Le fonds Maxime Rodinson à la Bibliothèque nationale de France

 Maxime Rodinson (1915-2004) est aujourd’hui au mieux « silencieux », au pire « oublié1». La publication de ses souvenirs d’enfance en 2005 est passée inaperçue2. Si un dossier a été réalisé par l’ Institut du Monde Arabe à l’occasion de l’hommage rendu le 18 novembre 20043, si l’IMEC a accueilli une table ronde en 20074, si Sébastien Boussois a publié en 2008 un livre de témoignages, si une soirée à l’Institut du Monde Arabe a été consacrée à Islam et capitalisme en 2015 à l’occasion de la réédition de ce livre5, il faut avouer que la pensée de Rodinson trouve aujourd’hui assez peu d’écho dans les discours les plus répandus sur l’islam, sur le monde arabe, sur le conflit israélo-palestinien. Les interventions d’étudiants lors de la soirée à l’IMA suggèrent pourtant que l’œuvre de cette figure majeure de l’ orientalisme français de la deuxième partie du XXe siècle, aujourd’hui originale au regard de notre environnement médiatique, peut susciter de la curiosité.

Dans ce contexte, on ne peut que saluer la décision prise par la Bibliothèque nationale de France de créer une cote spéciale « Z Rodinson » plusieurs années après l’entrée de la bibliothèque de Maxime Rodinson au département Littérature et arts entre 2005 et 2010. Destinée à rendre visible la cohérence du fonds dans les collections de la BnF, la création de cette cote permettra d’envisager, à moyen terme, quand les opérations de catalogage seront terminées, la mise en valeur de ce fonds exceptionnel. Exceptionnel, le fonds, tel qu’il est entré à la BnF, l’est par son volume : le tiers d’un magasin, 14 364 livres, 2 272 brochures et 20 cartons conteneurs d’archives. Mais le fonds se distingue surtout par sa cohérence. Correspondant à peu près à l’intégralité de la bibliothèque possédée par Maxime Rodinson dans son appartement de la rue Vanneau, il s’agit d’un très bel exemple de bibliothèque de travail d’un érudit presque contemporain. Il reflète non seulement le parcours, les engagements et les recherches du savant, mais rend aussi compte des procédures et des usages du travail universitaire et témoigne des réseaux et des dispositifs de savoir sur l’islam et le monde arabe en France entre 1945 et 2000.

Le traitement catalographique de cet ensemble documentaire est en cours et sa communication en salle de lecture devrait intervenir au plus tard à la fin de l’année 2017. Consultable, le fonds Rodinson pourra alors faire l’objet de différentes investigations, au-delà des recherches sur l’œuvre même de Maxime Rodinson. Les linguistes et les ethnologues trouveront dans les importants fichiers une mine d’informations et de faits ; les historiens du Proche-Orient contemporain auront accès à une documentation de première main sur les nationalismes arabes, le sionisme et le conflit israélo-palestinien ; les islamologues découvriront une collection remarquable de travaux sur le monde musulman ; les chercheurs en sciences sociales ou en épistémologie auront à leur disposition un « lieu de savoir » dont l’histoire, les implications idéologiques et le fonctionnement peuvent être mis au jour6.

Mon propos est moins ambitieux. Il ne prétend être rien d’autre qu’une description générale du fonds Rodinson de la BnF, que j’ai eu la chance de découvrir à l’occasion d’un stage au département Littérature et art entre février et mai 20167. Cette description, nécessairement imparfaite en raison de l’état d’avancement du catalogage, doit se lire comme une description de la bibliothèque de Maxime Rodinson au moment de son entrée dans les collections nationales, sans préjudice des éventuelles transformations que le traitement par la BnF lui aura fait subir. Il n’est sans doute pas inutile de donner quelques indications sur la vie et l’œuvre de Maxime Rodinson avant de décrire le fonds de la BnF et d’esquisser une histoire de cette bibliothèque d’érudit.

Présenter Maxime Rodinson n’est pas une chose facile. Non pas que les sources manquent : au contraire, elles abondent, et Rodinson n’a pas été le plus avare des commentateurs sur sa propre vie. Le plus difficile, pour présenter le personnage, c’est qu’il a été, dans les milieux qu’il a fréquentés, précisément un personnage. Savant trop à l’ancienne, version XIXe siècle, pour s’accorder parfaitement à un paysage intellectuel où s’élaborait la French theory, trop marxiste pour s’entendre vraiment avec un milieu universitaire encore tributaire de l’idée selon laquelle l’islam seul expliquait l’Orient, communiste en rupture du Parti, autodidacte devenu un puits d’érudition, athée spécialiste des religions, juif antisioniste, bibliomane non bibliophile.

J’évoquerai peu son enfance8. Maxime Rodinson est né à Paris en 1915 dans le quartier alors populaire et ouvrier des Gobelins, dans une famille de Juifs émigrés de l’empire russe, petits artisans, athées, pénétrés par la Haskallah, et adhérents dès 1920 du Parti communiste. Curieux de tout, passionné d’histoire ancienne, le jeune Maxime, après le certificat d’études, est employé à quatorze comme saute-ruisseau, et fréquente entre deux courses les boîtes des quais, les libraires de la rive droite et la bibliothèque Mazarine. Par un incroyable concours de circonstances il entre en 1932 à l’Ecole des langues orientales vivantes. Il y choisit l’option proche-orientale, où l’arabe et le turc étaient obligatoires, prend l’amharique comme troisième langue parce que le professeur, Marcel Cohen, est le seul professeur communiste de l’école, s’initie au persan. En plus des Langues O, il assiste aux cours d’Isidore Lévy au Collège de France, parfois à ceux de Massignon, apprend le grec et le latin à coup de méthodes autodidactiques, se met à l’hébreu, découvre aux Hautes Études les langues anciennes, l’araméen, l’akkadien, l’égyptien ancien, le guèze. Par sa formation, Maxime est d’abord un linguiste, mais l’étendue de ses curiosités va au-delà de la linguistique comparée et c’est avec Marcel Mauss, par exemple, qu’il s’initie à la sociologie et à l’ethnologie.

Mais il lui manque, au sortir de l’École en 1937, l’expérience concrète du monde dont il a étudié les langues. La déclaration de guerre va la lui offrir. Mobilisé en 1940, il est envoyé au Levant où il demeure jusqu’en 1947, à Damas puis à Beyrouth, occupant diverses fonctions subalternes au Service des Antiquités, notamment celle d’acquérir des livres pour la bibliothèque, ce qui lui donne l’occasion de voyager dans tout le Proche-Orient, à Bagdad, à Jérusalem, au Caire, où il se lie avec les responsables communistes locaux. Le Levant, en effet, est le lieu où s’approfondit son engagement, où il milite vraiment pour la première fois. C’est à Beyrouth enfin que Maxime Rodinson apprend la déportation et la mort de ses parents à Auschwitz en 1943.

L’engagement au Parti communiste se poursuivra après le retour en France. Jusqu’en 1953 Rodinson, devenu bibliothécaire au service des imprimés orientaux à la Bibliothèque nationale, fait partie des savants choyés par le Parti. Mais la révélation de la mort de Beria et des procès des médecins juifs en URSS, la prise de pouvoir de Gomulka en Pologne, le rapport Khrouchtchev lui dessillent les yeux. Il se rend compte du caractère religieux, ou – ce qui pour lui est synonyme – idéologique, de son engagement. De plus en plus hétérodoxe, il finit par être exclu du Parti communiste à la suite d’une séance d’interrogatoire au Comité central où lui est reprochée la publication dans les Temps modernes d’une préface à la pièce de Nazim Hikmet, Ivan Ivanovitch n’a jamais existé9. Il refuse de faire son autocritique. Il ne reviendra jamais, sans qu’il renonce pour autant aux apports théoriques du marxisme.

En 1955, Maxime Rodinson succède à Marcel Cohen à la chaire de guèze à l’ EPHE qu’il occupe jusqu’en 1998. Au cours de ces quarante années, sa bibliographie est impressionnante par sa diversité. On y trouve de tout : des travaux de linguistique (sur l’étymologie persane du mot « losange »10, sur les alphabets éthiopiens et arabes11, sur la translittération de l’arabe12, sur les emprunts13 ), la traduction d’un carnet de notes en amharique sur le zâr et la médecine14, des travaux d’ethnologie historique (sur l’alimentation, dont il est un premier à faire un objet de recherches15, sur l’imaginaire de la lune16, sans parler de la synthèse sur les Arabes17 ), nombre d’études sociologiques sur l’islam proche-oriental contemporain18, une excursion dans l’histoire médiévale de l’Occident19, ou – mise en abyme de son rapport avec le Parti, sur Richard Simon20. La dispersion n’empêche pas la qualité et les articles frappent par la qualité des démonstrations et l’exactitude dans la production et l’analyse des sources.

Mais deux livres surtout font la renommée de Maxime Rodinson. Mahomet pour le Club français du Livre en 196121 et Islam et capitalisme en 196622 sont deux œuvres fondamentales du tournant pris par les études sur les mondes musulmans dans les années 1960. Les deux œuvres ont pour point de départ la conviction selon laquelle le monde de l’islam n’échappe pas aux lois générales de l’histoire des hommes. Dans une perspective matérialiste, Rodinson aborde les mondes musulmans sans essentialisme, en privilégiant les contextes historiques et les facteurs socio-économiques et en refusant d’interpréter les sociétés proche-orientales à la seule lumière de l’islam. Procéder ainsi, c’est rompre avec une tradition de l’orientalisme focalisée sur la spiritualité musulmane, l’interprétation religieuse du texte coranique, les mystiques23.

Affirmant sans ambages son athéisme en introduction, Rodinson propose dans sa biographie de Mahomet une interprétation marxiste du processus qui a conduit un prophète inspiré de Médine à devenir le maître de la péninsule arabique. Les structures claniques, les formes d’organisation des échanges en Arabie au vie et viie siècles, les systèmes politiques et les luttes de pouvoir internes aux cités marchandes de Médine et de La Mecque déterminent l’émergence et le développement de « l’idéologie » musulmane, plus que le projet religieux de Muhammad, dont l’inspiration est, au moins au début, vraisemblablement sincère. Cela peut paraître assez banal aujourd’hui, du moins en Europe24. Dans les années 1960, le retentissement de cette biographie a été considérable et l’œuvre a été traduite en plusieurs langues.

Islam et capitalisme participe de la même démarche rationaliste dans l’approche des sociétés musulmanes et du fait religieux. Alors que Mahomet s’inscrivait dans la lignée de la Vie de Jésus de Renan, Islam et capitalisme, par son titre et par sa méthode, est en grande partie dirigé contre les théories de Max Weber sur le capitalisme. Au moment de la parution du livre, l’apogée du nationalisme et des socialismes arabes stimulait un débat sur le rapport entre islam et modernité capitaliste, dans la perspective plus générale des décolonisations, du développement et du sous-développement des pays du Tiers-monde. Islam et capitalisme est une réponse au postulat selon lequel l’islam explique l’Orient. Ce postulat est alors partagé aussi bien par ceux qui lient le retard des sociétés musulmanes au poids des interdits coraniques que par ceux qui pensent que l’islam est par nature une idéologie égalitaire, promeut une sorte de socialisme25. Or, l’analyse par Rodinson des sourates du Coran et des hadiths montre que l’islam n’a pas plus de méfiance à l’égard du libre arbitre, n’est pas plus fataliste ni irrationnel que le christianisme. La théologie musulmane, qui, comme tout système idéologique, s’adapte rétrospectivement aux contextes plus qu’elle ne les conditionne a priori, valorise bien souvent la figure du marchand et, pourvu que le mode d’acquisition des biens et leur usage soient justes, la propriété privée n’y fait en général pas l’objet d’une suspicion. Sur le plan général, cette analyse vise à réfuter les thèses de Weber sur le rôle de la doctrine calviniste de la prédestination dans l’essor du capitalisme. Si, dans le monde musulman les « secteurs capitalistiques » décelables au Moyen-âge n’ont pas débouché de façon endogène sur une organisation économique et sociale de type capitaliste, l’islam n’y est pour rien : le retard de développement des pays musulmans est lié, dans une perspective classiquement marxiste, à des facteurs socio-économiques (extraction de la plus-value par l’Etat, prédominance politique et sociale des militaires, par exemple). En somme, « l’opposition fondamentale de l’islam au capitalisme est un mythe26 ». Là encore, aujourd’hui l’étude de Rodinson peut paraître datée, dépassée. Il n’en demeure pas moins qu’en considérant le monde arabo-musulman comme « spécifique » mais non « exceptionnel » au regard des « lois générales de l’histoire humaine27 », en refusant de le réduire à sa religion, en l’abordant sous l’angle assez nouveau des sciences sociales, Rodinson contribue à en « décoloniser l’histoire28 ».

On ne peut enfin présenter Maxime Rodinson sans parler de ses interventions publiques au sujet de la Palestine, de sa critique du sionisme, de son soutien à la cause palestinienne. La guerre des Six Jours en juin 1967 donne un écho retentissant à un article publié en mai dans un numéro spécial des Temps modernes consacré au « conflit israélo-arabe ». Intitulé « Israël : fait colonial ? », ce long article constitue un événement dans un paysage intellectuel français dominé par le soutien à Israël29. Il s’agit d’une critique du récit sioniste de la formation d’Israël laquelle, pour Rodinson, participe du processus d’expansion européenne enclenché au xixe siècle, débouche sur la colonisation de fait d’une partie de l’ancien empire ottoman et permet à l’Occident de se laver de la culpabilité de la Shoah. « Israël, fait colonial ? » a rapidement une diffusion internationale et attire à son auteur les haines autant qu’une certaine reconnaissance, qui lui vaudra plus tard de rédiger l’article « Sionisme » de l’Encyclopédie Universalis. Dans les années 1970, il s’engage sans répit dans la défense du peuple palestinien et dans la recherche d’une résolution du conflit. La création du GRAPP (Groupe de recherches et d’action pour le règlement du problème palestinien) avec Jacques Berque en 1968, l’engagement contre le sionisme au nom du refus de reconnaître « le caractère essentiel » de la judéité comme «  détermination d’origine30 », la proximité avec les gauches arabes placent alors Maxime Rodinson au cœur des débats et des réflexions sur le conflit israélo-palestinien. Mais la reconnaissance des faits le conduit à nuancer sa position. Prenant acte de l’existence d’Israël et de sa constitution en fait national, il abandonne l’espoir d’une « décolonisation de la Palestine » et, un des premiers, affirme la nécessité d’un règlement du conflit par la création de deux Etats séparés. Cette solution, à la fin des années 1970 et au début des années 1980, était inacceptable aussi bien pour l’OLP que pour Israël, et c’est avec une sorte de fatalisme, un profond pessimisme et beaucoup de distance par rapport à son combat que Rodinson considérait l’évolution de la situation en Palestine dans les années précédant sa mort à Marseille en 2004.

De ce combat politique, la bibliothèque de Rodinson est à la fois le moyen et la manifestation, autant qu’elle est le laboratoire et l’antichambre de son œuvre scientifique. Les livres rassemblés par Rodinson sont, à tous les points de vue, les outils du rationalisme et de la « lucidité » qu’il a revendiqués en tant que savant et qu’intellectuel. On a pu dire qu’il s’agissait « d’une des plus grandes bibliothèques d’érudition de Paris31 ». Cette réputation est confirmée par de nombreux témoignages. Ce qui frappe les visiteurs de Maxime Rodinson, c’est d’abord l’extraordinaire accumulation, au sol, sur les meubles, jusqu’aux cimaises, des ouvrages dans les pièces de son appartement, dont aucune, même la salle de bain, n’était épargnée par l’invasion livresque. Aux témoignages de Gilles Kepel (« Cela ressemblait à une bibliothèque universitaire32 ») ou de Maha Baaklini-Laurens (« Il ne pouvait recevoir chez lui car il n’y avait tout simplement pas assez de place33 ») répondent ceux de Gérard D. Khoury qui parle d’une « jungle » où « le seul espace libre, sans aucune trace de la curiosité et de l’érudition de Rodinson, était le plafond34 » ou de Michel Rodinson se souvenant de ses impressions d’enfant :

Nous voyions surtout des tas de livres, de dossiers, de journaux et de papiers en tout genre s’entasser, déborder, tendant inexorablement à envahir l’appartement, malgré les barrages désespérés de maman qui tentait d’en maintenir une partie vivable, assumant avec un beau dévouement et une belle patience tous les problèmes posés par ses enfants d’une part, et d’autre part ce mari savant pas toujours coopératif aux soins du ménage.35

Maxime Rodinson lui-même, à la fin de sa vie, n’a pas laissé d’évoquer la forêt de livres qu’était devenu son appartement. A un interviewer qui lui demande pourquoi il a transformé son appartement en bibliothèque, il répond non sans humour :

Parce que j’ai souffert quand je n’avais pas de livres ou peu. Ça voulait dire qu’il fallait aller […] dans les bibliothèques, copier les passages qui m’intéressaient. Quand je revenais chez moi, que j’étais en train d’écrire, je réalisais que c’était un autre passage qu’il était important de copier, il fallait y retourner. Alors j’ai jugé qu’il était beaucoup plus facile d’avoir les livres chez soi, ce qui était aussi la conclusion de certains de mes maîtres. Il ne fallait pas exagérer, j’ai exagéré, c’est sûr, mais enfin, bon, c’est irrémédiable36.

Cette bibliothèque est donc d’abord un outil de travail, une collection nécessaire à la documentation du savant. Elle est indéniablement le matériau à partir duquel s’élabore le savoir. Mais ces livres ne sont pas tous des sources qu’il est utile d’avoir sous la main. Les envois (d’auteurs, de maison d’édition), par exemple, reflètent autant l’insertion de Rodinson dans des réseaux universitaires ou intellectuels que les nécessités d’une documentation. Dans tous les cas, instrument de travail et résultat d’un travail, la bibliothèque impressionne au point d’être devenue, dans le milieu des orientalistes français de la fin du xxe siècle, un objet presque légendaire.

Il n’est sans doute pas inutile d’évoquer les conditions d’entrée de cet objet à la Bibliothèque nationale et de faire le point sur les premières opérations de patrimonialisation que ce transfert lui a fait subir.

Les documents conservés à la BnF constituent presque l’intégralité de la bibliothèque de Maxime Rodinson. Mais l’importance volumétrique de l’ensemble ne doit pas masquer qu’il existe d’autres fonds Rodinson ailleurs. De fait, Maxime Rodinson a déposé à l’ IMEC (Institut Mémoire de l’Edition Contemporaine) en 2000 la plupart de ses archives personnelles. La majorité des numéros de périodiques y sont également en dépôt. D’autre part, la bibliothèque d’études ouest-sémitiques de l’Institut du Proche-Orient ancien au Collège de France possède, quant à elle, 234 ouvrages et brochures concernant les langues et civilisations de l’Ethiopie et de l’Arabie du Sud qui furent la spécialité d’enseignement de Rodinson à l’EPHE. Cet ensemble a été donné au Collège de France en 2005 conformément à un vœu testamentaire. Il est probable enfin que des livres inscrits dans un registre des « publications reçues » tenu par Rodinson ont été dispersés ou se trouvent encore chez ses descendants, car la confrontation de ce registre avec les inventaires des fonds de la BnF et de celui du Collège de France fait apparaître que les deux cinquièmes des envois qui y sont notés n’ont pas été donnés aux deux institutions. Il est possible qu’on les trouve à l’IMEC mais les indications minimales fournies par cet établissement n’induisent pas à le penser.

Quoi qu’il en soit, à l’exception de ces deux ensembles et de cette éventuelle lacune, le reste de la bibliothèque, soit de loin la plus grande partie, a été donné à la Bibliothèque nationale. Des imprimés ont été donnés à la BnF en 2005 par les enfants de Maxime Rodinson. Un deuxième don a été fait en 2007. En 2010, les héritiers ont donné les vingt cartons d’archives. L’ensemble a été orienté au département littérature et art en raison de la part importante des livres en langues étrangères. Le département a d’abord trié l’ensemble des volumes par langues. Puis les agents, en fonction de leurs compétences linguistiques, ont établi, entre 2007 et 2010, la liste des monographies (14 325 volumes). La deuxième étape a consisté à vérifier pour chaque volume s’il s’agit d’un unicum ou d’un doublon37, et d’indiquer pour chaque exemplaire la présence ou non de marques d’appropriation, qui – signe que ces livres étaient utilisés – sont nombreuses, quoique peu exceptionnelles : Rodinson n’était pas un adepte des marginalia, et si les annotations qu’il porte sont essentiellement des corrections linguistiques (les dictionnaires en général sont corrigés), si quelques dédicaces parsèment le fonds, la plupart des livres sont simplement soulignés dans un curieux système de rouge et de bleu, ou plus souvent « truffés ». Le travail de vérification est achevé pour les langues d’Europe occidentale (anglais, allemand, espagnol, portugais, italien), le turc, le roumain, le russe, ainsi que pour l’ensemble des brochures. Il n’est pas commencé, faute d’agent compétent, pour les langues de l’Ethiopie. Il doit être relancé et complété pour l’arabe, les langues slaves, le grec et le latin, l’hébreu, le syriaque, l’arménien et le persan. Mais le gros morceau reste le français (9 000 volumes environs), qui est en cours d’achèvement. Ce travail préalable a permis de commencer le catalogage des fonds de monographies qui devrait s’achever à la fin de l’année 2017.

Les dimensions du don le rendent tout à fait représentatif de ce que fut la bibliothèque de Rodinson. Si à la BnF, pour la conservation et pour faciliter le travail des agents, les livres et les brochures ont été physiquement séparés, il n’est pas sûr qu’ils le fussent dans l’organisation de la bibliothèque de la rue Vanneau ; aussi n’y a-t-il pas lieu de les distinguer dans la description générale du fonds des imprimés de Rodinson38.

L’ensemble des imprimés comprend 16 633 unités, non comptés les documents photocopiés39. En l’état actuel, l’inventaire du fonds a porté sur la quasi-totalité des unités (16 505)40 qui du point de vue de leur nature documentaire se répartissent de la façon suivante : 15 042 monographies, 1 168 numéros de périodiques, 264 catalogues d’éditeurs ou de libraires, 29 documents cartographiques, 2 documents multi-supports.

Plusieurs biais sont possibles pour décrire une telle masse documentaire. Le premier critère, celui des langues, est celui qui a déterminé l’orientation du fonds vers le département littérature et art. En valeur absolue, le volume des documents en arabe ou en russe justifie ce choix ; en valeur relative, la part des documents en langues occidentales, en particulier en français, ne rend pas évidente cette orientation. Le tableau et le graphique suivants présentent la part respective des vingt-neuf langues du fonds Rodinson41 :

LANGUE NOMBRE D’UNITES POURCENTAGE
Allemand 1150 6,9
Anglais 2576 15,5
Arabe 1001 6
Bulgare 26 0,2
Espagnol 103 0,6
Langues éthiopiennes et sudarabiques 48 0,3
Français 10123 60,8
Grec ancien 57 0,3
Hébreu 80 0,5
Italien 378 2,3
Latin 230 1,4
Persan 37 0,2
Polonais 19 0,1
Russe 577 3,5
Syriaque 31 0,2
Turc 147 0,9
Autres :  Arménien (4), catalan (2), danois (2), espéranto (9), grec moderne (7), néerlandais (3), occitan (1), ouighour (2), ourdou (1), portugais (7), roumain (3), suédois (6), tchèque (3), ukrainien (3) 53 0.3
TOTAL 16636 100

La description par langues appelle deux commentaires. D’abord, la part des langues « occidentales » atteint presque 90 % (87,6 %). Si le fonds n’était pas aussi volumineux, on dirait que le nombre des livres en langues dites orientales serait anecdotique. Naturellement le français représente presque les deux tiers de l’ensemble, mais il faut noter la part des livres en anglais, qui témoigne à la fois de l’influence de l’orientalisme anglais ou américain dans la formation de l’œuvre de Rodinson et de la vivacité de la réception de Rodinson dans le monde anglo-saxon42.

Le deuxième commentaire porte sur les parts respectives de l’arabe et du russe. Si la présence des livres en langue arabe se comprend très bien, cet ensemble formant une collection de sources primaires pour l’orientaliste, on pourrait penser que le nombre des livres en russe est lié à l’engagement de Rodinson au Parti communiste et à ses convictions marxistes. Cela pourtant est à nuancer. Les livres russes, la plupart édités dans les années 1960, soit après l’exclusion de Rodinson du Parti, sont surtout des livres d’ethnographie, de linguistique et d’histoire des mondes musulmans. Ils témoignent surtout de l’intérêt de Rodinson pour l’orientalisme soviétique et pour les peuples turcophones d’Asie centrale.

La répartition linguistique renseigne finalement assez peu sur les spécificités du fonds. Ce critère doit en tout cas être couplé avec un autre, celui du sujet des livres. La curiosité de Rodinson, l’étendue de son savoir ont souvent été soulignées43. Un simple regard sur les titres des ouvrages conservés confirme la diversité des centres d’intérêt du savant dans le champ des sciences humaines, ce que, du reste, son œuvre montre. Si l’immense majorité des documents porte sur l’histoire du Proche et du Moyen-Orient, il y a plusieurs façons, forcément arbitraires, d’affiner cette perception initiale. L’une d’entre elles consisterait à employer les propres catégories de Maxime Rodinson. Les archives données à la BnF contiennent en effet un dossier intitulé « Bibliothèque. Classement » réunissant plusieurs notes manuscrites, vraisemblablement écrites entre 1945 et 1955, dont une, intitulée « Cadre de classement de ma bibliothèque », propose une classification thématique en vingt catégories. Mais ce cadre de classement est antérieur au moment du très grand accroissement de la collection. Certes, l’intérêt que Rodinson a porté au référencement de sa documentation est constant et sans doute l’accumulation des livres n’a pas totalement contrarié l’organisation logique de sa bibliothèque. Mais il est peu probable qu’il ait suivi ce cadre de classement ancien, dont les lacunes ne permettent pas de rendre compte des acquisitions postérieures à 1955 concernant en particulier le monde éthiopien et l’histoire des religions autres que l’Islam. Les catégories qu’il utilise dans les années 1950 ne peuvent donc pas être utilisées pour décrire un fonds en grande partie postérieur. On renoncera donc à regarder le fonds avec les yeux de son ancien propriétaire et plus classiquement la répartition se fera en adaptant les catégories thématiques utilisées à la BnF.

En plus d’être arbitraire, la répartition proposée dans le tableau suivant ne porte pas sur tous les livres. Je me suis borné aux livres dont j’ai pu au moins lire la langue44, soit 14633 titres (88 % du fonds).

Thème Nombre d’unités Pourcentage
ARTS 81 0.6 %
Architecture et urbanisme 5
Arts et histoire de l’art 45 0.3 %
Arts du spectacle 5
Cinéma 5
Photographies 7
Musique 14
DROIT, ÉCONOMIE, POLITIQUE 1064 7.3 %
Droit 4
Économie 48 0.3 %
Science politique 1012 7 %
LANGUES ET LITTERATURE 3044 20.7 %
Langues et linguistique 2153 14.7 %
Littérature 891 6 %
SCIENCES ET TECHNIQUES 127 0.9 %
Histoire des sciences 55 0.4 %
Mathématiques 12
Sciences de la vie, santé 60 0.5 %
SCIENCES HUMAINES, PHILOSOPHIE ET RELIGION 6911 47.2 %
Archéologie et Antiquité 1003 6.9 %
Histoire 3054 20.9 %
Numismatique 3
Philosophie 299 2 %
Religion 2552 17.4 %
SCIENCES SOCIALES 3406 23.3 %
Anthropologie et ethnologie 1759 12 %
Éducation 12
Géographie 293 2 %
Sociologie 1286 8.8 %
Psychologie 56 0.4 %

Bien que le principe même de ce genre de classification soit contestable (le classement de tel livre dans telle catégorie relevant bien souvent de la sensibilité de celui qui classe plus que de critères tout à fait objectifs), au moins cette répartition donne une idée des grandes orientations du fonds Rodinson.

La tendance la plus visible est la prépondérance des livres de sciences humaines et de sciences sociales (plus de 70 %). Les livres d’histoire, si abondants, reflètent bien la curiosité déroutante de Rodinson. L’histoire des différents peuples du Proche-Orient médiéval et moderne est surreprésentée, mais bien rares sont les époques et les lieux qui ne trouvent pas place sur les rayons. Sans surprise, on trouve les grands classiques de l’histoire des Arabes jusqu’à la fin du xxe siècle, mais aussi, pour l’Europe, des livres d’érudition dans la lignée de l’école méthodique (plus que des Annales et de la « nouvelle histoire ») ou des travaux d’érudition chartiste, ainsi que toute une série de travaux sur le communisme et l’Union soviétique. Très peu de lacunes géographiques : l’histoire de la Chine voisine avec celle des Incas. En revanche, certaines époques sont moins représentées, le xviie siècle par exemple, quels que soient les espaces, ou le premier xixe siècle.

On est frappé par l’importance du fonds de religion, même si la qualité d’islamologue de Rodinson le laissait prévoir. Les multiples éditions et traductions du Coran, la collection de commentaires coraniques, les volumes encyclopédiques sur l’Islam, les nombreux tirés-à-part sur tel ou tel aspect de la religion musulmane, les travaux des grands orientalistes français, allemand et italiens sont attendus. Mais la curiosité de Rodinson va au-delà des études islamiques : à l’exception des religions d’Extrême-Orient dont le versant spirituel l’intéresse peu, le fonds est une véritable encyclopédie des religions monothéistes Judaïsme et christianisme, et spécialement les études bibliques et la patrologie, sont omniprésents : encyclopédies, éditions de texte, traités de théologie, etc. C’est dans ce domaine que la diversité des centres d’intérêt de Rodinson, ici seulement effleurée, son goût du comparatisme, son souci des textes sont le plus visibles.

Enfin la part des livres consacrés à l’Antiquité est remarquable. L’histoire des peuples antiques, des Grecs, des Égyptiens, des Hébreux, des Perses, des Assyriens est une passion ancienne de Rodinson. Il a passé les loisirs de son enfance à recopier des listes des rois de Babylone, des dynasties pharaoniques et des souverains lagides45. C’est surtout l’histoire de l’Antiquité tardive dans la partie orientale de l’Empire qui l’intéresse et dont, par exemple, il fait une description remarquable dans les premières pages de son Mahomet46. Cette partie du fonds est le royaume de la science allemande.

Du côté des sciences sociales, si l’anthropologie, fait remarquable, est surtout représentée par les travaux anglo-saxons, l’ethnologie l’emporte, conformément à la spécialité que Rodinson a revendiquée47 et à sa méfiance envers les élaborations des anthropologues48. Il s’agit surtout d’ouvrages d’ethnographie du Proche-Orient. Les travaux sur le monde arabe abondent. Mais ceux portant sur les mondes turcs et persans ne manquent pas, tandis que, là encore, l’Asie lointaine, et spécialement la Chine et le Japon, est peu représentée. C’est aussi dans cette catégorie qu’on trouve les nombreux livres sur l’alimentation qu’à partir des années 1980 reçoit en nombre, après qu’il en a été le précurseur en France. Les œuvres majeures des sociologues français et étrangers du début du xxe siècle, un nombre incalculable de thèses et de mémoires relatifs à la sociologie des religions et à la sociolinguistique, beaucoup d’études démographiques forment le fonds de sociologie. Aussi on doit remarquer la présence de travaux de psychologie, surtout de psychologie sociale ou cognitive dont les dates d’édition ou d’acquisition laissent supposer qu’ils ont été utilisés par Rodinson au moment de la rédaction des passages du Mahomet consacrés à l’explication rationaliste des phénomènes d’inspiration religieuse. Notons enfin l’absence dans le fonds des œuvres aujourd’hui fondatrices des « sciences humaines et sociales » : l’absence de Michel Foucault par exemple indique combien Rodinson, fidèle à un rationalisme scrupuleux, et conscient de l’être, est le fils du positivisme49.

Comparé aux sciences humaines, le fonds qui justifierait le plus la conservation des livres de Rodinson au département Littérature et art fait relativement – relativement seulement – figure de parent pauvre. Cette impression est renforcée si l’on remarque que j’ai rangé sous l’étiquette de « linguistique » des ouvrages et des articles de sociolinguistique ou d’ethnolinguistique. Le fonds concernant les langues fut certainement le plus remarquable de la bibliothèque de Rodinson, celui qui la distinguait entre toutes. Symptomatiquement, c’est là qu’on trouve le plus d’unica. Maxime Rodinson est d’abord un linguiste professionnel : ses premiers travaux sont d’abord des articles et des cours sur les langues. Capable de s’exprimer en une trentaine de langues, passionné par la comparaison linguistique, il a rassemblé une documentation exceptionnelle dont une collection admirable de dictionnaires, de lexiques et de grammaires la plupart de temps annotés, parfois même corrigés50.

Par rapport à la linguistique, la part de la littérature proprement dite est faible. Et encore l’image de la littérature qui se dégage du fonds mérite-t-elle d’être précisée. Qu’on ne s’attende pas à trouver dans ce fonds les œuvres majeures du canon littéraire occidental – qui, pour nous, même inconsciemment, sont la « littérature ». Aucune édition, même de poche, de Cervantès, de Shakespeare, des classiques français, de Montaigne ; un titre de Dante, et encore ce sont les Opere minori, deux pièces de Goethe. Le xxe siècle est un peu mieux représenté, mais surtout par des romanciers du Maghreb ou des Balkans, ou par des écrivains marxistes (Steinbeck, Hikmet). En fait, le fonds littéraire de Rodinson est à l’image de ses préoccupations et se rapproche volontiers des fonds des sciences humaines. Il s’agit essentiellement de textes susceptibles d’être facilement lus comme des sources : des éditions allemandes, anglaises, françaises ou italiennes des Latins ou des Grecs, spécialement des historiens, les chroniques médiévales, et surtout un important fonds de traductions des classiques des littératures en langues arabe, persane ou turque.

Enfin, j’ai classé sans grande conviction dans la section « sciences politiques », outre les traités de politologie ou les essais sur l’actualité politique, les innombrables brochures, souvent militantes, relatives au conflit israélo-palestinien ou aux décolonisations. Cette partie du fonds est certainement une des plus originale au regard des collections de la Bibliothèque nationale51.

Cette description gagnerait à être affinée encore, notamment en étudiant les répartitions linguistiques à l’intérieur de chaque classe thématique. Sans surprise les sondages effectués dans les fonds en langue allemande, puis italienne ont indiqué dans la première la prédominance (par ordre d’importance numérique) d’ouvrages traitant des religions monothéistes, de linguistique des langues sémitiques, d’histoire ancienne, dans la seconde l’omniprésence des travaux sur les langues de l’Ethiopie, et, à un moindre degré, des études d’islamologie. Les relations de Rodinson avec l’Allemagne et l’Italie sont des rapports d’érudition. A priori, la situation serait tout autre si l’on regardait les livres en anglais et surtout les spécificités du fonds arabe mériteraient, à ce titre, d’être analysées avec soin.

Le dernier biais pour décrire le fonds des imprimés de Rodinson conservé à la BnF est celui de la date d’édition de livres. L’application de ce critère a peu de chances de contredire ce qu’un simple regard dans les travées du magasin révèle. La bibliothèque de Rodinson n’est pas celle d’un bibliophile. La présence des livres anciens, ni rares ni précieux, relève de l’anecdote. A peine dix livres sont antérieurs au xixe siècle. Si l’on exclut quatorze livres antérieurs à 1815 ainsi que les 1543 documents sans date (dont le volume s’explique par l’abondance des brochures et des tracts ronéotypés), restent 15076 imprimés qu’on peut classer en fonction de leur date d’édition par tranches de cinq ans selon la représentation suivante :

Ce repérage des dates d’édition rappelle que, outils de travail, ces livres sont contemporains de leur propriétaire. Remarquons seulement que près des deux cinquièmes des livres ont été publiés entre 1956 et 1975, c’est-à-dire qu’ils accompagnent le moment où les publications de Rodinson sont les plus nombreuses et où sa notoriété est la plus grande.

Enfin ce panorama du fonds Maxime Rodinson à la Bibliothèque nationale ne serait pas complet sans une évocation des vingt cartons « d’archives », entrés au département Littérature et art après les imprimés.

A un degré moindre, les archives de Maxime Rodinson données à la BNF présentent la même dualité que les imprimés en ce qu’elles reflètent à la fois l’activité du professeur et de l’érudit et l’activité de l’intellectuel marxiste et antisioniste. Elles se composent d’un ensemble de pièces et de dossiers (413 unités) et d’un ensemble de fichiers (61 unités).

Les dossiers ne forment qu’une petite partie des archives de Maxime Rodinson, dont la plus grande partie, sans doute la plus intéressante, a été déposée par lui-même à l’IMEC en 2000. C’est cet établissement qui conserve sa correspondance et la plupart des manuscrits de ces œuvres. Les archives que la Bibliothèque nationale a reçues ont tout l’air d’être le reliquat d’un ensemble beaucoup plus vaste. Matériellement, ce fonds dont le classement résulte de l’activité même de Rodinson se caractérise par une grande hétérogénéité. Plus de la moitié des unités (246 dossiers) comprennent des documents manuscrits. La plupart sont de la main de Maxime Rodinson et permettent de saisir la recherche en train de se faire (notes préparatoires, fiches, copies de documents, brouillons et cahiers de rédactions mises au net). Certaines pièces, sont de la main d’un secrétaire, vraisemblablement l’islamologue Alexandre Popovic, qui fut le « collaborateur technique » du professeur Rodinson entre 1967 et 1977. Quelques manuscrits proviennent d’autres scripteurs (correspondance reçue, copies de textes français ou arabes). Les documents dactylographiés (forts et pelures) sont très nombreux (présents dans 220 dossiers). Les dactylographies proviennent principalement de Rodinson (textes d’articles et de communication, correspondance envoyée), et sont très souvent annotées. Enfin, les documents ronéotypés et photocopiés sont le support d’une bonne partie de la documentation scientifique et surtout militante rassemblée par Maxime Rodinson, qui ne diffère pas des « pièces » évoquées plus haut. A partir des années 1970, plusieurs réponses envoyées par Rodinson sont photocopiées et agrafées aux lettres reçues. Le fonds comprend également quelques manuscrits dont une partie des Souvenirs d’un marginal.

J’ai déjà évoqué certaines des pièces qui se trouvent dans ces dossiers. Ni « enfer52 » ni document trop intime. Ce sont là encore essentiellement des documents de travail ou produits par le travail. Les dossiers scientifiques sont les plus nombreux (250 unités ; 60 % des dossiers). On y trouve : des dossiers de recherche (documentation relative à des questions d’érudition, notes de recherches, notes bibliographiques, préparations et brouillons d’articles, texte de communications ou de publications savantes) ; des documents reflétant les usages du milieu universitaire (comme les comptes rendus pour le Bulletin critique du livre français, quelques correspondances surtout avec des étudiants, beaucoup de documentation de colloques, des tirés-à-part) ; des documents reflétant l’activité d’un professeur (thèses et mémoires, préparation de rapports de soutenance, textes et matériel de cours).

La part des dossiers concernant le militantisme et l’engagement (115 unités ; 30 % des dossiers) n’est pas négligeable. Ils reflètent l’engagement communiste de Maxime Rodinson, ses prises de position dans le conflit israélo-palestinien, ses interventions sur la guerre civile au Liban (1975-1990), et plus généralement sa participation au débat public en France. Mais il faut bien avouer que les documents témoignent de l’aspect le moins intime de ces engagements. Il s’agit de dossiers documentaires (coupures de presse, revues et circulaires), de quelques notes préparatoires et de textes de communications (conférences, allocutions, entretiens, articles). Des correspondances sont dispersées dans les dossiers. Il serait bien difficile de retracer en détails un itinéraire engagé à partir de ces documents. L’essentiel, là encore, doit se trouver à l’IMEC.

Mais le trésor de ce reliquat est ailleurs. Il s’agit de 61 fichiers constitués par Rodinson qui témoignent de toute une vie de recherches. Deux lots de fiches, hors boîtes, datant vraisemblablement de ses années d’études, témoignent de cette précocité, mais c’est surtout à partir du retour en France en 1947 que Rodinson se livre à une intense activité de dépouillement et de mise en fiches. Les informations consignées dans les fichiers sont la matière brute que les articles et les livres écrits par le savant mettent en forme. Les livres, les articles et même les journaux lus par Rodinson sont susceptibles de se retrouver fichés, selon plusieurs modalités. La première modalité est de type bibliographique : tout texte lu donne l’occasion de la rédaction d’une notice. Ces fiches sont ensuite classées dans des fichiers selon leur genre (livres, articles, tirés-à-part). Ces fichiers constituent alors une sorte de catalogue.

Rodinson rédige aussi des fiches par mots-clés qu’il classe ensuite dans six fichiers thématiques qui reflètent l’orientation de son œuvre : « Idéologie », « Alimentation », « Israël : temps modernes », « Arabie préislamique », « Monde musulman contemporain », « Actualités du Proche-Orient actuel ». Ce dernier, par exemple, composé surtout pendant les années 1950, ordonne par pays une série de coupures de presse sur l’actualité des mondes musulmans (non pas seulement proche-orientaux).

Le dernier type de fichiers ressortit à la documentation linguistique. Ce sont à la fois des dictionnaires des occurrences et des dictionnaires de linguistique comparée des langues sémitiques. Un fichier « guèze » est un lexique où chaque fiche est consacrée à un mot, à ses occurrences textuelles et à ses équivalents dans d’autres langues sémitiques. Un autre fichier guèze porte sur des faits de langue, classés selon l’ordre de la description grammaticale normative (morphologie, syntaxe, prosodie », « vocabulaire », etc.). Le fichier « Vocabulaire arabe contemporain » fonctionne différemment : il s’agit du relevé systématique du lexique de plusieurs textes de la littérature arabe ancienne, dont le Coran et les fables du Livre de Kalila wa-Dimma, chaque mot étant assortit de commentaires linguistiques ou historiques.

Ces fichiers, à l’exception de ceux sur les « Actualités du Proche-Orient » et sur l’alimentation, ont été enrichis par Rodinson pendant toute sa vie. Plus que les livres eux-mêmes, ils sont le témoin d’une inlassable activité de lecteur et aussi du souci d’exactitude documentaire qui caractérise son œuvre. La rédaction de ces fiches a fait, en partie, la célébrité de la bibliothèque de la rue Vanneau. Le traitement par le département des Manuscrits puis l’intégration de ces archives dans les Nouvelles acquisitions françaises, devrait permettre à cette documentation de retrouver, sinon une utilité, du moins des lecteurs.

Cet aperçu du fonds Rodinson appelle la question inévitable de la constitution d’une telle bibliothèque. Issu d’une famille pauvre plus coutumière des bibliothèques d’instruction publique de la rive gauche que des librairies, Rodinson a fini par posséder une tentaculaire collection de livres. Cette bibliomanie a peut-être des raisons psychologiques ou sociologiques, répond sans doute aux exigences d’une pratique individuelle du travail intellectuel, résulte éventuellement d’une « exagération» incontrôlable. Cela n’a pas beaucoup d’importance. En revanche les modalités et les étapes de constitution et d’enrichissement de la bibliothèque sont plus déterminantes parce qu’elles permettent d’expliquer les contours du fonds esquissés ci-dessus.

L’histoire de la bibliothèque est bien documentée. A côté des commentaires publics de Rodinson, subsiste une documentation éclairante pour qui veut saisir les étapes de la formation du fonds. Les archives conservées à la BnF contiennent plusieurs dossiers élaborés par Rodinson qui renseignent sur les modalités et les dates des acquisitions. Il s’agit : d’un cahier rédigé entre 1944 et 1946 listant des acquisitions onéreuses faites dans plusieurs villes du Levant puis à Paris ; d’un dossier de plusieurs notes relatives au « cadre de classement de ma bibliothèque », daté sans doute de la fin des années 1940 ou du début des années 1950 ; des pelures des dactylographies des comptes rendus de livres écrits pour le Bulletin critique du livre français ; d’un dossier intitulé « Publications reçues » listant les livres reçus par Rodinson entre 1966 à 2000 ; de douze dossiers classés par pays contenant des factures d’achats de livres.

Les livres de son père sont ceux dont Rodinson a le plus parlé53. Mais ils ne se trouvent pas dans le fonds de la BnF. Son père devait posséder une petite bibliothèque, assez importante pour faire des prêts aux amis de la famille et pour que le jeune Maxime s’amuse, déjà, à la cataloguer. Elle devait comprendre un certain nombre de livres en russe et en yiddish et, en français, essentiellement de livres de vulgarisation scientifique. Maxime Rodinson évoque aussi souvent les livres qui ont accompagné sa formation dans les années 1930. S’il fréquente alors beaucoup la Bibliothèque Mazarine et les bibliothèques publiques, il achète, grâce aux économies que lui permet son travail de garçon de course, des ouvrages à petit prix chez les libraires d’occasion. Le fonds doit contenir certains de ces ouvrages mais je n’ai pas pu les identifier. Tout au plus peut-on supposer que les manuels scolaires et les livres de vulgarisation bon marché portant sur tous les sujets parus dans les années 1920 et le début des années 1930 ont été acquis par Rodinson pendant ses années de « saute-ruisseau ». Numériquement ces livres sont encore peu nombreux, indiscernables et, vu les spécificités du fonds, peuvent difficilement être considérés comme le noyau d’enrichissements futurs. Sans doute Rodinson a-t-il aussi acheté des livres pendant ses études, mais il n’est pas possible de les retrouver avec certitude.

Le cœur de la bibliothèque de Rodinson semble en fait avoir été acquis plus tard, entre 1944 et 1945 au Levant. Chargé de trouver des livres pour le service des Antiquités de la Délégation générale de la France libre au Levant, Rodinson visite les libraires de Beyrouth, Damas, Alep, Homs, Jérusalem, Le Caire, ou Bagdad. Il en profite pour acheter des livres pour lui-même et note ses acquisitions personnelles dans un cahier qui lui sert aussi de registre de prêt. La partie « acquisition » de ce cahier comprend 560 titres, en anglais, français et arabe. 201 de ces livres se trouvent dans le fonds de la BnF, les 359 restant étant essentiellement des opuscules communistes, des publications relatives à l’URSS, des brochures d’actualité publiées par des officines proches de l’Union soviétique. Ils semblent avoir été largement prêtés par Maxime à ses camarades et ont dû servir à la préparation des « cours de marxisme » pour les petits mouvements communistes qu’il crée à Beyrouth et à la préparation d’une allocution hebdomadaire à Radio Levant. Aucune de ces pièces ne se trouve dans le fonds des imprimés, quelques-unes assez rares sont incluses dans les cartons d’archives. En ce qui concerne les 201 livres repérables dans le fonds des imprimés, leur diversité étonne. Si les documents en arabes sont surtout des éditions de textes classiques de la littérature arabe, les livres en français et en anglais couvrent de multiples champs : éditions de textes latins ou hébreux sur l’Orient, histoire antique et médiévale du Levant, linguistique sémitique, mais surtout beaucoup de livres d’inspiration marxiste sur l’économie, des essays sur la sociologie, l’anthropologie et la psychologie, de nombreux manuels de sciences et d’histoire des sciences. C’est déjà, en miniature, la réunion d’une bibliothèque d’érudition historique et d’une bibliothèque de sciences sociales qui témoigne à la fois d’un intérêt pour les langues et les peuples de l’Orient ancien et pour l’étude générale des facteurs économiques et sociaux. Cependant l’islam n’intéresse pas encore le futur biographe de Mahomet, à la différence des religions de l’Antiquité classique. On a l’impression surtout que Maxime Rodinson s’initie, via les publications anglaises, aux orientations les plus récentes de la recherche en sciences humaines, ce qui contraste avec les lectures des ouvrages du xixe siècle que, de son propre aveu, il faisait encore dans les années 1930.

Cette première bibliothèque est rapatriée en France en 1946 dans une vingtaine de caisse dont le bois a servi à faire les premières étagères de la rue Vanneau. Il est difficile de repérer les acquisitions des années qui suivent. Mais alors Rodinson, bibliothécaire à la Bibliothèque nationale, bénéficiait d’un accès facile à toute la documentation nécessaire, ce qui a dû limiter ses achats de livres. Sans doute aussi sa bibliothèque, si on se réfère aux entrées du « cadre de classement de ma bibliothèque » mentionné plus haut, commence à se spécialiser dans les domaines relatifs l’islam, à l’ethnologie des peuples sémitiques et aux sociétés musulmanes en général, tout en continuant à s’enrichir dans les domaines de la linguistique, de l’économie politique et de l’histoire de l’Occident médiéval et moderne.

Mais c’est à partir des années 1950 que débute le processus d’enrichissement extraordinaire de la bibliothèque. A partir de 1949, mais plus régulièrement vers 1955 et jusqu’en 1990, Maxime Rodinson écrit des comptes rendus de livres pour le Bulletin critique du livre français. D’abord chargé des livres sur l’islam, il se voit confier bientôt en raison de sa régularité les ouvrages sur la Bible et sur le judaïsme, puis ceux sur le marxisme. De proche en proche, le Bulletin critique lui propose les traductions du turc et la littérature bosniaque, puis la littérature yougoslave dans son ensemble (même croate ou serbe), et même les romans bulgares54 ! La seule rémunération pour ces recensions est le droit de conserver le livre critiqué. Or Rodinson a reçu, pendant quarante ans, une dizaine de livres par mois de la part du Bulletin critique, ce qui, si ses propos sont exacts, représenterait près la moitié des monographies françaises (hors pièces) du fonds. Cela est très probable. Du moins est-il possible de vérifier la présence des livres effectivement recensés dans le fonds de la BnF, à partir des pelures de ses comptes rendus consciencieusement conservés dans 26 classeurs des cartons d’archives. Y sont classés 1254 comptes rendus ; on retrouve 1213 des livres recensés dans le fonds, soit presque la totalité. En outre, à l’intérieur de nombreux ouvrages dont la critique ne se trouve pas dans les classeurs, il y a des pelures portant le texte du compte rendu. Une très grande partie des livres français, peut-être la moitié, au moins le tiers, proviennent de cette activité de recension critique.

En même temps qu’il recevait des livres de la part du Bulletin critique du livre français, Maxime Rodinson, selon les usages intellectuels, recevait chaque jour des livres ou des tirés-à-part que lui envoyaient ses pairs. On peut suivre ces échanges entre universitaires grâce à un dossier qui consigne jour après jour de 1965 à 2000, avec une méticulosité impressionnante, l’ensemble des publications reçues. On compte 2847 titres inscrits, dont 1544 (soit presque les trois cinquièmes) sont repérables dans le fonds. La plupart (936) sont des tirés-à-part de revues scientifiques ou des brochures relatives à la Palestine et au Tiers-Monde. Les 608 titres restants sont des ouvrages reçus très régulièrement pendant trente-cinq ans (avec une diminution sensible à partir de 1990). Cette liste est surtout intéressante parce qu’elle situe Rodinson dans des réseaux nationaux et internationaux d’orientalistes et manifeste des échanges constants avec les gauches du monde entier, en particulier du monde arabe. Les envois de France viennent sensiblement des mêmes groupes, même si, dans les milieux orientalistes, ce sont essentiellement des envois d’étudiants ou d’anciens étudiants à leur maître, et de collègues ou amis partageant les mêmes engagements.

Enfin, le dernier mode d’acquisition de livres est tout simplement celui des achats. Il est illusoire d’imaginer pouvoir isoler dans le fonds la totalité des livres achetés par Rodinson. Ce dernier, semble-t-il, a été pour les libraires un très bon client. Il a conservé une série importante de factures ainsi qu’un grand nombre de catalogues d’éditeurs et de libraires. La mise en relation de ces documents avec le fonds n’est pas très facile. Mais à partir des factures, des quelques annotations portées sur les 288 catalogues et de la présence ou non des bons de souscription détachables sur les prospectus, on peut faire une liste de livres acquis onéreusement par Rodinson entre 1959 et 1985. Cette liste comprenant 274 titres ne représente assurément qu’une infime partie des achats et n’est pas susceptible d’être extrapolée. On remarquera qu’elle commence au moment où Rodinson n’a plus à sa disposition les collections de la Bibliothèque nationale et où ses moyens lui permettent d’acquérir des livres. Rien de surprenant donc à ce que ces livres soient presque tous des livres d’érudition portant sur l’histoire des religions, des volumes de grandes collections d’édition de textes en langues anciennes ou orientales, des actes de colloques, c’est-à-dire des recueils de documentation. C’est par eux que la bibliothèque de Rodinson a pu avoir l’air d’une bibliothèque universitaire, d’une bibliothèque de travail. Parmi les libraires ou éditeurs mentionnés, la faible représentation des maisons françaises s’explique par leur proximité spatiale et sans doute par la pratique des envois pour recension. Mais la liste des livres acquis permet de repérer des « fournisseurs » étrangers, libraires et éditeurs spécialistes des publications savantes, à La Haye, Leyde, Louvain, Leipzig, Wiesbaden, Fribourg, Zurich, Londres et New-York.

            Reflet d’un itinéraire original au croisement des débats scientifiques et politiques de la deuxième moitié du xxe siècle, le fonds Maxime Rodinson constitue un ensemble exceptionnel pour une histoire de l’élaboration des savoirs sur les mondes musulmans en France entre 1950 et 1990. La documentation incluse dans le fonds permet de reconstituer l’histoire de la bibliothèque de Rodinson. Mais comme les imprimés ou les archives, elle est susceptible d’être approchée sous d’autres angles, dans d’autres buts, ce que l’avancée du traitement du fonds par le département Littérature et art et le département des Manuscrits devrait rendre prochainement possible. Je n’ai souhaité ici que rendre envisageables d’éventuelles recherches. Il revient aux chercheurs spécialistes – de l’histoire du monde arabe ou du conflit israélo-palestinien, des langues sémitiques, de l’histoire et de la sociologie du savoir, de l’histoire de l’orientalisme, etc. – de s’emparer de cette riche source, en même temps que d’une œuvre dont la redécouverte ne manquerait pas d’être utile à une époque où la « fascination de l’islam » tourne parfois à l’hystérie collective.

  1. Voir le compte-rendu d’un livre de S. Boussois par T. Corbucci, « Maxime Rodinson : orientaliste oublié ou simplement silencieux », 12 février 2009, consultable à l’adresse suivante : http://www.nonfiction.fr/article-2174-maxime_rodinson__orientaliste_oublie_ou_simplement_silencieux_.htm. []
  2. M. Rodinson, Souvenirs d’un marginal, préface de P. Vidal-Naquet, Paris : Fayard, 2005. []
  3. L. Mazeaud (éd.), Maxime Rodinson, 1915-2004, un orientaliste atypique. Dossier documentaire et bibliographie d’ouvrages et d’articles disponibles à la Bibliothèque de l’IMA, Paris : Institut du Monde Arabe, 2004. []
  4. « Courage scientifique et politique de Maxime Rodinson », table ronde du 14 mars 2007, à l’abbaye d’Ardennes (Saint-Germain-La-Blanche-Herbe). []
  5. Islam et capitalisme a paru en pour la première fois aux Éditions du Seuil en 1966. Les références de la réédition de 2014 sont : M. Rodinson, Islam et capitalisme, préface d’A. Gresh, Paris : Démopolis, 2014. L’enregistrement sonore de cette soirée est disponible à l’adresse suivante : http ://www.imarabe.org/colloque/maxime-rodinson-dix-ans-apres. []
  6. Conservée presque intégralement, rassemblant des objets au statut différent (livres, thèses, brochures, manuscrits, dossiers de travail), utilisée à des fins scientifiques et portant les marques de cette utilisation (annotations, soulignements, documents joints dans les livres), quadrillée par des systèmes personnels de référencement multiples, la bibliothèque de Maxime Rodinson constituerait, je crois, un beau domaine d’investigation portant sur l’anthropologie des pratiques scientifiques de la deuxième partie du XXe siècle, dans la lignée des travaux de Michel de Certeau et de Christian Jacob. []
  7. Je remercie le département Littérature et arts de la BnF de l’accueil qu’il m’a réservé et du temps qu’il m’a donné pour arpenter les livres de Maxime Rodinson. Ma reconnaissance va spécialement à Florence Leleu qui, la première, a eu l’idée de me faire travailler sur un fonds assez éloigné de mes préoccupations habituelles, et à Jean-Marie Compte qui m’a incité à en approfondir la connaissance avant de réfléchir aux moyens de le faire connaître. []
  8. Pour plus de détails, voir Maxime Rodinson, Souvenirs d’un marginal, op. cit. qui est consacré entièrement aux jeunes années. []
  9. M. Rodinson, « Nazim Hikmet est un des plus grands noms de littérature turque… », Les Temps modernes, 146, 1958, p. 1721-1731. La pièce de Hikmet est une satire somme toute peu violente du stalinisme. []
  10. Idem, « Sur l’étymologie de “losange” », in Studi orientalistici in onore di Giorgio Levi della Vida, vol. 2, Rome : Istituto per l’Oriente, 1956, p. 425-435. []
  11. Idem, « Les Sémites et l’alphabet. Les écritures sud-arabiques et éthiopiennes », L’Écriture et la psychologie des peuples. xxiie semaine de synthèse. Paris, Armand Colin, p. 131-146 et « Le monde islamique et l’extension de l’écriture arabe », Ibid., p. 263-274. []
  12. Idem, « Les principes de la translittération, la translittération de l’arabe et la nouvelle norme de l’ISO », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), n° 1, 1964, p. 1-24. []
  13. Idem, « Romanía et autres mots arabes en italien », Romania, 71, 1950, p. 433-449. []
  14. Idem, Magie, médecine et possession à Gondar, Paris, La Haye : Mouton, 1957. []
  15. Idem, « Recherche sur les documents arabes relatifs à la cuisine », Revue d’Études Islamiques, XVII, 1947, p. 96-165 ; « Les influences de la civilisation musulmane sur la civilisation européenne médiévale dans les domaines de la consommation et de la distraction : l’alimentation », Convegno Internazionale (9-15 aprile 1969) : Oriente e Occidente nel Medioevo : Filosofia e Scienze, Rome : Accademia dei Lincei, 1971, p. 479-499. []
  16. Idem, « La lune chez les Arabes et dans l’Islam», in La Lune, mythes et rites, Paris : Seuil, p. 151-215. []
  17. Idem, Les Arabes, Paris : PUF, 1979. []
  18. Idem, Marxisme et monde musulman. Paris : Seuil, 1972 ; le recueil d’article L’Islam : politique et croyance. Paris : Fayard, 1993. []
  19. Idem, « Le seigneur bourguignon et l’esclave sarrasin », dans la deuxième édition de La Fascination de l’Islam, Paris : La Découverte, 1993, p. 141-198. []
  20. Idem, « Richard Simon et la dédogmatisation », Les Temps modernes, 202, 1963, p. 1700-1709. []
  21. Idem, Mahomet, Paris : Club français du Livre, 1961 ; 2e éd. rev. : Paris : Seuil, 1968 ; 3e édition rev. : Paris : Seuil, 1979 ; 4e éd. rev. : Paris : Seuil, 1994. []
  22. Idem, Islam et capitalisme, Paris : Seuil, 1966 ; 2e éd., préface d’A. Gresh : Paris : Démopolis, 2014. []
  23. L’introduction des sciences sociales dans le champ de l’orientalisme a pour effet de nier l’existence d’un « homo islamicus » défini par son appartenance religieuse, qui est l’objet des travaux des grands maîtres des études musulmanes d’alors, comme Louis Massignon (1883-1962) ou Régis Blachère (1900-1973). L’élection de Jacques Berque (qui, significativement, n’est pas encore le traducteur du Coran qu’il sera à la fin de sa vie) à une chaire d’histoire sociale de l’islam contemporain au Collège de France en 1956 témoigne de ce changement de paradigme des études orientales. []
  24. Jamais traduit en arabe (même si on a parlé d’une traduction clandestine circulant dans les années 1970), Mahomet, en version anglaise, a été censuré en 1998 par l’université américaine du Caire qui l’a ôté de ses listes de lectures et en a interdit la communication à la bibliothèque, voir R. Jacquemond, « La production orientaliste en langue arabe. Un retour à l’original ? » in F. Pouillon et J.-C. Vatin (éd.), Après l’orientalisme. L’Orient crée par l’Orient, Paris : Karthala, 2011, p. 384. []
  25. Parmi les premiers, Rodinson veut réfuter spécialement J. Astruy, L’Islam face au développement économique, avant-propos d’A. Piette, Paris : Éditions sociales, 1961 ; parmi les seconds, la critique porte particulièrement sur les Frères musulmans, voir M. Rodinson, Islam et capitalisme, Paris : Seuil, 1966, p. 186. []
  26. Ibid. p. 166. []
  27. Ibid., p. 235. []
  28. L’expression est tirée du compte-rendu du livre par L. Valensi, « Islam et capitalisme », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 22/5, 1967, p. 1149. []
  29. M. Rodinson, « Israël, fait colonial ?», Temps Modernes, 253bis, 1967, p. 17-88. L’article a été republié, avec une courte préface de l’auteur dans Idem, Peuple juif ou problème juif ?, Paris : Maspero, 1981, p. 153-240. []
  30. M. Rodinson, projet de « Déclaration des Juifs non-sionistes et non-religieux », cité par G. D. Khoury, « Maxime Rodinson et la constitution du GRAPP (Groupe de recherches et d’action pour la Palestine) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 96/4, 2009, p. 31. []
  31. P.-J. Catinchi, « Claude Gaignebet, ethnologue folkloriste, chercheur d’exception », Le Monde, 9 février 2012. []
  32. S. Boussois, Maxime Rodinson. Un intellectuel du XXe siècle, Paris : Riveneuve éditions, 2008, p. 63. []
  33. Ibid., p. 97. []
  34. G. D. Khoury, « Maxime Rodinson (1915-2014). Un savant héritier des Lumières », Hermès, La Revue, 2/2004 (n°39), p. 223. []
  35. S. Boussois, Maxime Rodinson. Un intellectuel du XXe siècle, op. cit., p. 7. []
  36. Entretien avec Chris Kutschera, non daté, consultable à l’adresse suivante : http://www.chris-kutschera.com/Rodinson.htm. []
  37. La proportion d’unica dans le fonds Rodinson est difficile à apprécier tant que la vérification du français n’est pas achevée. Mais il est probable qu’ils soient, relativement au nombre de livres, assez peu nombreux. Un sondage à partir des séries entièrement vérifiées comme l’allemand et l’anglais fait apparaître qu’un tiers environ des livres ne se trouvent pas à la BnF (291/965 pour l’allemand ; 885/1957 pour l’anglais). Il est certain que cette proportion doit être variable selon les langues, et que, quoiqu’il en soit, sur l’ensemble du fonds la part des unica est très minoritaire. []
  38. Rappelons que c’est le nombre de pages (moins ou plus de 48 pages) qui distingue les « pièces » des « livres ». Cette distinction est surtout nécessaire pour la conservation et le magasinage ; ce n’est pas un critère catalographique. []
  39. J’ai compté, parmi les pièces, 177 documents qui sont des photocopies de livres ou d’articles, souvent réalisés à partir d’originaux conservés dans des bibliothèques, en particulier celle de la Sorbonne et… de la Bibliothèque nationale. []
  40. Il ne reste aujourd’hui que 127 unités en attente d’inventaire (dans les langues suivantes : russe, persan, syriaque, hébreu, arabe, arménien et éthiopien). []
  41. Cette répartition concerne la totalité des livres inventoriés (16 636 documents). Les 131 documents inventoriés comme bilingues, étant donné que leur faible nombre ne risque pas de fausser les statistiques, ont été classés indifféremment dans l’une des deux langues. []
  42. Toutes les grandes œuvres ont été traduites en anglais chez divers éditeurs : Mohammed (1971), Islam and capitalism (1973), The Arabs (1981), Marxism and Muslim World (1982), Israel and the Arabs (1982), Cult, Ghetto and State : The Persistance of the Jewish Question (1983, traduction de plusieurs articles, dont la plupart sont tirés de Peuple juif ou problème juif ?), Israel : A Colonial-Settler State (1988), Europe and the Mystique of Islam (2002, traduction de La Fascination de l’Islam). []
  43. P. Vidal-Naquet, L’Histoire est mon combat. Entretiens avec D. Bourel et H. Monsacré, Paris : Fayard, 2005, p. 131, parle de Maxime Rodinson comme « du plus grand érudit qu’[il ait] jamais connu ». []
  44. Les imprimés en langues romanes, en allemand, en anglais, en latin, en grec ancien et en grec moderne. []
  45. Voir les reproductions de deux de ces listes en annexe du livre de S. Boussois, Maxime Rodinson. Un intellectuel du XXe siècle, op. cit., p. 165-168. []
  46. M. Rodinson, Mahomet, Paris : Seuil, 2e éd. 1968, p. 20-46. []
  47. Rodinson a occupée à l’EPHE, entre 1957 et 1971, une chaire « d’Ethnologie historique du Proche-Orient » qui a attiré un vaste public… et au professeur beaucoup de directions de thèses. L’intitulé de cette chaire indique bien le champ disciplinaire auquel Rodinson rattachait son travail. []
  48. Une polémique a opposé Claude Lévi-Strauss et Maxime Rodinson en 1955, après que ce dernier a accusé l’anthropologue de minorer la part de l’histoire et de faire preuve de relativisme dans deux articles de Nouvelle Critique sur Tristes Tropiques (« Ethnologie et relativisme » en juin 1955 et « Racisme et civilisation » en novembre 1955). Si les critiques de Rodinson sont d’un marxisme très orthodoxe, conformément à la revue où elles paraissent, il ne les renie pas en 1998, voir M. Rodinson, Entre Islam et Occident. Entretiens avec Gérard D. Khoury, Paris : Les Belles Lettres, 1998, p. 84. []
  49. Les papiers de Foucault sur la révolution iranienne, publiés entre 1978-1979, n’ont sans doute pas incité Rodinson à lire le philosophe. Rodinson publie d’ailleurs deux articles consacrés à critiquer les vues de Michel Foucault sur cette événement (« La résurgence de l’Islam », Le Monde, 6-8 décembre 1978, et « Khomeyni et la “primauté du spirituel” », Le Nouvel Observateur, 19 février 1979). []
  50. J’ai compté 358 documents de ce type. Les dictionnaires couvrent aussi bien les grandes langues de communication que les dialectes. Les dictionnaires et les grammaires des langues éthiopiennes (19) sont tous annotés et corrigés. []
  51. C’est là qu’on trouvera par exemple toute une série de feuilles plus ou moins confidentielles, de circulaires militantes ronéotypées en provenance du monde entier et qui souvent ne sont pas conservées à la BnF. []
  52. On trouve dans un dossier de Rodinson une note manuscrite préparatoire à un entretien téléphonique avec un correspondant à l’IMEC, où il se demande quel sort réserver à son « enfer ». Cet enfer, assurément, ne se trouve pas dans les archives que j’ai inventoriées. []
  53. Les titres mentionnés sont ceux que cite Maxime Rodinson dans Souvenirs d’un marginal et dans Entre Islam et Occident. []
  54. Pour un récit plein d’humour de cette involontaire multiplication des lectures, voir M. Rodinson, Entre Islam et Occident. Entretiens avec G. D. Khoury, op. cit., p. 169. []

2 réflexions au sujet de « Le fonds Maxime Rodinson à la Bibliothèque nationale de France »

  1. A l’adresse de Maxime Rodinson et Jérémy Chaponneau : Quel travail dans l’ombre pour éclairer « l’Orient compliqué »! Passionnant!
    Richard Prybyz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *