Tous les articles par Rédaction

Compte administrateur du carnet

Atelier de l’Ademec, le 28 novembre 2017 : Omeka-S

Après la journée d’étude du 14 octobre 2017 « Humanités numériques et données patrimoniales : publics, réseaux, pratiques », l’Ademec reprend ses ateliers pour l’année 2017-2018.

La première séance aura lieu le 28 novembre 2017 à l’École nationale des chartes (65 rue de Richelieu, 75002 Paris).

Laurent Aucher, administrateur du système d’information documentaire à la ComUE Paris Sciences et Lettres et responsable de la bibliothèque numérique de PSL, viendra présenter les nouveautés offertes par Omeka-S, qui intègre les standards du web sémantique et ses différences avec Omeka 2.5 dit Classic.

Les ateliers sont gratuits pour les adhérents de l’association. Pour les non-adhérents, une contribution symbolique de deux euros est demandée. L’inscription est possible à cette adresse ou en écrivant à l’Ademec (ademec.association@gmail.com).

« Les sources inédites en histoire », journée de jeunes chercheur.se.s

L’association Chroniques chartistes et les doctorants du Centre Jean Mabillon organisent, avec le concours de l’École nationale des chartes et du Centre Jean-Mabillon, une journée d’étude qui se propose d’aborder la question des sources inédites en histoire et de permettre à de jeunes chercheur.se.s de réfléchir ensemble à un des enjeux méthodologiques de leur travail.

Elle se tiendra à l’École nationale des chartes le 25 mai 2018.

Le présent appel à communication s’adresse aux archivistes paléographes diplômé.e.s ou en formation, aux étudiant.e.s et diplômé.e.s des masters de l’École nationale des chartes et aux doctorant.e.s du Centre Jean-Mabillon. Les propositions de communication sont à adresser avant le 1er décembre 2017 aux adresses mentionnées dans le texte joint à cette annonce.

« Voyages et dialogue interculturel ». Programme du séminaire ENC/IESA

L’École nationale des chartes et l’Institut d’études supérieures des arts (Iesa) co-organisent le séminaire annuel « Voyages et dialogue interculturel ». Le séminaire se compose de 4 demi-journées, les vendredis matin 13 et 27 octobre, 8 et 15 décembre, de 9h30 à 13h à l’École nationale des chartes.
Les sessions associeront différents domaines d’études : histoire, histoire de l’art, économie, politique, création artistique.
Avec les interventions d’archivistes paléographes :
  • 13 oct. : Blandine Husser (prom. 2017), « Equi sine froenis. Les Chevaux Barbes entre France et Afrique du Nord (1542-1789) ».
  • 27 oct. : Christophe Gauthier (prom. 1997), professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’École, et Claire Daniélou (prom. 2017), « Berlin, une capitale du cinéma français ? Films et acteurs français en Allemagne, 1930-1942 ».
  • 27 oct. : Arnaud Ramière de Fortanier (prom. 1965), « L’inauguration du Canal de Suez : le jour où le terre est devenue ronde ».
  • 8 déc. : Louis Bergès (prom. 1980), conservateur général du patrimoine, membre du Cths, « La guerre d’indépendance grecque sur la scène littéraire française, vestiges du récit romantique (1820-1840) ».
  • 8 déc. : Jean-Pierre Bat (prom. 2006), « La politique française en Afrique » (à confirmer).
  • 15 déc. : Julie Duprat (prom. 2017), « Africains et afro-descendants à Bordeaux à la fin du XVIIIe : des passeurs culturels ».
  • 15 déc. : Juliette Gaultier (4ᵉ année), « Achille Murat, un citoyen américain en Europe (1830-1833) ».

Plus d’informations : http://www.enc-sorbonne.fr/fr/actualite/plusieurs-chartistes-interviennent-lors-journees-etude-iesa

SOUTENANCES MASTER 2 — 2016-2017

Les soutenances du Master Histoire, Patrimoine et Technologies numériques mention « Technologies numériques appliquées à l’histoire » pour l’année universitaire 2016-2017 ont lieu du 18 septembre au 3 octobre 2017 à l’École nationale des chartes, 65, rue de Richelieu, Paris 2e, en salles informatique, Coyecque, Molinier et Pernoud.

Les soutenances sont ouvertes au public.

Retrouvez ici le calendrier des soutenances avec la liste des étudiant-e-s et de leurs sujets.

De l’armoire au compactus : 
le patrimoine vestimentaire à l’épreuve du temps au Palais Galliera, par Joséphine Grimm

Joséphine Grimm est élève archiviste paléographe de troisième année. Elle a effectué au début de l’année 2017 un stage de quatre mois au Palais Galliera – musée de la mode de la ville de Paris. 


Pensez-vous que votre garde-robe pourrait être exposée ? Que votre jean favori ou que votre T-shirt mériterait d’être conservé aussi soigneusement qu’un bijou de famille  ? Il est probable que non aujourd’hui mais dans deux cents ans, ce sera peut-être le rôle du Palais Galliera que de prouver à vos descendants le contraire.

Au début de cette année, j’ai eu la chance de pouvoir effectuer un long stage au Musée de la Mode de la Ville de Paris, plus connu sous le nom de la duchesse qui céda jadis à la ville de Paris son hôtel particulier de la butte Chaillot. Sur bien des aspects, le Palais Galliera est un musée singulier. Contrairement à la quasi-totalité de ses semblables, il ne dispose pas d’une galerie d’exposition permanente, ses œuvres étant bien trop fragiles pour être exposées durablement. En conséquence, c’est par le biais de prêts à d’autres institutions et d’expositions temporaires organisées dans ses murs – ou dans ceux des autres, comme l’a montré l’exposition «  Balenciaga, L’Œuvre au Noir  » au Musée Bourdelle – qu’il peut faire connaître ses collections. Quant aux prêts, ils se font au profit d’établissements aussi bien parisiens que de France ou du Monde. Il peut s’agir d’une petite contribution, quelques éventails et porte-bouquets pour l’exposition «  Le pouvoir des fleurs, Pierre-Joseph Redouté  » au Musée de la Vie Romantique, mais il arrive que les œuvres qui quittent les réserves du Palais se comptent par dizaines. L’exposition «  Volez, Voguez, Voyagez – Louis Vuitton  », qui s’est tenue d’abord au Grand Palais, puis à Tokyo et à Séoul, a nécessité beaucoup de préparation et d’investissement de la part des équipes de Galliera qui ont dû envoyer soigneusement près d’une centaine de pièces.

Continuer la lecture de De l’armoire au compactus : 
le patrimoine vestimentaire à l’épreuve du temps au Palais Galliera, par Joséphine Grimm