Tour de France et actualités filmées

Rencontre avec Adrien Barbé, élève de 3e année, pour parler de sa thèse : « Regarder le Tour, voir la France : l’image de la société française dans le Tour de France des actualités filmées aux débuts de la télévision ». Propos recueillis par Pierre Pocard.


Commençons par le titre de ton projet de thèse : peux-tu analyser les différents aspects qu’il recouvre ?

J’ai voulu montrer avec ce titre, encore provisoire, que la représentation du Tour, à travers l’image animée, délivre plusieurs messages au spectateur et dépasse la simple compétition sportive : on montre la France, à la fois comme paysage et comme société. Il s’agit donc d’abord d’histoire culturelle même si la dimension sportive reste présente. L’objectif est de comprendre en quoi l’image animée a modifié et permis d’asseoir définitivement le mythe du Tour de France. C’est ainsi que je rejoins l’histoire du sport, puisque je traite de l’image que renvoient les champions par leurs exploits. L’image animée permet de passer d’une mythologie, pour reprendre le terme de Roland Barthes1 de l’inconnu et du non-vu, basée sur les journaux et la radio, à une mythologie du visible qui va au-delà du compte-rendu sportif. L’attitude de certains spectateurs actuels, qui regardent le Tour de France pour le paysage et le patrimoine n’est pas récente et s’assoit définitivement dès les années 1950. J’aimerais vraiment montrer en quoi les actualités cinématographiques ont servi de modèle pour le traitement médiatique du Tour jusqu’à aujourd’hui.

En quoi les actualités cinématographiques forgent-elles la légende du Tour ?

Elles marquent la première rencontre entre l’image animée et le Tour de France, indissociables aujourd’hui. Et il nous paraît étonnant que cette rencontre ait eu lieu dans les salles obscures. Dans l’historiographie abondante du Tour de France, les actualités filmées sont systématiquement éludées, un peu à l’image de leur place dans les travaux d’histoire du cinéma : à la marge, ce qui ne correspond pas à leur influence réelle sur le spectateur. Leur traitement du Tour de France comporte à la fois des spécificités qu’on ne retrouve pas ailleurs et de nombreux aspects qui marqueront durablement la perception de l’événement et seront reprises par la télévision. L’image animée a permis de matérialiser durablement aux yeux du spectateur ce qui n’était auparavant qu’un système de noms mystérieux, « Tourmalet », « Galibier », etc. Bien sûr, elle permet aussi de suivre visuellement une avancée spatiale, quand le spectacle du bord de route ne permet de saisir qu’un instant donné. La spécificité des actualités est que le format court nécessite une grande densité de signes portés à l’écran. Il faut simultanément montrer la course, des symboles, ce que l’on nomme aujourd’hui le patrimoine, et toucher le public le plus large possible. Le montage, très travaillé, est la clé de ce processus ; le travail de ces opérateurs d’actualités va largement inspirer les résumés des journaux télévisés.  En définitive, les actualités cinématographiques posent des jalons durables pour les médias. Par exemple, le Tour 1948, écrasé par l’Italien Gino Bartali, voit la naissance d’un procédé devenu fréquent : on parle de la course pour la deuxième place afin de relancer l’intérêt. Les exploits de l’Italien sont atténués, notamment lorsqu’il remporte trois étapes consécutives et que les actualités cinématographiques en coupent deux au montage, privilégiant la narration des chutes, la lutte acharnée pour le podium, le courage des Français, ou encore les paysages. La situation aurait sans doute été différente si Coppi avait été français : par la course comme le bord de route, il s’agit de valoriser la France. Mais la légende du Tour se forge de façon complémentaire entre les différents médias (par contrainte du format, les actualités éludent de nombreux aspects), et la presse écrite garde une importance cruciale dans la narration de l’événement. De façon assez étonnante, les rivalités entre coureurs sont parfois édulcorées dans les actualités cinématographiques. Pour Poulidor et Anquetil, c’est assez différent. Leur rivalité dans les années 1960 correspond à un moment où la télévision prend le relais des actualités cinématographiques et met l’accent sur la forte opposition entre les deux coureurs, tant dans leur caractère que leur origine géographique et sociale.

Quelles sont les bornes chronologiques de ton sujet et à partir de quelles sources travailles-tu ?

La première borne est encore assez floue car elle dépend beaucoup des sources. Il y a des images du Tour de France chez Gaumont-Pathé Archives qui remontent à 1910 et aux débuts des actualités cinématographiques mais elles sont très parcellaires, muettes, et plus difficiles à exploiter. Le manque de matière jusqu’aux années 1930 me conduit à procéder surtout par échantillonnage et à faire de cette période un important préambule. Le cœur de mon sujet, pour lequel je prétends à plus d’exhaustivité au moins dans les Actualités Françaises puis le journal télévisé, correspond à l’après-guerre, de 1947 à 1968. Le Tour, après son interruption pendant la guerre reprend en 1947 (victoire de Jean Robic) et est suivi par les Actualités Françaises dont le fonds est consultable sur les postes de l’Ina. C’est sur ce fonds que je veux être complet, tout en comparant avec les sociétés d’actualités privées, grâce à une accréditation auprès de Gaumont-Pathé archives. Après 1957, Les Actualités Françaises sont en conflit avec l’organisateur du  Tour de France et sont, depuis quelques temps déjà, débordées par la télévision. Toujours grâce aux ressources de l’Ina, j’étudie les débuts de la télévision pour voir comment celle-ci se nourrit des actualités cinématographiques et comment elle en dépasse les limites, notamment celles du format – qui force à condenser l’information – et du délai – les actualités cinématographiques ont plusieurs jours de retard sur la presse papier et la télévision. Outre les archives audiovisuelles qui constituent la base de mon travail, je dispose également d’archives papier qui leur sont liées, notamment les conducteurs numérisés par l’Ina. Il faut par ailleurs confronter  l’image animée à des médias écrits pour voir ce qu’elle peut apporter. Dans les périodiques, je consulte d’abord des titres plutôt corporatifs ou spécialisés dans l’audiovisuel, qui  interrogent les opérateurs qui filment le Tour. Le recours aux archives orales serait idéal mais la période commence à être assez ancienne et je n’ai pas encore pu trouver de témoin. Je consulte aussi la presse écrite, surtout L’Équipe, en me focalisant  sur les grands événements du Tour : la victoire de Robic au bout du suspense, l’abandon collectif des coureurs italiens en 1950, la terrible chute de Roger Rivière, Anquetil et Poulidor au Puy de Dôme, la mort de Simpson… J’étudie en quoi l’image, complémentaire, donne une autre portée à ces événements. J’hésite encore pour la presse généraliste entre un journal ouvertement engagé et un titre qui affiche une certaine neutralité.

En ce qui concerne la borne finale du sujet, 1968 me paraît un choix approprié. Cela correspond à la dernière année des équipes nationales, abandonnées au début des années 1960 et de retour de 1967 à 1968. C’est la fin d’une époque pour le cyclisme, après la mort en course de Tom Simpson, je vais y revenir, et juste avant l’avènement du « cannibale » Merckx, et aussi un moment de basculement médiatique : la télévision, gagnée par la couleur, est alors bien implantée dans les foyers et les Actualités Françaises, en net recul depuis plusieurs années, disparaissent en 1969. La période d’après-guerre qui m’intéresse particulièrement est souvent considérée comme l’âge d’or du Tour de France, avec des mythologies sans égal : la rivalité de Poulidor et Anquetil dans les années 1960, celle de Coppi et Bartali auparavant, les tours emblématiques gagnés par Gaul et Bahamontes (considérés comme deux des plus grands grimpeurs de l’histoire du Tour). Après la mort du britannique Tom Simpson2 en 1967 sur les pentes du mont Ventoux, le dopage fait vraiment son entrée dans la course cycliste. Il a toujours existé mais d’une façon relativement artisanale jusqu’au tout début des années 1990 (qui marquent l’ère du dopage industriel et de la suspicion permanente) et il est considéré comme moins grave qu’aujourd’hui. L’accusation de dopage, qui peut exister, n’est souvent qu’un argument secondaire, et ne suffit pas à justifier le désamour d’un coureur. La mort de Simpson provoque une prise de conscience : on commence à voir le dopage, non plus comme une triche vénielle mais comme un terrible danger pour la santé des coureurs ; cela marque le début des contrôles antidopage, auxquels de nombreux coureurs sont farouchement opposés.  La télévision a eu un rôle majeur dans l’événement : en filmant la mort du coureur, fait incroyable car la scène ne se déroulait pas en tête de course, elle fournit au spectateur une image choc, celle du coureur harassé qui s’effondre dans le décor apocalyptique du Mont Chauve. Relayée par la presse papier qui ramène au centre du débat le thème du dopage, elle a alerté l’opinion et contribuer à pousser les instances du cyclisme à changer leur attitude vis-à-vis du dopage pour soutenir l’intérêt populaire pour le sport. Le lien fait entre cyclisme et dopage est avant tout une production médiatique.

Quelle est la spécificité du Tour de France par rapport à d’autres événements cyclistes, notamment les deux autres Grands Tours (le Tour d’Italie et le Tour d’Espagne) ?

Les images des trois grands Tours sont assez différentes, malgré une durée aujourd’hui identique de vingt-et-une étapes. Seul le Tour de France dispose d’un statut de mythe dans le monde entier, et ce depuis très longtemps. Le Tour d’Espagne peine à être populaire dans un pays où les identités régionales sont fortes. Le Tour d’Italie, déjà beaucoup plus prestigieux, fait rêver les coureurs et le public italiens, mais ne parvient pas à être aussi prestigieux à l’étranger que le Tour de France.  Le Tour de France se dégage des autres courses par de nombreux aspects et il sert de modèle à tous les Grands Tours : c’est la plus ancienne et la plus longue course par étapes, et il a été précurseur dans l’identification des leaders par des maillots distinctifs, notamment le maillot jaune3. Le Tour est également la seule course à disposer d’une telle caravane publicitaire, depuis 1930, qui, dès sa création, attire beaucoup le public et acquiert une place telle qu’elle influe sur les routes empruntées par les coureurs. On trouve sur le Tour un folklore beaucoup plus développé qu’ailleurs qui favorise  beaucoup le mythe. Beaucoup de choses ont étés écrites à ce propos. Par ailleurs, des « classiques » comme Paris-Roubaix ou Milan San Remo sont légendaires, mais leur durée limitée à une journée les place dans une autre catégorie.

La portée internationale du Tour permet-elle de le considérer comme une forme de diplomatie culturelle ?

Il me semble évident que oui, tant pour la course en elle-même que pour la représentation qui est en faite. Les médias, plus encore avec l’image animée, renvoie une certaine image de la France, évidemment valorisante. On retrouve à la fois les grands lieux touristiques, et les espaces plus à la marge, par exemple la montagne, qui va gagner en popularité grâce au Tour, auprès des Français comme du public étranger.

Le Tour de France entretient par son parcours sa popularité en Europe. Le parcours du Tour a très tôt franchi les frontières françaises : il passe à Metz (alors dans l’Empire allemand) dès 1907, à une époque où le Tour a tendance à suivre les frontières françaises. Cela a bien sûr une portée politique. Les frontières sont franchies aussi souvent que possible et les actualités cinématographiques le montrent quasi systématiquement, même lorsque le résumé de l’étape ne dure qu’une trentaine de secondes. Des signes conventionnels illustrent ainsi les incursions du Tour à l’étranger, notamment à la frontière belge ou italienne : le douanier, les drapeaux, la barrière qui se lève, avec des plans fixes ou panoramiques très travaillés. Après-guerre, le passage de la frontière a lieu dans un climat festif de réconciliation générale et les choix de parcours sont fortement liés au contexte politique, notamment les prémices de la construction européenne. En 1949, lors du passage du Tour dans la Sarre, les actualités cinématographiques ne montrent même pas la course mais seulement des hommes politiques locaux, qui ont eu un rôle dans la réconciliation franco-allemande. La course n’est alors qu’un prétexte à l’illustration politique, qui dans les années 1930 est beaucoup plus militante qu’après-guerre. Mais reste que les médias insistent beaucoup sur la nationalité des coureurs et ce qu’elle peut représenter, avec son lot de clichés, surtout à l’époque où le Tour s’est couru par équipes nationales.

Comment traite-t-on des visites de personnalités politiques sur le Tour de France ?

Les actualités cinématographiques ont pour caractéristique de beaucoup s’intéresser à l’agenda du Président de la  République, plus qu’à l’action politique du Président du Conseil. On voit très souvent Vincent Auriol comme premier représentant de la France dans les actualités, y compris pour des événements sportifs comme les 24 heures du Mans. Il n’est cependant pas présent sur le Tour de France. Dans les actualités, on voit parfois des hommes politiques, notamment à l’occasion la remise de maillot jaune, mais ce sont surtout des vedettes, comme Bourvil ou Line Renaud par exemple, qui viennent sur le Tour. La situation change avec la VRépublique et les débuts de la télévision. On se souvient notamment de l’arrêt complet du Tour à Colombey-les-Deux-Églises en 1960, à une époque où le thème de la réconciliation est récurrent, pour saluer le Général de Gaulle, venu voir les coureurs sur le bord de la route. C’est la première fois dans l’histoire du Tour que le peloton s’arrête en route. Jamais la météo ou les chutes n’avaient provoqué la suspension de la course.  Mais c’est surtout depuis la présidence de François Mitterrand que le Tour de France est presque  devenu un passage obligé pour les Présidents. Plus récemment, on se souvient d’Arnold Schwarzenegger sur le podium avec Lance Armstrong, symbole de l’internationalisation du cyclisme. Aujourd’hui, les hommes politiques profitent de leur passage pour parler de politique en détournant le vocabulaire de la course cycliste. Rien qu’en 2015, François Hollande, Manuel Valls et Nicolas Sarkozy se sont déplacés sur le Tour de France, preuve que les suspicions de dopage n’ont en rien interrompu cette tendance.


Pour aller plus loin :

THOMPSON (Christopher), The Tour de France, a cultural history, Berkeley, University of California Press, 2006.

VIGARELLO (Georges), « Le Tour de France », dans Les Lieux de Mémoire (dir. Pierre NORA), Paris , Gallimard, tome III, 1992.

WILLE (Fabien), Le Tour de France : un modèle médiatique,  Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2003.

  1. Les Mythologies de Roland Barthes (Seuil, 1957), dans lesquelles l’auteur liste et analyse ce qu’il définit comme les « mythes » de son époque, sont une référence incontournable pour la compréhension de la légende du Tour de France, dans le chapitre « Le Tour de France comme une épopée », suivi d’un lexique des coureurs. []
  2. Le coureur britannique est mort en course, alors que le peloton escaladait le Mont Ventoux. Il semble qu’à cause des produits dopants qu’il avait consommés, il n’ait pas ressenti l’effort mortel qu’il s’infligeait. []
  3. Porté pour la première fois en 1919 par le Français Eugène Christophe, le maillot jaune, qui reprend la couleur du papier sur lequel est imprimé le journal L’Auto, à l’époque organisateur de la course, a été une formidable publicité pour ce journal. La Gazzetta dello Sport, organisatrice du Tour d’Italie a fait de même en créant un maillot rose pour le leader du classement général []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *