« Les sources inédites en histoire », journée de jeunes chercheur.se.s

L’association Chroniques chartistes et les doctorants du Centre Jean Mabillon organisent, avec le concours de l’École nationale des chartes et du Centre Jean-Mabillon, une journée d’étude qui se propose d’aborder la question des sources inédites en histoire et de permettre à de jeunes chercheur.se.s de réfléchir ensemble à un des enjeux méthodologiques de leur travail.

Elle se tiendra à l’École nationale des chartes le 25 mai 2018.

Le présent appel à communication s’adresse aux archivistes paléographes diplômé.e.s ou en formation, aux étudiant.e.s et diplômé.e.s des masters de l’École nationale des chartes et aux doctorant.e.s du Centre Jean-Mabillon. Les propositions de communication sont à adresser avant le 1er décembre 2017 aux adresses mentionnées dans le texte joint à cette annonce.

Les comptes consulaires d’Escazeaux (1359-1419)

Marie Taupiac, archiviste paléographe (prom. 2017), présente sa thèse d’Ecole des chartes intitulée Administrer la communauté villageoise en Lomagne à la fin du Moyen Âge. Étude des comptes d’Escazeaux consulaires (1359-1419), réalisée sous la direction de M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’école, et Olivier Mattéoni, professeur d’histoire du Moyen-Âge à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Propos recueillis par Léo Davy.


Peux-tu nous présenter ton sujet de recherche ?
J’ai travaillé sur les comptes consulaires d’Escazeaux, un petit village situé en Lomagne (Tarn-et-Garonne), qui représentent une série continue de 1359 à 1419, ce qui m’a permis d’étudier l’évolution de la communauté rurale à travers la comptabilité. L’étude des comptabilités a pris de l’essor au sein de l’historiographie, mais les études se sont d’abord portées sur les villes qui ont mieux conservé leur archives. Les villages sont moins nombreux à avoir ce genre d’archives. La période est également particulièrement intéressante car elle est située pendant la guerre de Cent Ans. Au début de la période il y avait 129 feux et environ 60 feux à la fin, cela peut s’expliquer par les effets de la guerre qui pousse les habitants à fuir. Les villages alentours ont aussi été touchés par ce phénomène.
On voit tout d’abord les fortifications se construire : il y a eu beaucoup de dépenses engagées pour les construire, et c’est d’abord pour cette raison que des comptes ont été tenus à jour.

Continuer la lecture de Les comptes consulaires d’Escazeaux (1359-1419)

« Voyages et dialogue interculturel ». Programme du séminaire ENC/IESA

L’École nationale des chartes et l’Institut d’études supérieures des arts (Iesa) co-organisent le séminaire annuel « Voyages et dialogue interculturel ». Le séminaire se compose de 4 demi-journées, les vendredis matin 13 et 27 octobre, 8 et 15 décembre, de 9h30 à 13h à l’École nationale des chartes.
Les sessions associeront différents domaines d’études : histoire, histoire de l’art, économie, politique, création artistique.
Avec les interventions d’archivistes paléographes :
  • 13 oct. : Blandine Husser (prom. 2017), « Equi sine froenis. Les Chevaux Barbes entre France et Afrique du Nord (1542-1789) ».
  • 27 oct. : Christophe Gauthier (prom. 1997), professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’École, et Claire Daniélou (prom. 2017), « Berlin, une capitale du cinéma français ? Films et acteurs français en Allemagne, 1930-1942 ».
  • 27 oct. : Arnaud Ramière de Fortanier (prom. 1965), « L’inauguration du Canal de Suez : le jour où le terre est devenue ronde ».
  • 8 déc. : Louis Bergès (prom. 1980), conservateur général du patrimoine, membre du Cths, « La guerre d’indépendance grecque sur la scène littéraire française, vestiges du récit romantique (1820-1840) ».
  • 8 déc. : Jean-Pierre Bat (prom. 2006), « La politique française en Afrique » (à confirmer).
  • 15 déc. : Julie Duprat (prom. 2017), « Africains et afro-descendants à Bordeaux à la fin du XVIIIe : des passeurs culturels ».
  • 15 déc. : Juliette Gaultier (4ᵉ année), « Achille Murat, un citoyen américain en Europe (1830-1833) ».

Plus d’informations : http://www.enc-sorbonne.fr/fr/actualite/plusieurs-chartistes-interviennent-lors-journees-etude-iesa

Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle

Entretien avec Romain Benoit (archiviste paléographe, prom. 2017, agrégé d’histoire), qui a soutenu en juin dernier sa thèse d’École des chartes intitulée « “L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon”.  Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle ». Propos recueillis par Claire Daniélou.

Qu’est-ce que le Tribunal des maréchaux ? Quel est son ressort (géographique) et de quels types d’affaires judiciaires se charge-t-il ?
Le Tribunal des maréchaux de France a été créé par Henri IV au tout début du XVIIe siècle afin d’empêcher les duels entre nobles. Les duels faisaient alors de nombreuses victimes et les édits et ordonnances royaux n’arrivaient pas à juguler cette violence. L’idée d’une telle juridiction, qui s’est construite progressivement tout au long de la première moitié du XVIIe siècle, est très originale. Alors que la justice royale, sous la houlette des parlements, avait le devoir de condamner sévèrement les duels, le Tribunal des maréchaux devait les prévenir. Il était censé résoudre, avant qu’ils n’entraînent un affrontement armé, les querelles nées d’insultes ou d’affronts, les conflits de préséance, ceux de fiefs… bref, tous les litiges privés où l’honneur était enjeu.
Le ressort du tribunal s’étendait sur tout le royaume de France. La juridiction d’exception des maréchaux avait pour justiciables les nobles et les militaires, tous les sujets « faisant profession des armes » disent certains édits.

Continuer la lecture de Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle