de suite intéressé, ce qui présentait un double atout : en plus d’avoir un fonds d’archives remarquablement complet, la seconde génération de dirigeants attache beaucoup d’importance à son patrimoine historique.  Continuer la lecture de Le savoir-s’asseoir Roche-Bobois, par Clara Roca

« Une histoire encore ! » L’École des loisirs aux Arts décoratifs

Le département des jouets des Arts décoratifs accueille actuellement une exposition consacrée à l’École des loisirs, pour célébrer son cinquantenaire.

Avant d’évoquer plus en détail de l’exposition, revenons sur les origines de la maison d’édition. En 1965, les Éditions de l’École ne conçoivent encore que des ouvrages scolaires mais Jean Fabre, Jean Delas et Arthur Hubschmid imaginent de réaliser des livres illustrés, dans l’objectif de rendre la lecture plus attrayante pour les jeunes et très jeunes lecteurs. Dans ces albums, les images motivent le récit et stimulent l’imagination dans une plus large part que dans l’édition traditionnelle destinée aux enfants. Le succès de l’École des loisirs, dû en particulier à ses liens étroits avec des médiateurs, notamment les professeurs des écoles et les éducateurs, lui a également permis de diversifier par la suite son catalogue, l’élargissant à des publications pour la jeunesse (romans pour adolescents mais aussi bandes dessinées,  etc.).

Le parti pris de l’exposition est de se mettre à la portée des petits et des grands enfants, aussi ce n’est pas le récit de l’histoire de l’expansion de l’Ecole des loisirs qui nous est proposé mais bien, selon le programme annoncé, un panorama de la création, sous des formes très diverses.

Continuer la lecture de « Une histoire encore ! » L’École des loisirs aux Arts décoratifs

L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors de 1511 à 1629 – Marion Seure

Marion Seure, élève de 4e année et candidate au concours de l’Institut National du Patrimoine pour les monuments historiques, nous présente sa thèse intitulée  « L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors de 1511 à 1629 : enjeux de la commande et de la création artistiques à la Renaissance ». Entretien réalisé par Nola N’Diaye.

Comment t’es venue l’idée de travailler sur ce sujet ?

En réalité, l’idée ne m’est pas venue, puisqu’à l’origine, je souhaitais travailler sur le XVIe siècle à Rouen, dont je suis originaire. La commande artistique des armateurs m’intéressait tout particulièrement, mais j’ai dû y renoncer car des travaux de recherche étaient déjà en cours sur des problématiques très voisines. J’ai ensuite eu des difficultés à redéfinir un sujet plus précis sur Rouen. Finalement, au mois de juillet de ma première année d’archiviste paléographe, je n’avais toujours pas de sujet et mon directeur de recherches m’a alors proposé de poursuivre chronologiquement son travail sur l’église de Gisors, qui portait plus particulièrement sur la période flamboyante. Un de mes principaux objectifs était de mêler histoire et histoire de l’art et ce sujet se prêtait particulièrement à ce type d’exercice. En effet, j’ai eu le plaisir de découvrir que les archives concernant cet édifice étaient bien conservées et très variée. Les registres de confréries ainsi que les comptes de la fabrique permettent de connaître les personnes qui vivaient alors à Gisors. L’église paroissiale, du fait de la grande densité de ses institutions, fonctionne plus ou moins comme un miroir de la société. En lien avec cette étude historique, j’ai travaillé sur le mobilier et les vitraux conservés dans l’édifice. La problématique était double : saisir les enjeux que représentent la commande et la création artistiques autour de l’église et comprendre comment les formes de la Renaissance ont été introduites à Gisors. J’ai ainsi pu appréhender le milieu des artistes, à la fois mobile (certains ont travaillé sur d’autres chantiers prestigieux, comme à Fontainebleau) et pérenne (d’autres forment de véritables dynasties d’artistes au service de l’église). La famille d’architectes Grappin a par exemple cumulé les deux aspects : Jean Grappin est à la tête du chantier à partir de 1548, son père Robert l’a été avant lui et a également participé à d’autres chantiers flamboyants. De là, j’ai pu constater que le chantier de Gisors et les dynasties d’artistes qui y ont travaillé ont introduit de nouvelles formes artistiques dans le Vexin.

Continuer la lecture de L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors de 1511 à 1629 – Marion Seure

Tour de France et actualités filmées

Rencontre avec Adrien Barbé, élève de 3e année, pour parler de sa thèse : « Regarder le Tour, voir la France : l’image de la société française dans le Tour de France des actualités filmées aux débuts de la télévision ». Propos recueillis par Pierre Pocard.


Commençons par le titre de ton projet de thèse : peux-tu analyser les différents aspects qu’il recouvre ?

J’ai voulu montrer avec ce titre, encore provisoire, que la représentation du Tour, à travers l’image animée, délivre plusieurs messages au spectateur et dépasse la simple compétition sportive : on montre la France, à la fois comme paysage et comme société. Il s’agit donc d’abord d’histoire culturelle même si la dimension sportive reste présente. L’objectif est de comprendre en quoi l’image animée a modifié et permis d’asseoir définitivement le mythe du Tour de France. C’est ainsi que je rejoins l’histoire du sport, puisque je traite de l’image que renvoient les champions par leurs exploits. L’image animée permet de passer d’une mythologie, pour reprendre le terme de Roland Barthes1 de l’inconnu et du non-vu, basée sur les journaux et la radio, à une mythologie du visible qui va au-delà du compte-rendu sportif. L’attitude de certains spectateurs actuels, qui regardent le Tour de France pour le paysage et le patrimoine n’est pas récente et s’assoit définitivement dès les années 1950. J’aimerais vraiment montrer en quoi les actualités cinématographiques ont servi de modèle pour le traitement médiatique du Tour jusqu’à aujourd’hui.

Continuer la lecture de Tour de France et actualités filmées

  1. Les Mythologies de Roland Barthes (Seuil, 1957), dans lesquelles l’auteur liste et analyse ce qu’il définit comme les « mythes » de son époque, sont une référence incontournable pour la compréhension de la légende du Tour de France, dans le chapitre « Le Tour de France comme une épopée », suivi d’un lexique des coureurs. []

Carnet des élèves et étudiants de l'Ecole nationale des chartes