Archives de catégorie : Thèses d’École des chartes

Thèses d’École des chartes

Entre illégitimité et illégalité, mise à nu des premières revues de modèles photographiques à destination des artistes

Manon Lecaplain est élève archiviste paléographe de troisième année. Elle soutiendra en 2019 sa thèse d’École des chartes sur les premières revues de modèles photographiques à destination des artistes (1902-1914), sous la direction de Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’Ecole des chartes et de Bertrand Tillier, professeur d’histoire contemporaine à Paris 1 et historien des images. Elle est aussi régulièrement suivie par Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF. Elle partage, avec enthousiasme, ce qui fait le sel de ses recherches. Propos recueillis par Pia Rigaldiès. 

Peux-tu nous parler de la genèse de ce sujet ? 

Je voulais travailler sur un sujet pluridisciplinaire, qui touchait à la condition de la femme, ou à la marginalité au tournant des XIXe et XXe siècles. J’avais d’abord pensé à l’iconographie des bordels mais c’est quelque chose qui a déjà été fait. J’ai été voir des conservateurs au département des Estampes de la BnF, sur les conseils de M. Gauthier, qui m’ont sorti les boîtes de trois revues : Le Nu esthétique, Mes Modèles et Le Nu académique, qui font aujourd’hui partie de mon corpus. J’ai trouvé le format très intéressant : ce sont des catalogues de poses qui prennent la forme de magazines bon marché, vendus entre 25 centimes et 2,50 francs pour les plus chers. Les photographies m’ont semblé assez intéressantes : les boîtes contenaient des photographies très académiques, et j’avais en tête les mutations de l’art du début du XXe siècle, ce qui me paraissait à l’époque paradoxal. Mais je me suis rendue compte par la suite qu’il y avait beaucoup de mises en scène et de montages.

Continuer la lecture de Entre illégitimité et illégalité, mise à nu des premières revues de modèles photographiques à destination des artistes

Les comptes consulaires d’Escazeaux (1359-1419)

Marie Taupiac, archiviste paléographe (prom. 2017), présente sa thèse d’Ecole des chartes intitulée Administrer la communauté villageoise en Lomagne à la fin du Moyen Âge. Étude des comptes d’Escazeaux consulaires (1359-1419), réalisée sous la direction de M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’école, et Olivier Mattéoni, professeur d’histoire du Moyen-Âge à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Propos recueillis par Léo Davy.


Peux-tu nous présenter ton sujet de recherche ?
J’ai travaillé sur les comptes consulaires d’Escazeaux, un petit village situé en Lomagne (Tarn-et-Garonne), qui représentent une série continue de 1359 à 1419, ce qui m’a permis d’étudier l’évolution de la communauté rurale à travers la comptabilité. L’étude des comptabilités a pris de l’essor au sein de l’historiographie, mais les études se sont d’abord portées sur les villes qui ont mieux conservé leur archives. Les villages sont moins nombreux à avoir ce genre d’archives. La période est également particulièrement intéressante car elle est située pendant la guerre de Cent Ans. Au début de la période il y avait 129 feux et environ 60 feux à la fin, cela peut s’expliquer par les effets de la guerre qui pousse les habitants à fuir. Les villages alentours ont aussi été touchés par ce phénomène.
On voit tout d’abord les fortifications se construire : il y a eu beaucoup de dépenses engagées pour les construire, et c’est d’abord pour cette raison que des comptes ont été tenus à jour.

Continuer la lecture de Les comptes consulaires d’Escazeaux (1359-1419)

Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle

Entretien avec Romain Benoit (archiviste paléographe, prom. 2017, agrégé d’histoire), qui a soutenu en juin dernier sa thèse d’École des chartes intitulée « “L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon”.  Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle ». Propos recueillis par Claire Daniélou.

Qu’est-ce que le Tribunal des maréchaux ? Quel est son ressort (géographique) et de quels types d’affaires judiciaires se charge-t-il ?
Le Tribunal des maréchaux de France a été créé par Henri IV au tout début du XVIIe siècle afin d’empêcher les duels entre nobles. Les duels faisaient alors de nombreuses victimes et les édits et ordonnances royaux n’arrivaient pas à juguler cette violence. L’idée d’une telle juridiction, qui s’est construite progressivement tout au long de la première moitié du XVIIe siècle, est très originale. Alors que la justice royale, sous la houlette des parlements, avait le devoir de condamner sévèrement les duels, le Tribunal des maréchaux devait les prévenir. Il était censé résoudre, avant qu’ils n’entraînent un affrontement armé, les querelles nées d’insultes ou d’affronts, les conflits de préséance, ceux de fiefs… bref, tous les litiges privés où l’honneur était enjeu.
Le ressort du tribunal s’étendait sur tout le royaume de France. La juridiction d’exception des maréchaux avait pour justiciables les nobles et les militaires, tous les sujets « faisant profession des armes » disent certains édits.

Continuer la lecture de Le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle

La correspondance d’Achille Murat, entre ambitions italiennes et citoyenneté américaine

Entretien avec Juliette Gaultier (élève de 4année, diplômée de master), qui  prépare pour sa thèse d’École des chartes sous la direction de Christine Nougaret et de Jacques-Olivier Boudon, l’édition scientifique d’une partie de la correspondance d’Achille Murat, fils de Joachim. Propos recueillis par Pierre Pocard.

Qui est Achille Murat, et pourquoi avoir choisi d’éditer sa correspondance ?

C’est d’abord la période du Premier Empire qui m’a intéressée, et j’ai, dans un premier temps, commencé à travailler sur les vagabonds à cette époque, mais le manque de sources m’a contrainte à envisager un autre sujet. J’ai alors appris, grâce à Charles-Éloi Vial (conservateur au département des Manuscrits de la BnF), l’existence, à la Bibliothèque nationale de France, d’un volume inédit renfermant la correspondance d’Achille Murat, un personnage qui, malgré l’existence de gisements documentaires repérés, était l’un des rares membres de la famille Bonaparte à n’avoir été que peu voire pas étudié. Sa correspondance permet pourtant de mettre en avant l’échec de la première génération de la noblesse d’Empire, et documente les liens entre les Bonaparte après 1815,  ainsi que leurs tentatives pour retrouver un rôle politique, avec un éclairage singulier puisqu’Achille est l’un des rares membres de l’ancienne famille impériale à ne pas demeurer dans la nostalgie de l’Empire.

Continuer la lecture de La correspondance d’Achille Murat, entre ambitions italiennes et citoyenneté américaine

Publication des positions des thèses 2017

L’École nationale des chartes publie les Positions des thèses 2017 soutenues par les élèves de la promotion 2017 pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe. L’ouvrage sera disponible à partir du 28 août 2017.

Les Positions des thèses soutenues par les élèves pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe sont publiées annuellement par l’École nationale des chartes depuis 1849.

Elles regroupent des résumés longs des thèses soutenues lors de l’année en cours, dont vous pouvez consultez la liste ici.